Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 10:59
08 mars 2016 : "Ce que je réclame" par Madame Sittou Raghadat Mohamed*

08 mars 2016 : Ce que je réclame

Par Madame Sittou Raghadat Mohamed*

La journée du 8 mars nous donne l’occasion de célébrer les progrès accomplis dans la promotion des droits des femmes et d’évaluer les difficultés auxquelles elles sont encore confrontées. Elle nous permet aussi de chercher les moyens à mettre en œuvre pour que les femmes et les filles obtiennent leurs droits.

Dans mon pays, même si la situation de la femme s'améliore, il me parait nécessaire d'imposer la parité et la discrimination positive là où c'est nécessaire.

En effet, dans tout pays démocratique, le problème d’intégration des femmes existe. Tous les pays qui sont parvenus à un équilibre entre hommes et femmes ont commencé par appliquer la discrimination positive. Donc, on peut le faire pour aider les femmes aux Comores.

Avant, il y avait peu de femmes cadres alors qu’aujourd’hui, elles sont nombreuses et font de la politique. Tout ce que je souhaite, c’est de voir ces femmes s’asseoir également avec les hommes autour de la table de prise de décisions et qu’elles décident pour le pays parce que nous sommes tous concernés. Nous devons assumer ensemble l’avenir de notre pays.

Les femmes font beaucoup d'efforts. Elles militent, elles font leurs preuves tant dans les organisations que dans leurs emplois respectifs. Je ne vois vraiment pas de différence entre une femme politique et un homme politique. Il n’y a pas de diplômes pour cela ! Je crois que nous avons les mêmes niveaux d’études, nous vivons dans le même pays, nous traversons les mêmes problèmes, nous réfléchissons ensemble.
Pourquoi par exemple la femme comorienne ne pourrait-elle pas être choisie pour être candidat à un poste de vice président de l'Union des Comores ?

Là où les partis ne font pas preuve de bonne volonté pour imposer la femme, nos textes doivent le faire. C'est pourquoi, il me parait nécessaire et urgent de modifier l'article 13 de la constitution de l'Union des Comores et les autres textes nécessaires. En effet, il faut prévoir qu'au moins un des vices présidents doit être une femme. Ainsi, tout candidat aux élections présidentielles sera obligé d'avoir au moins une candidate vice présidente.

Nos textes juridiques doivent aussi imposer la parité au sein des gouvernements et postes de commissaires insulaires.

Les déclarations d'intention et les promesses électorales ne suffisent pas.
SRM

* Ancienne Ministre et député

Secrétaire Générale du parti RDR

Conseillère Municipale de Ouani

Présidente de FEPOI - Com (Plate-forme des Femmes en politique de l'Océan Indien / Antenne des Comores)

Repost 0
13 mai 2013 1 13 /05 /mai /2013 23:57
Vous trouverez ci-dessous une petite intervention très intéréssante du grand linguiste comorien, Mohamed Ahmed Chamanga (voir sa biographie en cliquant ICI) sur la langue comorienne (le shikomori) : 

Qu'on le veuille ou non, le comorien, dans sa diversité, forme bien une langue unique. Comme toutes les langues du monde, il est composé de variétés régionales appelées "dialectes". C'est ainsi que nous avons le dialecte shiNgazidja, le dialecte shiMwali, le dialecte shiNdzuani et le dialecte shiMaore.

Ces dialectes se subdivisent en deux groupes selon leur degré d'affinités phonologiques (les sons) et morphologiques (les éléments grammaticaux) : le groupe oriental, constitué du shiNdzuani et du shiMaore, et le groupe occidental formé du shiNgazidja et du shiMwali. A l'intérieur d'un même groupe, l'intercompréhension est quasi immédiate. Mais entre locuteurs de groupes différents, un temps d'adaptation, plus ou moins long selon les capacités de chacun, semble nécessaire pour que la communication soit possible.

Dire que tous les Comoriens se comprennent immédiatement et sans difficulté aucune est donc une contre-vérité. Mais cela ne veut pas dire que nous parlons des langues différentes. D'ailleurs, d'une manière générale, les locuteurs du shiNgazidja disent comprendre facilement le shiNdzuani. Cela prouvent que ces deux variétés du comorien ont énormément des choses en commun. Les waNgazidja comprennent souvent mal que les waNdzuani aient beaucoup de difficulté à comprendre le shiNgazidja. Il considèrent cela comme une sorte de refus caractérisé à vouloir comprendre cette variété du comorien.

Et c'est là où je voudrais intervenir pour rétablir la vérité, en me fondant sur mon expérience personnelle. J'avoue que lorsque je suis allé pour la première fois à Ngazidja en 1967, je n'entendais rien au shiNgazidja. Il a fallu un séjour de trois ans au lycée de Moroni pour que je me mette à communiquer assez correctement dans ce parler. En 1970, lors d'une visite effectuée dans le village de Panda, dans le Mbadjini, j'étais très mal à l'aise, en dépit d'un accueil très chaleureux que j'avais reçu, à cause de ce problème linguistique. Il a fallu attendre 1994 pour que j'arrive à percer le mystère qu'ont les Anjouanais à rencontrer des difficultés en shiNgazidja.

En effet, après avoir établi une carte dialectologique de l'île de Ndzuani, mon centre de recherche m'envoie cette année-là pour faire la même chose à Ngazidja. Mais une fois sur place, je m'aperçois très vite qu'il ne m'est pas possible de continuer le travail demandé. Car pour ce faire, il me fallait un point de repère, c'est-à-dire une variété sur laquelle je devais m'appuyer, pour pouvoir montrer les différences régionales de Ngazidja et établir la carte dialectologique. Or n'ayant aucune base solide sur aucune d'entre elles, j'avais l'impression que les waNgazidja, du nord au sud et d'est en ouest, en passant par le centre, parlaient tous de la même manière. C'est alors que j'ai décidé de détourner la mission en me mettant à étudier le parler de la région de Bambao.

