Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 12:06
COMORES / Littérature : Notre centre de rétention par  ALI MZE
COMORES / Littérature : Notre centre de rétention par ALIMZENotre centre de rétention*. Tel est le titre révélateur et très contemporain d'un essai écrit par un jeune auteur comorien et récemment publié chez l'Harmattan. En feuilletant rapidement cet essai, certains mots-et non les plus doux- vous reviennent et rejaillissent en flot, comme un torrent d'eau qui se déchaine et qui est en quête de son lit : contrôle d'identité, menottes, centre de rétention, expulsion, charters, ... Le tableau est ahurissant et est de ce qu'il ya de plus vraisemblable.

L'auteur peint le sort réservé aux clandestins en terre d'Europe. Bien qu'il raconte l'histoire d'une manière romancée, entre la fiction et la réalité il n'y a qu'un pas. La réalité des faits ne fait aucun doute. C'est une histoire universelle, c'est l'histoire de chacun de nous, car si on n'a pas fait soi-même l'objet d'une rétention administrative suivie d'une expulsion, on connaît un ami, un parent ou quelqu'un du village ou du quartier qui a subi ce sort. Un sort Un mauvais sort.

Dans un passage du livre les mots parlent d'eux-mêmes, comme des images, une photographie, un vrai tableau noir, nul de caricatures, point de déformation, juste la vérité, rien que la réalité : « Qu'ont-ils à nous traiter de la sorte ? Ne sommes-nous pas des êtres humains ? S'ils nous ont enfermé comme des sardines dans un premier temps, à présent, ils vont nous ligoter, avec menottes, les bras dans le dos. En fait il a toujours été ainsi. Cela fait partie des aléas des reconduites à la frontière, Il ne sert à rien de se rebeller, ou du moins le pensons- nous. Nous sommes considérés comme des êtres immondes, des quantités négligeables et dignes seulement de se faire marcher sur la greule, du pied gauche de préférence... »

La tristesse et la dureté du récit

La tristesse et la dureté du récit sont atténuées par un style limpide avec des mots simples.,. Une histoire hideuse racontée avec un beau verbe: et ça coule comme de l'eau de source. Le message passe. Comme une lettre à la poste. Car il s'agit bien d'un message, c'est " un coup de gueule " de ce jeune auteur contre l'humiliation réservée à des milliers de gens, qui ont cru échapper aux fumiers de la misère des pays du tiers monde en regagnant l'eldorado Euroland (c'est comme ça que l'auteur nomme l'Europe). Mais le rêve se brise et s'achève derrière les barbelés de ce qu'on appelle, par politesse(le politiquement correcte), centre de rétention administrative. « Le couloir de la mort » de ceux qui sont en attente d'une reconduite à la frontière.

Bien que l'histoire se déroule à cent mille lieux des Comores, elle ressemble à celle de nos concitoyens qui réussissent à échapper la mort en mer et qui atterrissent dans les geôles Mahoraises.

COMORES / Littérature : Notre centre de rétention par ALIMZE
 

 

Cet essai est le premier de ce jeune auteur, mais celui-ci avoue avoir plusieurs manuscrits dans le tiroir et se félicite d'avoir pu réaliser son rêve d'enfance: devenir écrivain. 
 

 

Ce jeune écrivain est originaire d'lconi et de Nvouni -Bambao. Arrivé en France en 1997 après son Bac littéraire, Ahmed Ali Mzé - c'est comme ça qu'il se nomme - a étudié la littérature française à l'Université Paris 8 d'où il obtient un DEA de lettres modernes.

Abdou Elwahab Msabacar Juriste et enseignant à I'UDC
*Ahmed Ali Mzé, Notre centre de rétention
L 'Harmattan, 9l pages, prt': 11 euros

Partager cet article
Repost0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 12:23
Sortie comorienne en littéraure.

Sous label Washko Ink., Bilk & Soul publie le second texte du plus secret des poètes comoriens actuels, Saïndoune Ben Ali. Après l’immense succès des Testaments de transhumance, paru aux éditions Komedit à Moroni, repris au théâtre par Soeuf Elbadawi, Saïndoune Ben Ali signe ici un bel opus porté par des temps d’incertitude en archipel.

Dans Feuilles de feux de brousse, il est dit notamment que la lucidité est une frontière, quiconque la franchit n’en revient jamais. Il y est dit aussi que ce texte participe de « ces quêtes d’un langage pour dire d’où les morsures et les moisissures constitutives de l’imaginaire prennent toute leur forme ». Saindoune Ben Ali est présent au programme des auteurs invités à la 29ème édition du Festival des francophonies en Limousin en septembre et octobre 2012.

Aux Comores, le livre est disponible à Moroni au Muzdalifa House (Ngazidja), à la Bouquinerie d’Anjouan à Mutsamudu (Ndzuani) et à la Bouquinerie de Passamainti (Maore) pour l’instant, chez d’autres libraires de la place prochainement. Il peut être commandé via le web à cette adresse : bilkandsoul@yahoo.fr


 
washkonet


Partager cet article
Repost0
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 21:39

 

Calendrier de la semaine culturelle de la jeunesse

35ème édition

28/06/2012

01/07/2012

02/07/2012

03/07/2012

04/07/2012

16h

Ouverture

8h

Jeux divers (course : pneu, sac et autres)

matinée

 

Sport (natation, course de pirogue)

matinée

 

 

sport

 

10h

athlétisme

16h

carnaval

 

 

 

 

15h

Tam Tam de bœuf

16h

Finale foot

 

 

 

16h

fermeture

 

 

 

19h

Finale : Quitte ou double (jeu éducatif)

18h

Finale basket

 

19h

Bilan de la semaine

 

21h

Mrengué

21h

Rassia

21h

La nuit de la musique (festival)

Remise des lots

21h

Tari

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 12:40
Grand Festival des Arts et de la Culture à Anjouan Comores
La 2e Edition du Grand Festival des Arts, de la Culture et de la Gastronomie Comorienne de Domoni Anjouan Comores aura lieu du 1er au 15 juillet 2012. Domoni Anjouan, Première ville Culturelle de l’Archipel de la Lune. Une invitation à toute la communauté mondiale de venir sur Anjouan Comores pour danser et déguster nos valeurs.
  
