Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 23:53

 photos-cris-16-02-08-001.jpg

 

 

Aujourd’hui, les « Cris d’ici et d’ailleurs » résonneront et raisonneront à Nantes (44100) car la lune des îles apparait depuis vendredi soir sur son ciel.

 

En effet, dans le cadre du week-end spécial Archipel des Comores (vendredi 7, samedi 8 et dimanche 9 juin 2013) organisé par les associations Mémoire de l’Outre Mer et CCLA (Communauté Comorienne de Loire Atlantique) à l’Espace culturel Louis Delgres , 89, quai de la fosse  , j’animerai ce dimanche (9 juin 2013) à partir de 12h30 une rencontre poétique autour de mon recueil « Cris d’ici et d’ailleurs » publié chez Komedit en 2008. Une belle occasion pour moi de lire quelques poèmes et d’échanger avec le public. Un rendez vous à ne pas manquer.

 

week-end-comorien-a-Nantes-juin-13-copie-1.jpg


Vous pouvez voir le programme de cette fête culturelle en cliquant ICI (fichier en PDF)

 

Halidi Allaoui

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 23:15

photos-cris-16-02-08-001.jpg

 

Vous trouverez ci-dessous la lettre que Madame Rose NOLLEVAUX*, Ecrivaine Belge et auteure entre autres de Petite Reine de Saba, m'a adressée le 30 janvier 2012 après avoir lu et rélu mon recueil de poèmes Cris d'Ici et d'Ailleurs publié en  2008 chez Komédit

 

Un Grand Merci à Rose NOLLEVAUX, une Grande Dame merveilleuse, qui en dépit de son emploi du temps très chargé, a tenu à me faire part de ce qu'elle pense de mon oeuvre.

Halidi Allaoui

 

 

 

« J’ai été très touchée par la poésie qui se dégage de ce recueil. Elle m’a remuée… »

 

Cher Halidi,

Je referme une fois encore les CRIS d’ici et d’ailleurs.


J’ai été très touchée par la poésie qui se dégage de ce recueil. Elle m’a remuée… alors que le titre m’avait pourtant avertie, comme aussi la dédicace A tous ceux qui m’aideront à effacer ces cris et comme enfin la revendication solennelle de votre « comorianité ».

Tant d’émotions fortes traversent ces pages sur votre paysage quatre étoiles  avec toutes ses fragrances : vos îles de la Lune, les Comores.


Tout d’abord une nostalgie  peuplée d’images et d’oreilles qui réclament incessamment les vagues nocturnes de l’océan, nostalgie des îles avec les vieux dans les bangwe et le Msiroju de votre enfance. (Hasard du calendrier : au moment où je vous écris ces lignes, vous publiez aujourd’hui sur votre blog un article où vous venez d’apprendre que sans aucune concertation, on a abattu cet arbre énorme et souverain, pas loin de votre domicile à Ouani… et plus loin dans un autre poème, vous évoquez comme une prédiction ces Tartuffes qui te détruisent en douceur comme ces arbres allongés sur tes routes… D’où, plus que jamais :)

 

Cet autre sentiment de révolte, que vous exprimez contre le sultan qui vivait plus haut afin de nous voir bas, révolte contre le cirque beau et tartuffe du Croissant paradisiaque, révolte enfin dans la promesse faite à la grand-mère Koko : je continuerai ta guerre.

Douleur profonde du poète, depuis que Mwenye n’est plus socle de notre dignité, depuis que la population voit tous ses espoirs laminés.

 

Enfin, il le faut, l’espoir se doit de renaître. Le peuple a soif d’une lumière neuve : il partira un jour à la reconquête de la fragrance des girofliers usurpés, à la recherche de la lueur noire des astres éclipsés.

Rose Nollevaux

30 janvier 2012

 

 

* Rose-Nollevaux.jpgRose Nollevaux est née à Herbeumont en Belgique le 08 novembre 1935. Après une formation littéraire, un Premier Prix et un Prix Supérieur en Déclamation au Conservatoire Royal de Liège, elle a été comédienne, interprète de poésie, pédagogue en Arts de la Parole puis s’est mise à l’écriture.


Son premier roman, L’oblique des continents, publié en 2006 (Editions Memory Press, Erezée)  a reçu en 2007 le Prix quinquennal Van de Wiele du roman féminin belge.

Sa deuxième œuvre publiée en 2010, Les voyelles d’Arthur,( Editions Memory Press, Tenneville, 2010) est un recueil poétique.


