Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 18:56

La compagnie O Mcezo était en tournée la semaine dernière  à Ouani pour présenter "la fanfare des fous", un spéctacle du comédien comorien, Soeuf Elbadaoui parlant de la déposséssion citoyenne

Vous trouverez ci-dessous le compte rendu de la compagnie O Mcezo du 16 août 2009 sur cette tournée enrichissante.

Bonne lecture.

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG - COMORES) 


O Mcezo* Cie

 

 

 tournée 09 juillet - août

 

Etape IV Ouani

compte-rendu de tournée.

 

pour La fanfare des fous de Soeuf Elbadawi

un spectacle sur la dépossession citoyenne.

 

 

 

Ouani, ville culturelle, a accueilli la compagnie O Mcezo* pour sa quatrième étape de tournée dans l’archipel avec La fanfare des fous, spectacle de Soeuf Elbadawi parlant de dépossession citoyenne.

Entre deux barzangi, un tari et un deba de mariage traditionnel, la folle équipée a posé ses bagages à l’espace Shababi, situé non loin de la grande place (Msiroju) de cette cité carrefour du nkoma à Ndzuani, pour un stage consacré à de nouvelles pratiques théâtrales dans l’archipel.

« Ce stage était intéressant. Les amateurs de théâtre, les comédiens, ont pu profiter de l’expérience de la compagnie O Mcezo*. Ils ont découvert une manière différente, professionnelle, et efficace, de faire du théâtre » estime Salim Abdel-Kader, responsable de TV Ninga, et principal partenaire de la tournée O Mcezo* à Ouani. Les treize stagiaires inscrits au stage ont pris part, aux côtés des comédiens de la compagnie, au gungu la mcezo, théâtre de rue (boneso la ndzia) alliant tradition de tribunal populaire et modernité du happening artistique pour un théâtre mis au service de valeurs citoyennes. En l’occurrence, le « gunguïsé », ce jour-là, personnage de fiction, ligoté et traîné dans Ouani town, y compris en plein milieu du Panga, la vieille ville, incarnait le principe de suspicion, qui divise et détruit la communauté de vie, un principe qu’il « nous faut combattre pour mieux revivre ensemble » explique un des stagiaires.


Pour Mohamed Loutfi, bibliothécaire au Clac de Ouani, membre de l’organisation accueillant la compagnie O Mcezo* : « La jeune génération s’est posée des tas de questions par rapport au gungu. Les anciens, eux, avaient déjà leur petite idée sur cette pratique. Mais cette action théâtrale a été globalement bien perçue par tout le monde. Car nous l’avons fait pour dénoncer ceux qui sèment la zizanie et la suspicion dans la cité. D’habitude, on fait subir le gungu à une personne ayant commis un acte remettant la communauté de vie en cause. Avec ce gungu de théâtre, nous avons personnifié une idée. Nous avons pris un comédien pour incarner cette idée contre la suspicion et la zizanie. C’était nouveau et surprenant à la fois pour le public de Ouani ». Des travestis dans les rues pour signifier à tous la nécessité de lutter contre ceux qui mettent le mieux-vivre ensemble en péril. O Mcezo*, au lendemain de cette gungu performance, a aussi présenté La fanfare des fous devant un public fort curieux, bien que habitué à d’autres formes de spectacle vivant.


Pour Salim Abdel-Kader, ce public « a parfaitement adhéré à l’idée innovatrice d’avoir des acteurs qui s’expriment plus par le geste que par le discours. Pour une fois, il a accepté de garder le silence durant tout le spectacle afin de rendre ce qui était dit sur le plateau audible. D’habitude, il ne le fait pas. C’est donc une grande première pour un public plutôt habitué à écouter des discours amplifiés et relayés par les acteurs pendant plusieurs heures. L’unique reproche effectué par ce public à la compagnie repose sur la durée du spectacle [une heure dix environ] mais c’est normal pour un public qui découvre pour la première fois ce genre de spectacle ».


Pour Mohamed Loutfi, « le public a apprécié la pièce. Mon impression est que le message est bien passé, bien que certains mots de shiganzidja [variante dialectale de la langue shikomori] aient eu une valeur poétique parfois peu accessible pour le grand nombre ici. Je dirais que ça s’est au final bien passé. Nous qui recevions la compagnie, on nous pose beaucoup de questions à présent. La majorité des ouaniens a été séduite » par la proposition d’O Mcezo*.

Salim Abdul-kader dit « Lycée » revient à son tour sur le fait que « le message transmis a été bien reçu par le public. Dans sa forme, dans le fond aussi, mais un peu moins dans les termes utilisés pour certains fragments du spectacle. Je veux dire que les idées sont bonnes, la manière de les transmettre, elle aussi, était excellente. Mais il y a des termes de shiganzidja qui ont été difficiles à comprendre pour le publicd’ici »


Mohamed Loutfi, lui, remarque qu’il s’agissait « d’un théâtre d’un type nouveau à Ouani. Les comédiens sont montés sur scène sans micros. Deuxièmement, les gens sont venus et n’ont pas vu de rideau de scène. Alors qu’ils en ont l’habitude. Troisièmement, la durée du spectacle a surpris. La pièce finie, les spectateurs ont refusé de se lever, sans doute parce qu’on n’aime pas voir se finir la bonne nourriture. A la fin du spectacle, les gens s’attendaient à ce que ça continue encore à jouer. Je pense que la compagnie devrait rallonger le temps du spectacle ».

Venus découvrir le travail de la compagnie au stade de basket, à dix mètres d el’espace Shababi, les Ouaniens n’ont pas manqué de s’interroger sur la dynamique O Mcezo*.

Pour Mohamed Loutfi : « Les gens ont bien saisi l’objet de ce projet. O Mcezo* est venue pour une action théâtrale au service de notre communauté, et au nom de certaines  valeurs citoyennes ».


