Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 19:45

 

Sœur Colette a quitté « définitivement » les Comores ce mercredi 21 octobre. « Cette religieuse française âgée de 80 ans, n’a plus, aujourd’hui, la force physique et morale, pour continuer sa mission et la congrégation Saint Thomas de Villeneuve (France), dont elle relève, a décidé de la rapatrier ». Voilà le motif officiel de son départ.

 

Qui ne connaît pas ou n’a pas entendu parler de Sœur Colette a ux Comores et surtout à Ngazidja ? Cette petite et grande dame religieuse qui courrait dans tous les sens et  partout avec son foulard blanc sur la tête ! Petite par la taille mais grande par tout ce qu’elle a fait pour les Comores et les comoriens. Elle a 80 ans dont 44 ans passés dans notre pays au milieu des plus démunis. Elle a beaucoup offert aux Comoriens ; les soins, l’éducation, le soutien moral…

L’histoire d’amour incroyable entre sœur Colette, une religieuse chrétienne et les comoriens et les Comores, un peuple et un pays musulmans, est forte et digne d’un conte de fée.

Elle est arrivée aux Comores, une colonie française,  en 1965 pour enseigner à l’école de la mission catholique fréquentée par beaucoup de comoriens dont des personnalités politiques.

En 1975, Les Comores deviennent indépendantes et un conflit politique et diplomatique  oppose les nouvelles autorités comoriennes aux autorités françaises. Plusieurs Français installés dans le pays dont les membres de la mission catholique quittent les Comores. Sœur Colette, elle, décide de rester. Elle se trouve de facto « la dame à tout faire de la mission catholique » : enseignante, infirmière, administrateur…. tout en continuant de pratiquer  librement sa réligion sans prosélytisme à l’église catholique de Moroni ni s’immiscer dans la vie politique locale.  Bref, les comoriens ont eu affaire à une grande dame utile et respectueuse ! Elle a enseigné beaucoup de choses aux Comores : le calcul, le français…la broderie, la cuisine mais surtout être au service d’autrui, la générosité et le respect des humains. Elle se dévoue et se bat pour les Comoriens surtout les plus défavorisés, les enfants et les vulnérables. Et tout cela « elle l’a fait avec le cœur » comme l’a bien souligné un Ministre du gouvernement de l’Union des Comores

En guise de reconnaissance,  le pays entier a tenu à juste titre  à lui rendre l’hommage qu’elle mérite. Les pots « d’adieu » auxquels des autorités, des dignitaires religieux, des notables du pays ainsi que des simples citoyens qu’elle a aidés ont participé se sont multipliés ces derniers jours un peu partout .

Elle a même été élevée par le chef de l’état  Comorien au rang d'Officier de l'Ordre du Croissant Vert des Comores
au cours d'une cérémonie organisée hier après midi (mardi 20 octobre 2009) au Palais présidentiel de Beit-Salam.

Comme beaucoup de comoriens, nous pensons fortement que sœur Colette est une grande dame de l’Humanité et «  part mais elle restera toujours dans nos cœurs ».

Et comme notre Président, nous ne lui dirons pas « adieu mais plutôt au revoir et à bientôt »

Vous trouverez ci-dessous le discours prononcée par le Président de la République à l’occasion de la décoration de Sœur Colette

 

 

 

 

.Allocution de Son Excellence Monsieur AHMED ABDALLAH MOHAMED SAMBI, Président de l'Union des Comores à l'occasion de la décoration de Sœur Colette AYME

Palais De Beit-Salam, le mardi 20 octobre 2009


--------------------------------------------------------------------------------

Honorable Assistance,

Nous sommes réunis ici pour nous acquitter d'un devoir de reconnaissance envers Sœur Colette Aymé que les Comoriens appellent affectueusement « Mdzadze », ce terme qui chez nous désigne à la fois la mère, la nourrice et la protectrice de ses enfants.

Soeur Colette,

Lorsque vous avez débarqué en terre comorienne le 16 août 1965, alors que j'avais personnellement 7 ans, vous réalisiez le rêve que avez toujours eu, de vous mettre au service des plus nécessiteux.

Depuis cette date, vous avez servi dans l'éducation des enfants comoriens dont plusieurs aujourd'hui occupent des responsabilités dans ce pays.

Depuis cette époque, vous vous êtes consacrées aux enfants malnutris, aux brûlés et aux malades les plus démunis. Depuis, que de soins vous avez prodigués de vos mains, que de blessures vous avez calmées, que de cœurs vous avez soulagés !

Durant toute cette période, vous avez su gagner le cœur de chaque comorienne et de chaque comorien, ainsi que l'amitié de tous nos Amis.

Plus de quatre décennies plus tard, vous vous efforciez de servir encore, malgré l'âge et la maladie et en dépit du besoin que vous avez vous-même d'être soignée à votre tour. Aujourd'hui, alors que vous vous apprêtez à quitter votre seconde patrie, je me sens le devoir de vous vous exprimer, au nom de toute la Nation, toute notre reconnaissance et vous dire, chère sœur, que vous pouvez partir très satisfaite, parce que votre mission ici a été accomplie. Nous garderons en nous, le souvenir d'une personne de conviction et de principe, celle d'une religieuse qui a toujours eu un sens très élevé de son devoir, mais aussi et surtout le souvenir d'une grande Dame, franche, attentionnée, sincère, courtoise et disponible avec tout le monde, une grande Dame très respectueuse des valeurs des autres.

Sachez qu'en partant, Chère Sœur, vous laissez derrière vous, une œuvre riche, multiple et pérenne qui, nous en sommes convaincus, se poursuivra.

Sœur Colette,

Il est très difficile, dans nos traditions, de dire adieu à une personne dont on a de l'affection, lorsqu'elle s'en va. Dans les mœurs de chez nous, l'on considère que l'Ami qui vous quitte ne fait que s'absenter physiquement et que sa mémoire, elle, reste à jamais en votre compagnie.

Aussi, ne vous dirons-nous pas adieu, mais plutôt au revoir et à bientôt !

En effet, nous savons que partout où la destinée vous conduira, votre cœur battra au rythme des cœurs des enfants comoriens, avec la même vivacité et le même amour, que pendant votre long et oh ! combien fructueux séjour aux Comores.

Je vous souhaite, au nom de tous les Comoriennes et Comoriens, et au nom de tous les Amis ici réunis, un excellent retour auprès des vôtres, les Sœurs de la Congrégation de Saint Thomas de Villeneuve et , pour la vie qui continue, une santé toujours prospère, et beaucoup de bonheur.

Sœur Colette Aymé,

Au nom du peuple comorien et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Officier de l'Ordre du Croissant Vert des Comores.

Je vous remercie.

Source : Beit Salam

 

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans HOMMAGES
commenter cet article
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 16:08

Source : Alwatwan.net / 20 avril 2009

Dr-Kassimou “Ceux qui l’ont côtoyé”, dit aujourd’hui son ami Elhadj Mohamed, “savent que Dr Kassimou Said nourrissait une grande ambition pour les Comores, et qu’il a toujours refusé la fatalité”. Un militant infatigable pour la liberté et la dignité, qui n’aurait jamais perdu l’espoir d’un redressement économique du pays grâce à l’engagement de chacun et de tous.

Le docteur Kassimou Said, premier gynécologue-obstétricien des Comores s’est éteint à l’âge de 65 ans à Paris. Le corps est attendu à Moroni le vendredi 24 avril. Il va être inhumé le même jour à Fumbuni, sa ville natale. Avec sa disparition, le pays perd un de ses meilleurs enfants.
En effet, Kassimou Said fut l’un des premiers jeunes militants du Mouvement pour la libération nationale des Comores (Molinaco) dont les principaux dirigeants, pourchassés alors par le pouvoir colonial, avaient trouvé refuge en Tanzanie. C’est le Molinaco qui, dans le cadre de sa préparation pour la gestion de l’indépendance de l’archipel, l’avait envoyé de Dar-es-Salam faire des études de médecine à Moscou après son baccalauréat en sciences expérimentales obtenu en 1963 à Madagascar.
De retour au pays, Dr Kassimou a dû se battre pour faire reconnaître aux Comores, encore colonie française, son diplôme de médecin obtenu à Moscou en période de guerre froide. Il va repartir en France pour une spécialisation en gynécologie-obstétrique.
De fait, celui dont beaucoup de Comoriens pleurent aujourd’hui la mort a exercé dans les quatre îles de l’archipel à différents niveaux de responsabilité : médecin chef, chef de service de la maternité, responsable de la médecine sociale et du planning familial etc. Partout où il a exercé, il a laissé le souvenir d’un médecin dévoué à sa tâche.
“Ceux qui l’ont côtoyé”, dit aujourd’hui son ami Elhadj Mohamed, “savent que Dr Kassimou Said nourrissait une grande ambition pour les Comores, et qu’il a toujours refusé la fatalité”. Un militant infatigable pour la liberté et la dignité, qui n’aurait jamais perdu l’espoir d’un redressement économique du pays grâce à l’engagement de chacun et de tous.
Aux jeunes en quête de conseils ou de soutiens et qui l’ont approché, Dr Kassimou leur apprenait que “la vie est un combat permanent et qu’il ne faut jamais baisser les bras”, souligne son jeune ami qui parle d’une “grande perte pour le pays, surtout pour les jeunes et les organisations paysannes” auxquels il avait consacré les derniers instants de sa vie.