Et le résultat est sans appel. Des dialectes comoriens, le shiNgazidja, malgré sa finesse, est celui qui présente les règles morpho(phono)logiques (combinaisons d'éléments grammaticaux accompagnées de modifications sonores) les plus complexes qui peuvent dérouter plus d'un. Rappelez-vous le fameux "mkatra sinia" pour "mkatre wa sinia" ou encore "handjo dahoni" pour "handjia hodahoni", etc. Ajouter à cela qu'en shiNgazidja il faut souvent prévoir plusieurs cas pour rendre la même réalité linguistique. C'est par exemple le cas du préfixe nominal que nous avons déjà mentionné dans un message précédent (hiri, itrili, shiNgazidja, kiNgazidja, soit quatre formes différentes pour le même préfixe nominal, alors que dans tous les autres dialectes comoriens on n'a qu'une seule forme : shiri, shitrili, shiNgazidja). La conjugaison des verbes présentent également des formes différentes selon que l'on a affaire à un verbe monosyllabique ou plurisyllabique ou selon son type, ..., etc. C'est cela qui rend l'étude du shiNgazidja très passionnante. En considérant par exemple les verbes urenga "prendre" et ukantsi "s'asseoir", pouvez-vous dire pourquoi on obtient quelque chose comme ceci ngamrengo "je prends" et ngamkontsi "je m'assois", avec l'élément grammatical "o", tantôt à la fin du mot et tantôt au milieu du mot ?

Ceci dit, les dialectes comoriens sont complémentaires. La connaissance de l'un permet de comprendre le fonctionnement de l'autre. Sans cette connaissance globale, on ne pourra pas prétendre construire la langue comorienne standard que nous appelons tous de nos vœux.

 
 
Chamanga
Pour bien écrire le comorien : http://www.palashiyo.org/

--

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 15:43

Source : Archipel No 243 du 17 décembre 2012

Qu’avons-nous fait ….

La commémoration du 37e anniversaire de l’indépendance a fourni au chef de l’état l’occasion d’évoquer la « fierté » et la « dignité » chèrement acquises par l’accession des Comores à la souveraine nationale « Magnifique couronnement de la lutte pacifique menée par notre peuple valeureux ». La ritournelle de chaque Président à chaque 6 juillet a été respectée.

Acquérir la liberté et la dignité est une chose. Mais qu’avons-nous fait pour les préserver. Ikililou Dhoinine aurait été plutôt mieux inspiré de s’interroger sur la malédiction qui’ s’est abattue sur le pays depuis ce « nouveau départ » pris par l’acte du 6 juillet 1975, et qui a conduit le pays à l’état de délabrement que l’on sait. Par quelle malédiction de l’histoire quel acharnement du destin ont pu ainsi conduite les Comoriens à devenir des architectes de leur propre désastre, selon un schéma planifié de destruction nationale.

Moins visible à l’œil nu et indolente durant les années mercenaires cette décadence s’est accélérée avec le nouvel ensemble comorien (Nec), lequel nous a fait franchir sans trop douleur – mais avec d’énormes dommages l’ultime étape de l’éclatement du pays. Avec la quasi disparition de l’Etat, abandonnant progressivement ses prérogatives régaliennes.

L’administration, confiée à des mains ignares, est devenue un fatras de dossiers derisoires qui alimentent régulièrement les étals de vendeuses de cacahuètes, L’insécurité s’installe à pas de chat. La justice laisse à désirer. Il n y a plus d’école publique. L’hôpital est devenu un mouroir – pour une foulure, c' est l' évacuation, et encore pour les plus chanceux.
Plus aucun ressort national ne fonctionne. Les comoriens adhèrent de moins en moins à l’idée d’un destin commun. Le vivre ensemble ne suscite aucune ferveur particulière. Ceux qui croyaient le séparatisme résorbé se trompent énormément. Le séparatisme s’est mû en une vertu républicaine. Tout se définit, tout se négocie, selon les critères insulaires…Nos autorités ne s’adressent désormais plus au comoriens, mais aux anjouanais, aux Gds Comoriens, aux Moheliens…

La cohésion nationale retrouvée n’est qu’un équilibre au bord du précipice. Le fameux « à chacun son champ » lancé par Ali Hassanaly lors de la signature de l’accord de Fomboni (17 février 2001) a fait son œuvre. L’identité est désormais insulaire, Au-delà elle s’estompe. A Ngazidja notamment, chaque région se comporte telle une République. – L’Itsandra, élus compris, refusent que les ordures ménagers de Moroni retraversent « ses » terres... sous le NEC, les démons veillent. Le pays est géré selon les codes des us et coutumes. Dans une relation quasi fusionnelle, l’ordre des notables et le sermon religieux régentent désormais la République (…), Des notables qui ne se contentent plus d’étiquettes ou de préservations des mœurs dissolus, mais investissent les entreprises publiques (MA-Mwe, SCH etc…) certains devenant même leurs équipementiers.

Jamais les valeurs régressives ne se sont tant mieux portés. L’ignorance est devenue levier de progrès. Compétences et probité rasent désormais les murs. L’elite se planque. Elle a renoncé à tout idéal. Elle observe… Des ressources d’envergure nationale se dissolvent dans des activités associatives ou de quartier. Les escrocs son portés aux nues. Le héros nouveau est un gabelou. Elevées au rang de références nationales, l’imposture et la médiocrité se pavanent dans l’agora... désormais investie par des nains politiques empapaoutés de morgue sur leurs ergots. La génération qui aspire à assurer la relève pourrait nous réserver des surprises encore plus amères…
Le peuple lui, ne revendique plus rien. Les pratiques scélérates des dirigeants ont fini par déteindre sur les simples gens qui en sont venus à idolâtrer la rapine. Fini le comédien héraldique. Réduit à un quidam chapardeur, il vénère les malfrats. Il en se bat pour avoir une plus grosse sébile, ou guetter l’occasion d’emporter à son tour le tiroir-caisse.