Par rapport aux échanges engrangés durant ces cinq jours passés à Ouani par la compagnie, Salim Abdoul Kader de TV Ninga pense pour sa part que « les Ouaniens en général, et en particulier, les familles qui ont reçu la troupe O Mcezo* s’estiment heureuses et honorées de les avoir parmi elles. Tout le mal qu’elles souhaitent à cette compagnie, c’est qu’elle réussisse à atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée ».

De son côté, Mohamed Loutfi trouve « géniale » cette idée « de traverser le pays, en rassemblant. Cela arrive uniquement avec nos hommes politiques. Une troupe qui se déplace dans l’archipel pour jouer, et sans rien de demander financièrement en retour aux gens qui l’accueille. Une troupe qui joue gracieusement pour les communautés chez qui elle s’invite, je trouve ce projet particulièrement intéressant, et je leur souhaite de bien poursuivre dans cette voie ».

Dimanche 16 août 09

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans CULTURE
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 15:50

Le mois sacré du ramadan débute. Un mois important pour les musulmans

 

Le ramadan est le neuvième mois du calendrier musulman. Un mois important pour tous les musulmans du monde lequel marque le début de la révélation du coran fait  au prophète Muhammad (Mahomet). Tous les musulmans pubères ayant les capacités physiques et mentales doivent jeuner (s’abstenir de manger, de boire, de fumer, d’avoir des relations sexuelles pendant la journée…) durant tout ce mois.

 

De plus, non seulement, c’est le quatrième pilier de l’islam mais il s’agit aussi d’une pratique très importante de l’islam.


  Aux Comores, c’est aussi une bonne occasion festive de  se retrouver un soir en famille (dans un sens très large) afin de rompre le jeune (iftar).


Beaucoup de pays musulmans notamment la France et les Comores ont débuté le ramadan ce jour (le 22 août 2009). 
 

  Je tiens à souhaiter un bon ramadan  et bon courage à tous les musulmans du monde et un "tsumu djema"  aux comoriens.


Bon ramadan à  tous les musulmans du monde.
"Tsumu djema" wa komori.
 

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans RELIGIONS
commenter cet article
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 19:15

Comores - Quatre ministres de la Grande Comore condamnés à trois et six mois de prison
Trois à six mois d'emprisonnement. Ce sont les peines prononcées le 11 août dernier par  le Tribunal de Moroni contre des politiciens et policiers de Ngazidza (Commissaires, responsables politiques et fonctionnaires de police) pour "voie de fait". Des peines tout de même moins sévères. Car le procureur avait réquis huit à douze mois

Il s'agit de quatre commissaires, Mohamed Abdou Mhadjou, sécurité intérieure, Saïd Soilih Saïd Abdillah, production, Boina Boina Ousseine, Santé, Youssouf Ahmed Boina, Fonction publique, Saïd Mze Dafiné, secrétaire général du gouvernement et Saïd Ahmed Ahmed Toihir, secrétaire général à la présidence de l'île ainsi que trois fonctionnaires de la police, Ali Msaidie Tadjiri, Mohamed Assoumani Adamou et Hakim Ali Abdou, tous poursuivis pour "violence, destruction et voie de fait".

 Six mois d'emprisonnement dont quatre fermes infiligés à Mohamed Abdou Mhadjou pour avoir ordonné d'enfoncer une porte du commissariat de police de Moroni lors d'une tentative de remplacer  des policiers pro-gouvernement de l'Union par d'autres policiers fidèles au gouvernorat de Ngazidja. C'était apparamment en réprésaille aux récentes nominations des Prefets de l'île par le gouvernement de l'Union. Boina Ousseine, Said Ahmed Said Soilih et Youssouf Mohamed Boina, sont condamnés chacun à six mois de prison, dont trois fermes.

Pour les fonctionnaires de police, ils ont écopé de  deux à cinq mois d'emprisonnement avec sursis (pour certains).

Il y a eu aussi des amendes et  « un franc symbolique pour réparation de préjudice » à la partie civile.

Selon le procureur, Azad Mze, « l'une des leçons qu'on peut tirer de ce procès, c'est que la justice est faite pour tous .  On doit assumer ses responsabilités jusqu'au bout ».

Voilà la tournure désagréable que prend le conflit de compétences qui oppose depuis plusieurs années le pouvoir fédéral aux entités fédérées.

Quand est ce que les gouvernants comoriens prendront conscience qu'ils enfoncent davantage ce pays avec ces tiraillement permanents ?  Les comoriens ont assez souffert et attendent mieux d'eux pour améliorer leur vie quotidienne.


Vous trouverez ci-dessous le communiqué du "gouvernement de Ngazidja" rendu public le 11 août 2009


Communiqué Mardi 11 Août 2009 du Gouvernement de l'île autonome de Ngazidja :

Verdict du procès du gouvernement de Ngazidja,

Le Gouvernement de l'Ile Autonome de Ngazidja a appris avec grande stupéfaction le verdict prononcé ce jour par la Présidente du Tribunal de Moroni, Mme THANAI TASMINE. Les membres de l'Executif de Ngazidja ainsi que les officiers de police arrêtés le vendredi 07 août dernier ont écopé de deux à quatre mois de prison ferme suivis d'amende et de peines de sursis.

Ouvrant la brève séance qui ne durera pas plus de cinq minutes, et à la surprise de tous, la Présidente déclara tout d'abord son tribunal habilité à juger les autorités détenues en réponse à l'exception d'incompétence soulevé par l'avocat de la défense. Ensuite, les prévenus ont été relaxés sur les deux des trois principaux chefs de prévention. Ainsi, la destruction et la violence n'ont pas été retenues. En revanche, la Présidente du tribunal retient la voie de fait pour condamner les prévenus.