Infatigable jusqu’au bout...

“Fils de paysan”, comme il aimait à le dire lui-même aux jeunes qu’il affectionnait de convier à des causeries informelles, il s’est montré, aux derniers jours de sa vie très attaché à la terre, à la vie des agriculteurs : la mort le surprend dans son rôle de président de la Fédération nationale des agriculteurs comoriens. Aidé par son fils ingénieur agro-alimentaire, il a investi près de cinquante millions dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage.

A Fumbuni où le médecin pouvait, à l’occasion, porter son titre de grand notable, il était toujours un soutien pour la jeunesse qui souhaitait des changements dans l’organisation de la société, notamment des innovations dans la réalisation du grand mariage coutumier.
Dr Kassimou avait également touché à la politique sans jamais chercher à occuper un poste ministériel. Par le parti Mourad dont il était le père fondateur, il souhaitait pouvoir mettre au service du pays son expérience surtout acquise au cours de ses nombreux voyages à l’étranger, en modernisant la vie politique nationale, plus précisément en faisant la politique autrement.

En somme, on peut dire que Dr Kassimou était un battant : il a milité pour l’indépendance du pays, il a soigné les malades et assisté les paysans pour s’organiser afin d’améliorer leurs revenus.
Il s’est battu debout contre la maladie qui le rongeait, se refusant le repos contre l’avis des membres de sa famille, car Kassimou voulait être utile aux autres jusqu’au dernier jour de sa vie

Puissent son amour de la patrie, sa modestie et sa générosité lui ouvrir les portes du paradis, et que Dieu lui accorde sa miséricorde! Amin

Al-Watwan présente ses condoléances à la famille endeuillée et à la veuve maître Harimiya Ahmed.

Petan Mognihazi

Nous présentons aussi nos sincères condoléances à la famille du defunt
HALIDI-BLOG-COMORES


 

Repost 0
Mariama HALIDI ALWATWAN - dans HOMMAGES
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 01:28

Hommage au célèbre comédien et conteur de Ouani "président zaglo"

 

L’homme de la verve et conteur ouanien, "Président ZAGLO" alias '' Baha le fils" est mort.

 

Baha-le-fils.jpgQuelle personne ayant vécu à Ouani entre 1980 et ce jour n’a pas connu ou entendu parler de Baha le fils alias Président zaglo ?


Quel fidèle auditeur de Radio Comores de la fin des années 80 ne se rappelle pas des émissions du Président Zaglo du dimanche matin ?

 

L’homme est décédé à OUANI – ANJOUAN le vendredi 13 mars 2009 à l’âge de 84 ans.

 

Abdallah Abdérémane Mchindra, de son vrai nom, était arrivé avec sa famille à Ouani, sa ville natale, après avoir passé plusieurs années à Madagascar, en 1977, suite aux évènements dramatiques de Majunga de décembre 1976. Certains journalistes préfèrent plutôt parler « d’un massacre tant par le nombre de victimes, près de deux milles,  que par la rapidité avec la tuerie a été exécutée (trois jours) » [1]. Tailleur de profession, il y avait ouvert un atelier de couture, mais il s'était surtout fait connaître grâce à un autre talent : celui d'inventeur d’histoires et de conteur.

 

Baha le fils avait commencé sa carrière artistique dans son atelier de couture où il contait régulièrement  ses histoires - le plus souvent il s’agissait de ses souvenirs mais avec exagération - à un petit groupe de jeunes fidèles. L'information  s'était vite propagée dans la ville. Au fil du temps, le public s'était élargi au point qu’il était nécessaire de trouver un autre endroit approprié.

 

C’est la raison pour laquelle, il avait, par la suite, pris l'habitude d’organiser ses séances de contes tous les après midis de 16h00 à 18h30 au stade de foot ball d’Ouani. Et là, c'était devenu un rituel et un vrai spectacle gratuit en plein air : toujours  la même place ; la même pierre qui lui servait de siège ; les fidèles qui attendaient impatiemment son arrivée. Et les enfants qui guettaient l’apparition de sa silhouette pour le signaler à leurs ainés et ensuite aller l'escorter comme un chef d’Etat jusqu'au stade. L'homme moustachu, habillé souvent en chemise bleue ciel à manches longues avec un kofia pointu  sur la tête était toujours accueilli par des applaudissements. Après avoir salué la foule nombreuse, il s'installait sur sa pierre. Les badauds rejoignaient les fidèles et s'attroupaient autour de lui. C’était parti. Ça y allait dans tous les sens : la concentration, les fous rires, les cris de joie et les tapages de mains. Le conteur se lançait dans son art préféré durant au moins 2 heures 30 tous les jours : conter, conter encore, conter toujours. Souvent c’étaient des histoires inventées…. Ce qu’il appelait des «zaglo » -entendez par là – des mensonges ou encore de la pure invention. D’où son pseudonyme « Président Zaglo ».

 

Président Zaglo avait effectivement un talent incroyable et impressionnant d’inventer des histoires et mensonges pour agrémenter ses aventures et souvenirs de matelot à Madagascar. Il avait aussi la facilité d’improviser des réponses quand on lui demandait des précisions sur ses histoires.

 

C’était un moment agréable et un vrai bonheur pour ses fans.

 

 Il est à l'origine de certains mots utilisés couramment à Ouani. Est-ce un emprunt à d'autres langues ou une invention ? Les linguistes nous le diront un jour.

 

C'est le cas par exemple  du mot célèbre "zaglo" qui signifie maintenant "mensonge",  "invention", "verve". Ou encore le nom "Bingwa" qui, souvent dans ses contes, avait le sens d'une personne robuste. Aujourd'hui, à Ouani, certains membres d'une  famille portent allégrement ce surnom sans peut être savoir son origine. On peut aussi citer "ma parapé" (parpaing en français) dont le sens figuré en shindzuwani est  "des mensonges".

 

  La notoriété du "président Zaglo" avait de loin dépassé les frontières de la ville et la région d’Ouani. Elle était devenue nationale à cause des émissions qui lui ont été consacrées à la fin des années 80, par Radio Comores, l’unique radio et station nationale de l’époque.

 

D’ailleurs, Jean Claude Klotchkoff dans son livre ‘’Les Comores Aujourd’hui’’[2] n’a pas manqué de le souligner : «  A Ngazidja - Grande Comore, un conteur de soixante quatre ans Monsieur Abdallah Abderemane Mchindra, s’est fait connaître du grand public sous le nom de ‘’Président Zagloo’’. Ancien matelot, tailleur, il a l’art d’amuser les grands comme les petits par sa verve et son art de raconter ses souvenirs à l’antenne de radio-Comores, le dimanche matin. Au cours de son émission, ‘’ fou- rire ‘’ » a-t-il écrit à juste titre.

 

Ses émissions sont aussi couronnées d’un succès incontestable à Anjouan où elles sont aussi diffusées régulièrement sur les ondes de différentes radios locales de l’île.

 

Cet homme ayant contribué à l’édification du royaume de notre enfance et fait connaître Ouani et un volet de la littérature comorienne à sa façon  grâce à ses maparapé, zaglo et contes, il était de notre devoir de lui rendre un hommage ne serait-ce que petit. Car nous sommes intimement convaincus qu’un jour Ouani, l’histoire et la culture des Comores lui rendront le vrai hommage qu’il mérite comme c’est le cas actuellement avec les Mbaé Trambwé et autres.

 

Paix à ton âme Président ! Tu n’es pas mort pour tous ceux que tu as émerveillé avec tes contes, maparapé et zaglo.  Et les souvenirs du royaume restent vivaces et joyeux.

 

HALIDI ALLAOUI (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

[1] Kashkazi n°58 du 07 décembre 2006. Pour approfondir le sujet voir Nakidine Mattoir , les Comores de 1975 à 1990, L’Harmattan 2004, 192 pages

[2] Editions JA p 49 1989

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans HOMMAGES
commenter cet article
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 01:05

AU REVOIR L’ARTISTE

 Hommage à Ibrahim Saindou[i]

 

La triste nouvelle est tombée le jeudi 19 juin 2008. Aux environs de 18 heures 00 (heure des Comores). Ibrahim Saindou Bacar Nomane nous a quittés à l’âge de 55 ans. Il est mort à l’hôpital de Hombo – Mutsamudu. SON hôpital. C’est un coup dur pour toute la communauté ouanienne et tous ceux qui l’ont connu même s’il fallait s’y attendre compte tenu de son état de santé ; c’est surtout une grosse perte pour Ouani, ses ville et région natales…Anjouan, son île…et les Comores, sa patrie. Ibrahim, en dépit de sa modestie, a, en effet, beaucoup contribué au développement de notre pays et à l’épanouissement de sa ville natale dans différents domaines à sa façon.