Trente-sept années d’indépendance, Le pays s’effondre. La liberté c’est acquérir une identité. Quelle identité ? Quelle dignité quant « l’Etat» : a fait de l’obole sa politique de développement (…) Quelle dignité quand le pays est incapable de creuser un trou (à Mboueni)… pour évacuer l’eau de ruissellement Trente-sept ans de souveraineté nationale : Quel progrès, quelle réalisation, quelle prouesse, et dans quel domaine, aurait pu vertébrer chez le comorien une quelconque fierté nationale. On pourrait mentionner les détournements des deniers publics qui valent à leurs auteurs estime et considération. C’est d’ailleurs la seule performance accomplie sans l’aide de quiconque. Et s’il existait des « oscars », nul doute qu’on figurerait sur le podium – et d’ailleurs on y figure.

Le pays est devenu une fabrique d’illusions, Un ectoplasme d’insignifiance une singularité exotique parfois attachante, souvent encombrante. Le versement régulier des salaires des fonctionnaires dont se vante tant le Gouvernement dépend du nombre des passeports comoriens vendus – même à des truands, comme un miséreux qui vendrait un rein pour pouvoir se nourrir….

Comme ses prédécesseurs, le président Dhoinine tient un discours inaudible. Beit –salam vit hors du temps (en fait, c’est le pays tout entier qui vit hors du temps), dépassé par les exigences de la fonction. Mais serait-il a ce point si ingénu pour croire qu’un brouet de mots suffit à sauver le pays…

A sa décharge, on oublie que Dhoinine a été présenté comme le « relais » du précèdent régime dont il a fait partie. Il ne faudrait donc pas s’étonner que sa gestion diffère de beaucoup de celui qui l’a enfanté. Il n’empêche que son pouvoir bonheur risque de réveiller des mauvais ulcères. Sinon des échéances dramatiques.

Aboubacar M’Changama
Archipel n° 243 du 17 décembre 2012
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 20:09

Enseignement au rabais, un danger pour l’avenir des Comores

 

Par amour pour mon pays natal, je ne peux pas rester indifférent, en découvrant par hasard sur une page publicitaire du journal Al-watwan, qu’une école privée forme des médecins aux Comores.

 

 L’idée de former nos médecins  aux Comores est excellente en soi, malheureusement notre pays ne dispose pas encore de  ressources humaines et financières suffisantes pour créer une faculté de médecine digne de ce nom.

 

 Aussi, il faut reconnaître que la formation de médecins est tellement délicate et complexe pour être confiée à des privés dans un pays comme le nôtre où les familles ne pourront  pas financer les études de leurs enfants dans une école de médecine digne de ce nom. Car cela suppose un investissement colossal compte tenu du coût de la formation laquelle nécessite des spécialistes  qualifiés  aussi  bien dans le domaine scientifique pur (mathématiques, physiques- chimie, biophysiques, biochimie...) que médical alors que notre pays ne disposent pas suffisamment  de cadres supérieurs. Et l’invitation des missionnaires étrangers  pour dispenser des cours, en dehors d’une coopération bilatérale ou multilatérale coûterait extrêmement cher, donc insupportable pour une école privée qui cherche des profits dans un pays pauvre comme le nôtre.

 

C’est pourquoi en ma qualité de simple citoyen soucieux de l’avenir de son pays, je ne peux pas m’empêcher de condamner l’indifférence ou la complicité des politiques et des intellectuels Comoriens  qui privilégient les disputes pour le pouvoir avec la complicité d’une notabilité  manipulée, victime des manœuvres politiciennes et sectaires des siens.

 

Je ne peux  ni sous estimer  mon pays, ni mépriser les gens, mais je voudrais savoir, en dehors de considérations légales ou juridiques,  le lieu de stages  des étudiants  de cette école privée et le profil des  praticiens susceptibles d’encadrer ces jeunes carabins.

 

Néanmoins, je ne souhaiterais pas qu’on forme aux Comores des médecins et des para-médicaux au rabais, et qu’on abuse des familles soucieuses de l’avenir de leurs enfants. En fait, ces familles font  naïvement confiance aux gens venus d’ailleurs et aux autorités Comoriennes. Un enseignement au rabais, un danger pour l’avenir des Comores, sans aucun doute.

 

Je pèse mes mots et assume toutes mes responsabilités en qualifiant respectivement de bandits les propriétaires  de cette école privée et d’irresponsables tous ceux qui ont autorisé des  étrangers à former des médecins et des dentistes aux Comores sans se soucier de la qualité de la formation et du risque d’un enrichissement illicite sur le dos des Comoriens qui seraient tenter d’inscrire leurs enfants  dans les filières médicales et para-médicales.

 

Des  Africains  avec un niveau de vie très élevé par rapport à celui des Comoriens  n’ont pas encore tenté cette aventure de confier  à des boîtes privées la formation de leurs médecins.

Dans des  pays Européens comme la France où l’enseignement est au cœur des priorités  des autorités, la formation des médecins reste l’apanage des universités publiques, par contre certaines grandes écoles d’ingénieurs et de commerce aussi  prestigieuses sont dans les mains des sociétés privées.

 

 Il appartient aux autorités de prendre la mesure de la gravité de cette affaire afin de mettre un terme à ce scandale en interdisant aux sociétés privées de former des médecins, et des para-médicaux dans leurs établissements.

