Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 16:44

La France dans l’île comorienne de Mayotte : Le président de l’Assemblée nationale écrit au président du parlement européen

Monsieur le président,

En ma qualité de président de l'Assemblée de l'Union des Comores, la représentation nationale de mon pays, j'ai le devoir d'attirer l'attention du Parlement européen, et à travers lui, celle des peuples européens, sur la grave situation que la France, pays européen, est entrain de créer aux Comores et par delà dans le sud-ouest de l'Océan indien.
Vous n'ignorez pas que la décolonisation des Comores est inachevée du fait du maintien de l'île comorienne de Mayotte sous administration française. Et pourtant, l'Organisation des Nations unies a admis en son sein les Comores, comme 134ème membre en tant qu'archipel constitué de quatre îles principales par sa résolution numéro 3385 du 12/11/1975, résolution votée par l'ensemble des pays européens hormis la France qui avait choisi de ne pas participer au vote.

Depuis 1975, plus d'une vingtaine de résolutions ont été adoptées par l'Onu pour condamner la politique de la France à Mayotte, considérer comme nulles et non avenues ses consultations dans l'île comorienne et inviter la France à accepter d'ouvrir des négociations avec les Comores pour une solution juste de cette épineuse question.
Malheureusement, la France qui se pose si souvent en donneur de leçons dans les relations internationales, a toujours refusé de respecter les résolutions de l'Onu, optant pour une attitude de grande puissance qui va même jusqu'à prétendre opposer son droit interne sur le droit international, qui plus est sur une question internationale.

Monsieur le président,

La France s'apprête à organiser le 29 mars 2009 dans l'île comorienne de Mayotte, une consultation qui vise la départementalisation de Mayotte. Elle croit ainsi avaliser le fait accompli. Ce qui va aggraver sensiblement les tensions.
Vous n'ignorez pas la situation de non droit que la France impose aux Comores.
Elle se livre à des déplacements massifs de population, (16 000 l'année dernière suivant ses propres chiffres) les Comoriens étant considérés par elle comme des clandestins dans leur propre pays.
Des milliers de Comoriens périssent chaque année dans le bras de mer séparant Anjouan de Mayotte, conséquence néfaste du visa imposé aux Comoriens désirant se rendre à Mayotte.

Tout récemment, suite à la diffusion d'une vidéo par le journal français “Libération” l'aperçu des mauvais traitements que subissent les Comoriens dans le Centre de Rétention de Mayotte, anti-chambre des expulsions, a créé un scandale en France et la Commission Européenne s'en est émue dans une communication publique.
Monsieur le président,

La départementalisation de Mayotte va rendre cette situation encore plus tendue. D'autant que les Comoriens perdront alors tout espoir d'une solution négociée. Déjà aujourd'hui, la France considère Mayotte comme terre française et ne veut pas en démordre, qu'en sera-t-il lorsque l'île comorienne sera érigée en département français.
L'Union Européenne va-t-elle suivre la France, appuyer sa politique du plus fort, valider le fait accompli et conforter la thèse de ceux qui considèrent que les relations internationales sont toujours gouvernées par les lois de la jungle? L'Union Européenne est-elle prête à intégrer l'île comorienne de Mayotte en son sein? J'ose croire qu'il n'en est rien, voilà pourquoi j'ai l'honneur de vous demander de saisir le Parlement européen sur la politique de la France aux Comores pour que la solidarité nécessaire des peuples européens envers le peuple comorien puisse s'exprimer.

Dans cette perspective, je vous adresse ci-joint le mémorandum du 12 novembre 2008, document synthétique cristallisant les positions du peuple comorien, mémorandum remis officiellement par une délégation comorienne composée de ministres, de parlementaires et de représentants de la société civile, à l'ambassadeur de France aux Comores pour transmission au gouvernement français.
Veuillez agréer, monsieur le président, l'assurance de ma très haute considération et la reconnaissance des élus comoriens pour l'appui que l'institution que vous présidez voudra bien apporter au recouvrement de l'intégrité territoriale des Comores.
Said Dhoifir Bounou
Président de l'Assemblée de l'Union des Comores
Lettre numéro 006/Pr/Au
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 20:08


Contentieux France/Comores : Réponse à l'ambassadeur de France en Ethiopie
Suite à la lettre que l'ambassadeur de France en Ethiopie a adressée aux diverses représentations diplomatiques d'Afrique en poste à Addis-Abeba le 28 janvier 2009 (voir ICI), ci-dessous une réponse appropriée de Monsieur Saidali Mohamed, ancien  premier ministre Comorien  sous Djohar. Espérons que les actuels dirigeants Comoriens suivront ce bel exemple même si à notre avis " le train est déjà parti "à cause de notre naiveté et notre amateurisme en diplomatie. Hélas !



Malgré, la pertinence de toutes les résolutions prises par l'Assemblée générale des Nations unies, depuis l'accession des Comores à la souveraineté en 1975 , condamnant la France pour sa présence illégale à Mayotte, cette dernière n'a jamais obtempéré; s'employant bien au contraire à diviser l'archipel aux quatre îles en soutenant les revendications régionales. La France n'a jamais ignoré qu'elle est devenue en 1841 acquéreuse d'une terre usurpée par le prince Malgache Andrianatsouly, chassé de son royaume, sur la Côte malgache, et accueilli comme réfugié privilégié par le Sultan de Mayotte, Boina Combo, selon des accords de voisinage, entre le royaume sakalava de la Côte malgache et le royaume de Mayotte. Les autorités Françaises remettent en cause la légitimité des revendications comoriennes, d'une part par l'argument selon lequel l'unité politique comorienne n'a jamais été acquise avant la colonisation et d'autre part que les agissements français s'appuient sur le principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, en d'autres mots la France répond simplement au vœux du « peuple Mahorais » et cela bien que ces derniers présentent « des traits identitaires partagés » avec leurs voisins selon l'ambassadeur de France en Éthiopie. Que faut-il donc pour constituer un peuple? Une identité « commune » ou « partagée »? selon les critères reconnus, qu'en est-il de la Corse? Quant à l'unité politique, pour ceux qui ignorent l'histoire des Comores, la période de la pré-colonisation fut marquée par le règne des sultans qui se partageaient l'archipel et étaient souvent issues de la même famille. Ainsi le dernier souverain de la Grande Comore le Sultan Said Ali ben Said Omar et celui d'Anjouan le Sultan Mohamed Sidi ben Said Omar étaient demi-frères. Mohamed sidi a régné à Anjouan bien qu'il soit né à Mayotte de mère mahoraise et y ait été élevé jusqu'à son intronisation. Le domaine royal situé dans la ville de kani à Mayotte appartient toujours aux héritiers de la dernière famille royale d'Anjouan. En somme l'Histoire démontre que ces principautés furent gérées et administrées par des souverains de mêmes lignées familiales, comme l'ancienne Gaule qui est devenue, aujourd'hui, la grande France.

De grâce, son excellence, Monsieur l'ambassadeur, où sont, aujourd'hui, les anciennes Contrées de la Gaule?......la Vendée, la Bretagne, la Provence, la Bourgogne, la Picardie, avec leurs Comtes, leurs Ducs, leurs lois, leurs langues et leurs coutumes, qu'est ce que nous faisons des nationalistes Corses, des nationalistes Basques....etc...etc
Vous feriez preuve de beaucoup de lucidité en temporisant la marche vers la départementalisation de Mayotte, et ainsi permettre l'ouverture du débat (qui aurait déjà dû avoir lieu depuis bien des décennies) de telle sorte que toutes nos populations, aussi bien françaises métropolitaines que comoriennes des quatre îles soient bien informées des enjeux de ce processus qui les concerne tous. Le peuple Français doit être informé dans son ensemble, on ne peut plus laisser à l'écart la Métropole Française des affaires de l'Outre-Mer.