L'avocat de la défense interjette appel, mais en attendant les membres du Gouvernement passent leur cinquième nuit en prison pendant qu'un des Ministres prévenus en l'occurrence celui de la Production M. SAID SOILIHI S.AHMED alias Brus est admis aux urgences depuis ce matin. Il n'obtiendra, de la part des responsables de la maison d'arrêt, son autorisation urgente de se faire hospitaliser que ce matin pendant que depuis hier son état sanitaire s'est aggravé. On apprend aujourd'hui qu'il souffrirait d'une infection intestinale et qu'il serait affaiblit par une crise de paludisme.


Le Gouvernement déplore avec indignation la grave mise en péril des Institutions et rappelle que l'arrestation d'une grande partie de son équipe ne fait qu'affaiblir l'action et le fonctionnement régulier de celui-ci.

KAMARDINE MOHAMED

medkamardine@yahoo.fr

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans JUSTICE ET DROIT
commenter cet article
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 12:02
Première étape de tournée conclue pour la compagnie O Mcezo*, actuellement partie à Fumbuni dans le sud de Ngazidja. Ci-joint un communiqué d’étape, également disponible en PDF (avec image de la gungu performance organisée à Ntsudjini) ci-joint. La tournée se poursuivra dans d’autres cités de l’archipel des Comores jusqu’au 22 août 09.  Pour plus d'infos sur la compagnie, nous contacter.

 

  Préparation du gungu la mcezo contre ceux qui volent ou abusent des biens publics à Fumbuni avec un jeune comédien de l’association Masomo na Utamaduni (photo).

 

O Mcezo* Cie

 

 

  tournée 09 juillet - août

 

Etape I Ntsudjini

compte-rendu de tournée.

 

pour La fanfare des fous de Soeuf Elbadawi

un spectacle sur la dépossession citoyenne.

 

La compagnie de théâtre O Mcezo* s’est installée à Ntsudjini (Ngazidja) pour sa première date de tournée dans les villes et villages de l’archipel des Comores, avec le soutien de la Fondation Prince Claus de Hollande. Sept jours de répétitions sur une place publique (lebangwe lo pvo Singani) pour La fanfare des fous, un spectacle de Soeuf Elbadawi sur la dépossession citoyenne. L’occasion pour les comédiens de la compagnie de faire plus ample connaissance avec le public du « lieu ». Ils ont ainsi été accueillis dans les familles, en accord avec les principes qui motivent cette tournée, à l’occasion de laquelle « on défend une certaine vision du théâtre. Une vision basée sur les notions de solidarité et de partage. Notre projet questionne la cité, interroge ce qui fonde nos communautés. Les enjeux pour nous ne se situent pas au niveau du show, mais plutôt dans notre capacité à intégrer une communauté de vie donnée. Voilà pourquoi nous nous installons dans les villages pour au moins cinq jours, avec des rencontres, des performances, des répétions de spectacle en partie publiques, et où il s’agit moins de faire l’acteur que de donner une image citoyenne de ce que l’on fabrique sur notre plateau » explique Soeuf Elbadawi, directeur artistique de la compagnie.

 

A l’occasion de cette tournée, un stage d’initiation aux pratiques théâtrales s’est tenu sur la place Singani durant trois jours avec des jeunes du Scout Ngome, structure associative et principal partenaire de la compagnie O Mcezo* dans ce chef-lieu de la préfecture de l’Itsandra Hamanvu. Une gungu performance a ensuite été orchestrée dans l’après-midi du samedi 1er août 09 dans la cité des ngome. Elle portait sur la délinquance juvénile et sur l’usage des stups. Les jeunes de Ngome et leurs complices de la compagnie O Mcezo* ont imaginé un personnage nommé Ndzumari, ligoté, enfariné et traîné dans les ruelles par des hommes habillés en femmes et des femmes travesties en hommes, poursuivi par une foule de minots en culottes courtes, huant le « pestiféré », en scandant des slogans anti-drogue sous forme de chansonnettes. Samedi soir s’est aussi improvisé un débat sur le lieu des répétitions du spectacle par rapport à la poursuite ou non du projet… dans la mesure où deux personnalités de la communauté de Ntsudjini venaient de décéder. Le théâtre pouvait-il déroger à la règle imposant le deuil à toute manifestation publique à caractère festif ? Le public s’est montré partagé à cette question. Certains auraient voulu que les représentations prévues samedi et dimanche soir de La fanfare des fous aient lieu.

 

« Le théâtre ne peut être considéré de la même manière que les autres activités dans la ville. Par ailleurs, on interdit la tenue de ces représentations à cause du deuil, mais ce n’est pas pour ça que les fêtes de mariage prévues ce week-end vont être annulées. Ceux qui imposent cette loi au théâtre seront les premiers à vouloir la contourner au nom du anda, qui est une tradition festive touchant tout le monde ». D’autres personnes dans le public présent à ce débat ont trouvé l’exercice quelque peu périlleux. « Nos vieux notables ne comprendront pas. Qu’il y ait du théâtre pendant qu’ils enterrent un mort sera difficile à avaler. Il faut donc leur expliquer ce que c’est. Car il n’est pas évident qu’ils comprennent ce que signifie le travail scénique engrangé sur la place durant ces derniers jours par nos amis d’O Mcezo* ». Un délégation est partie voir les « Anciens » (ndo wazee) pour négocier. Ces derniers se sont montrés réservés, et O Mcezo*, en accord avec son partenaire, le scout Ngome, a décidé de respecter le deuil pour ne pas heurter les susceptibilités inutilement. « Nous sommes venus jouer pour servir une communauté au nom d théâtre. Ette communauté est en deuil. Il est normal que l’on respecte ce deuil. Si les notables comprennent mieux la tenue du djeleyo ou du mwaliko, tous instants liés aux fêtes de mariage traditionnel, durant ce deuil, c’est normal. Le théâtre est quelque chose de nouveau qu’il nous faut d’abord leur expliquer. Notre théâtre en l’occurrence n’invite pas à la fête mais plutôt à parler de la mort du citoyen » commente Soeuf Elbadawi.