Le Festival de Domoni Anjouan de l’Art, de la Culture et de la gastronomie comorienne prépare une 2e édition surprenante, interactive et bien sûr festive du 1er au 15 juillet 2012. Tout ce qui est d’Art s’étendra sur les de la ville de Domoni Anjouan ainsi qu’à la maison Domoni et accueillera une centaine d’artistes-exposants et performeurs également des concerts sur la musique comorienne.
 
Le FACGC livre un premier aperçu de sa programmation avant son dévoilement officiel :
 
Pour sa 2e édition, sous le haut patronage du président de l’Union des Comores et du gouverneur de l’ïle d’Anjouan, le FACGC met l’accent sur l’implication et la diversification de son public en favorisant les interactions entre visiteurs et artistes. Ainsi, les visiteurs auront l’opportunité de contribuer à une œuvre collective en compagnie des artistes reconnus du collectif EN MASSE, de prendre part à des Expériences Contemporaines, de voter pour leur artiste préféré et bien sûr de prendre possession d’une œuvre d’art.
 
Le tout nouveau bureau installé aux seins de la maison Domoni Culture proposant une exposition spécialement conçue pour toutes les catégories, les enfants de 7 à 77 ans à visiter la collection des différentes photos des anciens sultans de l’archipel et des hommes qui ont fait l’histoire des Comores. Bien sûr sans oublier que Domoni Anjouan reste jusqu’alors la première ville culturelle de l’archipel, l’art et la musique sont au rendez-vous et durant les deux semaines de festivités prévues en début du mois de juillet prochain, des galeries éphémère compte déjà sur la participation d’artistes réputés tel que les meilleurs chanteurs du temps des orchestres légendaires des Comores, Assmin Band, Mahabou, Assmumo, Saif El Watan, Joujou des Comores
 
Les après-midi du FACGC seront aussi animées par la réalisation de « plusieurs chants et danses culturels » dans les places déjà réservées pour accueillir les activités. La presse comme Radio Domoni Inter s’organise à émettre en direct toute la durée du festival afin que même la diaspora qui est sollicitée parmi les sponsors à suivre le déroulement depuis l’étranger.
 
Une édition haute en couleurs qui réserve encore bien des surprises…
Naouir Eddine Papamwegne
Partager cet article
Repost0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 23:48

 

Nous avons l’immense plaisir de vous annoncer la sortie de « L’Autre côté de l’Océan », deuxième roman en langue française de l’écrivaine d’origine comorienne Coralie FREI, le 22 mars 2012 aux Éditions le Manuscrit.com.

 

L’Autre côté de l’Océan, préfacé par le poète comorien Abdou Djohar est la suite logique de La perle des Comores, destin d’Anjouanaise, roman autobiographique de Coralie FREI publié en 2010 par le même éditeur.

 

Comme on peut le lire sur la quatrième de couverture, Coralie FREI « raconte et peint d’une main de maître sa solitude, son aventure douloureuse, son dépaysement, ses découvertes et son combat décisifs dans un monde complexe où elle s’émancipe. Un récit passionnant qui fait de ce livre une leçon de courage et d’espoir. L’autre côté de l’Océan est une aube nouvelle qui porte un regard négatif sur les préjugés, l’isolement, la paresse, le déboire et l’éducation traumatisante, tout en pourvoyant l’intégration. »

 

Selon le préfacier, « Lire L’Autre côté de l’Océan, c’est fourrer la tête dans un récit clair et vivant où l’auteure marie le réalisme et le lyrisme pour toucher la sensibilité du lecteur. » 

 

Nous ne pouvons que vous le recommander vivement.

 

Petit rappel du parcours littéraire de l’auteure.


Coralie.jpg

 

Coralie FREI née Courachia AHMED IDAROUSSE a vu le jour à Ouani (Anjouan), en 1951. Après l’obtention de son bac à Moroni, elle quitte les Comores pour la France en 1973 où elle effectue des études linguistiques (licence, Toulouse). Les études d’infirmière commencées à La Réunion en 1980 se soldent avec le Diplôme d’État d’infirmière en France en 1983.

Passionnée par la poésie, les contes, le roman et la musique, Coralie publie 2 CD de poésie : en 2002 Coralie(allemand), et en 2003 Coralie tout en poésie tout en musique (français). Suivent ensuite : en 2006 Das Tagebuch der Maya (Conte en allemand), en 2008 Weit wie der Ozean, Roman en allemand, et en 2010 La perle des Comores, le Roman autobiographique de Coralie que nous connaissons si bien.

 

CORALIE présentera son nouveau roman et assurera une séance de dédicace à la journée culturelle de l’AOFFRAC (Association Ouanienne de Floirac – France – Comores) qui a lieu samedi 14 avril 2012 à FLOIRAC (33270) (près de Bordeaux).

Elle sera également aux Comores en Juillet 2012.

 

En dehors de ces dates, les œuvres de Coralie en français sont disponibles aux Éditions manuscrit.com et chez Amazone, ou sur commande dans votre librairie habituelle.