Son dernier roman Petite reine de Saba (Editions Memory Press, Tenneville, 2010) dont l’héroïne est née aux Comores et une grande partie de l’histoire se passe sur l’île de Ngazidja (Grande Comores) a été  sélectionné l’année dernière pour le prix du roman métis de la Réunion . 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 21:36

 

 

Source : Le journal Albalad n°464 du 14 mars 2011 

 

Cris d'ici et d'ailleurs de Halidi Allaoui : « Une poésie d’une beauté toute particulière »

 

Le "cris d’ici et d’ailleurs" de  Halidi Allaoui  ne laisse pas indifférent.

Après Aboubacar Salim, Coralie Frei, écrivain d’origine comorienne et auteur de « la perle des Comores, destin d’Anjouannaise » fait une analyse de ce recueil de poèmes  publié par la maison d’édition Komedit en 2008.

 

Halidi--id.jpg

 

Pour Coralie Frei, « Cris d’ici et d’ailleurs » est « une poésie d’une beauté toute particulière » et d’une grande fluidité, et  d’une simplicité qui la met  à la portée de tout un chacun. »

 

« Tantôt gai, tantôt taciturne, nostalgique, révolté, amer mais aussi un peu rêveur, romantique aimant et tendre, le poète passe par toutes les humeurs pour se livrer à son lecteur, déversant sur lui tout son enthousiasme à tel point que celui-ci ne peut s’identifier qu’à lui d’une manière et d’une autre » écrit l’écrivain.

 

« Dans son recueil, Halidi est en perpétuel mouvement, il a la bougeotte. Cet aspect n’est pas passé inaperçu à la plupart de ceux qui ont lu le recueil.  Errances géographique, culturelle, linguistique… voyage initiatique… MM Haled A.Boina et  Aboubacar  Saïd Salim ont su saisir le sens  de l’ouvrage», relève encore Coralie.

Elle note surtout que « le poète ne néglige rien. Ni les rites et les coutumes « n’koma » ni les croyances et les lieux occultes… ».

 

« On ne ressent pas de sa part, au terme de ses voyages géographiques, une grande curiosité, ni un grand émerveillement. Toutefois, l’intérêt de toute autre nature est omniprésent. Constatations, comparaisons … » retient –elle avant de constater que « le poète mène un combat farouche contre l’aliénation », et « qu’il ne cherche pas vraiment,  comme il semblerait le faire croire ».  « Quand il écrit « j’opte pour la comorianité », « je défends avec fougue ma comorianité », il a déjà fait son choix celui de conserver son identité, ses origines », observe-t-elle.

 

Pour elle,  « le poète Halidi est mélancolique pas ce genre de mélancolie qui plombe le moral et empêche d’avancer, c’est tout le contraire. Il crie sa tristesse et sa révolte contre les sévices de son monde à son monde ».

 

Se penchant encore à l’écriture en tant que telle, elle trouve qu’ « il y a une beauté toute particulière à l’écriture. De la rime dans Mwényé, Cri de détresse… à la simple narration, lesquels s’associent pour peindre l’aspect continu de la pensée du poète. Ce qui adoucit le style et  avec le jonglage entre la majuscule et la minuscule dans son portrait, par exemple, donne un côté un peu ludique à l’écriture ».    

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 23:56

Chers visiteurs du blog

 

Nous vous proposons  ci-dessous les notes de lecture du jeune (par l’âge) et grand (par le talent) écrivain-poète comorien Adjmael Halidi consacrées à notre recueil de poèmes « Cris d’ici et d’ailleurs ». Cet article est paru dans Ya  Mkobe, la revue scientifique du CNDRS (Centre National de documentation et de recherche scientifique des Comores) dont nous remercions le directeur de publication de nous avoir autorisé à le diffuser sur notre blog pour vous.

 

Adjmael Halidi (photo), né le 12 juin 1986 à Tsembehou sur l’île d’Anjouan aux Comores,  est l’auteur de plusieurs poèmes publiés sur internet et d’un recueil de nouvelles « Au rythme des alizés » publié aux éditions de la lune en 2006.

 

Un grand poète lunaire qui parle et commente le recueil d'un autre poète lunaire mais novice avec des mots aussi profonds ! sans commentaires. 

 

Bonne lecture.

 

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 



Confession intime, confession universelle

 

Notes de lecture sur le recueil de poèmes « Cris d’ici et d’ailleurs » de Halidi Allaoui. Moroni : Komédit, 2008, 72 p.