En conclusion, je reste convaincu que si la force et l'impatience peuvent brutaliser et détruire, la sagesse et la lucidité peuvent harmoniser, réconcilier et bâtir.
SAID ALI MOHAMED
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 19:35

  Suite à la noble position récente des Ministres africaines des affaires étrangères sur la question de Mayotte (voir ICI), vous trouverez ci-dessous la lettre que l'ambassade de France en Ethiopie a adressée aux diverses représentations diplomatiques d'Afrique en poste à Addis Abeba le 28 janvier 2009. Une lettre pleine de contrevérités historiques et qui ne tient pas juridiquement. En effet, Seul le droit international doit être appliqué ici. Le droit français n'a pas de vocation universelle.


La position de l'Union des Comores est dépassée et contestable au regard du droit international. Malgré des traits identitaires partagés, l'archipel des Comores n'a jamais présenté d'unité politique avant la colonisation. Celle-ci n'est pas davantage parvenue à achever un quelconque processus d'intégration. Ainsi, de 1946 à 1974, les Mahorais et leurs représentants librement élus ont toujours refusé leur rattachement aux Comores. Le principe fondamental de l'intangibilité des frontières issues de la colonisation, sur lequel s'appuient les Comoriens pour asseoir leur revendication de souveraineté sur Mayotte, doit être concilié avec un autre principe fondamental, celui de la liberté des peuples à disposer de leur propre avenir. Ainsi, les Comores et Mayotte forment un archipel dont l'éclatement n'est pas dû à l'action de l'ancienne puissance coloniale mais à la volonté du peuple mahorais d'exercer son propre droit à l'autodétermination. Par le référendum du 28 septembre 1958, la France a achevé le processus de décolonisation de ses anciennes colonies. Fidèle à ce principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, elle reste guidée par le double souci de ne pas garder au sein de la République des populations d'Outremer qui ne le désirent pas et de ne pas rejeter hors de la République des populations qui désirent y rester. Ainsi, ne pourrait-elle décider du rattachement de Mayotte aux Comores sans l'assentiment des Mahorais

La France, qui continue d'apporter son appui sans faille au redressement économique de l'Union des Comores et à en défendre les intérêts, en particulier auprès des grands partenaires multilatéraux, préconise aujourd'hui une approche globale et pragmatique du conflit de souveraineté sur Mayotte qui soit favorable aux deux parties. Le voisinage de Mayotte, terre française, et des Comores crée une solidarité régionale et une dynamisme de développement commun, que la France cherche à promouvoir. Cette disponibilité renouvelée s'exprime au travers du Groupe de travail de haut niveau (GTHN) qui, par la volonté partagée des présidents Sarkozy et Sambi, cherche à encadrer et à encourager, dans un cadre strictement bilatéral, de façon consensuelle, apaisée et constructive, des relations concrètes de coopération mutuellement profitables entre Mayotte et l'Union des Comores. Le compromis réaliste défendu par le GTHN offre la seule alternative au débat stérile qui oppose la France et les Comores depuis 30 ans. Il exige de chacun qu'il "mette de côté", sans y renoncer aucunement, des revendications de souveraineté qui sont, en tout état de cause, inflexibles et difficilement conciliables. En conséquence, il devrait impliquer de la part de l'Union des Comores la cessation de l'expression multilatérale de sa revendication, notamment devant l'Assemblée Générale des Nations-Unies et l'Union Africaine.

La "départementalisation" de Mayotte est un processus interne de droit français, engagé de longue date et qui n'affecte en rien le contentieux territorial franco-comorien. La France n'impose pas la transformation de Mayotte en département. Conformément à sa Constitution, celle-ci doit être soumise à l'approbation des Mahorais, ce qui devrait être fait le 29 mars. La consultation des Mahorais sur l'évolution du statut administratif de leur collectivité est sans conséquences sur l'appartenance de Mayotte à la France, consacrée par la Constitution. Les Mahorais sont déjà français et ne le seront pas davantage après le scrutin. Il ne s'agit pas d'un référendum d'auto-détermination. Le principal effet de la départementalisation portera sur les modalités selon lesquelles les lois et règlements de la République française seront applicables de plein droit à Mayotte.

Dans ce contexte de blocage comorien sur la prochaine consultation populaire à Mayotte, la France estime que la seule solution constructive réside, non dans la relance stérile d'une guerre de positions, en particulier dans les instances internationales, mais dans l'accélération des travaux du GTHN sur les relations Comores-Mayotte. Il s'agit d'avancer rapidement vers la création d'une " communauté de l'archipel " qui sera chargée d'organiser et de promouvoir les relations entre les quatre îles dans tous les domaines, de faciliter l'intégration de Mayotte dans son environnement régional et d'offrir ainsi aux Comores une perspective concrète de rapprochement avec l'île française et de développement économique et social durable. "
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 19:21
Vous trouverez ci-dessous le contenu de la lettre que Monsieur Chaher  Said Massonde, ancien Ministre dans les années 80 et  un des leaders du parti Udzima, vient d'adresser au Président de l'union des Comores, Monsieur Ahmed Abdallah Sambi au sujet du référendum que la France s'apprète à organiser sur l'île comorienne de Mayotte en mars 2009 et ce, en violation du droit international et des résolutions de l'ONU.



Excellence Monsieur le Président,


Début novembre 2008, j’ai été de ceux que notre Ambassade à Paris avait conviés pour parler avec vous du problème de l’île comorienne de Mayotte, suite à la décision du gouvernement français d’organiser dans cette île un référendum pour en faire un département français.

Répondant à la demande que vous nous aviez faite de donner nos opinions sur le sujet, j’ai notamment proposé que notre gouvernement demande la réactivation du Comité des 7 que l’ex-OUA avait mis en place pour suivre le dossier de la réintégration de Mayotte dans son ensemble naturel.

Votre ministre des Affaires Etrangères nous répondit alors que telle demande venait justement d’être faite et que très rapidement ce Comité allait se réunir pour relancer ses activités ad hoc.

Au jour d’aujourd’hui, aucune information ne nous est connue, montrant qu’effectivement le Comité a repris une activité en faveur de la cause qui nous préoccupe. Nous nous permettons donc de vous soulever la question de savoir ce qu’il en est de ce Comité .
La question se pose d’autant plus que la France n’a pas reculé et a fixé au 29 mars prochain, ledit référendum pour départementaliser Mayotte. Nous estimons que devant cette détermination à violer encore une fois les résolutions pertinentes de l’ONU, le gouvernement comorien se doit de mobiliser non seulement l’U.A. et ses organes appropriés, mais aussi l’ONU dont les résolutions vont être violées, ainsi d’ailleurs que toutes les autres instances internationales saisies par ce différend. Ne serait-il pas judicieux, Monsieur le Président, que votre gouvernement demande à ces institutions de prendre rapidement position sur ce référendum ?