 

 

 

 

 

Ibrahim Saindou en 2006 (photo)

 

 

Féru et mordu de musique

 

Né en 1953, tout jeune, il devient « féru et mordu de musique »selon un de ses amis, Abdallah Elhad. En 1969, il fait partie des membres fondateurs du groupe musical « les boutons noirs » et en devient le soliste. Dès 1970, les « boutons noires » intègrent le groupe joujou d’Ouani[ii]. Depuis, Ibrahim, n’a plus quitté sa guitare et son orchestre, excepté pendant ses années d’études supérieures en Algérie.

  Les boutons noirs : de Gauche à droite : Debout : Ibrahim Saindou - Mouslouh - Yahaya ; Assis: Ibrahim Hamza , Baissé :Elhad (photo)


D’aucuns affirment même qu’avec Raslane Abdou Zoubert, il a été le meilleur soliste du groupe musical.

 Mais, c’est de 1975 à 1977 qu’Ibrahim joue un rôle considérable dans la promotion et l’émancipation de la musique et de la chanson comoriennes. En effet, à cette période (sous le règne du Mongozi Ali Soilihi), il devient aussi un des grands auteurs compositeurs du groupe joujou d’Ouani et participe à son apogée et à sa transformation en joujou des Comores[iii]. Il a composé certaines chansons célèbres interprétées par  notre diva nationale, Madame Foudhoiyila[iv],  notamment «  jouwa » dont vous pouvez voir le clip en cliquant ici. C’est dans un style afro-malgache, et indo-arabe  qu’il avait choisi de rythmer ses mélodies. Il a aussi facilité l’intégration et et assuré l’encadrement des jeunes dans le groupe en leur apprenant à jouer à divers instruments musicaux (guitare, synthétiseur, solfège…)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un poète de la révolution comorienne


  Mais l’analyse des créations ou compositions d’Ibrahim fait apparaître qu’il est, de surcroît, ce que Daniel Ahmed dit Café, un des spécialistes de la littérature orale aux Comores[v] appelle « un poète de la révolution comorienne »[vi]. En effet dans les années 1975-1978 s’est développée aux Comores une poésie révolutionnaire contre le système féodal et aristocratique. Les thèmes abordés dans cette poésie généralement écrite en comorien sont les principes fondamentaux de la révolution Soilihiste. Parmi ses auteurs l’on peut citer entre autres Abou Chihabi, Ali Ben Ali, Dhoiffir  Abdérémane, Raslane Abdou Zoubert et Ibrahim Saïndou[vii]. En effet comme l’a bien démontré Daniel Ahmed[viii], l’on retrouve dans les œuvres d’Ibrahim Saïndou les thèmes du soilihisme : la révolution, l’unité et la nation des Comores, le travail manuel….

Il  concilie à la fois rigueur de forme et sensibilité et fait recours à un langage fluide dans sa poésie.

 
Le premier comorien chirurgien dentiste à Anjouan

 
En 1977, Ibrahim quitte les Comores à destination de l’Algérie pour se former en chirurgie dentaire. De retour dans son pays natal dans les années 80, il retrouve sa guitare et son JOUJOU des Comores. Mais, il devient aussi le premier comorien dentiste à Anjouan. Il a passé toute sa vie professionnelle à l’hôpital de hombo –Mutsamudu auquel il était tant attaché. Son souci primordial était d’améliorer la situation sanitaire de cet établissement et d’aider ses patients. Ceux qui l’ont vu lors de son évacuation sanitaire à l’île de la Réunion en 2003 se rappellent que, allongé sur son lit d’hôpital, au lieu de se préoccuper de son état de santé critique, il attendait impatiemment le passage de ses médecins traitant pour solliciter de l’aide matérielle en faveur de l’hôpital de Hombo. D’ailleurs, il avait pu obtenir quelques équipements qu’il avait mis à la disposition de celui-ci[ix].

Ibrahim a toujours montré à ses patients les qualités d’un homme chaleureux, de grande générosité, de sagesse et d’humanisme. D’autant que pendant plusieurs années, il est resté l’unique chirurgien dentiste sur l’île d’Anjouan.

 

Photo ci dessous : Joujou 1974 : de gauche à droite : Elhad- Yahaya- I. Saindou - Pepsi - I. Hamza sur la piste de l'aéroport de OUANI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un passionné des médias et l’ami des jeunes


 En ce qui me concerne, j’ai surtout connu et côtoyé, comme beaucoup de jeunes, un autre Ibrahim Saïndou. Il s’agit du passionné des médias et de l’information qui avait  saisi l’occasion de l’avènement de la démocratie en 1990 aux Comores pour créer la première radio locale de sa région natale. Cette « radio nova » dont toute personne ayant vécu à Ouani dans les années 90 se souvient encore.

« Radio nova » a, en fait,  jouer un rôle très important dans l’information, l’éducation et la sensibilisation des jeunes sur divers sujets vitaux ainsi qu'à la vulgarisation de la culture comorienne
.

 Ce qui m’avait surtout frappé à cette période, c’était le fait qu’il n’avait pas hésité à transformer le salon de son domicile en espace où tous les jeunes qui le souhaitaient, pouvaient  aller animer bénévolement la radio ! C’était vraiment un sacrifice étant donné que dans la société comorienne la mise en valeur du salon est précieuse.

 « Radio nova » a aussi été un moyen incontournable pour les candidats aux élections législatives de la 9ème circonscription en 1992. En mettant gratuitement sa radio à la disposition des candidats pour s’adresser aux électeurs, Ibrahim Saïndou a apporté, à notre avis, sa modeste contribution à l’enracinement de la démocratie dans notre pays. Madame Sittou Raghadat Mohamed, à l’époque candidate à la députation, rend hommage à l’animateur des débats politiques qui était vraiment à l’écoute et à la disposition des intervenants et invités. Selon elle, il n’hésitait pas à prodiguer quelques conseils pour améliorer les prestations des uns et des autres peu importe leurs étiquettes politiques.

 
Après les quelques mois (en 1991 et en 1992) que j’ai passés avec Ibrahim, en tant que présentateur du journal et animateur d’une émission sur l’orientation universitaire des futurs bacheliers à la radio Nova, j’ai gardé particulièrement le souvenir d’un homme qui se souciait beaucoup de l'avenir des jeunes et de la réussite des émissions. Il prêtait attention à tous les détails et au sérieux des animateurs ; un homme ouvert et très proche des jeunes.


 
Voilà l’homme qui a précocement devissé son billard le 19 juin dernier. Le ciel bleu d’ Ouani a perdu ce jour là, une de ses étoiles étincelantes !

 
A travers ces quelques lignes, j’ai tenu juste à rendre à Ibrahim ce qui lui est dû. Car je suis conscient et convaincu que d’autres sont mieux placés pour lui rendre l'hommage qu'il mérite ou parler de lui.


 A Ibrahim


 A l’instar d’Abdallah Elhad et tout ceux qui t’ont connu, je te dis juste ceci : « au revoir l’artiste, tu continueras à vibrer dans nos cœurs »

 
Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)
05/07/2008

 

  NOTES :


[i] Mes sincères remerciements à tous ceux qui, par leurs témoignages, m’ont permis de réaliser ce travail : Abdallah Elhad Abdou, Yahaya Ben Saïd Djanffar, Ali Mohamed  Sinane, Antufi  Mohamed  Bacar, Abdallah Abdou Sidi, Jaffar Mohamed Bacar  Nomane, Saïd Ali Daoud (Mdama), Abdallah Daoud, Mouslouhouddine Mohamed, Sittou Raghadat Mohamed… et  tous ceux que j’ai oubliés. Qu'ils m'excusent tout simplement car c'est involontaire.


[ii]
  Pour mieux connaître l’orchestre joujou des Comores, nous vous suggérons le mémoire de fin d’études de l’ENES très intéressant qui lui est consacré dans les années 1990


[iii]
Comme le pays venait d’accéder fraichement à son indépendance (le 06 juillet 1975), l’existence d’un orchestre national pour représenter le pays à un éventuel forum musical international ou régional était indispensable C’est dans cette perspective que les "JOUJOU" se virent attribuer le titre honorifique de "JOUJOU des Comores", à l’issue d’un concours organisé à Moroni. En l’espace de trois ans, ils ont produit une panoplie de chansons célèbres et ont atteint un niveau musical sans précédent : c’était l’apogée.

 [iv] Madame Foudhoiyila, la chanteuse et interprète principale de Joujou des Comores est une des premières femmes (si ce n’est pas la première) à avoir fait partie d’un orchestre musical aux Comores. Elle est la lauréate du Gaboussi d’Or 2001 et est aussi décorée de la médaille du chevalier du  croissant vert le 6 juillet 2005 pour tout ce qu'elle a fait pour la musique comorienne et le combat de sensibilisation patriotique

 [v] Daniel Ahmed a soutenu une thèse de doctorat nouveau régime d’Etudes africaines en 2000 à l’INALCO,  4 vol., 743 p. «  la littérature comorienne de l’île d’ Anjouan. Essai de classification et de traduction des genres littéraires oraux et écrits ».

 [vi] Voir son article intitulé « Ibrahim SAïndou : un poète de la révolution comorienne » publié dans la revue TAREHI n°8 juillet 2003 p7-11.