Par Adjmael Halidi

Auteur du recueil de nouvelles

 « Au rythme des alizés »2006 les éditions de la lune

 

 Entre la Mélancolie et la Prière, une petite voix s'élève et nous fait vivre, tel un rêve éveillé, ce laps de temps qui sépare et résume toute la vie de l'Homme. Cet Homme qui né de l'angoisse, de la mélancolie, et qui survit de prières, d'espoir. Le poète, ici, espère se confesser ; pense exprimer sa tristesse, son ras le bol, et, sa confiance à la vie à voix basse. Ironie du sort ! Il se trahit lui-même. Quand il intitule son recueil Cris d'ici et d'ailleurs, le poète Halidi Allaoui met tout le monde dans la confidence ; ses cris diaprés, puisque trempés dans l'encre de toutes les vies de ce monde, du nord au sud, de l'est à l'ouest, ont pris le large, quitté le jeune gosier du poète malgré lui, rien que pour consoler l'autre , l'alter ego, histoire de lui permettre d'y croire car il n'est pas le seul à vivre pareil cas : Cris d'ici et d'ailleurs révèle un secret sans âge : la vie est un étendard qui porte toutes les couleurs , hormis la rose ; mais elle mérite tout de même d'être vécue .

 

 Au travers du premier vers de ce premier recueil riche en poésie et philosophie résonne d'ores et déjà l'esprit, le thème majeur , de l'œuvre poétique de Halidi Allaoui : la Nostalgie : cette frustration que donne l'absence de la chose aimée , ou tout simplement l'angoisse de vivre les souvenirs du royaume d'enfance loin du pays natal ,en somme , comme l'affirme le poète lui-même , la nostalgie est « Une douleur aiguë /Qui imite le vent /(et) déchire (le) cœur » ; surtout quand ce pays « essence » est pris d'assaut par « des preneurs d'otages » . « Je scrute la lune des îles » dit-il. Scruter, pour le jeune poète, ce n'est point le simple fait de chercher à savoir de quels maux souffre son archipel de sultans batailleurs ; même s'il s'écrie « l'ignorance ronge l'esprit », à chaque moment où il manque d'informations sur la situation politique et sociale de ses îles. Scruter, pour ce jeune exilé, c'est un devoir, un dur labeur qui consiste à trouver une solution adéquate aux problèmes centenaires des îles de la Lune, pour qu'enfin il puisse fuir cet asile exempté de minarets, de cocotiers, de véranda pour les contes, de boutres ancestraux. Cet asile vécu comme un calvaire, puisque « l'été l'automne l'hiver et le printemps /N'égalent pas (les) kashkazi et kusi » de ses îles, n'en parlons plus de ces matins dont « le soleil n'offre pas de câlins » que tous les jours il doit supporter à l'étranger. En effet, le poète vit à Rouen, en France. Mais là-bas, même si à plusieurs kilomètres de son pays d'origine, rien n'arrive à l'empêcher de toujours porter ses origines dans son cœur, comme auparavant, telle une mère, ce même pays lui a « intimement abrité dans (son) corps ». « Au large de cet océan houleux / Rien ne saura nous délier », promet-il. Surtout, c'est pendant les crépuscules, à chaque lever de la lune, emblème incontesté de l'Union des Comores, après une longue attente du « vent du soir », au moment où « (son) océan chante » que ses souvenirs ô combien !meilleurs se réveillent de leur triste tombeau, qui n'est autre que le cœur du jeune Halidi, « Point de tombeaux que nos cœurs ». Bien évidemment, le poète, ici, est « un aveugle qui voit », car même si martyr de l'espace et du temps, aveuglé par l'écart, la distance, les kilomètres qui le séparent de son vrai pays, il arrive toujours à voir, à fouiller, à scruter « la lune des îles ». Cette lune que pour nous est à tout le monde, mais que pour le poète n'appartient qu'aux originaires des îles de la Lune. Et qu'à chaque fois qu'il y aura cette lune tout en haut dans le ciel, le regard du Comorien partout où il sera rivé vers ses îles. D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle cette lune a toutes les raisons de rappeler au poète son archipel aux mille et une légendes. Ce qui veut dire que même si l'errance de Halidi ne prend pas toujours fin, Ouani, Moroni, Saint-Denis, Rouen... le gîte du poète sera toujours Ouani, sera toujours les îles d'Al Kamar. Rouen n'est qu'une ville adoptive pour notre poète de l'ombre, comme il se qualifie lui-même. Bien sûr qu' Halidi espère n'être qu'un simple visiteur dans Rouen. Cette cité perçue par Halidi Allaoui comme une marâtre, puisqu'en dépit du bonheur qu'elle procure, elle ne peut remplacer la mère biologique, qu'elle soit pauvre ou riche. Pour le poète, Rouen le retient et le sépare de ses îles, donc Rouen est torturante. « Hélas ! Rouen torture ses visiteurs », explique le poète. Autrement dit, le poète prie avec ferveur, surtout dans le poème Destin où il implore tous les dieux de cette terre, d'Allah (Mungu) au dieu des poètes Orphée, par le truchement de Prévert qui l'incarne selon poète, à Mahomet (Mtrume), pour qu'enfin son exil prenne fin ; que le bonheur qu'il est parti chercher à Rouen atteigne aussi les Comores ; que son vrai pays devienne vivable et que ses enfants ne le fuient plus. Lisez le poète à travers ces vers pleins d'anaphores et d'espoir et vous comprendrez :