 

 La politique ne doit pas s’immiscer dans une affaire privée compromettant les intérêts de notre pays. En effet, il ne s’agit ni plus ni moins que  d’une tromperie de la part des individus qui veulent s’enrichir au dépens des Comoriens en échange d’une illusion.  Par conséquent,  la  responsabilité  des autorités compétentes sera engagée en cas de complaisance.

 

 

Docteur Abdou Ada Musbahou

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 21:03
Source : Al-watwan N° 1878 du vendredi 30 décembre 2011
>
Notre société, caractérisée par une trop grande proximité des gens, tend à réagir émotionnellement. Elle peut passer d'un sentiment extrême à l'autre, car elle ne prend pas le temps, ni la peine d'examiner les faits au prisme de la raison.
L'affaire Rifki, qui occupe actuellement le devant de la scène médiatique et judiciaire, vient faire oublier les affaires toutes récentes de corruption, de détournement de deniers publics dans certaines sociétés d'Etat et services publics. Elle va jeter aux oubliettes des affaires de mœurs autrement plus graves, telles et que les viols de fillettes et garçonnets de moins de dix ans, les affaires d'inceste avec sa propre fille, et la célèbre affaire désormais connue sous le nom de “bonbon au miel de fundi“.
Ces affaires-là ont, à mon sens, fait plus de dégâts à notre économie, aux fondements de notre morale et de notre religion, que le fait de vouloir plaider, argent à l'appui pour l'ouverture de débit de boissons alcoolisées. Ustadh Rifki n'a pas pris l'argent de l'Etat, privant les enfants de soins à l'hôpital ou les fonctionnaires de leur paye!
Il est vrai que la stature sociale et religieuse de Ustadh Rifki a de quoi alarmer, dégoûter même, l'opinion publique.
Haro sur le baudet

Néanmoins, il ne faut pas oublier que beaucoup de véritables corrompus et corrupteurs, enrichis à cause de leurs hautes fonctions présidentielles, ministérielles ou directoriales dans des sociétés d'Etat ou des services publics à sous, roulent impunément dans le luxe et narguent les pauvres gens à qui ils ont pris leur argent et cela ne semble choquer personne. Comme je le dit souvent, ils sont devenus des “wedzi watukufu wa dawla“ !
Au lieu de crier Haro sur le baudet, il faut que nos Uléma promptes à s'indigner, nos cadres aux discours incendiaires quand il s'agit de la paille qui est dans l'œil d'autrui, devrait s'entendre pour condamner certaines pratiques sociales qui sont, comment dirais-je, “corruptogènes“, qui portent en elles les germes de la corruption. 
Nos respectables notables, avec leur système de Mawu, taxe pour manquement aux règles du Mila nantsi qu'ils peuvent pour le besoin étendre à la gouvernance et obliger le gouvernement à payer une forte somme d'argent en réparation d'une broutille qui ailleurs aurait été sans conséquences, poussent à la corruption.
En effet, comment un fonctionnaire normalement constitué, peut-il rester honnête et intègre, lorsque après plusieurs mois d'arriérés de salaires, une certaine pression multiformes de la société notabiliaire vous oblige à être riche brusquement pour exécuter un Grand mariage onéreux en quelques jours?

Pratiques ostentatoires

Pire encore, à Ngazidja surtout qui est le nid de la corruption, cette même société notabiliaire vous oblige toujours par des pressions sournoises et des remarques désobligeantes à enterrer, en grande pompe et à coup de millions, un proche parent qui ne vous a pas téléphoné pour annoncer la date de sa mort! Comment des gens, qui n'ont aucune fonction déclarée à part être notables, peuvent-ils rouler dans des voitures luxueuses, vendre des marchandises à des sociétés d'Etat et privées sans que cela n'inquiète ni le fisc ni la fameuse commission anti-corruption!
Les Comores sont passées très rapidement du troc à l'argent comme monnaie d'échange. De part les pratiques ostentatoires de la société, surtout à Ngazidja qui donne le la aux autres îles, l'argent est vite devenu, non plus un moyen de se procurer des bien nécessaires, mais une fin en soi, une façon de “respectabilité“.
Pour pouvoir garder un soi-disant rang dans la société, il faut avoir beaucoup d'argent, c'est ce que certains ont compris qui n'ont plus de scrupules et qui ont gravi sans honte ni remords, les échelons de la hiérarchie notabiliaire grâce à l'argent détourné dans des institutions étatiques. Ce sont ces “wedzi watukufu wadawla“ qui peuvent inciter les ustadh Rifki et autres à tenter leur chance, eux aussi, pour “être dja wadru“ dans les bangwe de leurs villages et dans le pays aux cérémonies officielles avec le Djoho doré devenu un uniforme national ou le Mharuma sur l'épaule qui donne tous les droits et les passe-droits.
Comment les Uléma, qui sont tous devenus à Ngazidja du moins, des prêcheurs radiophoniques sur les ondes de l'Ortc et d'autres radios et télévisions locales; il faut signaler sans chauvinisme aucun qu'il n'y a pas d'Ustadh de Ndzuwani ou Mwali qui tiennent un Darsa à l'Ortc ou une autre radio locale de Ngazidja.