[vii]
Ces poètes sont cités notamment par DANIEL Ahmed dans un article de 18 pages  intitulé « Ali Ben Ali, poète au service de la révolution comorienne »


[viii]
Voir article précité


[ix]
Témoignage de Saidali Daoud (Mdama)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans HOMMAGES
commenter cet article
25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 19:11
SOURCE : ALWATWAN  N° 1057 DU JEUDI 24 AVRIL 2008
   

 

Au moment où l'Union des Comores est en train de célébrer l'Unité nationale retrouvée par la force des armes, il ne faudra pas oublier les intellectuels comoriens qui ont combattu le ''serpent séparatiste'' par les armes de la plume.

Parmi eux,Ahmed Mohamed Chamanga (photo), universitaire installé en France. Au moment où beaucoup de ses pairs avaient fait profil bas pour laisser passer la tempête et que d'autres jetaient de l'huile sur le feu à partir de leur clavier d'ordinateur, Chamanga s'est élevé avec la plus grande énergie contre le séparatisme.

C'est lui qui a écrit ces lignes dans un article émouvant : ''Chers Anjouanais (. ..) , a-t-il écrit dans un texte qui a frappé les esprits, s'il vous plaît, lorsque vous aurez réussi à faire appareiller votre navire et à hisser les voiles, ne m'emmenez pas avec vous ! Laissez-moi couler tranquillement avec mon îlot solitaire. Je vous souhaiterais bon vent. Mais vous ne m'empêcherez quand même pas de croire que ce serait vraiment dommage. Car, je continue à penser (…) que vous vous embarquez vers une destination inconnue et irréfléchie (…)"

Il avait multiplié les prises de positions fournissant ainsi des textes d'analyse pertinents sur la crise d'Anjouan : ''On fait croire aux Anjouanais que la résolution de leur problème de survie passe nécessairement par la coupure du cordon ombilical qui lie leur île à Moroni, en demandant notamment son rattachement à la France. Comment peut-on berner les gens en avançant un argument aussi saugrenu qu'infantile? … Comment peut-on également faire croire qu'un État indépendant d'Anjouan aussi microscopique puisse garantir une vie meilleure et plus prospère pour sa population, quand on sait ce qui s'y passe? " avait-t-il écrit dans un autre texte.

Chamanga s'était dressé, devant la folie générale armée de sa plume, contre ce qu'il a appelé le serpent à sept têtes. Pour lui rendre hommage Al-Watwan publie ici une lettre ouverte qu'il avait alors adressée aux intellectuels d'Anjouan dans ces colonnes.

 

Lettre ouverte aux intellectuels anjouanais*

Que faire du serpent à sept têtes ?

''Messieurs,

Dans mon premier article paru dans Al-Watwan n° 479 du 29/08/97, je m'étais déjà étonné du silence que vous observez face à la crise anjouanaise. Les informations que j'ai reçues par la suite me font penser, sans risque de me tromper, que vous êtes nombreux à ne pas partager la partition de notre pays. Que vous soyez en France, à la Réunion, à Mayotte ou dans les autres îles des Comores ou ailleurs, je dirai même que vous êtes majoritairement hostiles à toute idée séparatiste. Mais, face à la surenchère des séparatistes, je ne comprends toujours pas votre léthargie. Il est un moment où il n'est pas permis de se retrancher dans un mutisme suspect. L'heure est grave. La terreur - puisque c'est ainsi qu'il faut qualifier l'orientation du mouvement sécessionniste qui sévit à Anjouan - s'abat dangereusement sur la population anjouanaise.

Je sais que le pouvoir de Taki, par ses maladresses, son insouciance et ses gabegies intolérables, a facilité la tâche des séparatistes. En effet, pendant que la population se débattait contre les difficultés de la vie et que les fonctionnaires totalisaient plusieurs mois d'arriérés de salaire, le président Taki passait son temps à faire le tour du monde, à coup de plusieurs millions de francs.

Ne mesurant pas l'ampleur de la crise, non seulement il l'a traitée avec arrogance et mépris, mais aussi avec une méthode d'un autre âge : une poignée de gens envoyés sur l'île en catimini, chacun dans son village, avec une serviette pleine d'argent. Ces émissaires n'ont d'ailleurs pas tardé à être démasqués et ont dû prendre la fuite. Par contre, Mohamed Abdou Madi - malin et opportuniste - (ce n'est pas par hasard qu'il a reçu le sobriquet de Moulin), une fois sur place, s'est empressé de retourner sa veste pour devenir le porte-parole des rattachistes, après avoir empoché les trois millions de francs qui lui ont été confiés par le pouvoir. Cette manière de traiter le problème ne marche pas lorsque le peuple, au bout du rouleau, est en état de révolte, et elle ne permet donc pas d'établir la confiance.

Je me demande pourquoi Taki, dès le début de la crise, n'a pas envoyé à Anjouan et à Mohéli une délégation officielle composée de ministres et de notables grands-comoriens, anjouanais et mohéliens pour tenter d'y apporter un début de solution. C'était sans doute la seule voie qu'il fallait retenir. Malheureusement, Taki en a privilégié d'autres qui sont plus contestables : la corruption et la force. Il porte ainsi une lourde responsabilité dans la dégradation du climat sécessionniste. On est d'ailleurs en droit de se demander s'il souhaite sérieusement le dénouement de la crise. On peut aussi s'interroger sur l'utilité de la pléthore de conseillers qui l'entourent.

Les séparatistes, qui étaient marginaux dans l'opinion anjouanaise, mais très actifs sur le terrain, ont su ainsi profiter du mécontentement général pour s'accaparer la direction du mouvement populaire. Ils ne mettront pas beaucoup de temps pour réclamer le rattachement de l'île d'Anjouan à la France, leur vœu de toujours.

Je voudrais d'ailleurs poser une question à ces soi-disant "vrais Anjouanais" : "Pouvez-vous me dire où se trouve le village de Sada-Mpwani?"

Lorsque, à travers les médias du monde entier incrédule, vous - intellectuels anjouanais - avez vu les gens arborer et hisser des drapeaux tricolores partout (plus particulièrement sur le minaret de la grande mosquée de Mutsamudu) mais aussi se maquiller le visage avec la peinture tricolore, vous n'avez pas manqué de vous demander si on n'était pas allé un peu trop loin.

''C'est une stratégie : il faut placer la barre très haut pour paraître en position de force lors d'une éventuelle négociation'', vous ont dit les séparatistes. Selon ces derniers, c'était la seule voie pour se faire entendre et aussi empêcher Taki d'intervenir militairement, car il hésiterait à faire usage de la force contre… la France. C'est du moins ce qu'ils vous ont fait croire. Et vous avez mordu à l'appât. C'est là que vous avez fait, à mon sens, preuve d'une très grande naïveté. Vous avez oublié que les courants indépendantistes ou rattachistes d'Anjouan ne datent pas d'aujourd'hui.

Lorsque la demande de rattachement n'aura pas reçu l'accueil que les séparatistes escomptaient de la part de la France, ils n'hésiteront pas à sortir la deuxième tête de leur serpent venimeux : l'indépendance. ''C'est une stratégie ! Nous savons que cela ne va pas aboutir! D'ailleurs, nous ne le souhaitons pas, mais il faut toujours demander plus pour obtenir le minimum!'' vous ont-ils à nouveau assuré. Encore une fois, vous avez pris leur propos pour argent comptant. Vous ne faites même pas attention aux vomis qu'ils crachent sur l'antenne de la "Radio d'Anjouan" contre le "démon" grand-comorien. Vous semblez ignorer les soutiens qu'ils bénéficient de la part de l'extrême-droite française depuis l'indépendance des Comores.

Il faut reconnaître que les séparatistes sont très forts. Ils ont pu vous faire avaler le fait que tout est "stratégie". Le référendum, cette troisième tête du serpent "séparatisme", entre également dans cette catégorie. Les 99,88 % de "oui" obtenus lors de ce scrutin ont permis à nos stratèges de sortir la quatrième, puis la cinquième tête de notre fameux serpent : la formation d'un gouvernement et la prochaine élection présidentielle de "l'État d'Anjouan" où cet homme providentiel de Foundi Abdallah Ibrahim est naturellement candidat.

Le principal reproche que me font les séparatistes, plus particulièrement ceux du défunt "Collectif Anjouanais de France", c'est de ne pas avoir compris cette notion de "stratégie". C'est vrai que j'ai la tête un peu dure. Aussi, ai-je beaucoup de mal à accepter ce qu'ils veulent me faire ingurgiter, d'autant plus que le principal responsable de ce collectif, du moins celui qui en était le porte-parole, ne m'inspire pas une totale confiance, lui qui connaît à peine l'île d'Anjouan. A-t-il déjà oublié le peu d'intérêt qu'il avait toujours manifesté pour cette île ?