Nous voudrions par ailleurs porter à votre Haute attention, le préjudice que causera sur ce combat, l’organisation aux Comores à la même période, du référendum sur la nécessaire révision de notre Constitution. Les Comoriens, tout comme l’Opinion Internationale ne doivent être préoccupés concernant les Comores, que sur cette violation par la France de l’intégrité de notre territoire. La révision de notre Constitution ne perdra rien à attendre quelques mois. Je vous prie en conséquence, Monsieur le Président, de prendre en considération cette revendication de tous ceux qui se mobilisent pour la cause nationale et fixer à une date plus lointaine, la consultation sur le Constitution.

En lieu et place de ce référendum constitutionnel, je me permets de vous soumettre l’idée de recommander à votre gouvernement, de se concerter avec les autorités compétentes de l’île autonome de Ngazidja, pour que, au cas où aurait lieu à Mayotte l’illégitime référendum, une des places de notre capitale (la « place de France » par exemple) soit, ce même 29 mars 2009, solennellement baptisé au nom de SOUFOU SABILI, un des plus grands combattants maorais pour l’Unité et de la Liberté de notre pays. Ce serait un hommage juste et opportun que la Nation comorienne lui rendrait, à lui qui a payé de sa vie cette noble cause !

Espérant que ces propositions retiendront votre haute attention, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma considération distinguée.

Mohamed CHAHER Said Massonde.
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
18 janvier 2009 7 18 /01 /janvier /2009 19:17
Vous trouverez ci-dessous une lettre ouverte de Mohamed Daoud destinée au Président de l'Union des Comores à propos de Mayotte


Source : 
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article78321

dimanche 18 janvier 2009 (13h22)

Cher président,

Vous déclarez lors d’une conférence de presse le 8 janvier 2009, à propos de l’île comorienne de Mayotte, je cite : «C’est la loi du plus fort qui a pris le dessus sur la concertation ou le droit international ». Et la question qui m’est venue tout de suite à l’esprit : Qu’est-ce que l’on peut faire alors ? A-t-on épuisé toutes les solutions ?

Cela fait plus de trente ans que les nations unies prient la France d’accélérer le processus de négociation avec le Gouvernement comorien en vue de rendre rapidement effectif le retour de Mayotte dans l’ensemble comorien, mais sans résultat. Au contraire la France s’apprête avec arrogance et mépris à départementaliser l’ile comorienne de Mayotte pour se l’approprier de façon définitive.

Vous avez tout à fait raison lorsque vous déclarez à la tribune des nations unies : "L’unité des quatre îles des Comores ainsi que la paix et la stabilité durable de cet archipel sont nécessaires à son développement harmonieux". Toutes vos bonnes intentions pour le développement des Comores n’ont-elles pas été anéanties par le séparatisme anjouanais, entretenu par la France à partir de Mayotte ? Tous les acteurs de cette déstabilisation sont accueillis aujourd’hui comme des héros à Mayotte. Nous savons tous, que Mayotte sert de base à la déstabilisation des Comores. Et ceci pour justifier l’incapacité des Comores à se gérer.

Le maintien de l’occupation par la force de l’ile comorienne de Mayotte par la France constitue une violation manifeste du droit international et des droits fondamentaux du peuple comorien au recouvrement de son indépendance totale par le recouvrement de l’ensemble de ses territoires, en conformité avec les Pactes Internationaux des Droits de l’Homme et la Charte et les Résolutions des Nations Unies. Dans une lettre adressée au ministre des affaires étrangères de Géorgie, M. Gregori VACHADZE, M. Bernard KOUCHNER écrit : « Vous savez tout l’attachement de la France, comme de l’Union européenne, à l’indépendance, à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de la Géorgie, dans ses frontières internationalement reconnues. Vous pouvez compter sur l’engagement résolu de la France pour faire respecter ces principes essentiels ». Pourquoi ces principes essentiels ne sont-ils pas respectés aux Comores ?

Son excellence, l’idée de demander à des volontaires de participer à un débarquement pacifique sur l’île de Mayotte paraitra peut-être absurde à certains, mais avons-nous d’autres choix ? Il n’y a pas et crois-moi son Excellence, d’autres moyens d’amener la France à des négociations sereines pour un issu favorable à ce différend franco-comorien qui a assez duré avec des conséquences néfastes pour les Comores. Cette façon de faire, à première vue bizarre n’est pas farfelue.


Tout en espérant un œil attentif à cette demande, je Vous prie de croire son Excellence à l’assurance de ma haute considération.


Mohamed Daoud
Ouani – Anjouan



 
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 21:01

Ne pas insulter l'avenir après avoir injurié le passé des Comores

Par Aboubacar Said Salim (Ecrivain)

Permettez-moi tout d'abord, excellence, de vous féliciter, pour le tact et la diplomatie langagière dont vous faites preuve à l'opposé de votre prédécesseur. La différence se ressent à travers la lecture de votre libre opinion parue dans La Gazette des Comores du lundi 10 novembre, deux jours avant la Journée nationale Maore. Je vous remercie d'avoir pris la peine de proposer votre point de vue ou plutôt celui de la France sur la question de l'île franco/ comorienne de Maore/Mayotte pour couper la poire en deux (peut être que cela est plus diplomatiquement correcte). J'ai été très attentif à votre argumentaire défensif qui est essentiellement basé sur un point à savoir : la France est à Maore non pas par la force, mais parce que les Mahorais l'ont voulu et l'ont exprimé par référendum. Nous disons que malheureusement ce genre de raisonnement qui fait abstraction du contexte aurait permis et entraîné la légitimation du gouvernement de Vichy et la présence allemande dans les zones occupées, ou encore l'appartenance de l'Alsace et de la lorraine à l'Allemagne ou encore l'indépendance de la Corse, du pays basque ou de la Nouvelle Calédonie, si on leur posait la question. En revanche, je suis tout à fait d'accord avec vous pour dire que la France n'a pas occupé Mayotte par la force en 1975, puisqu'à l'époque elle y était chez elle dans un Territoire d'Outre Mer qui comprenait les quatre îles des Comores. Comme en 1841, elle y est restée par la ruse, ce qui n'est pas en son honneur car la ruse est encore plus vile, lorsqu'elle est utilisée par un pays fort contre un pays faible.

Je ne vous ferai pas l'offense d'un cours d'histoire sur les Comores, le Quai d'Orsay s'étant sans doute chargé de cela. Je rappellerai simplement qu'en 1841 la France a manigancé pour détrôner le sultan d'Anjouan dont celui de Mayotte était le vassal, pour mettre sur le trône de Mayotte le Malgache Andrianatsouli, un usurpateur qui n'a pas hésité à céder Mayotte à la France, puisqu'il s'en foutait comme de l'an 40, n'étant à Mayotte que comme réfugié politique chassé de Madagascar, son île natale. La ruse, disais-je, plus payante que la force a ensuite été réutilisée par la France pour préparer l'apparition des forces politiques pro-françaises et contre l'indépendance.