Pour contacter Coralie :

mail@coralie-frei.ch

www.coralie-frei.ch

 

Halidi Allaoui

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 12:21

Paille-en-queue et vol : Autopsie des origines 

notes de lecture de Sadani*.

ansoufoudine couvertureVeuillez entendre ce que j’ai lu, en hommage à cette mer qui nous interroge. Acceptez donc, que je vous parle de ce recueil d’Anssoufouddine, médecin- poète et à quelques endroits, légiste avéré, non pas, armé d’un coupe-coupe comme j’aurai tendance à l’exhiber moi-même, mais d’un scalpel d’une justesse incomparable et de mots aussi beaux que la phrase portée par ces mots et qui nous
« Conte l’obsédante épopée
D’une citée vouée à l’errance »

A petits pas, « Paille-en-queue», saute d’îles en îles, de thème en thème, comme un oiseau habitué à fréquenter le même territoire, fait le tour de son existence. Oiseau migrateur aussi, « Paille-en-queue » vole et se met en quête de proto-détenteurs du hasard, entre la Perse et les légendes liées aux origines. Salomon et la reine de Saba ? Ou tout simplement la beauté sakalava posée violemment sur les hauteurs du Karthala ? Les nègres d’à-côté- ces-frères- de - sang-Bantou ?

A son retour d’un voyage qu’on imagine fécond, il écrit :
« Au terme de l’exil
La parenthèse s’autopsie
Cryptogame »

Du Bellay, un vieux type de l’occident chrétien disait « heureux qui comme Ulysse a fait un long voyage ».Il regrettait souvent son pays natal. Ici, nous demeurons encore au stade du questionnement typiquement insulaire. Sans parti pris, les yeux vers l’horizon, les vents de partout traversières.

Anssoufouddine, soulève ce besoin de se poser puis de se poser des questions.
Cryptogamie passée au crible d’une voix qui susurre et qui nous rassure et décrypte notre réalité!

Cryptogamie, origine difficile à définir, comme ces algues, parsemant nos marées basses et sur lesquelles nos pieds déchirés par l’obsidienne, le goudron et ce putain de soleil sang, foulent vers la course aux Sim Sim, chinchards échoués devant nos côtes, pour le festin d’un peuple de mer.
Nous venons de quelque part et ce quelque part n’est pas immédiat. Ce quelque part, nous devons l’accepter avant d’envisager le partage de nos îles, avec ceux qui nous acceptent, en ramenant parmi nous leur part d’origine. Mais avant, nous disons comme dit le poète :
« Nous étions amants
A tressaillir avec
La phosphorescence
Des marées », autrement bercés par une géographie, avant d’être une géopolitique, des colonisateurs et des puissants en tout, qui ont convaincu une religion : La religion de la soumission qui a engendré des séparatismes et des ambitions opportunistes.

« Sur l’archipel des manigances
…………
Vers la cueillette
Et la conquête
Du miel et du ciel
Une meute de nuages
Prompte à inventer les frontières… »
Ces séparatistes aptes à toutes les options, ces séparatistes équilibristes qui usent pour le pouvoir des préceptes subtiles, déclinés par
« Des mages,
Versets incontinents,
Prédictions défectueuses,
Déluge »

Ces foundi, qui, au nom de tout et n’importe quoi, trempent leurs sourates dans l’abjection des reniements, et pour d’indignes intérêts tentent de nous extraire de la matrice, nous définir autrement, à travers une cristallisation exogène, nous, pétrifiés dans le creux des vagues, nous engagés à abolir l’exfoliation, de
« L’errance de tant d’esprits
Assoiffés non plus de butin
Mais d’une nidation
Conques en manque
De quel fortin
De quel hirizi »

Une naissance tout simplement, une renaissance pour tous ceux qui nous croient morts ! Et la poésie en ce sens est debout, comme le poète l’assène, tout au long de son texte. Ye hrizi hindri ? Ce talisman, ce gris-gris, pour nous protéger du mal, pour avancer notre étant, pour rivaliser sainement, avec ce que nous sommes, ce que nous apportons aux autres, car comme l’a dit, Césaire, il n’est « point vrai que l’œuvre de l’homme est finie… »*.

Cryptogamie ! Naissance erratique sans être bâtardise malsaine. Érection mal connue sans que nous soyons les orphelins de la Terre, comme des enfants,

« Pareils aux Talibés
De la Teranga
Affluent l’embarcadère
Bradant des cornets
De pistaches
Ombres ultimes
Des dictées ensanglantées ». L’enfance enfermée dans une réclusion consentie comme un destin et des lectures récalcitrantes qui nous effraient d’horreurs elliptiques.

« Paille-en-queue- décrit nos îles et toutes îles posées sur cet entrain contre l’oppression. Et sans le dire autrement qu’à travers la suggestion et la colère retenue, Anssoufouddine, nous réveille, pour un voyage vers un vaste monde, de justice et de beauté, chacun a sa juste mesure.
La pagure qui habite la maison de l’autre, gastéropode fainéant, peut aussi être celui qui aime les autres, de partout arrivé sur nos îles accueillantes.

Voleurs de chaleur !

Qu’ils nous respectent !

Puis, Mayotte, nos belles amours malgaches, l’Afrique, l’Occident, sont abordés de façon authentique. Il décline nos origines, notre rang et nos habitudes avec le souci du juste mot, toujours, dans ce rythme des marées dont on ne sait ni l’origine ni le rang et les habitudes des océans qui nous protègent.

La poésie d’Anssoufouddine est dense, exigeante, une médecine chirurgicale qui guérit lentement des blessures les plus profondes.

« J’exige une réincarnation
Douce »
Contre
« Toute une flottille [qui] vient à perdre le Nord ».

Saindoune* l’a écrit, Anssoufouddine le répète, et il est heureux que les poètes nous sauvent.

Anssoufouddine, est-ce par souci professionnel, lui, le médecin ? - fouille dans un océan d’histoires, la justesse qui sied mieux à la vérité, aux tréfonds des entrailles de la méthode Coué, usée et perfusée par les mauvais prédicateurs, faussaires historiques, qui font le lit de l’ignorance. (Une stratégie aurait notre assentiment, avec machettes et gros marteaux, pour la justice, cependant le choix opéré dans « Paille-en-queue et vol » a encore le mérite de nous ressembler) :
« Nous appartenons à ce fluide
  Étendue criblée d’îles
Où peut-être circulent dissoutes
Les velléités erratiques
Des ancêtres »

Esprits de Djinn, nous sommes et les djinns ont leurs demeures dans la démesure des beautés indivises.
« Nous descendons sillage moiré
De l’anonyme route
Indo-céane ».
Naam !