 

Des rencontres, un stage et une performance ont quand même eu lieuà Ntsudjini durant ces dix derniers jours, en plus des répétitions publiques du spectacle La fanfare des fous. « Nous avons eu le temps de raconter notre histoire au public de Ntsudjini, qui a suivi nos répétitions en live, et qui reprends déjà les textes, les prières et la geste de la Fanfare des fous dans les rues. Les jours passés aux côté de nos frères et sœurs du Scout Ngome ont été utiles. Les gens ont eu le temps desaisir notre démarche. J’imagine que c’est pour cette raison que certaines personnes se sont indignées à l’idée que l’on ne puisse pas jouer La fanfare. Or les représentations de La fanfare ne sont qu’un aspect du projet global. Je crois sincèrement que les jours passés à Ntsudjini ont permis de montrer à beaucoup que le show n’était pas le plus important dans ce que l’on fabrique sur le plateau. Le théâtre pour nous est une manière de rassembler et de questionner le citoyen. Ce que nous avons quand même réussi à faire malgré ce deuil touchant les deux derniers jours. Donc nous partons confiants par rapport au public de Ntsudjini, et nous espérons surtout que ce public saura expliquer pourquoi nous n’avons pas joué ce week-end. Nous partons aussi avec l’idée d’avoir contribué à érire une nouvelle page (unkade) pour l’histoire du théâtre dans ce pays » conclut Soeuf Elbadawi.

 

Dimanche 2 août 09.

 

prochaines dates après Ntsudjini

 

du 03 août au 08 août 09                       Fumbuni

du 08 août au 11 août 09                       Iconi

du 11 août au 16 août09                        Ouani

du 16 août au 21 août 09                       Mirontsi

du 21 août au 22 août 09                       Mutsamudu

 

                                                                                                              **retour prévu à Ntsudjini pour la fin septembre.

 

 

 

 

Contact

Cie O Mcezo* Washko Ink. B.P. 5357 Moroni Comores Téléphone : 00 (269) 7732451 E-mail : omcezo@yahoo.fr

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans COMMUNIQUES
commenter cet article
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 13:00

Avec une semaine de retard, vacances obligent, nous vous informons  le léger rémaniement ministériel auquel le Président de l'Union des Comores, Ahmed Abdallah Sambi a procédé  vendredi 31 juillet dernier . A noter que ce rémaniement était necessaire et attendu suite à la disparition  le 30 juin dans le crash de l’airbus A310 de Yemenia Airways au large des Comores, du ministre des Postes et Télécommunications, Ahmed Abdou et à la récente démission, du garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Miftah Ali Bamba.


La petite surprise de ce nouveau gouvernement est que Le vice-président Idi Nadhoim n'est plus chargé du ministère du Tourisme, des Transports et des investissements. Il  dirige désormais les départements de l'Agriculture, de la Pêche, de l'Environnement, de l'Energie, de l'Industrie et de l'Artisanat qui étaient sous la responsabilité de Mikidar Houmadi dans
le précédent gouvernement formé le 24 juin dernier. Ce dernier devient le nouveau ministre du Tourisme, des Transports et des investissements. On peut déduire qu'il s'agit d'une petite sanction infligée à Monsieur Idi Nadhoim comme le réclamaient certaines associations de la diaspora comorienne en France depuis le crash de l'A 310 de Yemenia Airways. 


Cest Djaé Ahmada, l'actuel Directeur du Journal Alwatwan, un des fervents partisans du Président Sambi et ancien secrétaire général du Mouvement comorien pour la justice et le progrès (MCJP) qui est nommé Ministre des Postes et Télécommunications chargé de la Communication et de la Promotion des nouvelles technologies de l’information

L'autre nouveau venu qui se voit confier le ministère de la Justice , de l'Administration Pénitentiaire et des Affaires Islamiques, s'appelle Abdourahim Abdou. Il n'est pas vraiment connu de l'échiquier politique du pays.

Pour les autres portefeuilles ministérielles, il n'y a pas de changement.

Ci-dessous la liste des membres du nouveau gouvernement :

 

 

- Vice-président, chargé du Ministère de l'Agriculture, de la Pêche, de l'Environnement, de l'Energie, de l'Industrie et de l'Artisanat, Monsieur IDI NADHOIM

- Vice-président, chargé du Ministère des Finances, du Budget et de l'Entreprenariat féminin, Monsieur IKILILOU DHOININE

- Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération, chargé de la Diaspora, de la Francophonie et du Monde arabe, Monsieur Ahmed Ben Saïd JAFFAR

- Ministre de l'Economie, du Travail, de l'Emploi et du Commerce Extérieur, chargé des relations avec le Parlement, Monsieur HASSANE AHMED EL BARWANE

- Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de l'Administration Pénitentiaire et des Affaires Islamiques, Monsieur ABDOUROIHMANE IBRAHIM

- Ministre de l'Intérieur et de l'Information, Monsieur BOURHANE HAMIDOU

- Ministre de l'Education Nationale, de la Recherche, de la Culture et des Arts, Porte Parole du Gouvernement,  Monsieur KAMALIDDINE AFFRAITANE

- Ministre de la Santé, de la Solidarité et de la Promotion du Genre, Monsieur HODHOAER INZOUDDINE

- Ministre des Transports, du Tourisme et des Investissements, Monsieur MIKIDAR HOUMADI

- Ministre de l'Aménagement du Territoire, des Infrastructures, de l'Urbanisme et de l'Habitat, Monsieur MOHAMED LARIF OUKACHA

- Ministre de la Fonction Publique, des Réformes Administratives et Institutionnelles, de la Décentralisation et des Droits de l'Homme, Monsieur FOUAD Ben MOHADJI

- Ministre des Postes et Télécommunications chargé de la Communication et de la Promotion des Nouvelles Technologies de l'Information, Monsieur DJAE AHAMADA.


Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES) 

Repost 0
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 18:35

 Du 13 au 15 août prochain, la musique sera à l'honneur à Anjouan.  En effet, c'est à cette période que le Medina Festival d'Anjouan, un grand événement culturel qui a vu le jour en 2005 à l'initiative d'une radio locale de Mutsamudu, Radio Dzialandzé, sera organisé sur l'île avec faste pour la troisième fois.

Plusieurs artistes de la région de l'Océan Indien dont le talent n'est plus à vanter y prendront part aux côtés des artistes comoriens de l'intérieur et de l'extérieur comme ce fut le cas lors des deux précédentes éditions (2005 et 2006). On parle notamment des groupes malgache Jaojoby et  réunionnais Kozman Ti Dalon. Du côté des artistes comoriens, sont  programmés Lathéral et Mtoro Chamou de Maoré, Maalesh de Ngazidja, le groupe Soubi et Boinariziki de Mwali ou encore Joujou des Comores de Ndzuwani. Cette liste n'est pas exhaustive. 


Le Medina Festival a pour objectif principal de promouvoir la musique comorienne et favoriser son ouverture notamment sur la région océan indien. Et pour atteindre cet objectif cette année après les échecs de 2007 et 2008, le budget prévisionnel s'élève à  36 000 000 francs comoriens (à peu près 73171 euros). 


Nous souhaitons un bon déroulement et une bonne réussite de ce grand festival musical qui va certainement faire vibrer toute l'île d'Anjouan. D'autant plus qu'il est placé cette année  « sous le signe de la cohésion et des retrouvailles », selon  Ali Mohamed Nobataine, le coordinateur du comité d’organisation du festival (Comfest).


Le mgodro comorien mélangé avec du Salégy malgache, du maloya réunionnais et d'autres rythmes endiablés ! Voilà un bon plat musical pimenté et consistant pour tous ceux qui s'intéressent ou chercheraient à s'intéresser à la musique de l'Océan Indien. Miam miam. ça va chauffer à Anjouan durant les trois jours festifs.

Qu'est ce qu'il faut de plus pour toucher le coeur des mélomanes ?


Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans CULTURE
commenter cet article
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 13:08
Vous trouverez ci-dessous les résultats de baccalauréat (1er groupe) de NGAZIDJA rendus public hier au lycée de Moroni

481 lauréats sur au moins 6700 candidats.  Seulement 1284 candidats sont autorisés à passer les épreuves du 2eme tour .

A Mwali, il y a eu seulement 25 admis et 99 qui doivent tenter leur chance au 2eme tour sur 656 candidats.

Pour l'instant, nous n'avons pas encore connaissance des résultats de NDZUWANI.

Les résultats de cette année sont encore catastrophiques comme l'année dernière !




SousCentre Dembeni
Série A1


12 IBRAHIM HAMIDOU M'MADI 06/04/86Batsa Itsandra Passable
17 ABDOU MMADI ABDALLAH 19/05/88 Dembeni B. Ouest Passable
26 CHEIKH AHMED 28/02/85 Nioumamilima B/Est Passable
29 ECHATAALI 10/07/82 Panda Badjini Ouest Passable
32 FATIMA M. MDROUDJAE 18/06/85 Dembeni Badjini Ouest Passable
34 HODAR HALIDI FARDA 19/06/92 Dembeni Badjini Ouest Assez Bien
50 ROUFOUANTE ALI 25/04/84 Mandzissani B. Ouest Passable
781 IBRAHIM HAMIDOU M'MADI 06/04/87 Batsa Itsandra Passable
798 ABDOU MMADI ABDALLAH 19/05/89 Dembeni Badjini Ouest Passable
814 CHEIKH AHMED 28/02/86 Nioumamilima B/Est Passable
831 ECHATAALI 10/07/83 Panda Badjini Ouest Passable
847 FATIMA MOHAMED MDROUDJAE 18/06/86 Dembeni Badjini Passable
864 HODAR HALIDI FARDA 19/06/93 Dembeni Badjini Ouest Assez Bien
880 ROUFOUANTE ALI 25/04/85 Mandzissani Badjini Passable

Série A4

80 HADIDJA SOULE 31/12/89 Mdjankagnoi B. Ouest Passable
83 HASSANE SOULE DJALIM 12/12/87 Pidjani Domba Passable
124 ABDOUL-ANDHUM AHAMADA 18/03/89 Nioumamilima B Passable
216 YOUSSOUF HAMIDOU 04/06/86 Mbangani H. Passable
245 ASSIANDI CHANFI 04/09/84 Maternité de Moroni Passable
260 SOIDROU M'MADI 22/08/92 Dembeni B. Ouest Passable