 

« Peut-être nous aurons pitié de toi
Peut-être nous exploiterons tes moyens
Peut-être nous deviendrons tes citoyens
Peut-être nous ne serons plus des oies »

 

Vivre, un vrai parcours du combattant

 

La question fondamentale de ce recueil, et il ne faut jamais oublier de le souligner qu'elle est existentielle, même si le décor, telle une scène de théâtre, est surréaliste, reste toujours : comment vivre ? En effet, même si le poète croule dans la souffrance, même si les jours du poète sont sombres, des mots comme « minuit », « nuits », « obscurité morose », « aveugle », « soir » démontrent cette obscurité du quotidien du poète , même si le poète « a encore la mort dans l'âme » , et, même s'il a parfois « ras le bol» , il garde toujours espoir . Quand il confie « Las de ce monde, je voulais mourir en silence », il nous rassure qu'il va bien, et, que la feuille blanche adoucit sa peine, lui sert d'antidépresseur. Tout en silence, le poète écrit tout ce qui lui passe par la tête. Ce qui veut dire que même si le bonheur est loin, il y croit toujours :

 

« Nuits d'insomnie incessantes
Attente infructueuse avec d'autres
Tout son espoir reposant sur l'éternité »

 

D'ailleurs, dès le tout début du recueil, Halidi l'a crié haut et fort : « Que puis-je faire d'autre ? /Espérer, espérer... »

 

En effet, le poète Halidi, ne saurait mener ce combat tout seul. Il aurait failli à sa mission. La mission de persévérer, de survivre. Des gens qu'il a connus à 20 ans le soutient. La plupart d'entre eux sont des lémures : Prévert, Bachelard, Molière, Rimbaud, Fanon, Soyinka, Labou Tansi, Abou. Ces derniers, de par leur vécu, l'aident à assumer sa « comorianité » : le fait d'être né français du bout du monde (Comores postcoloniales), de devenir Comorien (Comores indépendantes) et de devenir français métropolitain (le poète a la nationalité française et vit en France). Difficile de se révolter contre la Franç'Afrique (poème L'Humanité, p.49) quand on a comme ancêtres les gaulois. Discrètement, il se révolte contre la puissance mère : il parle d'Anjouan et de Mohéli de 1997. Du séparatisme et du rattachement à la France.

 

« Les feuilles malgré elles
Ont choisi de se faire écraser
A sa droite il n'y a qu'une porte blanche
Au-dessus de sa tête
Se trouve un plafond tricolore
Qui baise un tissu vert »

 

La femme, un être omniprésent

 

Le thème de la femme est omniprésent dans Cris d'ici et d'ailleurs .D'ailleurs, si on veuille bien croire au poète Halidi, la femme est sa muse, « femme de mes idées ». Elle est aussi la personne qui le pousse à ne pas baisser les bras, « femme d'espoir ». La femme est tout pour le poète. Mais de quelle femme l'auteur parle ici ? Sûrement cette « Rose du bonheur », cette « Maman », cette « femme verset » n'est autre que ses îles. «Elle »la bien-aimée c'est certainement son pays, les Comores. Ce pays qui le manque à mourir. Enfin, Halidi Allaoui, à travers ce tout premier recueil de poèmes ,sorti chez Komédit (première maison d'édition comorienne) , prie et espère que son pays sera un jour épargné de ses tyrans, de ses mauvais enfants, de ses agitateurs qui font à ce que la population comorienne ait des « espoirs laminés ».