Les séparatistes me font remarquer encore que, ne vivant pas la réalité sur le terrain, je ne peux pas, de toutes les façons, comprendre. Je leur répondrai que je ne suis pas aussi naïf qu'ils le croient. Sur mon ignorance de la vie quotidienne des Anjouanais, je dirai tout simplement que j'ai passé une bonne partie de ma vie dans l'île et je crois avoir suffisamment assimilé la manière de penser de mes "co-insulaires". En outre, je ne me suis jamais coupé de mon pays. Je m'y rends régulièrement, pratiquement tous les ans. Et, contrairement à ceux qui prétendent me donner des leçons, je parcours toute l'île de Ndzuani, en visitant même les coins les plus reculés. Ce qui me permet de me rendre compte de visu dans quel état vit la population anjouanaise en particulier. Par contre, la plupart de ceux qui se disent plus Anjouanais que moi n'ont jamais franchi la rivière de Mutsamudu vers l'ouest et ne sont jamais allés au-delà de l'aéroport de Ouani vers l'Est ; de l'intérieur de l'île, ils ne connaissent que l'hôpital de Hombo. Je voudrais d'ailleurs poser une question à ces soi-disant "vrais Anjouanais" : "Pouvez-vous me dire où se trouve le village de Sada-Mpwani?"

Enfin, je voudrais préciser que ma vie en France me permet d'avoir assez de recul pour pouvoir porter un jugement que j'espère objectif. Je suis d'autant plus sensible et conscient de la misère du peuple que, comme d'autres Comoriens, je me serre la ceinture pour pouvoir venir en aide à ma famille et mes amis restés au pays. À ce titre, j'ai mon mot à dire ! C'est à ce titre également que je refuse la solution que préconisent les sécessionnistes.

''Si vous n'êtes pas d'accord avec notre indépendance, taisez-vous !'' nous disent les séparatistes. De quel droit veulent-ils nous empêcher de donner notre point de vue sur l'avenir de l'île qui ne leur appartient pas plus qu'à nous ? ''Ah, justement ! Parlons de droit ! Où applique-t-on le droit ou la démocratie que vous nous rabâchez en Afrique?'' nous rétorquent-ils. L'argument est fort. Il laisse augurer un bel avenir pour la population anjouanaise.

Comme moi, vous êtes nombreux à avoir reçu des menaces et des chantages sur vos biens et vos familles. Celles-ci ne manquent d'ailleurs pas de vous appeler à la prudence. Comme vous êtes bien élevés, vous écoutez et obéissez. Pendant ce temps, les séparatistes font semer la terreur par leurs milices "embargos" interposées. Ne pensez-vous pas qu'il est temps de rompre votre silence, au lieu de leur laisser le champ libre? Ne croyez-vous pas que la désobéissance est parfois nécessaire?

Souvenez-vous que, dans les contes comoriens, le coq ou le serpent à sept têtes est un monstre redoutable. Il finit par dévorer tout le pays car personne n'ose s'opposer à lui.

Chers amis, qu'attendez-vous pour agir? Que nous soyons tous dévorés par ce monstre de séparatisme? Pensez-vous que les usurpateurs anjouanais, Foundi Abdallah Ibrahim, Mohamed Abdou Madi, Abdallah Halifa, Charcane… et leurs acolytes expatriés soient suffisamment crédibles pour que vous leur accordiez votre confiance? Le passé de ces gens vous est-il encore inconnu ? Vous ont-ils présenté leur projet de développement de l'île?

Au moment où j'écris ces lignes, je viens d'apprendre que Foundi Abdallah Ibrahim vient de sortir la sixième tête de son serpent : après les présidentielles, il compte organiser à nouveau un référendum pour permettre au peuple d'Anjouan de manifester de manière sans équivoque son désir de rattachement à la France, en indépendance-association.

Souvenez-vous que, dans les contes comoriens, le coq ou le serpent à sept têtes est un monstre redoutable. Il finit par dévorer tout le pays car personne n'ose s'opposer à lui. Mais une femme réussit à prendre la fuite et se réfugie dans une grotte. Elle met au monde un garçon qui sera le sauveur. Ce dernier portera le coup fatal au monstre : il ne se relèvera plus. Notre sauveur crèvera son abcès au niveau du gros orteil et ressuscitera les victimes.

Je vous invite, chers amis, à ne pas attendre l'arrivée d'un sauveur providentiel. Car nous avons ici un monstre d'un nouveau type. Il est très résistant. Pour le mettre hors d'état de nuire, il faut nous unir et nous organiser pour sauvegarder notre unité nationale et notre dignité ! Abandonnez donc votre attitude que d'aucuns qualifient de lâche ou d'opportuniste ! Ne jouez pas à cache-cache ! Les tracts, les déclarations ou les résolutions non signés n'ont aucune valeur. Faites-vous connaître ! Ainsi, ensemble, nous démasquerons les traîtres à la nation comorienne ! Ensemble enfin, pour les Comores de demain, agissons avant qu'il ne soit trop tard, en tout cas avant que le monstre ne sorte sa septième tête qui le rend immortel !”

Mohamed Ahmed-Chamanga

*Ce texte date de juillet 1998

NOTRE COMMENTAIRE :

Merci Alwatwan d'avoir pensé à rendre ce vibrant hommage à cet Homme même si pour ce qui est de la fin du séparatisme dans notre pays, il convient d'être prudent et vigilant. Car il le mérite amplement. Chamanga est un Homme d'une simplicité incroyable et très honorable ; un vrai Comorien digne de ce nom. J'ai eu le privilège de le côtoyer pendant la période dite "séparatiste", une période honteuse de notre histoire. C'était un Homme meurtri qui supportait très mal ce qui se passait dans son île..son pays.  Mais c'était aussi un Grand Homme (il l'est toujours !). Il n'avait pas eu peur  de refuser  d'être "un bon anjouanais" alors que c'était à la mode à cette période là - celui qui devait soutenir aveuglement ce qui se passait à Anjouan. Il était fier d'être "un mauvais anjouanais" car il voulait mettre hors d'état de nuire "ce monstre d'un nouveau type qui était très résistant" et qu'il ne pouvait affronter qu'avec sa plume et son clavier, deux armes redoutables.

Pour Chamanga, ces voyous qui avaient pris  en otage Anjouan étaient malhonnêtes quand "ils faisaient croire aux Anjouanais que la résolution de leur problème de survie passait nécessairement par la coupure du cordon ombilical qui lie leur île à Moroni".

Il n'a jamais changé de position ou joué à l'hypocrisie. Il est tout simplement resté lui même en dépit de fortes pressions dont il a fait l'objet.  Je me souviens encore de ces tracts burlesques où on le présentait nu avec certains amis ; Je me souviens encore de ces gens qui menaçaient de l'agresser physiquement car ils ne supportaient pas ses écrits ; Je me souviens encore de ce procès de la honte de mars 1999 dont il avait fait l'objet mais dont en réalité le vrai but était de
museler  tous les Comoriens originaires d'Anjouan qui en France, refusaient de soutenir le "monstre" ; Je me souviens encore qu'il n'avait pas hésité à refuser un poste de Premier Ministre en dépit des pressions familiales et amicales ; Je me souviens encore qu'il avait su résister à toutes les tentatives de récupération politique de notre combat.

CHAMANGA a tout simplement joué le rôle d'un vrai intellectuel, grâce à son intelligence, à son amour pour les Comores et au soutien de certains amis et proches.

Merci cher ami. Surtout ne change pas. Continue à rester toi même !

Halidi (HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI Alwatwan + HALIDI - dans HOMMAGES
commenter cet article
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 16:18
HOMMAGE A UN ICONE DE LA POESIE

C'est avec tristesse que nous venons d'apprendre le décés prématuré d'un Grand Homme survenu ce jour. Il s'agit d'Aimé CESAIRE, le père de la négritude et un icône de la poésie mondiale.



Ci-dessous certaines réactions et son portrait :

17 avril 2008

Cheikh Hamidou Kane évoque "un éveilleur de consciences"

Le poète et chantre de la "négritude" Aimé Césaire était un "éveilleur de conscience" pour l’Homme noir, a déclaré à Dakar l’écrivain sénégalais Cheikh Hamidou Kane.

Cheikh Hamidou Kane a aussi regretté qu’il n’ait pas été consacré par un prix Nobel ou intégré à l’Académie française. Aimé Césaire, décédé jeudi, "était un homme d’une dimension mondiale. Un Noir qui a acquis une stature mondiale du fait de la prise de conscience par l’Homme noir de sa condition et aussi de la prise de conscience par le reste du monde de la condition de l’Homme noir", a-t-il ajouté.

"C’est l’homme qui a éveillé à cette conscience de l’identité noire non seulement les Noirs de la diaspora mais, nous, les Noirs d’Afrique", a souligné Cheikh Hamidou Kane, auteur d’un des monuments de la littérature africaine "L’aventure ambiguë". "Il a été aussi éveilleur de conscience en ce qui concerne le débat sur le colonialisme", a-t-il précisé. "Il était vraiment très Sénégalais, très Africain. C’était admirable car au moment où il a vécu les Antillais que les Africains connaissaient étaient considérés un peu comme des auxiliaires du colonisateur, comme des Français à peau noire", a-t-il rappelé.