Entre le mot et la chose, naît dans la poésie d’Anssoufouddine, le frisson de la découverte, pour qui veut s’initier à l’odyssée piroguière, d’un archipel en quête d’assise.

La poésie d’Anssoufouddine, c’est du miel que l’on s’en va chercher à la ruche en chassant à nos risques et périls, les abeilles ayant fini leur boulot, pour nourrir les palais de nos invités.

Bon app’ !

Sadani

*Auteur du recueil de poèmes "Sania" 2011 Editions Coelacanthes



Bibliographie de Mohamed Anssoufouddine
- « Paille-en- queue et vol ». Ed. Komedit, 2006
- « Le Rebelle » In Project-îles n°1. 2eme semestre 2010.
- « Lambeaux d’anarchipel » In Petites fictions comoriennes, nouvelles, Ed. Komédit 2010.
* Aimé Césaire -Cahier d’un retour au pays natal. Présence Africaine, 1983

*Saindoune Ben Ali- « Testament de transhumance »- Komedit, 2004

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 19:09

"La littérature n'est pas un jeu. Pour moi elle est vitale"   

 

Par : Anne Bocandé

 



adjma-l-photo.jpg

Un quart de siècle seulement et déjà auteur multiforme. A 25 ans, le jeune comorien Adjmaël Halidi (photo / Archives HALIDI-BLOG-COMORES) marque sa présence dans la littérature de l'Océan Indien. Alors qu'il vient de publier une édition remaniée de nouvelles écrites à son adolescence, il participe également à la revue littéraire des auteurs de l'Océan Indien Project' îles (1), dirigée par Jean-Luc Raharimanana et ne manque pas de porter sa voix dans l'ouvrage Une littérature en archipel (2) coordonné par l'Alliance française de Lecce (Italie). Aux côtés de poètes et d'écrivains qu'il admire, Adjmaël Halidi trouve sa place, celle d'un jeune homme révolté pour qui l'écriture est avant tout vitale.



"C'est la réalité qui est violente. Mon écriture est une simple métaphore de l'existence"


Le jeune auteur se défend à propos de son Verbe parfois cru, au service d'histoires toutes plus douloureuses les unes que les autres. De l'enfant violé, à la femme malade qui ne peut se soigner, aux familles à qui ne restent que des superstitions vaines, Adjmaël Halidi ne mâche pas ses mots dans Nahariat, recueil de nouvelles adolescentes, qui sont parues l'été dernier aux éditions Komedit. "Mes personnages sont fictifs mais je m'inspire du quotidien, de ce que je vois. La misère crève les yeux. Ceux qui n'aiment pas ce que j'écris sous prétexte que je serais sec et obsédé par la mort ne voient pas ce qu'il y a autour de moi".

Tour à tour metteur en scène, romancier, nouvelliste et poète, Adjmaël Halidi avoue se chercher et préfère être qualifié d'auteur. Il collabore également à divers journaux comoriens. Le verbe cru, le style relevé, il pose, chaque fois, son regard sur le quotidien qui l'entoure ; celui des îles de Lune traversées par des crises politiques incessantes qui plongent la population dans une misère qui le révolte. Natif d'Anjouan, Adjmaël Halidi s'interroge sur sa terre natale. "J'essaie d'entrer dans les entrailles de cet archipel, de comprendre pourquoi les gens acceptent cette réalité sans rechigner, pourquoi ils ne trouvent pas les moyens de se révolter".

Alors que l'île sœur devenue française, Mayotte, est traversée par de multiples mouvements de protestations contre la vie chère, "aux Comores c'est le patronat qui défile dans la rue sous le regard des petites gens", témoigne le jeune homme. "C'est le monde à l'envers", continue-t-il. Pourquoi ne fuit-il pas ? "J'aurai pu fuir depuis longtemps. Mais l'écriture est une fuite d'une certaine manière".



"J'ai commencé à écrire pour essayer de comprendre la misère que je voyais"


Discret sur son parcours, il préfère parler au présent. Pourtant son histoire révèle son entrée en écriture. Fils de bonne famille, Adjmaël Halidi a vécu personnellement l'instabilité politique mais aussi les inégalités sociales des Comores. Installé confortablement auprès de son père sur la Grande Comore, il a dû fuir à Anjouan, "en pleine brousse" auprès de sa grand-mère lors de la crise séparatiste de 1997. "Tout d'un coup j'ai découvert la misère. J'avais 10 ans. Je ne supportais pas ce que je voyais." Alors que gamin, il fustigeait les privilèges dans lesquels il baignait, le jeune garçon découvre également qu'il n'a plus ou peu accès à la culture. "Je ne parlais pas le même langage que les jeunes de mon âge, qui n'avaient pas accès à la lecture et au cinéma. Je me suis réfugié dans les livres : Césaire, Camus… Je me suis replié sur moi-même et à 13 ans j'ai commencé à écrire pour essayer de comprendre la misère que je voyais… mais aussi pour transmettre mes sentiments d'amour", confie-t-il.

Il n'est alors pas étonnant de trouver la citation de l'écrivain allemand Rilke dans l'une des chroniques de l'auteur comorien. "Une œuvre d'art est bonne si elle née de la nécessité. C'est dans la nature de son origine que réside sa valeur : il n'en est pas d'autre".Adjmaël Halidi insiste : "la littérature n'est pas un jeu". Pour lui, écrire est simplement vital. N'est-ce pas ses propres mots qu'il place dans la bouche du personnage principal de sa dernière pièce de théâtre, Uhuru Africa (3) ? : "Écrire et mourir, c'est du pareil au même. On écrit pour soulager sa conscience. Et on meurt pour ne pas avoir de conscience du tout".