 

                                                                                  Adjmaël Halidi

                                                                                      www.adjmael-halidi.com

 

Source : la revue Ya Mkobe n° 16-17 / 2008


Pour voir les autres articles sur notre recueil 
cliquez ICI

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 23:14

MOI ET LES MEDIAS : INVITE DE L’EMISSION « ECHO DES ILES COMORES » DU 15 MARS 2008 : Halidi Allaoui 

 

« Les Comoriens ont aussi des militaires vaillants (…) et c’est l’histoire qui va leur rendre ce qu’ils méritent »

 

« Ma poésie, c’est un mélange de mon esprit et de mon cœur »

 

 

Le 15 mars dernier, j’ai été l’invité de l’émission « Echo des îles Comores » diffusée par radio Fréquence Paris Plurielle 106.3 FM et sur Comores-Online.com les samedis de 19H30 à 21H (heure de Paris) .  Normalement, je devrais parler uniquement de mon premier recueil  de poèmes « cris d’ici et d’ailleurs » que je venais de publier chez Komedit. Mais l’actualité brulante des Comores avait tout chamboulé. En effet, l’armée comorienne qui préparait minutieusement à MWALI  l’intervention militaire tant attendue venait de lancer une incursion sur l’île de NDZUWANI et plus précisément dans la ville de  Domoni.

 

Donc je m’étais trouvé obligé de commenter l’actualité et de parler de mon recueil. Ce qui n'était pas évident. Mais il fallait le faire. Et comme m'ont appris les sages lunaires : "mudru wa ngoma mutru wupara ngomani"

 

Maintenant c’est à vous  de cliquer une fois sur le fichier audio ci-dessous pour écouter l’intégralité de mon intervention en shikomor et en français.



Bonne écoute. Vos commentaires et critiques m’intéressent

 

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 22:04

Vous trouverez ci-dessous une  critique litteraire  de l'historien Nakidine MATTOIR* consacrée à mon recueil de poèmes "Cris d'ici et d'ailleurs" et publiée par certains médias dont : HOLAMBE,COMORES 4, WORLD4.COM, et  KWELI-MAGAZINE,
 


Halidi Allaoui : le poète errant et vagabond

  Être poète, pour Allaoui, c’est écrire en toutes circonstances, au hasard des rencontres et des clins d’œil jetés au regard de la vie, des lieux et des symboles. Océans, Mers, institutions historiques et culturelles, esprit voyageur tel un errant qui découvre une ville, un lieu, voilà ce qui matérialise l’esprit des vers et des strophes du voyage initiatique de notre poète.

Mémoire d’une âme, c’est par cette phrase que nous pourrions résumer l’œuvre poétique de Allaoui Halidi. En effet, toutes les impressions, tous les souvenirs, toutes les réalités, tous les fantômes vagues, funèbres ou drôles, que peut contenir une œuvre, une conscience, l’imaginaire collectif sont rappelés et décrits, d’une étape à l’autre, d’un vers aux strophes et mêlés dans un destin sombre et mélancolique. Son univers est fait d’une série de voyage de Ouani, sa ville natale, en passant par Moroni, d’adolescence, poursuivant ce pèlerinage vers Rouen, cité où Jeanne d’Arc, « La pucelle » fut brûlée, en faisant des étapes comme le vagabond qui s’ennuie dans les cités normandes, la Corse et l’Alsace. Poème après poème, il sonde des émotions sourdes et fortes, descellant des paroles muettes happées par la nostalgie de l’archipel de la Lune, interrogeant sans cesse l’oubli, pour ne pas dire la cosmogonie de l’oubli, où survivent des lambeaux de mémoire vive , pendant que son

« île flétrie sollicite la quiétude(…)

 Les campagnards et les citadins t’humilient(…)

Car ils oublient le ciment qui nous lie(…)

Tu saignes sans cesse à cause d’eux (…) ».

 

Le poète errant nous emmène sur une voie mythique et de lumière aujourd’hui meurtrie et assombrie. Le vagabond oscille entre la fierté que lui procure sa dignité d’homme libre et le malheur qui frappe son existence, le condamnant perpétuellement à changer d’espace, de lieux et de villes. Avec lui, c’est la rencontre par excellence de Terre des Hommes, terre de migrations et de déracinement, espace fait de rencontres épisodiques entre bonheur scintillant et malheur profond et décapant. Il se définit comme le Messager du Malheur :

Avec une éternelle impatience

Je ressens la souffrance(…)

Depuis que tu es parti

Je broie du Noir

Suintent mes joues

Des larmes de sang(…)

Seuls les cris funestes

Du téléphone d’antan me tourmentent

S’il vous plait vous me torturez(...)