Uléma et notables

En effet, la plupart de ces Usdath, je ne dis pas tous, préparent par leurs prestations télévisées et leurs multiples conférences itinérantes, la réussite de leur Mashuhuli en se faisant connaitre par tous et partout ou encore mieux, leur candidature à des postes politiques ou à d'autres postes de responsabilité, tels des ambassades dans les pays arabes etc...
En tout cas, ils visent tous à faire leur Anda s'ils ne l'ont déjà fait ou celui de leurs enfants ou de leurs neveux et nièces. Telle est faite la société à Ngazidja. Nos Uléma et nos notables sont donc autant que nos cadres exposés à la corruption car ils visent à vivre au-dessus de leurs moyens ou pour être juste on les pousse à vivre au-dessus de leurs moyens!
Il ne faut donc pas que l'arbre de l'affaire de Ustadh Rifki vienne cacher la forêt très dense de corruption, de détournements de deniers publics, de dégradation accélérée des mœurs, j'en passe et des meilleurs. Il ne faut pas que nos Uléma montent toute une camarilla contre Ustadh Rifki parce qu'il voulait intervenir pour que l'alcool soit vendu de nouveau et accepter en même temps que l'argent de ce même alcool soit budgétisé et serve à payer les fonctionnaires musulmans, c'est de l'hypocrisie!
On ne peut pas jeter la pierre à Ustadh Rifki parce qu'il voulait intervenir pour que l'alcool soit libéré et garder le silence sur le Mluka nationale, “Maysir“ pour nos arabisants gardiens uniques de la morale, dont la publicité s'étale sur des kilomètres carrés de panneaux publicitaire et dans une certaine presse écrite et audio.
Je ne suis pas un Uléma pour un sous, mais dans mes souvenirs du Shioni, il me semble que le Aya qui condamne le vin, condamne en même temps le jeu de hasard “Mysir“, la viande de porc, “Lahmi l'hinzir“, et la consommation de sang “Dam“. Alors pourquoi s'acharner seulement sur l'alcool!
Par ailleurs, j'invite nos dirigeants, nos décideurs et nos leaders d'opinion, à prendre conscience que l'équation comorien = musulman, n'est plus vraie. Depuis un certain temps, des jeunes comoriens, d'ici et d'ailleurs, ont opté pour maintes raisons pour d'autres religions, chrétiennes notamment.

Jeter la pierre

Par peur de la vindicte populaire et peur de la répression, l'Islam étant une religion d'Etat aux Comores, ces Comoriens non musulmans, pratiquent en cachette leur religion. C'est entre autre le résultat du débat débridé entre Wahabisme, Shiisme, Sunnisme et le maque d'autorité du Mufti dans l'arbitrage de ces débats religieux et de société. Pour finir, je dirai, comme Al Massih, Nabi Insa Bnou Mariam, Jésus, lorsque la foule voulait lapider Marie Madeleine, une femme aux mœurs légères: “que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre“. Moi je dis: que celui qui n'a jamais été corrompu ou qui n'a jamais corrompu quelqu'un jette la première pierre sur Ustadh Rifki.
Messieurs les notables, messieurs les Uléma-notables, messieurs les cadres gouvernants, pour lutter véritablement contre la corruption et de façon pérenne condamnez en les causes inhérentes à nos pratiques sociales, faites en sorte que chacun puisse vivre décemment de son travail et ne vive plus au crochet d'un Directeur de société d'Etat, d'un homme politique ou d'un riche notable. Surtout qu'on ne lie plus “l'honneur“ et “la respectabilité“ des individus à des cérémonies ruineuses et ostentatoires, vous aurez ainsi fait un grand pas dans la lutte contre la corruption et de façon globale.

 

Aboubacar Ben Saïd Salim
Ecrivain
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 22:04

Source : Alwatwan du mardi 15 novembre 2011

Tentative de coup d'Etat” : le temps des manip

 

“Tentative de coup d’Etat” : le temps des manip’

Un média étranger n'arrête pas de faire part, de “tentative“ de coup d'Etat contre le très jeune pouvoir comorien en place. Il est vrai que, de tentative de coup d'Etat, cela fait bien longtemps qu'on n'en parle pas par ici. Il fallait donc, de toute urgence, en remettre une couche. D'autant plus que, devant un pouvoir composé, pour l'essentiel, de personnes plutôt nouvelles en matière de gestion des affaires au plus haut niveau de l'Etat et, historiquement de format inédit, l'“affaire“ ou, plus exactement, la thèse du coup de force, peut vite séduire et prendre. Ce qui est sûr, c'est que dans cette très malheureuse affaire, dans ce très méchant coup qu'on veut porter, encore une fois, à notre image et à notre crédibilité, la manip' sent à des années-lumière à la ronde.

La leçon de Mayotte

En effet, en cette période de notre histoire, la perche est trop bonne pour ne pas être saisie par certains qui, décidemment, ne nous veulent pas que du bien, et c'est un euphémisme. C'est qu'avec les évènements inédits à plusieurs égards qui ont lieu à Mayotte – surtout avec leur charge anticoloniale – l'occasion est trop opportune pour ne pas être saisie au bond. Le colonialisme français qui, avec ces troubles, se rend compte que son nouveau coup contre nous, à savoir sa “départementalisation” de Mayotte, connait des ratés, préfère la solution de la fuite en avant : mettre à mal plus encore l'image du pays en en faisant, plus encore, un repoussoir vis-à-vis de nos compatriotes de Mayotte. A cet égard, le message à ces compatriotes est clair : “il y a peut-être des inquiétudes ici, mais là-bas, c'est l'enfer absolu, la malédiction adviternam aeternam“.

Pépinière

Cette réaction des autorités coloniales d'occupation était d'autant prévisible que – avec ces manifestations et l'intervention poignante du Comité Maore Section de Maore à la célébration de la Journée nationale Maore, le 12 novembre – les leçons de patriotisme nous sont venues, cette fois-ci, de Mayotte. D'autant plus que pour mener à bien son coup, la pépinière de renégats prêts à foncer sur la Nation au moindre coup de sifflet du maître depuis Mayotte mais, de plus en plus, également, à partir les autres îles – est plutôt florissante.

Garde rapprochée

Mais ce n'est pas en cela, seulement, que s'inscrit, ce désormais “autre” “tentative de coups d'Etat”. En effet, après avoir mis la peur au ventre à nos très jeunes plus hauts responsables de l'Etat, on peut venir leur proposer une “infaillible” “Sécurité rapprochée” comme, de sources sûres, on s'apprête à le faire. Cette “Sécurité rapprochée” qui, comme les accords d'assistance militaire, nous a permis par le passé, d'éviter l'assassinat de Ali wa Swalihi, celui de Ahmed Abdallah Abdérémane, la déportation de Saïd Mohamed Djohar, l'exfiltration des chefs rebelles à Anjouan, etc., etc., et etc. A bon entendeur !