Écrire pour de meilleurs lendemains

 


Dire les choses telles qu'elles sont est son credo pour expliquer son Verbe parfois violent. "Certains pensent que je suis psychopathe, plein de cadavres, comme s'ils ne voyaient pas ce qui nous entoure. C'est toujours difficile de parler de sexe, de pisse et de sang. Ici, les gens préfèrent cacher la misère. Il est difficile de dire les choses telles qu'elles sont."

Mais derrière l'horreur et le sang, se découvre en filigrane la foi en de meilleurs lendemains. La révolte d'Adjmaël Halidi à travers cette écriture sans angélisme n'en cache pas moins un refus du fatalisme. "Dans cet océan d'humiliation et de déshumanisation, la littérature ne peut être qu'une bouée de sauvetage."Et d'ajouter : "Si j'écris c'est parce que je suis persuadée qu'en nommant les choses on peut les combattre et les dépasser. J'écris pour que les choses changent", martèle cet auteur qui refuse de se dire "engagé". Pourtant son écriture l'est. Engagée contre l'immobilisme politique et social.

"La jeune mère remarqua que ce qu'elle avait espéré s'était réalisé : tous ses enfants s'étaient endormis malgré la faim dans le ventre. […] Un peu d'imagination ou de rêve pouvait anticiper le sommeil. D'ailleurs, cette femme, ou même ses enfants ne survivent-ils pas à cause du rêve ? " (4)

Quel est le rêve ultime d'Ajmaël Halidi ? "Je rêve du jour où je n'écrirai plus. Je veux vivre dans l'anonymat, comme tout le monde. Mais pour le moment c'est impossible, j'ai des choses à dire, il faut que je les dise."

"Ôte bien ici ; ôte bien là-bas !

Jouir jour jure jour

Jour jure jouir jour ;

Ainsi va, ainsi revient

Ainsi reviennent, ainsi s'en vont

les yeux des masques séculaires

comme si vient était enfant du jour

et va fille de demain"
 (5)

 

Anne Bocandé

 

1. [livre12207], Juin 2011.
2. (livre12236], Juillet 2011.
3. Cette pièce de théâtre devrait être publiée avant la fin de l'année 2011 chez l'Harmattan dans la collection Théâtre des Cinq continents. Elle met en scène un roi déchu face à sa conscience quelques jours avant d'être mis à mort par son peuple.
4. Extrait du recueil de nouvelles Nahariat.
5. Extrait de Nahariat.

 

* Le titre est de HALIDI-BLOG-COMORES

 

 

Source : http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=10497

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 19:21

Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)

 

Comores /  

Littérature/ Salim Hatubou, écrivain et conteur : 

« L’avion de maman a craché », un livre pour perpétuer la mémoire 

 

 

Salim-Hatubou.jpgParis, mercredi 28 septembre 2011 (HZK-Presse) L’écrivain et conteur franco-comorien, Salim Hatubou (Photo) a promis de reverser les droits d’auteurs de son nouveau roman à une association des victimes du crash du Yeménia lors de sa présentation vendredi 23 septembre dernier à Paris.

 

C’est dans le cadre très sympathique des « Vendredis de l’arc-en-ciel » - un espace de rencontres citoyennes lancé en 2006 par Ibrahim Barwane et ses amis de l’Université Paris 8 -que l’écrivain et conteur Salim Hatubou a présenté son nouveau roman « L’avion de maman a craché » paru aux éditions Cœlacanthe.

 

L’occasion pour lui d’expliquer à son public les motivations qui l’ont poussé à composer cette œuvre magnifique en hommage aux victimes du crash du Yemenia, survenu un jour tragique du mois de juin de l’année 2009. Car dit-il, « si on ne peut pas ressusciter les gens, on peut leur donner un espace éternel ». Rien ne pourrait mieux symboliser cet espace qu’un texte couché sur papier. Le livre voyage et vit à travers les temps. Et comme dit l’adage, les paroles s’en vont, les écrits restent…

 

C’est dans la bouche des enfants, avec l’innocence qui les caractérise, les expressions et les émotions qui peuvent être les leurs, que Salim Hatubou a choisi de mettre les mots avec lesquels ils relatent les huit récits - complétés par un poème qui égrène les noms des victimes. Des mômes (de France, des Comores et du Yemen) qui se sont levés un matin pour apprendre la triste nouvelle : la disparition de leurs parents avec tout ce que cela comporte comme perturbation dans leur vie.

 

Le romancier se met dans la peau de ses personnages pour mieux raconter leurs destins. Un exercice bien réussi, ayant lui-même vécu ce genre de traumatisme avec la disparition de sa maman en 1975, emportée par une épidémie de choléra qui sévissait alors dans son île natale. Ce sont ces moments que l’écrivain a essayé de capter pour s’en inspirer et donner corps à son texte. Et le résultat est émouvant…

 

Des bribes d’histoires alignés bout à bout qui racontent de manière succincte le sort de tous ces hommes et femmes qui ont vu leurs « destins brisés » brutalement à cause du crash de leur avion. « Ils ont pris Yemenia Air et ils ne sont plus jamais revenus », regrette l’écrivain, la rage encore perceptible dans la voix. A entendre Salim Hatubou, ce drame « a été programmé inconsciemment ». Il pointe ainsi du doigt le laxisme et le laisser-aller généralisé qui affectent la société comorienne à tous les étages et toutes les couches sociales.

 

Une société qui serait atteinte d’une espèce d’ « Alzheimer collectif », selon lui. Du Salim Hatubou à l’état pur... car, lorsque ce romancier et conteur qu’on classe volontiers dans la catégorie des « auteurs engagés » prend la plume, c’est pour « s’attaquer à ce qui nous révolte  tous », explique Mahmoud Ibrahime, historien et responsable des éditions Cœlacanthe.  « Avec Salim, on s’amuse, on est ému, mais derrière il y a toujours un message », complète-t-il pour parler de toute l’œuvre de cet écrivain franco-comorien très prolifique (une trentaine de livres à son actif). « Un écrivain 24/24 », s’amuse Mahmoud Ibrahime, qui dénonce toujours à travers ses textes les « travers de notre société ».