SousCentre Fombouni

Série A1


270 KAMAR SOILIHI 16/01/91 Chindini Badjini Est Passable

Série A1

290 AHMED LAILINA 12/03/81 Tsinimoichongo B/Ouest Bien
291 ALI AHAMADAMCHANGAMA 22/02/87 Batsa Itsandra Passable
314 FAOULA HIMIDI ABDOU KASSIM 17/02/91 Moroni Passable
325 HAMADAABDOU 10/03/89 Ouzioini Badjini Ouest Passable
340 MARIE IBRAHIM ALI 10/01/92 Vanadjou Passable
341 M'DOIHOMA E. KASSIM BACAR 20/05/90 Gnambeni B/E Passable
348 MOHAMED HALIFA 10/02/89 Maternité d'Ouzioini Passable
366 RAFIK MOHAMED 28/06/87 Ifoundihé Chamboini Passable
377 YOUSSOUF IBRAHIM 10/08/84 Foumbouni Badjini Est Passable
380 ZALFATAALI IBOUROI 31/12/88 Maternité de Moroni Passable
392 AHAMADASAADI 20/12/87 Foumboudzivouni Passable
419 CHEIKH I. BEN MAHBOUB 08/05/90 Malé Badjini Est Passable
430 FATIMA SAID TOCHA 19/09/89 Nioumadzaha Badjini Est Passable

Série A4

445 HANSAOU ISMAEL 05/03/90 Ouzioini Badjini Ouest Passable
471 MLANAO OUSSEINE 20/03/87 Mitsoudjé Hambou Passable
487 NADHUFATE BINTI SOILIHI 14/07/85 Foumbouni Passable
498 SAID ZAINABA 25/03/88 Foumbouni B/Est Passable

Série A4

524 MASSOUDI YASSINE 26/09/93 Foumbouni B/Est Assez Bien
527 SAID IBROIHIM Vers 1987 Malé Badjini Est Passable
528 ZOULHATIE SOUDJAY 12/05/91 Ouzioini Badjini Ouest Passable
529 ABDILLAHI FATOUMIA 07/09/90 Foumbouni Badjini Est Passable
538 SAANRATI SAID MOEGNI 01/06/90 Foumbouni B/Est Passable

Sous Centre Mbéni

Série A4


617 SAID DJAFFAR YOUSSOUF 02/02/89 Mbéni Passable
626 TADJIDINE DJOUMOI MMADI 15/03/89 Mbéni Assez Bien
654 ABDOULKARIM RAMADHOINI 02/04/91 Mbeni Passable
655 ANFOITAALI ABDOU 13/01/92 Mbéni Passable
667 AHAMADAMMADI HASSANI 13/12/90 Mbéni Passable
690 AMBDOULANDHUM M. TOYBOU 03/03/91 Mbéni Passable
691 AMINAAHAMADAABDALLAH 01/10/89 Mbéni Passable
705 AN-SFATA M. MANSOIBOU 15/04/88 Chezani M. Passable
708 ANZIMATI RACHADI 13/07/85 Boueni Oichili Assez Bien
741 CHARMILAALI ABDALLAH 20/01/89 Mbéni Passable
758 EN-ICHAT MOHAMED BACRI 27/12/90 Mbéni Passable
821 HOUZAIMATA MOINDJIE 07/03/89 Mbéni Passable
823 IBRAHIMAAHAMADA 13/11/87 Mbéni Passable
846 LABIBOU SAID HIMIDI 31/07/89 Mbéni Assez Bien
848 LATUFAMOHAMED 20/12/90 Héroumbili Passable
895 MOHAMED IKIBALI BAKAR 18/02/91 Mbéni Passable
931 NOURIA SAID HAMZA 17/05/92 Ntsoudjini Passable
936 OUMRATI HAMIDOU BOINA 17/03/87 Chezani M. Passable
990 TOIRFIAAHAMADA 15/05/88 Héroumbili Passable

Série D

1050 BOINAHADJI A. KARIHILA 11/04/89 Mnoungou Passable
1052 CHAKIRA SOILIHI MCHANGAMA 03/08/89 Mbéni Passable
1056 HADIDJATALKOUBRA SAID HALIFA 31/08/91 Mbéni Passable
1060 KARIMA SAID AHAMADA 28/12/90 Mbéni Passable
1062 MOHAMED N. ABDOULANZIZ 15/06/89 Chezani Passable
1072 SOIHIHAT SAID A. MOUHYEDDINE 04/05/89 Mbéni Passable
1073 SOULE HASSANATI 19/02/90 Mbéni Passable

Sous centre Mitsamihouli
Série A4


1080 ABDELAZIZ AHMAD 17/06/84 Maoueni Mboudé Passable
1106 ADAM ALI 19/07/87 Moroni Assez Bien
1218 FARID AHAMADA BACAR 12/06/86 Mitsamiouli Passable
1220 FARSAD MOINDJIE 28/04/87 Mitsamiouli Passable
1280 KASSIM MBAE 13/04/88 Ouellah Itsandra Assez Bien
1287 MAHAMOUD MARIAMA 07/07/89 Mitsamiouli Passable
1316 MOHAMED DAYARI Vers 1984 Hadaoi M. Passable
1322 MOHAMED TACHRIFA 11/10/92 Moroni Assez Bien
1337 MOUKRIM SAIFI 02/11/90 Mitsamiouli Bien
1400 SAID MOHAMED 02/01/85 Ntsadjeni Passable
1446 ZALFATAABDILLAH 20/07/90 Mitsamiouli Passable
1457 ABDOULHARITHE MOGNI AMINA 23/01/90 Ifoundihé H. Passable
1621 MOHAMED ALI MOINDJOUMOI 20/12/88 Mitsamiouli Assez Bien
1722 TADJIDINE AHAMADA06/05/90 Ouzio Mitsamiouli Passable