Pour bien comprendre la situation et les agissements de la France, il faut se remettre dans le contexte de la guerre froide qui prévalait à l'époque et de l'affrontement par pays du tiers monde interposés entre l'Urss et les Etat Unis d'Amérique ou, plus généralement, entre le monde dit libre et le monde communiste. Mayotte a toujours attiré la France depuis le XIXè siècle grâce à son lagon qui offrait un port naturel et sécurisé contre les pirates et pour le ravitaillement des navires sur la route des épices. Les mêmes raisons ou presque, ont prévalu un siècle plus tard, Mayotte s'avérant une île hautement stratégique dans le canal du Mozambique sur la route des grands tankers qui ravitaillaient l'Occident en pétrole, denrée d'une importance stratégique capitale pour les deux blocs rivaux. La première phase de ce plan machiavélique a commencé par le déplacement de la capitale du territoire, de Dzaoudzi à Moroni, sans compensation économique pourtant promise par la puissance coloniale. Le résultat escompté et par ailleurs obtenu était double : créer une haine contre le Grand-comorien symbolisé par Saïd Mohamed Cheikh alors président du gouvernement du territoire qu'on accusait d'avoir transféré la capitale au profit des Grands comoriens, et créer en même temps un mécontentement de la population de Mayotte qui ne bénéficiait plus des retombées économiques et financières de la capitale. Comme en 1841, la France va jouer sur les éléments exogènes pour transformer ce mécontentement légitime en revendication politique. Les mêmes propos du Grand-comorien dominateur et profitant seul des bienfaits du gouvernement qu'on a entendus récemment dans les rangs des Wakutruzi à Anjouan vers 1997 ont été un remake des propos entendus à Mayotte après le transfert de la capitale en 1962. Le rejet de l'autorité du président élu de l'époque le président Saïd Mohamed Cheikh, par le mouvement séparatiste mahorais ressemble comme deux gouttes d'eau au rejet de l'autorité du président élu de l'Union des Comores par les Séparatistes à Anjouan. La seule différence c'est qu'à l'époque la France n'avait pas levé le petit doit pour réprimer les rebelles qui ont pu prendre en otage le président Saïd Mohamed Cheikh pour lui faire subir la torture préférée des Mahoraises d'alors à savoir chatouiller leur victime. C'est de la que vient le nom de ''chatouilleuses'' donné aux femmes du Mpm (Mouvement populaire Mahorais) ancêtre du Mpa (Mouvement populaire Anjouanais)
La deuxième phase du plan d'occupation de Mayotte s'est concrétisée autour des années 1970 lorsque la France, faisant fi de la définition juridique du mot territoire (c'est-à-dire une terre avec les hommes qui y habitent), sentant le courant indépendantiste comorien monter en puissance a formulé son intention de la décompte île par île des voix du référendum en parlant de ''consultation des populations'' au lieu de consultation de ''la'' population.
Cas unique dans l'histoire de la décolonisation, ce décompte île par île des voix du referendum, combinée au coup d'État prématuré du 3 août 1975, avec la complicité de la France allait laisser les coudées franches à la France pour agir à sa guise à Mayotte (On se rappellera, à ce propos, du signe ''V'' de la victoire des gendarmes français à Moroni lors du coup d'État, et la facilité avec laquelle les auteurs du coup se sont emparés des armes qui étaient pourtant sous le contrôle de la gendarmerie française qui encadrait la Garde des Comores.). Pour rappel, Djibouti (appelé à l'époque Territoire des Afars et des Issa), Walis et Futuna, jouissaient du même statut de TOM que les Comores et pourtant on n'a pas tenu compte des voix des Afar, d'un côté et des Issa de l'autre lors du référendum, ni de celles des Wallisiens, d'une part et des habitants de Futuna, de l'autre. Ceci dénote simplement de la politique de deux poids deux mesures que la France applique pour défendre ses intérêts.

Rappelons aussi des faits récents (les faits sont effectivement têtus monsieur l'ambassadeur). Il s'agit du refus de la France de reconnaître les indépendances de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie alors que le fameux ''Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes'', devrait là aussi comme à Mayotte pouvoir être reconnu par la même France! A moins, que – et il faut le dire clairement – la France ne conçoive l'existence de peuples plus dignes de ce droit et d'autres moins dignes! Il y'aurait encore beaucoup à dire, mais je ne voudrais pas importuner les lecteurs par trop de longueur.

Je terminerai donc en disant à son excellence monsieur l'ambassadeur qu'il ferait mieux de se taire concernant la question de Mayotte, car la puissance n'a rien à justifier, elle est, elle-même, sa propre justification. En tout cas cela permettrait de ne pas insulter l'avenir après avoir injurié le passé des Comores.

Source : Al-watwan N°1202 du mardi 25 novembre 2008
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 09:15

Ci-dessous un message intéressant du FD Fédération de Mayotte et du GRDC en date du 31 mai 2008 destiné au Président de l'Union des Comores.

Bonne lecture !

Excellence, ici l’île comorienne de Mayotte !

 

- Le 25 mars dernier, Mayotte a résonné des fêtes organisées par les originaires des îles voisines pour célébrer la fin du régime Bacar à Anjouan. Perspective  de  vie meilleure et pays à  reconstruire, les projets étaient sur toutes les lèvres et vous étiez, Excellence, le garant de cet espoir nouveau.

- Le 27 mars dernier, la colère s’est emparée de tous ceux qui se sont vu privés du droit de juger et de statuer sur leur Histoire. L’espoir d’une Justice, d’une parole sur les exactions, le séparatisme, les origines de ces maux, s’est envolé avec M. Bacar à la Réunion.  Ceux qui n’avaient jamais été  agressifs ou rancuniers à l’égard des « wazungu » se sont laissés aller à voir en eux les représentants de la politique honnie d’un pays qui, depuis 32 ans, empêche la construction de l’Etat comorien. Certains ont cédé à une violence répréhensible. Tous sont devenus les méchants à chasser du paysage prétendument si généreux de « Mayotte française » et le harcèlement savamment orchestré a fondu sur les innocents. Les marchés ont été « nettoyés », les habitants de « vilaines maisons » tous taxés d’occupants en situation irrégulière et sommés de déguerpir par le nouveau maire de Mamoudzou entre autres.

- Le 2 avril, l’annonce de l’interdiction des reconduites aux frontières a redonné la dignité à tous les hommes et les femmes qui vivaient dans les brimades quotidiennes et la quête aux papiers introuvables, à tous ceux qui ne sortaient plus de leur quartier depuis parfois plusieurs années pour ne pas subir l’humiliation d’une rafle, à tous  ceux qui s’étaient réfugié dans la brousse par crainte des représailles policières et du harcèlement de ceux qui se clament à tort ou à raison mahorais. Avec cette mesure, tous ont retrouvé le réconfort de se sentir exister, reconnus enfin, alors qu’ils avaient oeuvré à votre élection à la Présidence ; tous ont eu le sentiment de recouvrer leur dignité bafouée, de pouvoir espérer et de compter enfin aux yeux du pays et aux vôtres, Excellence.

 

 

Excellence, ici l’île comorienne de Mayotte !

 

- Le 1er mai dernier, l’annonce de la reprise des reconduites et partant de votre reddition a fait l’effet d’une véritable douche froide et d’un abandon pur et simple plus grave que l’indifférence antérieure. L’embellie si courte et l’absence de toute forme d’explication au plus haut niveau ont permis au doute et aux rumeurs les plus folles de s’insinuer dans les esprits soudain refermés. La politique a repris ses droits. Les mécanismes implacables qui écrasent les petits au nom d’obscures raisons ont été remis à l’ordre du jour et les Comores, un instant redevenues dignes, clairement renvoyées à leur rôle d’îles soumises. C’était trop et on a renoué ave la défiance à l’égard de la politique et des dirigeants de ce pays tant rêvé.