 

La publication de Lavion de maman a craché, s’inscrit bien dans ce registre. C’est un devoir de mémoire à l’égard des 153 victimes de ce drame aérien l'un des plus catastrophiques de l’Histoire des Comores. Et en même temps une manière de conjurer les maux par les mots…

En tout cas, le public a apprécié et salué la très haute valeur de ce nouvel ouvrage. « C’est un livre précieux », lance une femme dans l’assistance. Un livre à découvrir…

 

Faissoili Abdou (Correspondant à Paris)

280911/fa/hzkpresse/21h00

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 13:30

 

Source : http://urentre.over-blog.com/

 

Le ɓalolo ou Une tribune libre pour les femmes 

 

L’origine et la signification

Le ɓalolo est une danse, parmi tant d’autres, que l’on a l’habitude de voir à l’occasion de la célébration des mariages et, plus rarement des cérémonies de circoncision et, pour les filles, de coupe des cheveux. Quand on y assiste, on voit une assemblée de femmes assises en cercle sur des sièges – à l’origine de sortes de canapés – et dans plusieurs rangs. Au centre, trois femmes jouent, deux de tambours et la troisième d’un plateau de cuivre qu’elle fait retentir par de légers coups d’une cuillère à soupe. Cette assemblée tape des mains, chante et … bouge, au rythme de la musique.

Quoi de plus pour parler d’une danse ? Mais quand nous disons que l’assemblée « bouge » c’est que, en regardant bien, ces femmes ne dansent pas. Pour avoir une idée plus claire de ce spectacle, il faut imaginer des femmes assises, ayant chacune un enfant sur les cuisses, et exécutant des mouvements – c’est le mot – de va-et-vient régulier de l’avant à l’arrière : ni plus ni moins que des nurses en train de faire dormir leurs protégés.

Les chants du ɓalolo seraient en effet d’anciennes berceuses créées et chantées pendant les sultanats par les femmes esclaves de Domoni, qui avaient la charge de garder les enfants dans les familles nobles. Ces nurses ont produit, à leur guise et en toute liberté, chacune de son côté, tant et tant de strophes. Elles y ont mis tout ce qu’elles ont pu observer et écouter, à commencer par ce qui se faisait et se disait dans les palais. Elles ont ainsi tout rapporté dans leur création, sans hésitation, ni peur, ni pudeur. Toute la société y est passée, surtout la haute classe. Elles ont mis au clair les rapports entre gouvernants et gouvernés, entre riches et pauvres, entre hommes et femmes, entre rivales, et j’en passe. Enfin, elles n’ont pas manqué d’apporter leur point de vue sur les choses de la société.

Ces chants sont restés au niveau des esclaves jusqu’au jour où la reine, emportée par la douceur de leurs airs et la force de leur contenu, a rassemblé, à l’occasion du mariage de sa fille aînée, toutes les nurses de la cité qui sont venues étaler des merveilles jusque là inconnues et sans valeur. Ainsi était né le ɓalolo.

C’est alors devenu la mode. Le grand mariage avait accouché d’un enfant de plus. A l’époque, seules les familles de la haute classe pouvaient organiser le ɓalolo. Les femmes nobles ne pouvaient plus supporter de suivre le ɓalolo en spectatrices. Elles s’en sont emparé et sont elles mêmes descendues dans l’arène. L’occasion leur était aussi donnée de dire leurs maux en public – public femme, il s’entend – et les rivales s’en sont donné à cœur joie, souvent sous des diatribes à peine voilées.

Le ɓalolo a toujours été le domaine privé des femmes de Domoni, ancienne capitale et cité historique de l’île de Ndzuani (Anjouan), ville qui demeure encore un foyer important des traditions culturelles. Quand une autre ville éprouve le besoin de vivre les délices du ɓalolo, alors elle doit déplacer les femmes, spécialistes, de Domoni.

Aujourd’hui, le ɓalolo est devenu une cérémonie d’initiation à la morale sociale et à la vie conjugale. Il est de coutume, à Domoni, pour les deux mariés, lors du grand mariage, de rester ensemble à la maison, sans sortir, pendant sept jours. C’est pendant cette période appelée le fukare (sept) que se joue le ɓalolo, le soir. Autrefois, c’était plusieurs soirées qui, aujourd’hui, sont réduites à une.

De leur chambre, les jeunes époux suivent le ɓalolo qui se joue à côté, dans le salon. Ils consacrent toute leur attention à toutes ces paroles qui leur sont adressées directement, pour en tirer les leçons, paroles pourtant qui datent de plusieurs décennies. En effet, depuis longtemps déjà, le ɓalolo a cessé d’enregistrer de nouvelles strophes. Au contraire, il en perd avec la disparition de ces magnétophones vivants qui les ont conservés et transmis. Dommage !

La forme et le style

Pour ce qui est de la forme et du style, le ɓalolo compte sept textes que nous présentons ici suivant l’ordre dans lequel ils sont chantés :

1.        Mlenge[1]   wa Fani lada (La passion de Fani est exquise)

2.       Haya lolo ɓalolo

3.       Alolo, alolo ɓalolo

4.       Ah Koko (Ah la Vieille)

5.       Mwandzani wangu (Mon ami) / Marwahaɓa ya Mwenye (Remerciements pour Monsieur)

6.       Yanga ya waƊomoni (La fenêtre des Domoniens)

7.       Hailele, hailela hoya

Deux de ces textes sont des shadi, c’est-à-dire des chants non accompagnés de musique et qui demandent une attention particulière aux auditeurs. Il s’agit de « Alolo, alolo ɓalolo » et de « Ah Koko ». A chacun des sept textes correspond un air différent sauf pour « Mwandzani wangu » et « Marwahaɓa ya Mwenye » qui constituent en fait un seul long texte pouvant se chanter dans deux airs différents.