"Cahier d’un retour au pays natal, était un peu notre livre de chevet lorsque nous étions lycéens. Nous avions lu ce livre avec délectation, l’avons récité de mémoire, moi-même et ceux de ma génération. Il a été un homme considérable dans notre vie", a-t-il rappelé. Mais "je regrette qu’il n’ait pas été honoré, consacré, salué comme il le méritait au plan international", notamment avec "un prix Nobel, de la paix ou de la littérature". "Je regrette qu’il n’ait pas été honoré, comme l’a été Léopold Sedar Senghor, par l’Académie française. Il méritait aussi d’être membre de cette académie", a-t-il affirmé.

17 avril 2008

La classe politique rend hommage à Aimé Césaire

Toute la classe politique a rendu jeudi hommage à l’écrivain Aimé Césaire, mort à 94 ans à Fort-de-France. La population martiniquaise et, au-delà, des Antilles et de la France d’Outre-mer, perd un de ses pères spirituels, écrit le président Nicolas Sarkozy.

Sarkozy salue « la mémoire d’un grand poète »

"En vérité, c’est toute la nation française qui est en deuil", poursuit le chef de l’Etat, qui salue "la mémoire d’un grand poète", d’un esprit "libre et indépendant" et de l’un des pères, avec Léopold Senghor, du concept de "négritude".

"Ce fut un grand humaniste dans lequel se sont reconnus tous ceux qui ont lutté pour l’émancipation des peuples au XXème siècle", estime-t-il. "Il a incarné, sa vie durant, le combat pour la reconnaissance de son identité et la richesse de ses racines africaines. Par son appel universel au respect de la dignité humaine, à l’éveil et à la responsabilité, il restera un symbole d’espoir pour tous les peuples opprimés."

Le chef de l’Etat salue également la longue carrière d’élu politique de la Martinique d’Aimé Césaire. "Conscient des progrès que représentait la ’départementalisation’, il a su courageusement soutenir la loi de 1946 qui a mis fin aux colonies, sans pour autant rompre avec sa recherche identitaire qui constituait le coeur de sa vie", souligne-t-il. "Il restera pour nous tous l’une des figures les plus emblématiques de la classe politique de l’outre mer."

Nicolas Sarkozy adresse à la famille du poète et à ses proches ses "condoléances les plus attristées".

Réaction de François Fillon et de François Hollande

Le Premier ministre François Fillon a pour sa part salué dans un communiqué la mémoire d’un "représentant exceptionnel de l’engagement poétique et politique", qui a "jusqu’à son dernier jour tourné son regard vers les combats de demain".

"Proche d’André Breton, le poète Césaire ne craignait ni la force des images, ni leurs ruptures. Il laissait naître de sa colère des chants puissants et durs", écrit-il. "Il mettait ses mots au service de la lutte pour la dignité humaine, en particulier celle des peuples colonisés et humiliés."

La ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des collectivités territoriales, Michèle Alliot-Marie, a estimé que la "voix d’un sage" s’éteignait et qu’une "part de l’âme antillaise" disparaissait avec Aimé Césaire.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, a rappelé qu’Aimé Césaire était un homme de gauche. "Tout au long de ses mandats de maire et de député de Fort-de-France, il a agi aux côtés de ceux qui se battent pour la reconnaissance de leurs droits et de l’égalité sociale", écrit-il dans un communiqué au nom du PS. Le dirigeant socialiste exprime sa "solidarité à l’égard de tous les Martiniquais profondément meurtris par cette disparition mais fiers d’avoir été représentés par un homme aussi exceptionnel".

Ségolène Royal a salué dans un communiqué en Césaire "un démineur d’hypocrisies, un porteur d’espoir pour tous les humiliés, un combattant inlassable de l’humaine dignité" et a demandé son entrée au Panthéon.

Le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a fait savoir que les députés observeraient une minute de silence au début de leur prochaine séance solennelle, le mardi 29 avril, et qu’un "hommage particulier" serait rendu à leur ancien collègue. 

L'ancien Président français, Jacques CHIRAC a salué "un homme de lumière", et le secrétaire général de la Francophonie, le Sénégalais Abdou Diouf, a exprimé la "très grande émotion" de toute la "famille francophone".

Cette unanimité des réactions au décès d'Aimé Césaire tranche avec l'âpreté des combats menés par le poète-militant tout au long de sa vie. Ainsi Aimé Césaire avait-il d'abord refusé de rencontrer M. Sarkozy lors d'un voyage prévu par ce dernier, puis annulé, aux Antilles en 2005, en signe de protestation contre la loi de février 2005 dont un article reconnaissait "le rôle positif de la présence française outre mer". Le poète avait finalement reçu en mars 2006 celui qui était alors ministre de l'Intérieur, lui offrant son "Discours sur le colonialisme".



16 avril 2008

Aimé Césaire : Portrait

L’écrivain martiniquais Aimé Césaire est sans doute l’un des plus grands poètes du XXème siècle, dont la vision du monde et l’énergie créatrice ont marqué à jamais la littérature française et mondiale.

Un élève brillant
Né à Basse-Pointe en Martinique le 26 juin 1913, Aimé Césaire s’affirme très tôt comme un élève brillant. Il est âgé 18 ans quand, détenteur d’une bourse, il débarque à Paris afin de suivre des études secondaires au lycée Louis le Grand. C’est là qu’il se lie avec le futur président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, au contact duquel il découvre l’Afrique et les musiciens noirs-américains. Durant cette période, « il se décolonise de l’intérieur  », dira-t-il plus tard.

L’Etudiant noir
Avec Senghor, ils redécouvrent la phrase du philosophe allemand Hegel qui affirme que « ce n’est pas par la négation du singulier que l’on va à l’Universel, mais par l’appronfondissement du singulier  ». Et Césaire de conclure : « Tu vois, plus nous serons Nègres, plus nous serons des Hommes ». Admis à l’Ecole normale, Césaire devient président de l’Association des Etudiants Martiniquais en 1934 et fonde le journal L’Etudiant noir.

Le chemin de la Négritude

Toujours accompagné de Senghor, mais également de Léon-Gontran Damas et de Gilbert Gratiant, il jette pour la première fois les bases du concept de Négritude. Par ailleurs, aux côtés du Sénégalais Alioune Diop, il est l’un des pères fondateurs des Editions Présence africaine, dont la vocation est de donner un moyen d’expression aux auteurs d’Afrique, des Caraïbes et de l’océan Indien.

L’homme politique

De retour en Martinique, il est élu député en 1945 sous l’étiquette du Parti communiste français (PCF). Il travaille aussitôt à l’élaboration d’un nouveau statut pour les quatre anciennes colonies que sont la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et la Réunion.
La même année, il devient maire de Fort-de-France. Sans cesse plébiscité par les Foyalais, il occupera ce poste pendant plus d’un demi-siècle, marquant la première ville de la Martinique d’une empreinte indélébile.

Départements d’Outre-mer

Lorsque Césaire se présente à l’Assemblée nationale le 12 mars 1946, il place la République française devant ses responsabilités : « entre désintégration et intégration, il y a de la place pour l’invention. Nous sommes condamnés à inventer ensemble ou à sombrer, et pas forcément pavillon haut  », s’exclame-t-il. Une semaine plus tard, les départements d’Outre-mer naissent officiellement et Césaire prend déjà sa place dans l’Histoire.

Fondation du Parti progressiste martiniquais

De l’immense bidonville hérité de la colonisation, Césaire fera une capitale digne de ce nom. « J’aime construire, j’aime bâtir. Nous, les Nègres qui avons beaucoup subi, devons apposer notre empreinte sur la civilisation universelle », martèle l’écrivain. En 1956, année de l’invasion de Budapest par les chars de l’Armée rouge, il dénonce « la rude main de Staline » et met un terme à son engagement au PCF. Décidé à forger chez les Martiniquais une conscience libre et citoyenne, il fonde deux ans plus tard le Parti progressiste martiniquais (PPM).

L’écrivain

L’action politique de Césaire, poète et essayiste engagé, se retrouve dans ses écrits. Il entamera très tôt un long réquisitoire contre l’exploitation coloniale, le racisme et l’absence de développement qui en découlent. Avec le Discours contre le colonialisme en 1950, il œuvre pour le réveil des identités culturelles, la dignité humaine et la responsabilité historique des peuples. Il dénonce l’oppression exercée par l’Occident sur le Tiers-Monde. En 1941, il fonde à Fort-de-France la revue Tropiques, aux côtés de René Ménil et d’Aristide Maugée.

Une logique universelle

Avec le concept de Négritude, Aimé Césaire inscrit son discours dans une logique résolument universelle. Il réaffirme à tous les déracinés et descendants d’esclaves la grandeur de la civilisation africaine qu’il veut source de fierté pour tous les Noirs.

En 1939 déjà, avec Cahier d’un retour au pays natal, il amorce sa quête identitaire et pousse « un grand cri nègre ». L’ouvrage deviendra une source de référence incontournable pour tous les intellectuels des diasporas noires dans les décennies qui suivront. Subjugué par l’universalité de Césaire et par sa poésie surréaliste, l’écrivain français André Breton l’édite et le préface.