 

Excellence, ici l’île comorienne de Mayotte !

 

- Depuis le 1er mai, soit depuis près d’un mois, ce sont 5 à 7 vols par jour y compris week-end et jours fériés, plus de cent personnes à chaque voyage du Tratinga, pour un ballet incessant des reconduites à une frontière illégale, ballet  orchestré par la puissance occupante et désormais  autorisé par  l’Etat Comorien, le vôtre, Excellence !

- Depuis le 1er mai, ce sont des élèves dûment scolarisés, au collège, au lycée et même en 6e qui sont raflés, renvoyés et qui trois jours plus tard, reviennent en kwasa au risque de leur vie pour retrouver, comme si de rien n’était,  leur place en classe avec leurs camarades.

- Depuis le 1er mai ce sont à nouveau les rafles à la sortie des mosquées, tandis que l’imam s’insurge contre les policiers qui ne respectent même plus la religion.

- Depuis le 1er mai ce sont les camions bleus qui partent au petit matin en quête de leur lot de reconduits menottés, ce sont les courses poursuites à travers les rues, les domiciles privés visités, les fuites dans la brousse avoisinante.

-Depuis le 1er mai la terreur a repris et toutes les voix sont unanimes pour crier :

            « Pourquoi avoir renoncé ? » et « Jusqu’à quand cela va-t-il durer ? »

 

Excellence,

 

Notre peuple doit-il comprendre que vous avez été obligé de céder à un chantage irrésistible et que l’indépendance de ce pays n’est qu’une fiction douce à l’oreille de ceux qui se contentent des mots ?

Notre peuple doit-il comprendre que vous  croyez vraiment à une nouvelle donne de la politique française qui, tandis qu’elle chante la libre circulation des personnes, s’applique à rattraper le retard sur ses quotas et à rafler les gens simples qui vivent chez eux au regard du droit international ?

Notre peuple doit-il comprendre que votre politique est sans projet et sans cohésion, sans perspective à long terme, fondée sur le pari, les initiatives ponctuelles et la mendicité ?

 

En l’absence de toute explication officielle claire et assumée, toutes les interprétations sont possibles, aucune n’est constructive.

Excellence, le temps est compté et quelle que soit l’explication de ce reniement elle doit être donnée et assumée.

Le Peuple et l’opinion internationale attendent  les termes du chantage qui a pu vous être fait.

Le Peuple attend un état clair des soutiens dont dispose réellement l’Union des Comores sur la question de l’île comorienne de Mayotte.

Le Peuple attend de connaître l’espoir réel que vous fondez sur des négociations de haut niveau dont la perspective n’a eu, à cette heure, pour seul effet que de relancer les reconduites aux « frontières » et de les légitimer.

Les originaires des autres îles vivant à Mayotte veulent savoir très clairement quel intérêt vous portez au sort qui leur est fait sur leur terre et quel projet vous fondez à terme sur la question de cette île.

Excellence, la communication s’impose ; il n’est pas trop tard mais le temps presse.

 

 

Excellence,

 

            S’il s’agit pour vous d’adhérer à la perspective d’une relation apaisée avec la France, il importe que vous compreniez qu’aucune politique de soutien français au développement des trois sœurs indépendantes n’empêchera leurs habitants de souhaiter, à un moment ou à un autre de leur vie, pour une durée plus ou moins longue, venir s’installer dans l’autre île soeur qu’ils ont vocation à habiter comme il en a toujours été et qui restera quoi qu’on imagine une fiction de développement attractive. De quel apaisement sera-t-il question quand le prix à payer en restera les rafles quotidiennes des vôtres ?

            S’il s’agit pour vous de croire en un développement possible des Comores indépendantes, il importe que vous compreniez qu’à l’heure où l’imagination s’impose pour un projet à la mesure de ce pays, de ses hommes et de sa culture,  les réponses à concevoir risquent fort d’être invalidées ou contaminées par l’image de ce que Mayotte semble proposer.

            S’il s’agit pour vous de croire en la coexistence possible d’un département français peuplé de Comoriens dont certains sont stigmatisés par leurs frères et d’un Etat indépendant peuplé de Comoriens vivant au gré des prises en charges d’ organismes internationaux où la France tient une place prépondérante, il importe que vous vous rappeliez, Excellence, que Mayotte s’est construite sur le déni de l’autre et constitue une formidable machine à fabriquer de l’exclusion, exclusion dont les Mahorais eux-mêmes seront les victimes à terme.

            S’il s’agit pour vous de croire à la sincérité d’un Etat français qui jusqu’alors n’a jamais ménagé ses coups contre l’intégrité et la stabilité du pays, il importe de ne pas oublier, vous venez d’en faire l’expérience, que la loi du plus fort ne s’embarrasse pas de ce qui gêne et que la politique de la France n’a jamais su s’afficher clairement dans cet Archipel y compris pour ceux là même qui n’ont cessé de brandir leur volonté d’être « français pour être libres ». L’actuel gouvernement français et son chef d’Etat sont enclins à annoncer aux Français des réformes percutantes et de nouvelles donnes : ceux qui vivent le quotidien de la France font actuellement l’amère expérience de la désillusion. On peut donc se demander pourquoi il en irait autrement avec les Comores.

 

            Excellence,

 

            quoi qu’il en soit, vous avez accepté le principe du groupe de haut niveau, qui vous conduira à traiter non pas d’Etat à Etat dans le cadre du droit international mais de gouvernement à conseillers généraux et parlementaires sous l’égide de la puissance occupante et au gré de sa volonté. On peut se demander de quelle arme disposera l’Union des Comores pour faire valoir ses droits et ceux de ses citoyens.

            Excellence, si vous considérez qu’il n’est plus possible de revenir sur votre engagement  que nous tenons pour une erreur historique, nous vous demandons instamment toutefois de veiller à ce que les Comores ne se conforment pas à l’approche franco-mahoraise de la réflexion sur la question de Mayotte :

-          les originaires des îles indépendantes ne sont pas des clandestins à Mayotte, quel que soit le moyen par lequel ils sont arrivés

-          les originaires des îles indépendantes ne sont pas les fauteurs de trouble au sein d’une société qui s’imaginerait pouvoir aller mieux sans eux

-          les Comoriens ne peuvent renoncer à l’intégrité de leur territoire et à leur dignité en échange de pseudo mesures de développement ; intégrité et dignité ne peuvent faire l’objet d’aucun marchandage

-          les Comoriens ne se satisferont pas de mesures de facilitation de visa qui ne profiteront qu’aux plus habiles, encourageront les pratiques frauduleuses et viendront entériner un fonctionnement anti-constitutionnel du point de vue comorien.

 

            S’il s’avère réellement qu’au sein de cette structure toutes les questions pourront être abordées, il est indispensable d’exiger que la France inscrive son action dans une politique de reconstitution à terme de l’unité de l’Archipel :

 

-          rééquilibrage économique dans la perspective d’une réunification même lointaine

-          arrêt de la réécriture de l’Histoire et lutte active contre tous les discours ostracistes  incitant à la haine et à l’exclusion

-          vigilance réelle à l’égard de tous les dysfonctionnements au regard de la loi française tant qu’elle aura à s’appliquer à Mayotte.

-          vigilance totale de l’Etat français à l’égard des manœuvres des réseaux cherchant à s’ingérer dans les affaires comoriennes et trouvant leur base à Mayotte.