Le ɓalolo commence toujours par les « Djunga », sorte d’introduction qui définit le contexte. Les paroles «Akakawe, alolo ɓisimila mwandro mwemwa, Mwiso mwemwa ! » (Au nom de Dieu c’est un bon début, ce sera une bonne fin !) situent, par exemple, le ɓalolo dans un contexte musulman, en plaçant le nom de Dieu avant toute action. Le ɓalolo évolue ensuite, comme le conte de fées, dans une liberté sans limite, que l’on ne peut se permettre dans aucune autre situation de la vie sociale. Comme quoi les femmes qui ont créé les chants du ɓalolo étaient bien des esclaves qui ne pouvaient se défouler qu’en cachette, en vrais pamphlétaires sur et contre la société dans laquelle elles vivaient. Le ɓalolo se déploie dans un mélange extraordinaire de critiques acerbes, de comparaisons et de métaphores, toutes autant belles que faussement innocentes.

La richesse thématique

Le ɓalolo, dans sa foison d’idées et de réflexions, passe d’abord pour être une satire de la société. Toutes les catégories y passent. Mais la vision générale est celle de la justice, de l’équité et du soutien au plus faible.

Sans conteste, la thématique de la vie conjugale est cependant privilégiée, d’où cette attention exigée aux jeunes mariés à ce moment particulier du fukare, le ɓalolo étant alors considéré comme l’école de la vie. Pratiquement toutes les strophes y contribuent. Mais c’est le texte 6, Yanga ya waƊomoni (La fenêtre des Domoniens), qui y est totalement focalisé, avec des sujets comme :

-           le respect de soi :

Wanadamu kumi na waili

Pvwa mwendza haya na shintru kana

Shintru mbe mwendza haya

Kana haya katsohupva

Kahupva na marongo ahwamba

Voilà douze personnes

L’une est honnête et démunie

Donne à celui qui est honnête

Qui est malhonnête ne te donnera rien

Il ne te donnera rien et médira t’insultera

-           l’amour et les relations conjugales :

Muntru mume kandziha simwandze

Sandze walatsa huruma zaho

Sandza na ye asandza pvwangina

Ne t’enflamme pas pour un homme indigne d’amour

Ne l’aime pas au risque de gaspiller ta passion

Tu l’aimes, mais lui il aime quelqu’un d’autre

-           l’entretien de la femme :

Jau jau ata lini ɓwana

Tsamba kupvendze kulishi ipvo

Mushe wa hula mushe wa hunwa

Mushe usikwa mihono mili

Comme ça jusqu’à quand Monsieur ?

Je t’ai dit d’enfin abandonner si tu n’aimes pas

Une femme doit manger et boire

Une femme doit être tenue entre deux mains

Dans ce débat conjugal, le conflit entre femmes rivales partageant le même mari dans un contexte de polygamie occupe une place de choix, faisant apparaître, souvent en l’absence de toute pudeur, des situations extrêmes de luttes quotidiennes acharnées et sans merci. On relèvera les vers suivants à titre d’exemple :

-           Texte 1, Mlenge wa Fani lada (La passion de Fani est exquise)

Muntru mme mui maradi

Na muntru mshe mui sumu

Tsikiri dzangu yamaradi

Rana hula sumu nafa

Un mauvais mari est une maladie

Et une mauvaise épouse est un poison

Je préfère bien la maladie

Plutôt que manger du poison et mourir

-           Texte 2, Haya lolo ɓalolo

Mwidzi muiɓa mume kaiɓa shintru

Kavundza kasha wala kavundza ɓweta

Wala karumbua sha sheweju

Qui vole un mari n’a rien volé

Elle n’a ni brisé une malle, ni forcé un coffre

Elle n’a non plus rien rompu de respectable

-           Texte 6, Yanga ya waƊomoni (La fenêtre des Domoniens)

Mushe munyawe shinana foro

Ahilala utriha ure

Amlodzo mwenye zikwendze

La rivale a le bas-ventre troué

Elle bave quand elle dort

Et mouille les testicules de Monsieur

D’autres thèmes sont abordés et concernent la duplicité humaine, la différence des générations, les rapports entre le pouvoir et le peuple, le rôle du garçon et de la fille dans la famille, la fierté humaine, la beauté féminine, etc. On y trouve des sujets à caractère universel comme la pauvreté et ses méfaits sur le comportement humain, l’amour et la protection de l’enfant, l’importance de l’éducation. En voici quelques extraits :

-           Texte 1, Mlenge wa Fani lada (La passion de Fani est exquise)

Shafundra muntru widzi mwana

Na shadzua dzingo shahula

Tsiwono shihwendre shahija

Shinipa matso tsirenge

C’est l’enfant qui pousse au vol

Et c’est le manger qui a créé l’adultère

J’ai vu venir de la banane de shihwendre

Je n’ai pu m’empêcher de la prendre

-           Texte 2, Haya lolo ɓalolo

Leo tsijopvahara mwana wangu

Mwanangu kana nyongo ma kawawa

Mwanangu lada lada na ngizi ngizi

Mwanangu wa shijavu na mua mwenye

Na ɗandzi la nkonyo nimrungatse

Aujourd’hui je viens porter mon enfant dans mes bras

Mon enfant n’est ni amère, ni piquant

Mon enfant est savoureux et sucré

Mon enfant est de coco à boire et de canne à sucre de qualité

Et avec une mandarine à tige je l’amuse

-           Texte 7, Hailele, hailela hoya

Tsilimbi goma langu ushilindroni masikini kaɓiha

Uɓihwa mufalume na mwendza nkemba na wasomao zio

J’ai tendu mon tambour sur la place publique, le pauvre n’en a pas joué

Seuls en jouent un roi, un enturbanné et des liseurs de livres

L’exploitation du ɓalolo

A l’évidence, une telle richesse prête à une exploitation très variée. Le ɓalolo porte des références géographiques, historiques, sociales, religieuses et philosophiques qui renvoient, entre autres aux Comores et à l’Afrique, à l’Islam, à l’astrologie, à l’art culinaire, aux croyances traditionnelles et à la connaissance de la nature. Par ailleurs, l’exploitation linguistique du ɓalolo, au-delà des effets poétiques, fera apparaître la force et l’ampleur de la langue comorienne dans toute sa variété, ainsi que son attachement aux sources bantoues les plus profondes.