Série C

1757 SALIM HADJI 10/01/93 Ntsadjeni Assez Bien
1758 SALIM HASSANI 10/11/88 Mitsamiouli Passable
1760 ABDEREMAN NASSOIHOUDIN 10/01/89 Iconi Bambao Passable
1761 ABDOUNOUR MOILIM 22/12/90 Ntsaoueni Assez Bien
1764 MOHAMED BACAR 25/12/90 Mitsamiouli Passable
1767 NAWADI DANIEL 08/03/91 Moroni Passable
1768 OMAR MOHAMED AHAMADA 27/12/90 Chamlé M. Passable
1769 RABOUAN AHMED 29/09/89 Ntsaoueni Passable
1770 ROUKIAABDOU ISLAM 09/02/90 Djomani M. Passable
1771 TAKIDINE DJAE MBAE02/05/89 Mitsamiouli Passable
1775 AHAMADAAÏCHA 05/03/92 Ndzaouzé Mitsamiouli Passable
1795 HAMZAALI SOILIHI 24/06/89 Mitsamiouli Passable
1796 HASSANE ALI ABDALLAH 08/07/86 Ouhozi M. Assez Bien
1801 NASSOR OMAR 02/10/92 Mitsamiouli Passable

Centre de Moroni
Série A1


2418 AMINATA M. ABDOU MBAE 12/03/87 Tsidjé-Itsandra Passable
2420 AMIRDINE Y. SOINAANTTE 25/01/89 Iconi Bambao Passable
2422 ANDRIAMASINORO AHMED ALI 24/08/86 Moroni Passable
2436 AYINOU AHAMADAISHAKA Vers 1990 Boeni Bambao Passable
2437 BADRAH SAID ALI MOHAMED 01/05/91 Moroni Passable
2439 BOINAIDI AHMED HIMDA 25/04/85 Foumbouni Passable
2446 DJAMAL DAOUDOU 25/06/91 Moroni Passable
2455 FAISSOILABDOU 01/04/88 Moroni Passable
2470 HACHIMIAALI ABDOU 03/02/90 Moroni Passable
2484 HASSANI A. MCHANGAMA 08/04/89 Batsa-Itsandra Passable
2496 KAMARIA IBRAHIM 15/10/88 Moroni Passable
2501 LINA OUMOURI 28/04/87 Moroni Passable
2505 MAOULIDA SAID Vers 1983 Dima Badjini Passable
2509 MARIE ATHOUMANI ISSA 16/06/88 Ndrouani Passable
2519 MMADI MOINDJIE ELARIF 02/02/90 Bibavou Passable
2530 MOHAMED SAID 18/06/85 Mtsangadjou Dimani Passable
2547 NASMAABDALLAH 25/10/90 Hombo Passable
2552 NATHALY INOUSSA 31/08/89 Domoni Passable
2553 NAYIR MANSOIB 31/10/88 Hombo Passable
2556 NIZARE SAID IBOUROI 14/03/89 Pidjani Domba Passable
2560 OIDJEDAALLAOUI SAID 07/07/92 Domoni Passable
2566 RAHAMIAMOHAMED 20/03/88 M'dé Bambao Passable
2583 SANIYA MOHAMED SOULE 02/03/87 Moroni Passable
2610 ZOUHAIRATA BINTI ADAME 03/03/88 Mvouni Passable
2619 ABDOULKARIM ZOULHATI 10/03/88 Mitsoudjé Passable
2620 ABDOULLATUF AHAMADA 28/12/88 Selea Bambao Passable
2631 AHMED ABDOU JDAMBAE 12/11/89 Nioumadzaha B. Passable
2637 AIDINE ALI 21/12/89 Malé B/E Passable
2646 ALLAOUI MBAE 24/04/88 Founga Mitsamiouli Assez Bien
2649 AMDJAD SAID 19/02/91 Ouzioini Passable
2651 AMINAABDOU-CHAKOUR 02/04/87 Mohoro Passable
2656 AMIRINAAHAMADA 28/12/89 Selea Bambao Passable
2660 ANDHUMDINE HAMZA 02/01/81 Koimbani-B. Passable
2670 ANTIFATAAHAMADA 12/02/88 Gnambeni Passable
2681 ASSIATAAHAMADA 05/08/90 Moroni Assez Bien
2689 BEN DJADID SAID ALI MBAE 01/01/88 Mandza M. Passable
2709 FAISSOIL ALI SAID 21/05/87 Iconi Bambao Passable
2724 GHYADH EL-DINE MOHAMED SALIM 17/05/88 Moroni Passable
2736 HAMADI HAIDAR 02/11/90 Ouzioini Passable
2739 HASSANE ALI ALI 24/04/86 Ifoundihé-Chamboini Passable
2754 ISMAELALI ABDOU 14/12/87 Hambou-Oichili Passable
2790 MOHAMED AHAMADA 27/09/89 Mbambani H. Passable
2791 MOHAMED AHAMADA 28/10/86 Moroni Passable
2795 MOHAMED ATTOUMANE MADI 19/05/88 Moroni Passable
2800 MOHAMED F. YOUSSOUF 11/09/89 Tsinimoichongo Passable
2802 MOHAMED HITAMI ALAOUI 12/03/89 Mvounambadani Passable
2803 MOHAMED M. DAROUECHI 16/08/88 Irohé Oichili Passable
2808 MOINAANLIYA HASSANI 16/11/88 M'dé Bambao Passable
2821 MOUSSAFIRI MOURCHIDI 26/08/87 Ouzioini Passable
2829 NADJIRIA RADJABOU 18/12/88 Moroni Passable
2831 NAIMAT SAID 15/08/86 Mdjoièzi-Hambou Passable
2841 NOURDINE ABDOU 03/07/91 Foumbouni Comores Passable
2853 RAISSABAMDOU 24/05/93 Tanambao Antsiranana Passable
2889 TOIHIRI NEEMAT 09/09/90 Moroni Passable
2893 WATHIK CHAHABANE 28/02/90 Moroni Passable
2894 YASSERI ABDOU MBAE 02/03/91 Batsa-Itsandra Passable
2898 YOUSSOUF HASSANI 04/03/85 Vouvouni-Bambao Passable