-          fin des mesures destinées à priver, à terme, les Mahorais de leur identité et protection de leur patrimoine foncier

-          politique volontariste en matière de défense de la culture traditionnelle et de la langue

-          vigilance quant aux équilibres communautaires au sein de Mayotte (métropolitains, réunionnais, malgaches, originaires de l’Est de l’Afrique…)

-          réflexion sur un développement mesuré de Mayotte en harmonie avec son environnement régional.

 

Telles sont les attentes que pourrait exprimer l’Etat comorien et la liste n’est sans doute pas close. Mais la plus forte des exigences, condition sine qua none du sens et de la pertinence de toutes les négociations à venir, est la reconnaissance  par la France,  en mots d’abord, en actes ensuite, que Mayotte est comorienne de fait, même si elle reste actuellement administrée par la France compte tenu de la situation héritée de l’erreur historique de 1975.

Sans cette clarté et cette perspective, il ne pourra être question que de marchandages, lesquels ne se feront qu’au prix de la dignité et de l’intégrité des Comoriens.

 

 

On imagine déjà les réactions :

-          utopie, les Mahorais ne se laisseront pas faire, la France n’acceptera jamais !

Sans doute, mais si ceci doit être évidence, alors il n’en est pas moins certain que le rééquilibrage entre trois îles déstructurées et pauvres et une prétendante à une départementalisation, forcément synonyme de développement artificiel et de mainmise de la métropole, est une autre utopie. Or, cette dernière utopie porte  avec elle son cortège de violences, de morts en mer, de rejets de tous ordres, la garantie de désordres toujours plus grands.

 

L’heure est au pari ! Que les visionnaires s’expriment !

Pari sur l’intelligence, la générosité de la France, sur son courage aussi ou pari sur la détermination, le bon droit et l’inventivité comorienne ?

Le paysage est ouvert mais il faut trancher et le dire !

 

Excellence,

 

Si la France impose sa conception de l’ordre des choses, ses lois et la suprématie des lois particulières sur le droit international, si la France fait du chantage, si la France ne veut discuter que de ce qui pourrait convenir à son souci de gérer les migrations dans la zone, alors que les Comores disent NON !

 

Car si les Comores sont pauvres et dépendantes elles sont cependant fortes d’une seule arme et non des moindres : celle de  l’interdiction des reconduites justement.

 

La France menace : grand bien lui fasse !

Que l’assemblée de l’Union soit prise à témoin, invitée à s’exprimer sur l’orientation politique à choisir, partie prenante de la construction du projet politique. Que l’information soit faite ! Que le peuple s’exprime à travers ses représentants et que les Comores prennent en main leur réelle indépendance ! Que les Comores imposent leur volonté !

-     Menace de blocage général de la France sur les financements des Comores au sein de toutes les institutions internationales : qu’elle le fasse ! Sauf à penser que l’ensemble de la communauté internationale soit inféodé à la France, il est plus que probable que d’autres alliances seront possibles ! Que les dossiers soient bloqués pendant trop longtemps constituera sans doute un handicap mais pour qui ? Sûrement pas pour la plus grande partie de la population.

-     Menace d’éviction des Comores de la zone euro : qu’elle le fasse ! Il y a fort à penser que la France elle-même n’a pas grand intérêt à cette mesure qu’elle ne saurait décider seule de toute façon !

Car les faits sont là : c‘est sans doute la France qui a le plus à perdre dans une dégradation accrue de la situation économique comorienne. La gestion de Mayotte et des flux migratoires ne saurait permettre un total désordre, la géostratégie française ne saurait accepter de voir une autre puissance étrangère prendre pied dans les trois îles. Si les Comores sont en difficulté dans cet imbroglio, la France elle-même est prise au piège !

-     Menace de déstabilisation, de coup d’Etat, orchestré par les forces de l’ombre ? Il n’est pas certain que la France ait la volonté ou les moyens de renouer avec sa trop célèbre tradition.

-     Menace d’atteinte à votre vie ? Un pays ne se gouverne pas sous l’empire de la peur et votre popularité est votre meilleur rempart.

 

Excellence,

 

il importe aujourd’hui que vous définissiez clairement votre projet pour l’île comorienne de Mayotte, que vous le rendiez publique et que les politiques, les institutions et le pays tout entier en soient informés et s’en emparent.

 

En acceptant le principe des accords du Rocher, lesquels d’ailleurs ont été et restent à ce jour totalement bafoués par la France, en interdisant puis en autorisant les reconduites, en acceptant le principe de la création du groupe de haut niveau, vous avez pris de lourdes responsabilités et engagé le pays dans un processus sans précédent.

L’avenir des quatre îles Comores en dépend et avec lui le sort de près d’un million d’habitants.

 

Nous voulons savoir !

 

 

Mayotte. 31/05/08. Front Démocratique Fédération de Mayotte. Groupe de Réflexion sur le Devenir des Comores (GRDC)

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 20:42
Comme, aujourd'hui, le 25 mai, c'est la fête des mères, des mamans ..., je souhaite une bonne fête à toutes mes mamans.

S'il est incontestable que je pense particulièrement à ma maman chérie, ma maman biologique grâce à qui je suis ce que je suis, je ne peux pas  me permettre d'oublier  toutes mes autres mamans : toutes ces femmes qui , chacune à sa façon, ont contribué à mon éducation,  m'ont aimé,  m'ont considéré comme leur fils...

Je pense aussi fortement à ma mère-patrie.

Je vous aime toutes.

Je vous offre  le poème ci-dessous que j'aime bien. C'est  mon fils de 8 ans, votre petit fils, qui l'avait apporté de l'école il y a deux ans pour l'offrir à sa maman en guise de cadeau :


 Bonne fête maman !

Qui m’embrasse le matin,

Me fait plein de câlins ?

Qui m’habille et me coiffe,

Me donne à boire si j’ai soif ?

Qui prépare des gâteaux,

Soigne mes petits bobos ?

Qui raconte des histoires,

Pour m’endormir le soir ?

C’est ma maman,

Maman chérie...

Et c’est elle

La plus jolie !


Halidi  (HALIDI-BLOG-COMORES)
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
11 avril 2008 5 11 /04 /avril /2008 10:07

Vous trouverez ci-dessous une lettre ouverte de l'Association Française des Amis des Comores du 10 avril 2008 destinée à l'Ambassadeur des Comores en France.

Vous verrez aussi ci-après les correspondances qui ont necessité cette lettre ouverte.

Bonne lecture.

HALIDI-BLOG-COMORES


ASSOCIATION FRANCAISE DES AMIS DES COMORES          
Paris, le 10 Avril 2008

7, Rue du Maréchal de Lattre de TASSIGNY

92110 CLICHY LA GARENNE

TEL : 06.27.49.85.66/06.62.56.11.39

Mail : afaccomores@yahoo.fr

 

 

 

À Monsieur l'Ambassadeur des Comores en France

Rue MARBEAU à PARIS 16eme

 

 

Par courrier du 5 avril 2008 (voir ci-dessous)et par réaction à un texte que l’association française des amis des Comores (AFAC) a publié (voir ci-dessous), vous avez qualifié nos propos «d'outranciers».


Nous vous affirmons que ce courrier visait 2 objectifs :

1) attirer l’attention de nos compatriotes sur les ambiguïtés de la politique française aux Comores.