Pour terminer, nous soulignerons que, si tous les airs du ɓalolo sont connus, les textes manquent de beaucoup de leurs couplets. Aussi une grande partie reste-t-elle à compléter. Nous ajouterons que certains mots ont encore besoin d’être traduits, voire même expliqués. Et certaines parties méritent des éclaircissements.

Amroine DARKAOUI

 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 19:27

Source : http://www.malango-actualite.fr

 

 

Par Kamal Ali Yahoudha

 

Depuis son lancement en juillet 2006, Médina Festival s’est positionné comme une rencontre artistique des différentes aspirations musicales d’ici et d’ailleurs, tout en mettant l’accent sur un rapprochement culturel et artistique des îles de l’océan Indien.

Le Medina Festival soufflera ses 5 bougies les 22 et 23 juillet prochain. Ce jeune Festival régional, a drainé l’année dernière environ 6.000 spectateurs et une brochette d’artistes venus de France, de Madagascar, de la Réunion, de Maurice, Mayotte, Mohéli et Ngazidja.

 

 

 

Depuis son lancement en juillet 2006, Médina Festival s’est positionné comme une rencontre artistique des différentes aspirations musicales d’ici et d’ailleurs, tout en mettant l’accent sur un rapprochement culturel et artistique des îles de l’océan Indien.

Imaginé par Mohamed Mansoib alias Pompidou, exécuté par l’équipe de la Radio Dziyalandze Mutsamudu (RDM), Médina Festival ne cesse d’innover et de s’ouvrir d’avantage à des rencontres musicales inédites, accueillies avec une certaine philosophie par les milliers de spectateurs qui reviennent chaque année à Mutsamudu et Ouani afin de communier avec les têtes d’affiche des deux rendez-vous musicaux annuels qu’offre Medina Festival d’Anjouan.


Deux villes accueillent chaque année les deux « live » de Médina Festival.


Ouani, une ville aux environs de l’unique aéroport d’Anjouan du même nom, est un laboratoire du patrimoine artistique d’Anjouan. Ouani défend sans complexe sa particularité traditionnelle qui fait d’elle, le grenier des fabuleuses voix féminines des taris. Son public électrique (1500 spectateurs l’année dernière) sert de prolongement d’un précédent rendez-vous plus show à Mutsamudu. Celui du Méga live de lancement qui aura lieu au stade de Missiri de Mutsamudu.

Mutsamudu, deuxième ville et chef lieu de l’île, son public (5000 spectateurs) ne fait pas les choses à minima. C’est un public assez aguerri et branché qui sait tenir en laisse un artiste des heures durant.


Un piquant reggae dans la sauce…


Cette année l’affiche est précieusement pensée pour répondre aux attentes d’un public tourné vers le World Music au couleur local d’où la participation du Collectif Tsenga, Tenor et J. R. Cudza de Mayotte, Salim Ali Amir le crooner des habitués du stade de Mutsamudu. Une incertitude tout de même pour Salim qui est en France pour des raisons de santé et pour qui l’organisation n’est pas en mesure de confirmer ou infirmer sa disponibilité au Médina Festival. Déjà, la rumeur circule à Mutsamudu depuis plus d’une semaine de la probable absence de Salim pourtant attendu par ses milliers de fans anjouanais, qui se préparaient à accueillir comme il se devait le nouvel album « Tsi Tsehe » sorti en France le mois dernier.

Un piquant reggae vient agrémenter la sauce Medina cette année. Hass Mosa de France, enfant de la Médina de Mutsamudu où il a grandi aux rythmes des chigoma, hambaharoussi marquera ses empreintes. Cela fait plus de dix ans que « Mwegne mwegne Hass Mosa » ne s’est pas produit dans son pays et son île natale. Il vient au Médina Festival dans le cadre d’une tournée baptisée « Massiwa-Tour 2011 » avec en prime le tournage d’un clip et un documentaire sur la musique et la vie artistique aux Comores [voir encadré]. Natty Dread de la Réunion sera au rendez-vous avec reggae roots pas très loin du reggae tribal made in Comores de Hass Mosa.

Madagascar sera représenté par un ambassadeur respecté du saleguy malgache et du Mgodro comorien. Wawa, car il s’agit de lui, n’est pas à présenter. Sinon comme son nom de scène le révèle si bien, wawa veut dire en comorien « pique ! » et le métissage musical entre les Comores et Madagascar lui colle jusqu’à dans le sang.


ASMUM, un groupe de Mohéli sera la découverte Médina de cette année avec le porte drapeau d’Anjouan, Fani Ngoma de Sima.


Et comme me le disait Mohamed Salim Hafi, membre du comité d’organisation de Médina Festival, « Medina Festival cette année va insuffler un nouvel approche d’intégration intelligente dans la sous région indo-océanique, par des rencontres artistiques et culturelles. » avant de nous révéler que « Médina va permettre cette année à la mise en place des projets artistiques communs entre Anjouan et Mayotte dans le cadre d’un projet initié par le collectif Tsenga de Mayotte, qui viendra au Médina avec des idées et des actions.

 

Partager cet article
Repost0

Pages