“Salissez, salissez, il restera toujours quelque chose”

Mais ce n'est pas, non plus, en cela, seulement, que s'inscrit, ce désormais “autre” “tentative de coups d'Etat“ que certains médias se chargeront, rapidement, de donner un nombre ordinal encore plus stellaire. Ce serait trop peu pour une si belle occasion... En effet, à un moment où avec les précédentes autorités, nos trop récents et trop courts efforts pour nous ouvrir à d'autres pays – et, ainsi, nous constituer des créneaux de respiration – ont quelques chances de porter des fruits, la configuration est toute trouvée pour amplifier la méfiance des autres pays à notre égard quant à notre capacité à nous prendre en charge, à être un pays fréquentable, à être un pays sérieux et, surtout, stable.

La République absente

Il faut dire qu'à cet égard, certains leur tendent la perche. En effet, alors que la République fêtait, le samedi 12 novembre, sa plus grande date de gloire, les plus hauts représentants de la République ont préféré prolonger la grasse matinée ou, à l'instar de ce gouverneur de l'île, partir en vadrouille et, à l'occasion, inaugurer aux côtés de monsieur l'ambassadeur de France – s'il vous paît ! –, un poste de santé. Un ambassadeur de France qui, soit dit en passant, vingt quatre heures auparavant, a pris soins, lui, en bon patriote français, de fêter, comme il se doit, sa fête du 11 novembre dans sa chancellerie.

Pour nos plus hauts représentants de la République, c'est, sans doute, une grande Première dans toute l'histoire des pays, des peuples et de la terre. Un manquement à inscrire dans les annales de l'histoire de la planète, adviternam aeternam.

Madjuwani hasani
madjuwani@gmail.com
madjuwanihasani@yahoo.fr
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 21:24
Source : Alwatwan n° 1728 du vendredi 1er avril 2011

 

Opinion / Par Idriss :  Le chantage aux visas est inacceptable

Idriss.JPG

Luc Hallade falsifie l’Histoire…

L’ambassadeur de France aux Comores occupe les médias nationaux et croît pouvoir justifier son attitude inacceptable avec des sophismes. Luc Hallade nie la souveraineté de l’Etat comorien. Comment peut-il qualifier de “unilatérale et brutale“ une décision de l’Etat souverain des Comores?


Au nom de quoi s’étonne-t-il qu’il n’y ait pas eu de “discussions préalables“ entre les Comores et la France s’il reconnaît, comme il dit par ailleurs, réellement le “droit des autorités comoriennes de vérifier l’identité des passagers entrants et sortants de leur territoire“? Luc Hallade veut que l’Etat comorien reconnaisse l’annexion française de Mayotte. Il se prévaut de n’avoir “jamais demandé aux autorités comoriennes de renoncer à leur combat pour Mayotte“ (il ne manquerait plus que cela) mais il veut que les autorités comoriennes avalisent le fait par la biométrisation de ceux qu’il appelle les “Comoriens de Mayotte“ et par l’arrêt des kwasa kwasa. Et monsieur se pose en défenseur humanitaire des morts et disparus en mer entre Anjouan et Mayotte. Cynisme honteux puisque chacun sait qu’avant le visa Balladur, ce drame humanitaire n’avait pas lieu. Mensonge flagrant puisque des nombreuses organisations non gouvernementales françaises ont dénoncé les exactions commises à Mayotte contre les Comoriens non français.

 

Qui a dit que le Cra de Mayotte est un scandale pour la République française? Qui a demandé une enquête sur les pratiques de la Paf française sur le bras de mer Anjouan-Mayotte? Ce sont des parlementaires français, insoupçonnables d’être anti français!

 

A ses exigences (biométrisation, kwasa-kwasa) que propose-t-il en contrepartie? Assouplir le visa Balladur, en somme encore une fois reconnaître à la France le droit de nous imposer un visa pour circuler dans notre propre pays ! Il persiste à parler de “flux migratoire“ et il s’étonne du refus comorien!

 

Luc Hallade falsifie l’Histoire. La France s’est introduite aux Comores par la force. La France s’est maintenue à Mayotte par la force. Ce sont des faits historiques facilement démontrables. A cela il convient d’ajouter que s’il suffisait que la population d’une île s’insurge pour lui proposer une consultation sur son statut, il y a longtemps que l’Etat français aurait consulté le peuple corse qui se bat les armes à la main depuis plus de trente ans. S’il suffisait que la population d’une région d’un pays demande à se séparer et à intégrer un autre pays, les séparatistes géorgiens de l’Ossétie auraient eu le soutien de l’Etat français.

 

M. Hallade fait du chantage aux visas. Dans ses relations avec les Comores, l’Etat français affiche son mépris de nos gouvernants, pratique couramment le bâton et la carotte. Vous dites que votre “activité normale est de délivrer des visas“, comme vous avez décidé de ne pas le faire, que faites vous ici?

 

Monsieur Hallade, nous demandons votre expulsion du pays parce que vous avez dépassé les limites de l’acceptable. Comment un simple ambassadeur peut-il parler publiquement de “revirement“, d’”attitude dilatoire“, d’”absence de volonté“ du gouvernement d’un pays!? Il y a des ambassadeurs qui ont été déclarés persona non grata pour bien moins que cela. Votre volonté d’imposer coûte que coûte le fait accompli français à Mayotte vous a mené vers de l’anti-comorien primaire. Jamais notre peuple n’avait demandé l’expulsion d’un ambassadeur, même votre prédécesseur qui manifestement n’était pas diplomate. Votre présence dans notre pays sera désormais vécue par les simples citoyens comme une humiliation supplémentaire, comme une sorte de démission des autorités comoriennes.