La quête de l’imaginaire

Dans une langue irréprochable, enrichie par des expressions issues de l’univers caribéen, la poésie de Césaire s’affirme dans un style qui fascinera également Jean-Paul Sartre. Pour l’écrivain martiniquais, « la quête surréaliste permet de descendre au plus profond de soi-même et de libérer l’imaginaire du carcan de la langue  ». De manière générale, il affirme que « la poésie est la réappropriation de nous par nous-mêmes ».

L’homme de théâtre

Césaire politique, Césaire poète, mais aussi Césaire homme de théâtre. A partir des années soixante, il rédige différentes pièces dans lesquelles l’émancipation, l’Afrique et le héros noir sont au centre de ses préoccupations. Avec La tragédie du roi Christophe (1963), Une saison au Congo (1965) ou encore Une tempête (1970), il s’impose comme un dramaturge internationalement reconnu.

Insatiable combattant

Traduits dans de nombreuses langues, les ouvrages d’Aimé Césaire sont depuis longtemps l’objet de colloques et de conférences. L’Unesco lui a ainsi rendu un vibrant hommage en 1997. Apre défenseur de la Négritude, insatiable combattant pour la désaliénation des peuples, le poète est celui de « la Fraternité universelle  », pour reprendre une expression de Senghor. Figure de proue pour de nombreux auteurs contemporains, Aimé Césaire a défriché le terrain sur lequel est née la créolité d’une nouvelle génération d’auteurs, à l’instar de Patrick Chamoiseau et de Raphaël Confiant.

Principaux ouvrages

- Cahier d’un retour au pays natal, Présence africaine, Paris, première édition en 1939.

- Les armes miraculeuses, Gallimard, Paris, 1946.

- Soleil cou coupé, Edition K, Paris, 1948.

- Corps perdu, Editions Fragrance, Paris, 1949.

- Discours sur le colonialisme, Editions Réclame, Paris, 1950. Réédité par Présence africaine en 1956.

- La tragédie du roi Christophe, Editions Présence africaine, Paris, 1963.

- Une saison au Congo, Editions du Seuil, Paris, 1965.

- Moi, Laminaire, Editions du Seuil, Paris, 1982.

- Nègre je suis, nègre je resterai (entretiens avec Françoise Vergès), Editions Albin Michel, Paris, 2005.

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans HOMMAGES
commenter cet article
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 15:17
Hommage à un ancêtre
 
 
Permettez-moi chers visiteurs de mon blog de  rendre ici un vibrant hommage à mon arrière grand-mère maternelle. Comme cela, j’aurais le sentiment d’avoir accompagné et porté son « shilili » - le cercueil de chez nous - sur mes épaules avec les autres  le vendredi 18 courant jusqu’au cimetière de Zawiyani à OUANI  où se trouve sa demeure éternelle.

Photo ci dessous : kokwa Mwana (décembre 2006)
 
KOKWA-MOINA.JPGBweni Fatima binti Saïd Mikitadi bin Saïd Halidi bin Saïd Abdérémane, est décédée le vendredi 18 janvier 2008 à l’âge de 98 ans à OUANI-ANJOUAN, sa ville natale. En réalité, il s'agit d'un age approximatif.
 
Tout le monde l’appelait kokwa mwana, « la mamie de l’enfant ». Mais pour ses petits enfants et arrières petits enfants, elle était tout simplement « Kokwahé » (!!!). Surtout ne me demandez pas des explications sur le choix de ces surnoms car je ne saurai pas vous répondre.
 
Certes, il s’agit de mon arrière grand-mère et de l’arrière arrière grand-mère de mes enfants, mais mourir à cet âge là dans un pays très pauvre comme les Comores où, d’après les statistiques des NU sur la base de projections des données du recensement de la population, l'espérance de vie globale (estimation année 2005) est de 60,8 ans (femme: 62,2 ans et homme: 59,4 ans) reste un fait important. L’on ne trouve pas, en effet, plusieurs cas similaires dans notre histoire. Du coup, avec ses 98 ans, presque une centenaire (!!!), elle reste pour nous le symbole de la longévité au sein de la famille voire même du pays. KOKWA-MWANA2.JPG
 
Kokwa Mwana (a droite) avec une de ses arrières petites filles à l'occasion de son mariage en août 2005 (photo ci-contre).

Je dirais même qu’en l’espèce, il s’agit d’un fait très important car la longévité de Kokwa Mwana a été couronnée d’une santé physique et mentale de fer. Elle est restée débout et lucide jusqu’au dernier jour de sa vie même s’il lui arrivait, des fois, de divaguer un peu. Jusqu’à un âge très avancé, elle partait régulièrement à l’aube avec son traditionnel sumbwerere (chapeau en feuilles de palmier) sur la tête et son bureti – coutelas qu’on utilise pour les travaux des champs- à la main pour cultiver le manioc, les ambrévades (pois d’Angol) et du melé (paddy). C’est ce qui lui permettait de nourrir sa famille. Elle ne rentrait chez elle que vers 18 heures 00. Et, en dépit de la fatigue, elle était toujours au grand rendez-vous du soir. Le voyage des contes. Un moment agréable que ses petits enfants et arrières petits enfants ainsi que les voisins attendaient avec impatience. Sur une véranda, les uns allongés sur une natte et les autres assis par terre. Ainsi, comme l’a écrit Salim Hatubou en quatrième de couverture de son premier livre « Contes de ma Grand-mère » publié chez L’Harmattan en 1994 « le voyage commençait. Nous restions pendus aux lèvres de grand-mère, conteuse aux charmes d’argent. Elle contait telle histoire comme si elle était l’héroïne ou un témoin. Tout cela m’impressionnait. » Grâce à ces voyages riches, j’ai découvert les histoires de Banawassi, les contes du vieillard et son épouse en bois… et de plusieurs devinettes moralisatrices.
 
Kokwa mwana a aussi passé pratiquement toute sa vie, depuis l’âge de 17 ans, à élever et éduquer dans la dignité ses quatre filles, ses petits enfants et quelques uns de ses arrières petits enfants.

Kokwa Mwana en 2002 (photo ci dessous)
 
KOKWAMWANA4.jpgNée d’une mère de MRAMADOUDOU et BADRELE (MAYOTTE) et d’un père très connu de OUANI (ANJOUAN), Cheikh Mikitadi Halidi issu de la famille El Massela, un grand halifa de la Twarikat Chadhuli, la confrérie religieuse dominatrice des Comores, elle fut l’épouse d’un grand notable de la ville, Said Toiha bin Said Omar (décédé en 1976). Celui-ci eut créé la première école privée de sa ville natale dans l’objectif de lutter contre la non scolarisation des enfants de 6 à 7 ans (voir l’article intitulé « OUANI et ses Grands Hommes paru en 2003 dans le n°0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI).  L’ancien Président des Comores, feu Said Mohamed Djohar, lors d’une visite à OUANI en 1991, avait tenu à rendre publiquement un hommage appuyé à « cet illustre  homme et sage qui a marqué les esprits de tous ceux qui l’ont connu » en rappelant particulièrement la célèbre phrase que tout le monde connaît aux Comores et qui lui est attribuée : « SANS WANI, NDZUWANI ALLAIT S’APPELER NDZU ».
 
Kokwa Mwana avait aussi des attaches avec l’île de MOHELI. En effet, selon le généalogiste, Monsieur Mohamed Abdérémane, inspecteur des Administrations Financières à la retraite, qui a consacré un manuscrit sur la famille BIN AHAMADI – COMORES en 1991, le grand père paternel de celle-ci, Cheikh Halidi Abdérémane dit Baco Mafy eut comme grand-mère maternelle, Bweni Binti Ahamadi de DJOIEZI (MOHELI), fille de BIN AHAMADI.
 
A propos de BIN AHAMADI, Monsieur Mohamed Abdérémane nous dit ceci dans son oeuvre précité :
 
« Un riche marchand d’esclaves venant de YEMEN dans le village de HANMOU s’installa à MOHELI à la fin du XVIII siècle où il épousa trois femmes : l’une à FOMBONI, l’autre à DJOIEZI et la troisième à HOANI.
 
Il eut eu cinq enfants dont deux garçons et trois filles : Ali dit Boinali Madi (1er Ministre du Sultan Abderrahamane fusillé en mai 1881) avec la femme de FOMBONI, Kassim, Binti et Fatuma avec la femme de DJOEZI, fille de la famille royale de FOUMBOUNI (GRANDE COMORE) et Amina née à HOANI avec la troisième femme.
 
BIN AHAMADI était un propriétaire d’un boutre. Il naviguait en AFRIQUE – COMORES - ARABIE et trafiquait des esclaves. Il était surnommé Moegné Souka à MOHELI.
 
(…)
 
BIN AHAMADI quitta MOHELI en 1832 avec ses deux filles de DJOIEZI, Binti et Fatuma pour s’installer à ANJOUAN où il trouva refuge à OUANI suite à l’arrivée au pouvoir du prince malgache, RAMANATEKA devenu sultan ABDEREHMAN après s’être converti à l’islam. 
 