2) le manque de cohérence de l'action de notre gouvernement dans le domaine de la diplomatie.

     D'ores et déjà, nous assumons le fond de notre pensée et nous nous refusons de retirer la moindre virgule de notre texte. Vous verrez avec le temps, que cette ligne philosophique adoptée par les instances dirigeantes de notre association, ne variera pas d'un iota.

     Pour bien recadrer les choses, il vous serait d'abord utile de connaître les objectifs qui guident notre action et les missions que notre Association s’est assignée.

 

     Nous ne sommes ni des courtisans ni sous tutelle d’un quelconque parti politique. En effet, et parce que nous le croyons sincère, nous soutenons les actions entreprises par le président SAMBI dans la recherche de solutions pérennes pour sortir le peuple comorien de la misère et lui rendre une dignité longtemps perdue. Toutefois, nous nous refusons de lui accorder un blanc seing. C'est pour cette raison que nous ne manquerons jamais de dénoncer tout comportement qui serait contraire à l'éthique, à la morale politique et surtout, aux intérêts de notre patrie. Vous verrez avec le temps que cette ligne philosophique que nous nous sommes fixé ne variera pas d’un iota.

 

Monsieur l'Ambassadeur, pour des raisons  qui vous sont certainement personnelles, vous vous  faites le défenseur de messieurs DJAFFAR et DOSSAR respectivement Ministre des relations extérieures et directeur de cabinet chargé de la défense. Ce choix ne nous étonne guère. Cependant ,

la situation catastrophique que traverse notre pays, ne nous permet pas de nous taire t de rester inerte. Nous dénonçons avec force l’attitude irresponsable de ces deux fonctionnaires et nous allons pouvoir le démontrer.Vous pouvez ne pas le reconnaître, voire même le nier. Mais, vous serez d’accord avec nous qu’aucune action d’envergure n’a été enregistrée sur le dossier de Mayotte. Le voyage effectué par DJAFFAR et DOSSAR à Mayotte, pour semble t-il, négocier l’application des mesure d’embargo, s’est avéré inefficace et constitue une faute politique grave.

 

  Par ailleurs, à quelques jours du débarquement et suite aux déclarations néfastes de M. M'BEKI, la diplomatie comorienne a failli encore une fois, se faire piéger. Certains intellectuels de l'entourage du RAIS que vous connaissez, avaient réussi à faire croire à SAMBI qu'il était opportun de transférer le dossier d'Anjouan au Conseil de Sécurité des Nations Unis. Il a fallu toute la perspicacité et la détermintaion du président SAMBI pour maintenir le cap.

 

Pour ce qui est de votre ami, DOSSAR, il est vrai que la distance qui vous sépare du pays vous empêche de suivre la réalité du terrain. Et pourtant, tout le monde sait que ses rapports avec le chef d'état-major et les officiers chargés de l'opération étaient plus que houleuses. Parachuté dans un département qu'il ne maîtrise pas ou prou, le «Dircab» a voulu jouer le grand de maréchal, un spécialiste tout droit sorti de l'école de guerre. Cela a eu pour effet immédiat d'irriter les professionnels. La photographie prise à l'occasion du déplacement de SAMBI à ANJOUAN où les deux personnes sont assises côte à côte, en dit long sur la nature de leur relation.

 

Eu égard aux multiples interrogations qui subsistent quant à la position ambiguë de la France notamment dans le crash de l'hélicoptère à SIMA et la découverte dans les appartements privés de BACAR, de nombreuses caisses de munitions estampillées «Ambassade de France à Moroni», nous persistons encore à croire que la présence de son représentant à Anjouan était prématurée et inopportune. Comme à son habitude, le ministère des relations extérieures s'est contenté des réponses fournies par la France à savoir, qu'il s'agissait d'un banal accident pour l'aéronef et que les les munitions découvertes, faisaient partie d'un lot envoyé par la voie diplomatique aux Comores dans le cadre de la coopération militaire normale.

 

Monsieur l'ambassadeur, vous semblez être le seul à croire que la France a été sincère dans son action d'aider les Comores à régler la crise anjouanaise. Cette conviction que la majorité des comoriens ne partagent pas vous conduit à affirmer par ailleurs que la France avait toute latitude pour torpiller l'opération. Nous pensons que vous faites erreur. Certes, la capacité de nuisance de la France est grande et elle l'a prouvé à plusieurs reprises dans notre pays. Toutefois, devant la mobilisation de l'immense majorité des comoriens, des partis politiques et compte tenu de la détermination affichée par le président SAMBI et de la légitimation accordée par l'union africaine de l'action militaire, la France n'a eu d'autre choix que de donner l'impression de s'allier à la juste cause que nous défendions. En votre qualité de diplomate, vous devriez savoir que les données géostratégiques et géopolitiques de la région ont radicalement changé. Pensez-vous que la France était vraiment disposée à laisser la LIBYE, le SOUDAN et la TANZANIE lui damer le pion sur cet archipel qu'elle a toujours considéré comme son «chamba», son terrain de jeu ?

 

Pour finir, et c'est cela qui est à la fois inquiétant et décevant, vous affirmez sans sourciller je cite: «je ne pense pas que le pot de terre a les moyens de menacer le pot de fer». Cette certitude de votre part résume, toute la problématique comorienne. Monsieur l'Ambassadeur, avec tout le respect que nous vous devons, nous sommes contraints de vous dire que cette attitude n'est pas très glorieuse, en tout cas, elle ne vous honore pas. Nous dirions même qu'elle est insultante. Elle dénote un mépris manifeste à la dignité de notre peuple et à sa capacité de faire face à l'adversité. Nul doute que vous faites partie avec vos amis DJAFFAR et DOSSAR de cette catégorie de comoriens à qui, on a inoculé le virus du néocolonialisme. Pour vous, sans la France point de salut. Si nous devrions suivre votre logique, tous les efforts que l'on peut déployer pour nous affranchir de la tutelle française s'avéreront vaines. Nous ne partageons pas cette vision des choses, preuve que nous ne partageons pas les mêmes valeurs.

 

Enfin, nous sommes au regret de vous rappeler Monsieur l'Ambassadeur à vos responsabilités. Aux yeux des citoyens comoriens résidant en France, l'ambassade que vous dirigez est devenu un «machin». Téléphoner ou obtenir un renseignement auprès de votre administration relève de l'exploit. Au siècle de l'informatique, il est regrettable que le site de l'ambassade se fasse toujours attendre. Occupez-vous à faire de notre représentation diplomatique, un lieu digne

De ce nom, au lieu de mener des discutions stérile pour défendre des dirigeants incapables et incompétents.                                                

                                         

                                                                                                  Fait à Paris le 10 avril 2008

                                                                                                  Bureau exécutif de l’AFAC



Ci-dessous les messages de l'Association Française des Amis des Comore du 04 avril 2008 et  de l'Ambassadeur du 05 avril 2008 qui ont necessité la lettre ouverte ci-dessus :


Message adressé et diffusé par e mail le 04 avril 2008 par l'AFAC aux organisateurs de la manifestation de Lyon contre l'asile politique de Mohamed Bacar en France