 

Idriss

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 20:24

Source : Al-watwan N° 1708 du vendredi 25 février 2011

Les Comores n’ont jamais été unies politiquement avant la colonisation. Et alors?

Par Aboubacar Said Salim

 

Si je prends l’histoire de la France, celle-là même qui occupe notre pays à Mayotte, son unité politique ne s’est faite que grâce aux invasions “barbares”, les Normands, les Goths, les Visigoths, les Ostrogoths, les Huns, les Francs sans compter les Romains, et j’en passe. Rappelons également que c’est la religion qui a forgé l’unité de la France à travers le christianisme (contre l’arianisme) et la Papauté et que c’est Charlemagne (un Carolingien) qui fut sacré le premier, Empereur en l’an 800 par le pape Léon III, tout en restant roi des Francs

 

Je m’étonne que des historiens de tous poils, soient préoccupés par le problème de l’unité politique des Comores avant la colonisation et veulent s’en servir pour justifier la présence française à Mayotte. Admettons que les Comores n’aient jamais été unies politiquement avant la colonisation, ce qui reste à démontrer. Soit! Et alors! Je veux seulement qu’on me dise quel pays s’est uni politiquement tout seul sans une colonisation? Si je prends l’histoire de la France, celle-là même qui occupe notre pays à Mayotte, son unité politique ne s’est faite que grâce aux invasions “barbares”, les Normands, les Goths, les Visigoths, les Ostrogoths, les Huns, les Francs sans compter les Romains, et j’en passe.

 

Rappelons également que c’est la religion qui a forgé l’unité de la France à travers le christianisme (contre l’arianisme) et la Papauté et que c’est Charlemagne (un Carolingien) qui fut sacré le premier, Empereur en l’an 800 par le pape Léon III, tout en restant roi des Francs. Il a ainsi régné sur plusieurs régions, esquissant ainsi une première unité de la France et même un début d’union européenne.

 

Il faut aussi se souvenir du fait que c’est la colonisation qui a façonné l’unité de la majorité des pays africains et asiatiques. A part deux ou trois empires africains, tout le reste était uni sous la férule de la colonisation. Parce que l’unité était l’intérêt du colon. Il en est de même pour l’Inde des Maharaja, unie sous la colonisation anglaise.


Les Usa, la France et les autres...


Je ne citerai pas les Usa dont tout le monde connaît l’histoire, ni Israël, deux pays dont l’unité est artificiellement bâtie sur les cadavres de plusieurs millions d’autochtones. En vérité la vraie question reste de savoir si après 150 ans d’unité politique coloniale qui serait fabriquée par la France, cela est une raison suffisante pour que cette dernière défasse cette unité lors de notre indépendance? Sauf à vouloir défendre une thèse collaborationniste comme du temps du pétainisme, il faut reconnaître que la France n’est pas plus forte ni plus intelligente que toutes les Nations unies qui ont édicté la règle de la décolonisation des pays dans les frontières coloniales et que la France a reprise dans ses lois. Il faut maintenant que la France réponde par oui ou non à la question suivante : Mayotte faisait elle-t-partie du Tom Comorien?

 

Alors mesdames et messieurs les nouveaux historiens! Trêves de débats. Choisissez votre camp et tenez-vous en vos thèses anachroniques et nous nous en tiendront aux nôtres. Mais de grâce ne nous rebattez plus les oreilles avec vos thèses révisionnistes et collaborationnistes pour avoir les faveurs de la France et quelques visas de complaisances.

Si vous pensez que l’unité politique avant la colonisation est une condition sine qua non pour l’indépendance, alors refaite l’histoire, remontez le temps et faites revenir les Romains en Gaulle, la guillotine sur la place de Grève et les jacobins au pouvoir!


Aboubacar Ben Said Salim

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 09:23

Vous trouverez ci-dessous la suite de la tribune libre de l'ecrivain comorien Aboubacar Said Salim en réaction au propos de l'historien français Jean Martin sur la question de l'île comorienne de Mayotte

 

Source : ALBALAD n°437 du 02 février 2011

 

(...) Les conséquences désastreuses qui s'en suivront et qui sont déjà là, morts de milliers de comoriens dans les eaux entre Anjouan et Mayotte, expulsion manu militari d'enfants en âge scolaire et peut être même attentats à la bombe par des gens en désespoir de cause (Non ça n'arrive pas qu'aux autres), toutes ces conséquences d'une départementalisation au forceps de l'ile comorienne de Mayotte, vous en serez complice et vous ne pouvez pas évoquer le pardon pour ignorance puisque vous êtes sensé être un spécialiste de l'histoire des Comores.

Pour finir je voudrai tout simplement poser une question, pourquoi la France qui se prétend une démocratie ne consulte-t-elle pas son peuple français et lui demander si oui ou non il veut recoloniser Mayotte sous une forme moderne qu'on appelle départementalisation, au lieu de consulter des apprentis sorciers déguisés en historiens?

Sur ce plan du moins, le Front National qui prône dans son programme la votation populaire sur les questions d'intérêt national s'avère plus démocrate que la bande à Sarko.

Sachez enfin qu'aucune thèse négationniste par le plus illustre historien qui soit ne peut empêcher l'unité des Comores qui, ne vous en déplaise Monsieur Martin, a existé à travers l'islamisation de l'archipel dès le 9é siècle (des nouvelles recherches la font remonter au 7 é s après JC) et l'unité des familles régnantes des sultans un peu à l'image des Bourbons qui régnaient en France et en Espagne et qui étaient rois de France et de Navarre ! Vous le savez mais vous le niez par intérêt, que la nation comorienne a préexisté à la colonisation malgré la séparation par la mer et la présence de sultans différents mais de la même famille dans les îles jusqu'à l'usurpation du pouvoir par votre sultan de pacotille Andriantsouli, un réfugié politique que la France a aidé à s'auto proclamer sultan, juste le temps d'une vente, celle de l’Ile comorienne de Mayotte à la France!