 

De cette souffrance naît un cri de détresse, un appel à la raison et une affirmation de ses convictions et de son amour de la patrie. Originaire d’Anjouan, le poète refuse de voir son île sombrer dans le séparatisme, dans les mains d’hommes avides de pouvoir et qui veulent détruire l’unité de l’archipel. Le poète s’engage donc dans le combat contre le séparatisme et refuse d’emblée de voir de nouveau son île désorientée prendre d’autres horizons lointains sans ses îles sœurs. C’est ainsi qu’il exprime avec humilité et humanité son engagement :

 

Des tonneaux vides résonnent d’habitude (…)

Des tartuffes te détruisent en douceur

Comme ces arbres allongés sur tes routes

Et toutes ces rivières en déroute

Je défends avec fougue ma comorianité

Comme toute Anjouanais pour l’éternité (…)

Point d’Anjouanais qui se renie

Point d’Anjouanais indigne

 

Le poète reprend le flambeau et l’engagement qui était le sien depuis 1997, en militant dès le début du sécessionnisme anjouanais pour une nation, une et indivisible.

Dans un autre registre, ALLAOUI nous fait découvrir les villes qui ont marqué et marquent son existence : Ouani, Moroni, Rouen et Saint-Gratien. Sous forme de vers, il écrit une autobiographie, complétée par le récit de ses voyages dans les provinces françaises. S’il semble amoureux de la cuisine et de la beauté qu’offrent le paysage, la nature morte et muette de la Corse, de l’Alsace et de la Normandie, il porte un regard scintillant sur les lieux historiques qui ont bercé sa vie d’étudiant : Le Mont Saint-Michel et Rouen.

L’auteur nous fait vivre, à ses heures perdues, des poèmes mélancoliques, nostalgiques et sensuels, avec une tonalité facétieuse et fervente, voire attachante, avec ses déboires, ses désenchantements, ses vives blessures et ses joies rarissimes. De la Mélancolie, poème qui ouvre les portes de son recueil, nous découvrons la lassitude et les peines d’un poète disparu dans les ténèbres et embourbé dans son existence. Vint ensuite un pèlerinage qui marque sa vie, ses voyages et ses lieux de mémoire, avec de fortes émotions sincères, parfois funestes, pour finir dans une prière. « Ne reste qu’à prier » comme titrait l’Equipe ce 14 juin 2008 au lendemain de la défaite cuisante de l’équipe de France face aux Pays-Bas. Prière comme un aveu d’impuissance et de fatalité.


Halidi ALLAOUI, Cris d’ici et d’ailleurs, préface d’Aboubacar Saïd Salim, Komedit,  Moroni, Janvier 2008, prix 7 euros

 
Nakidine MATTOIR / juin 2008

* Auteur du livre "Les Comores de 1975 à 1990", L'Harmattan 2004

Pour voir les autres articles des médias cliquez ICI

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 20:59

MOI ET LES MEDIAS

« Entre nostalgie et révolte, militantisme et douceur, Halidi nous fait découvrir sa vision du monde et sa vie »

World4.com

 

 


Vous trouverez ci-dessous mon interview audiovisuelle consacrée à mon recueil de poèmes accordée à world4.com en mars 2008.

 

 


 



N'hésitez pas à laisser vos commentaires.

HALIDI-BLOG-COMORES

 

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 22:07

LES MEDIAS ET MOI

"Cris d'ici et d'ailleurs est un livre de poèmes qui se lit et qui se crie,des vers de révolte qui expriment la situation de déchirement d'un poète immigré souffrant de la souffrance des enfants des îles Lune"

M'SA ALI Djamal, Responsable de l'émission "les livres et les hommes" de Dounia Web

Vous trouverez ci-dessous ma première interview audio consacrée à mon recueil de poèmes accordée à Douniaweb dans son émission "les livres et les hommes" le 05 mars 2008.