Il acheta une parcelle de terrain (1/2 hectares environ) dans le quartier de Bwedzani à l’ouest de OUANI, pour construire les maisons de ses filles où il les maria avec des hommes de bonne famille. Il était surnommé à OUANI, MWAHA (Constructeur).
 
Quelques années plus tard BIN AHAMADI décéda à ANJOUAN en laissant ses cinq enfants : Ali, Kassim et Amina à MOHELI, Binti et Fatuma à OUANI (ANJOUAN) ».
 
Certains descendants de Kokwa Mwana sont de parents de NGAZIDJA (DZAHANI LA TSIDJE, BANDAMADJI YA ITSANDRA…) et d’ailleurs (FRANCE, MADAGASCAR…)
 
Le cas familial de KOKWA MWANA, que l’on retrouve partout à MOHELI, ANJOUAN, MAYOTTE ET NGAZIDJA est le socle de l’existence même de notre pays. Pourtant certains juristes et politiques avides du pouvoir avec la complicité de leurs amis d’ailleurs (historiens, sociologues et juristes) veulent imposer aux COMORES le concept de « la citoyenneté de l’île ». Ils feraient mieux de consacrer leur temps à la lutte contre la pauvreté, la vraie cause de la crise actuelle qui sévit notre pays au lieu de créer d’autres problèmes.
 
On ne joue pas avec l’existence de son pays surtout quand on prétend l’aimer !
 
Paix à ton âme KOKWAHE !
 
Halidi
HALIDI-BLOG-COMORES
 
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans HOMMAGES
commenter cet article
16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 17:34
Hommage à un grand défenseur de l'unité des Comores
 
 Salim Abdérémane, portant le drapeau de l'Union des Comores
lors d'une manifestation au Trocadéro (PARIS)
salim-abd--r--mane3.jpgSalim Abdérémane, un militant farouche du combat pour l’unité et l’intégrité territoriale de notre pays, les Comores, au sein de la diaspora comorienne en France est décédé le jeudi 13 décembre 2007 des suites d'une maladie incurable. Cette mort a certainement bouleversé tous ceux qui l’ont connu ou côtoyé. Car c’était un homme de terrain qui croyait profondément à ses convictions et à ce qu’il faisait. C’est du moins le souvenir que j’avais gardé (et que je garde et garderai) de lui à l’issue d’une longue discussion que nous avions eue, tous les deux, à mon domicile, il y a quelques mois. On le voyait régulièrement dans les différentes réunions et manifestations organisées en région parisienne dont l’objectif n’était autre que l’unité et l’intégrité des Comores.salim-abd--r--mane2.jpg
 
Originaire d’OUANI-ANJOUAN, Salim Abdérémane a milité au sein de l’Association des étudiants et stagiaires Comoriens (ASEC) et du Front Démocratique (FD). Il a aussi fait bénéficier de son militantisme à d’autres organisations de la Diaspora comorienne en France dont il est d’ailleurs un des fondateurs : Groupe de Réflexion sur l'Intégrité du Territoire de l'Archipel des Comores (GRITAC), Collectif Comores MasiwaMane (CCMM) ou du Collectif des Associations et Amis des Comores (CAAC), 
 
Une prière funéraire est organisée par la société civile aujourd’hui (le 16 DECEMBRE 2007), à la mosquée de La Courneuve (93), en Ile de France après la prière de DHOUHRI, à 13h00.
 
Selon le CAAC dont il était un des piliers, une autre prière sera organisée le mercredi 19 décembre 2007 à 15 heures 00 à la Clinique Hôpital La Roseraie à Aubervilliers, 120 Avenue de la République 93300 Aubervilliers où se trouve sa dépouille avant son départ pour l’aéroport de Roissy pour un enterrement aux Comores.
 
Un dernier hommage public lui sera rendu le mardi 25 décembre 2007 dans une salle à Nanterre (92). Ce sera l’occasion pour ceux qui l’ont connu de parler de lui et de son noble combat.
Nous présentons nos sincères condoléances à sa femme, à ses enfants et à tous ceux qui défendent l’unité des Comores.
 
Paix à son âme !
 
Halidi Allaoui
HALIDI-BLOG-COMORES
 
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans HOMMAGES
commenter cet article
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 00:22
 
 
Ibrahim-Ali.jpg21/02/1995-21/02/2007. Cela fait déjà 12 ans que Ibrahim Ali est mort, il avait 17 ans et aimait la musique.
 
Il a eu, cette nuit là, dans les environs de 22 heures 30, la
malchance de croiser sur son chemin des racistes, des lâches….des colleurs d’affiches du Front National (FN), le parti de Jean Marie LE PEN, armés de pistolets de gros calibre. La France était en pleine effervescence électorale comme c’est le cas actuellement !
 
Curieusement, aucun média national n’a fait allusion à cette commémoration. Pourtant, il le fallait car la mort de Ibrahim Ali survenue le 21 février 1995 à MARSEILLE traduit la honte de la république et illustre la montée du racisme ainsi que l’intolérance d’une minorité de français
 
Ibrahim Ali était un jeune français de filiation et de naissance
même s’il était noir.
Ibrahim Ali était un jeune français de filiation et de naissance même s'il était issu de parents originaires des Comores. Il était fier de
l’être et était très attaché à SA Marseille.
Ibrahim Ali est mort d’une mort terrible, exécrable et gratuite.
 
Cette nuit là, souvenons-nous bien, après la fin de leur répétition musicale, Ibrahim Ali et deux de ses amis du groupe B. Vice courraient pour ne pas rater le dernier bus. Hélas ! Des colleurs du
FN étaient là. Ils lui ont tiré une balle dans le dos. Quelques minutes après, il s’est écroulé et ne s’est plus relevé.
 
Le motif de cet assassinat n’est autre que sa couleur de peau. Il s’agit en fait d’une mort au faciès ; d’un reniement de la différence entre les citoyens français au sein de la république.
 
 Le racisme, l’intolérance et la haine ont tué ce jour là un jeune qui n’avait pour défense que ses bras ouverts à la vie. Quel gâchis et quelle honte ! Comment peut-on concevoir que des français, même s'ils sont extrémistes, se soient permis d’ôter la vie à un jeune français de 17 ans pour l’unique raison qu’il était noir ?
 
Pensons à ce jeune; n’oublions pas Ibrahim Ali pour pouvoir lutter avec force contre la montée du racisme.
 
Sur l’avenue des AYGALADES dans le 15ème arrondissement, à MARSEILLE où il est lâchement abattu, une plaque commémorative nous le rappelle « ICI EST MORT IBRAHIM ALI A L’ÂGE DE 17 ANS, VICTIME DE L’INTOLERANCE ET DE LA HAINE EN SORTANT D’UNE REPETITION DE THEATRE ET DE MUSIQUE LE 21 FEVRIER 1995.
 
A notre tour, gravons à jamais le même texte sur nos cœurs !
 
Halidi Allaoui
 
 
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans HOMMAGES
commenter cet article
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 00:46
 
 
 
 
Mr AHMED BEN CHEIKH connu à Anjouan sous le nom de CHEIKH HAMDANI s’est éteint le jeudi 11 janvier 2007 à l’âge de 70 ans.
Bien qu’originaire de OUANI-ANJOUAN, il est inhumé le vendredi dernier à MITSAMIHOULI, au nord de NGAZIDJA, conformément à
ses dernières volontés.
 
Mais cela n’est pas du tout surprenant pour Cet homme hors de commun surtout dans le contexte politique actuel de notre pays dominé par le chauvinisme et le repli. Il s’est, en effet, toujours comporté durant sa vie en Comorien digne de ce nom. Il ne se considérait ni Anjouanais (voire même Ouanien), ni Grand Comorien, ni Mohélien ni Mahorais mais COMORIEN tout court. Partout où il passait il s’intégrait et investissait sans difficulté.
 
Qui n’a pas aperçu ou remarqué un jour CHEIKH HAMDANI (pour les anjouanais) ou BIN CHEIK (pour les autres comoriens) quelque part aux Comores ?
Cet homme moustachu, d’un grand gabarit, portant en permanence des lunettes de soleil, se faisait remarquer dans les différentes cérémonies publiques de notre pays, grâce à son éloquence et à sa maîtrise de l’histoire des Comores ainsi que de la chose religieuse.
 
Ancien gendarme, Vaguemestre et Administrateur civil pendant la période coloniale il a aussi servi dignement les Comores post indépendantes dans les années 80 en tant que Directeur adjoint de la SOCOVIA (société comorienne chargée de l’import-export de la viande)avant de profiter paisiblement de sa retraite jusqu’à sa mort.
 
Ce décès que nous considérons prématuré, ne pouvait pas nous laisser indifférent. En effet depuis 1994, nous avons eu le privilège de faire partie de ses disciples auxquels il prenait un plaisir incroyable à transmettre ses connaissances historiques de notre
pays aussi bien aux Comores qu’en France.
 
Avec la mort de CHEIKH HAMDANI, nous confirmons ce qu’un grand sage africain a dit : « En Afrique, un vieillard qui meurt c’est une bibliothèque qui brûle »
 
Ô Maître, que votre âme repose en paix !!! Amen
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI ALLAOUI - dans HOMMAGES
commenter cet article

Pages