Monsieur Martin, sachez qu'on a beau chassé la vérité historique, elle revient toujours un jour ou l'autre et ce jour-là sera votre jour de plus grande honte!

Les conséquences désastreuses qui s'en suivront et qui sont déjà là, morts de milliers de comoriens dans les eaux entre Anjouan et Mayotte, expulsion manu militari d'enfants en âge scolaire et peut être même attentats à la bombe par des gens en désespoir de cause (Non ça n'arrive pas qu'aux autres), toutes ces conséquences d'une départementalisation au forceps de l'ile comorienne de Mayotte, vous en serez complice et vous ne pouvez pas évoquer le pardon pour ignorance puisque vous êtes sensé être un spécialiste de l'histoire des Comores.

Pour finir je voudrai tout simplement poser une question, pourquoi la France qui se prétend une démocratie ne consulte-t-elle pas son peuple français et lui demander si oui ou non il veut recoloniser Mayotte sous une forme moderne qu'on appelle départementalisation, au lieu de consulter des apprentis sorciers déguisés en historiens?

Sur ce plan du moins, le Front National qui prône dans son programme la votation populaire sur les questions d'intérêt national s'avère plus démocrate que la bande à Sarko.

Sachez enfin qu'aucune thèse négationniste par le plus illustre historien qui soit ne peut empêcher l'unité des Comores qui, ne vous en déplaise Monsieur Martin, a existé à travers l'islamisation de l'archipel dès le 9é siècle (des nouvelles recherches la font remonter au 7 é s après JC) et l'unité des familles régnantes des sultans un peu à l'image des Bourbons qui régnaient en France et en Espagne et qui étaient rois de France et de Navarre ! Vous le savez mais vous le niez par intérêt, que la nation comorienne a préexisté à la colonisation malgré la séparation par la mer et la présence de sultans différents mais de la même famille dans les îles jusqu'à l'usurpation du pouvoir par votre sultan de pacotille Andriantsouli, un réfugié politique que la France a aidé à s'auto proclamer sultan, juste le temps d'une vente, celle de l’Ile comorienne de Mayotte à la France!

Monsieur Martin, sachez qu'on a beau chassé la vérité historique, elle revient toujours un jour ou l'autre et ce jour-là sera votre jour de plus grande honte!

Pour voir la 1ere partie de l'article, cliquez ICI

Aboubacar Ben SAID SALIM

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 21:23

Source : Albalad  Comores n° 435 du 31 janvier 2011

 

Nous publions une tribune de l'écrivain Aboubacar Said Salim

 

Tribune de l'écrivain Aboubacar Said Salim – 1ère partie

Jean Martin qui a préparé une thèse de doctorat sur les Comores intitulée « Quatre iles entre Pirates et planteurs » annonce déjà à travers ce titre son déni d'une quelconque unité nationale en excluant et le mot archipel qui renverrait à une unité géographique, et le mot sultan qui connoterait un pouvoir politique nécessaire à une unité politique. Il n'a donc retenu que les pirates et les planteurs tous éléments exogènes en provenance de l'occident. Ceci comme pour signifier qu'avant les planteurs et les pirates les Comores n'existaient pas. 

Il peut être compréhensible qu'un doctorat dont l'impétrant n'a jamais mis les pieds sur le territoire étudié et qui s'est contenté des archives d'outre-mer d'Aix en Provence, puisse être truffé des vues unilatérale et se tromper sur l'interprétation de faits historiques observés. Étant de surcroit un français donc membre de la communauté colonisatrice des Comores, sont objectivité trouve d'emblée biaisée. La preuve est que la France qui veut à tout prix garder Mayotte en départementalisant cette île comorienne occupée par la Force et la ruse, lui a commandé un travail sur la départementalisation de Mayotte. Le politique ayant sans doute besoin de l'appui de l'aura de la science ne fut ce qu'historique, Jean Martin comme l'ont fait avant lui d'autres intellectuels, les Gobineau et consorts, va abonder dans le sens de son « payeur » pour « démontrer » que les Comores n'ont jamais été unies et que donc la France peut les dépecer à volonté. Je ne suis pas historien et Dieu me garde d'en être un à la sauce Jean Martin, mais du moins ai-je étudié l'histoire de France durant presque toute ma scolarité et j'ai habité la France pendant 9 ans ce que Jean Martin n'a pas eu la chance de faire concernant les Comores. A ce titre je le renvoie à l'histoire de France, et le mets au défi de me démontrer que la France ait jamais eu une unité intrinsèque. Si l'existence des seigneurs féodaux dans leurs châteaux forts et dans leurs fiefs au nord comme au sud, a empêché pour autant |'évolution de la France vers un Jacobinisme exacerbé, expression d'une unité forcée par le fer et le sang tout au long des siècles.
Ben sûr il est facile d'arrêter l'évolution normale d'un pays par la colonisation, pour ensuite dire que ce pays n'existe pas puisqu'il n'était pas uni selon les critères du colonisateur lui-même. 
Monsieur Jean Martin, le travail que vous a commandé les fossoyeurs de |'unité de |'archipel des Comores et que vous allez fièrement publier bientôt pour renforcer les thèses séparatistes franco mahoraises contre quelques milliers d'euros, vous disqualifie désormais du noble titre d'historien et vous rétrograde au rang de griot de la république.


(Suite dans la prochaine édition) / Pour voir la suite cliquez ICI

Source : Albalad Comores n° du 31 janvier 2011

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article

Pages