NOUS SOMMES DE TOUT COEUR AVEC VOUS POUR LA MANIFESTATION ET VOUS SOUHAITONS BEAUCOUP DE COURAGE DANS VOTRE VOLONTE DE DEFENDRE LES INTERETS DE NOTRE PAYS.
SOUTENONS LE GOUVERNEMENT POUR LES EFFORTS QU'IL DEPLOIE MAIS N'ACCORDONS PAS A SAMBI UN CHEQUE EN BLANC.
IL FAUT QUE L'ACTION GOUVERNEMENTALE SOIT COHERENTE. OR INVITER A ANJOUAN L'AMBASSADEUR DE FRANCE A L'OCCASION DE L'INVESTITURE DU PRESIDENT PAR INTERIM FUT UNE FAUTE POLITIQUE MAJEURE. A ENTENDRE LES AUTORITES FRANCAISES, ON POURRAIT CROIRE QUE C'EST GRACE A LA FRANCE QUE LE DEBARQUEMENT A EU LIEU. NOUS SAVONS TOUS, QUE CE PAYS AU MEME TITRE QUE L'AFRIQUE DU SUD, ETAIT OPPOSE AU DEBARQUEMENT. EN PLUS, SA PARTICIPATION A L'OPERATION EST QUASI INSIGNIFIANTE.
LE TRANSPORT DES TROUPES TANZANIENNES ET SOUDANAISES NE PEUT NOUS FAIRE OUBLIER L'AFFAIRE DE L'HELICOPTERE ET LA DECOUVERTE AU DOMICILE DE BACAR DE CAISSES DE MUNITIONS ESTAMPILLEES "AMBASSADE DE FRANCE". NOUS EXIGEONS LA STRICTE VERITE SUR CES DEUX AFFAIRES.
-- D'AILLEURS LE DEPART DE M. CHRISTIAN JOB DE NOTRE PAYS, FIGURE SUR LA LISTE DES REVENDICATIONS REMISE A L'ISSUE DE LA MANIFESTATION PARISIENNE AU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES FRANCAIS. IL EST INTOLERABLE QUE CE PERSONNAGE CONTINUE ENCORE A BENEFICIER D'UNE ATTENTION DE LA PART DE CERTAINS PROCHES DE SAMBI. NOUS CITONS NOTRE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES M. DJAFFAR ET SON AMI, DOSSAR, DIRECTEUR DE CABINET DU PRESIDENT. CES HAUTS FONCTIONNAIRES VEULENT-ILS CONTINUER A JOUER LE ROLE NEFASTE DE VALETS ET DE LECHE-BOTTES QUI A FAIT TANT DE MAL A NOTRE PAYS ?? RAPPELONS QUE CES 2 PERSONNES ONT ETE A L'ORIGINE DE L'INITIATIVE MALHEUREUSE ET INDIGNE DE SE RENDRE A MAYOTTE POUR SEMBLE T-IL NEGOCIER LES MODALITES DE MISE EN APPLICATION DE L'EMBARGO. NOUS DEMANDONS DES EXPLICATIONS.
----- CES DEUX PERSONNES NE NOUS PARAISSENT PAS DIGNES DE CONFIANCE. NOUS DEMANDONS AU PRESIDENT SAMBI DE PRENDRE SES RESPONSABILITES ET D'EN TIRER LES CONSEQUENCES.
---- SOYONS VIGILENTS.

Message de l'Ambassadeur des Comores en France du 05 avril 2008 adressé par email à un ami avec copie à d'autres personnes dont les responsables de l'Association Française des Amis des Comores

Mon cher _____,

Je pense que ce message est outrancier sur beaucoup de points. Il est
injuste de mettre en cause le Ministre des Relations Extérieures et le
Directeur de Cabinet. Il y a des réalités qu'on feint de ne pas voir quand
on n'est pas aux affaires." Le spectateur ne joue-t-il pas toujours mieux
que le joueur qui se trouve sur le terrain".

Pour ce qui est de l'invitation de l'Ambassadeur de France, en ta qualité
d'ancien Ministre des Affaires étrangères, tu es bien placé pour savoir que
lorsqu'il y a des installations de gouvernement, on invite les pays qui sont
accrédités. Libre à eux de participer ou non. Quant à la position de la
France, elle n'est pas aussi tranchée que semblent l'accréditer les auteurs
de ce texte. En effet, la position de la France est complètement différente
de celle de l'Afrique du Sud qui était tout à fait opposée au débarquement.
Si les français étaient vraiment opposés au débarquement ne pensez vous pas
qu'ils avaient les moyens diplomatiques de torpiller l'initiative? Par
ailleurs vous qui semblez être au fait des choses diplomatiques savez vous
quel est le coût du transport et de la logistique des troupes de l'Union
africaine? Je vous invite à faire une recherche sur cet aspect et de nous
livrer le résultat.

Il y a certains aspects du message où je peux partager les interrogations et
l'indignation des rédacteurs du texte, c'est notamment la question de cet
hélicoptère tombé à Sima. Que faisait cet aéronef dans cette zone? Je pense
sincèrement qu'on peut demander sans passion à la France d'expliquer comment
Bacar a fait pour rentrer à Mayotte, à quelles complicités a-t-il eu droit
dans cette île comorienne sous administration française. *on peut aussi se
demander comment il a pu filer entre les mailles du filet du contingent.
Enfin, je ne pense pas que le pot de terre a les moyens de menacer le pot de
fer. Les autorités comoriennes ont emprunté les canaux idoines pour poser
les vraies questions.Ne cherchons donc pas des boucs émissaires

Mohamed Soulaimana
Ambassadeur des Comores









Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 23:24
UNE PENSEE POUR UN AMI OTAGE
 
« IBRAHIM et les autres otages de BACARLAND, TENEZ BON »Ibrahim.JPG
 
Ibrahim,
 
Ce qui devrait arriver un jour est arrivé. Depuis la nuit du vendredi à samedi dernier ton destin est entre les mains de ces voyous et preneurs d’otages qui se croient tout permis à ANJOUAN. Tu es devenu un des otages de ceux qui se sont permis de transformer notre île en Propriété privée, le BACARLAND (voir ICI). Et comme tu le sais bien, tout est possible dans leurs prisons …citernes…et containers de torture et d’humiliation qu’on trouve un peu partout sur l’île. Mais, je suis convaincu que cela ne te fait pas peur.
 
Ton kidnapping ne t’a sûrement pas surpris. Moi non plus. Car même si tu savais pertinemment que ta vie était en danger à Anjouan, tu n’as jamais accepté de quitter définitivement l’île.  Pas plus tard que le mois de juillet dernier, alors que certains proches tentaient de te convaincre de rester à Moroni pour préserver ta vie. Ta réponse était claire : « Pourquoi fuir Anjouan alors que c’est chez moi ? Je n’abandonnerai jamais ma famille ».
 
En août 2005, tu avais déjà échappé de justesse à un kidnapping organisé par les milices de Mohamed Bacar. Pourtant, tu n’as pas cédé à la peur et aux menaces. Tu as décidé de continuer ton noble combat : combattre ouvertement  les preneurs d’otages d’Anjouan. Quelle bravoure !
 
Aurai-je l’occasion de te revoir ? Ta femme, tes enfants et tous ceux qui t’aiment te reverront t-ils vivant ? That is the question.
 
En tout cas, avec ou sans toi, nous continuons le combat jusqu’à ce que notre île natale et notre pays soient débarrassés de ces voyous.
 
A toi, mon ami Ibrahim et aux autres otages de BACARLAND, tenez bon.
 
Halidi (HALIDI-BLOG-COMORES)
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article

Pages