Cliquez
 ICI ( n'oubliez pas d'appuyer sur "play" et de mettre le son )

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 19:54

MOI ET LES MEDIAS

SOURCE : La Gazette des Comores du mercredi 02 avril 2008 + HZK Presse du mardi 1er avril 2008

Cris d’ici et d’ailleurs : une écriture migrante  d’une langue à l’autre

 

La littérature comorienne vient de s’enrichir  de l’arrivée sur la scène poétique de Halidi Allaoui qui vient de publier dans la collection poésie, son recueil aux éditions KomEdit. Composé de plus d’une cinquantaine de poèmes sur 70 pages, ‘’Cris d’ici et d’ailleurs’’ a bénéficié de la plume de Aboubacar Said Salim son professeur de français, poète et écrivain, qui a rédigé la préface. Né le 1er juin 1971 à Ouani Anjouan, Halidi Allaoui  évolue en France en qualité de juriste dans un service contentieux, d’une société immobilière en région Parisienne.

 Dans ses vers, l’auteur lance un cri strident tout d’abord d’ici où il est né et a grandi ; mais aussi d’ailleurs  où il vit  et nous fait partager ses pérégrinations. Dans ce premier recueil, l’écriture de notre jeune poète est pleine de souffle et de questionnement,  avec un attachement à la patrie qui dépasse les barrières de la langue. En effet, ses pensées sont migrantes et se retrouvent partagées entre l’amour du pays et la nécessité de l’ailleurs. C’est ainsi  qu’il passe du français au Comorien avec des mots, et des noms qui marquent de lettres indélébiles son subconscient, parce que tout simplement quand on est dans cet ailleurs le poids de ces îles vient se suspendre à votre cou comme l’odeur marine qui vous colle à la peau, loin de l’ailleurs qui n’est au fait qu’une marraine, qui vous adopte. Cette œuvre a connu donc deux influences majeures d’abord ses origines comoriennes au travers desquelles l’auteur se recherche, n’arrivant pas à se libérer du cordon ombilical.C’est ainsi que dans les deux premiers poèmes du recueil, "Mélancolie" et "Maman" comme dans "Koko" et "La lune"  Halidi exprime  son attachement pour sa mère biologique et sa mère  patrie qui tous les deux baignent dans  … ‘’mon océan qui chante ‘’ Cela se confirme par ailleurs dans "comorianité".

...‘’ Mes parents malgré eux avaient décidé pour moi

   J’étais parait – il  français dans l’océan indien’’….

   Mes îles avec courage avaient tranché pour moi ‘’

 c cet éternel questionnement  sur ce qu’il a gardé dans sa mémoire et dans son cœur et la  contradiction   face  à ce qui advenait  à son pays natal ; suscite sa révolte contre ceux qu’il nomme ‘’les 
  requins insulaires qui dévorent tout’’ à leur passage, et qui décident de tout, jusqu’au sort réservé à n notre  destinée. Halidi Allaoui revendique le combat pour la protection de l’environnement, exige que les étoiles    sur ces îles de la lune, soient libérées de leurs chaines, pour que son pays retrouve le bonheur de j  jadis, où nous étions comoriens tout court avant d’être d’une région. Car Halidi est de ceux là, pour qui l  l'unité nationale ne peut et ne doit se négocier sous aucune forme, encore moins aux salons de ceux qui   v veulent la saper. Il suffit de se rendre  sur son blog
http://halidiallaoui.over-blog.com/ , pour mieux le ccomprendre.


L’autre partie du recueil porte sur  les pérégrinations du poète, ce dont le préfacier a qualifié ‘’d’itinéraire   iniitiatique’’ et qui constitue cet ailleurs, là où il vit.

Malgré la simplicité et la fluidité apparemment voulues qui caractérisent les poèmes de cet enfant de Ouani,   sa   sa  parole est pleine de charme, quand il évoque la beauté de ces îles  et ses vers de sincérité, pour dénoncer  l’histoire bafouée, la nature détruite et la décomposition des liens originels. Sa plume laisse    apparaître son sens de l’humanité quand il aborde l’ensemble  du patrimoine humain, la religion, la philosophie, la mythologie et le droit. Un recueil marqué parfois par une forme de narration qui se démarque du carcan de la rime.  

 Si le recueil est marqué par la ‘’nostalgie’’ et un brin de ‘’mélancolie’’  c’est parce que l’auteur se remet en question vis-à-vis du déchirement entre l’ici et l’ailleurs ; son pays et cet exil ; son enfance auprès de ‘’Koko’’ et la nécessité existentielle ; entre exil intérieur et expatriation.

En fermant le recueil, on a l’impression d’étouffer les cris raisonnables de Halidi Allaoui. C’est dire combien sa poésie resulte d’une vision analytique du sujet  faisant naitre l’impression que l’auteur
 trempe sa  sa  plume dans le rationnel

 

                                                                                  HALED A BOINA

 
NOTES DE L’EDITEUR

 Les éditions KomEdit ont le plaisir de vous annoncer la parution, le 13 février 2008, du premier recueil de poèmes d’un jeune auteur : Halidi Allaoui (Cris d’ici et d’ailleurs).

 C’est le cinquième poète que nous publions. Halidi Allaoui a été précédé par d’illustres confrères comme Saindoune Ben Ali, Nassuf Djailani ou Mab Elhad.

 Halidi Allaoui a 36 ans, il a été formé en droit et travaille dans le domaine du contentieux.

Né à Ouani (Anjouan), il fait ses études secondaires à Moroni avant de venir en France.

Son recueil de poème reflète une certaine nostalgie. Rien, ni à Rouen, ni à Bordeaux, rien n’apaise le mal qui le ronge, le mal du pays, de la mère-patrie. Alors, il écrit et s’investit pleinement dans les associations
Pour ce premier recueil, il a recours à une langue fluide, accessible au grand nombre et ne tombe pas dans ce piège des novices qui consiste à entourer de mystères chaque vers.

 komoredition@gmail.com

 

Critique :
Le recueil "
Cris d’ici et d’ailleurs" , Premier recueil de poèmes du jeune Halidi, ressemble étrangement à un itinéraire initiatique. J'ai décelé dans la poésie de Halidi, ce juriste poète, une nostalgie toute particulière car internationale, et future. Sa nostalgie n'est pas tournée uniquement vers le passé, et vers son ego, mais plutôt vers le présent, le futur et les autres. Ce recueil s'ouvre sur le poème “Mélancolie” et se ferme sur

“Prière”. Ces deux poèmes forment comme des parenthèses qui délimitent l'ici et l'ailleurs, Rouen  qui semble être sa seconde patrie et Ouani qui est “le point de son essence” et pas seulement le coin  de sa naissance, comme il le dit dans un poème au titre énigmatique de “!” point d'exclamation. »
(Par Aboubacar Said Salim)

Pour voir les autres articles de cette rubrique cliquez ici

Repost 0
Mariama HALIDI LA GAZETTE DES COMORES - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 12:55
SOURCE : http://mib.blogspirit.com/
17.03.2008
Les cris de Halidi Allaoui
d3ee2df11f6ba873e80d7b882f979743.jpgIl est définitivement établi que dans le monde d'aujourd'hui on ne peut être uniquement poète. Halidi Allaoui est à la fois poète et juriste. Il vient d'accomplir un pas difficile à accomplir : sortir ses poèmes et les confier à un éditeur. 
Les lecteurs les plus assidus de feu Masiwa avaient découvert la plume de ce jeune comorien natif de la ville d'Ouani (Anjouan) il y a quelques années, entre coups de gueule et poésie. On attendait que les promesses soient tenues et Halidi Allaoui est enfin devenu poète.
De plus, il a la chance d'avoir pour parrain son ancien professeur de français, l'un des meilleurs écrivains (et poètes) des Comores : Aboubacar Saïd Salim. 
Ce fut donc une surprise pour moi que cet ami fidèle se révèle comme un véritable poète et assume cette fonction en publiant Cris d'ici et d'ailleurs (KomEdit, 2008). Je me suis donc empressé d'ouvrir le recueil.

C'est un autre Halidi qui se révèle. Ce garçon qui affiche un sourire permanent et en toute occasion se révèle mélancolique (titre du premier poème) et nostalgique. Il vit en France et il aime la France, mais son coeur et sa tête sont ailleurs. Alors entre Rouen, Bordeaux, la Bretagne et la Corse il ne cesse de penser à sa mère et à sa mère-patrie tous deux confondus dans un même amour.

Le recueil de Halidi est donc en quelque sorte la juxtaposition de moments de vie ici et ailleurs, comme si l'auteur cherchait à reconstituer le puzzle de sa vie.
J'aime la poésie de Halidi Allaoui car elle est simple, il ne croit pas qu'il suffise de faire rimer les vers pour faire de la poésie et il ne pense pas que la poésie c'est forcément des mots obscurs et des phrases-mystères.
 
Halidi Allaoui, Cris d'ici et d'ailleurs, KomEdit, 2008, 72 p., 7€ 
POUR VOIR UN AUTRE ARTICLE  CLIQUEZ ICI
Repost 0
Mariama HALIDI MIB - dans MEDIAS ET MOI
commenter cet article

Pages