Série A2

2914 ABDILLAH MOHAMED 12/06/89 Ndzoudzé Passable
2916 ABDOU HASSANI SAIDOU 03/03/85 Douniani Bien
2917 ABDOU- SOUEIFOU YOUSSOUF 26/09/84 Mohoro-Badjini Bien
2920 ADINANE BACAR SOILIHI Vers 1988 sadani-oichili Assez Bien
2926 ALI MLINDE Vers 1990 Sidjou-Dimani Passable
2929 AMINA CHABANI MOHAMED 03/08/87 Mbéni Passable
2934 ECHATA MOINACHE 15/02/80 Mbachilé Passable
2935 FAIZAABDILLAH Vers 1988 Mlali Assez Bien
2936 FATIMA MSAIDIE 15/09/90 Mbéni Passable
2938 HADIDJAMOHAMED 18/03/87 Moroni Passable
2939 HADIDJA SAID ABDALLAH Vers 1992 Oussivo Passable
2941 HAMIDOU ALI Vers 1985 Boenindi Assez Bien
2944 IBRAHIM B. ALI SOILIHI 31/05/84 Nioumadzaha M. Passable
2947 INOUSSA MOHAMED A. 12/03/84 Djoumoichongo-H. Assez Bien
2948 KARIMA MADI HAMADI 18/02/89 Moroni Assez Bien
2950 MACHHOULI ISSA CHANFI Vers 1985 Maoueni-Dimani Bien
2951 MAHAMOUD ALI 22/12/89 Mdjoiezi Assez Bien
2952 MDHIKIRI AHAMADA Vers 1974 Famare Passable
2953 MHOUDINE ALI Vers 1987 Sidjou-Dimani Passable
2954 MIHIDJAHI AHAMADA 04/03/89 Hantsindzi Bien
2956 MOHAMED ABDOURAHAMANE 10/09/84 Nioumadzha-B. Passable
2958 MOHAMED M. MVOULANA 24/09/83 Nioumadzaha M. Assez Bien
2961 NASSUF MAOULIDA Vers 1989 Séléani Bien
2962 NIDHOIM ALHAMIDI 05/09/89 Bandamadji-Domba Passable
2963 OMAR MCHINDA 25/12/89 Moroni Passable
2966 RAHAFATA SINANE 10/05/87 Tsinimoipanga Assez Bien
2967 ROUKIA HAMADI 03/03/83 Singani Passable
2968 ROUKIA SAID VOULA 30/08/91 Foumbouni Bien
2971 SAID ASSOUMANI 01/01/90 Vanadjou Assez Bien
2973 SAIDINAABDOU 05/11/86 Dzahadjou -Oichili Passable
2976 SOIBRATA MBAPANDZA 16/09/89 Mitsamiouli Passable
2981 TOILAANTIE ILIASSA 18/06/86 Hasseindjé-Oichili Passable
2986 YOUSSOUF MOINDJIE Vers 1989 Bangoi-Kouni Passable
2988 ZAINABAABDOU 15/04/84 Irohé-Oichili Passable
2992 ZOULFATI ALI SAIDOU 06/05/85 Hahaya Passable

Série A4

3005 ABDILLAH MKAVAVO Vers 1988 Dzahadjou Itsandra Passable
3021 ABDOUL BAST ASSANI 10/04/87 Ankarana Passable
3036 ABDOURAZAKOU CHAHLANE 15/01/90 Moroni Passable
3039 ABDOUSALAMI DAROUECHE Vers 1988 Moroni Passable
3040 ABDULKADER M. AL BAQIR 20/04/91 Moroni Assez Bien
3050 ABOUDI LAYNA 05/09/92 Hombo Passable
3055 ACHATA HASSANE DJAFFAR 15/09/88 Ouzioini Passable
3105 ALI IBRAHIM 02/02/82 Adda-Daoueni Passable
3153 ANSMATAMOHAMED 08/07/91 Ivoini-Mitsamiouli Passable
3177 ASMATAMAHAMOUD Vers 1984 Mdjoiézi-Hambou Passable
3199 AYATOULLAH SOULE 30/03/91 Ouella Mitsamiouli Passable
3224 BINTI MHADJOU 24/12/89 Maternité de Mbeni Assez Bien
3239 CHAHER ABDOU 25/06/87 Moroni Passable
3246 CHAMIATI ISSA 30/12/89 Ouzioini Assez Bien
3249 CHAMSIA AHAMADI ALI 01/01/91 Moroni Passable
3275 DHAHARAALI 19/06/89 Mbambani Hambou Passable
3280 DHOIRNAMOHAMED 16/08/90 Hopital de Hombo Assez Bien
3290 DJALOUD SAID BACAR 01/05/91 Moroni Assez Bien
3332 FAHAD DJIBABA 20/10/90 Moroni Passable
3340 FAHEZANAANIA VIVIANE 01/02/90 Moroni Assez Bien
3369 FARIDAT OUSSOUFI 28/11/89 Ndrouani Bambao Passable
3390 FATMASOULE YOUSSOUF 11/12/91 Mitsamiouli Passable
3416 GHADA M. ABDALLAH AHMED 01/06/92 Domoni An. Passable
3423 HACHIM BOURHANI 30/12/89 Ouellah Mitsamiouli Passable
3434 HADIDJA MOHAMED MOGNE 02/02/89 Mitsamiouli Passable
3443 HADJI BOINA SAID 03/02/89 Nkourani Sima Passable
3448 HAFOUSSOI SOUDJA TOIYB 04/06/89 Mdé Bambao Passable
3450 HAIRAABOUBACAR SAID SALIM 07/12/90 Iconi Bambao Passable
3490 HADIDJAALI BOINA 25/01/88 Ntsoudjini-Itsandra Passable
3496 HOUFRANE HASSANE 13/09/90 Moroni Passable
3506 HUMBLOT TACHIRIFA 30/03/92 Moroni Assez Bien
3507 IBOUROI ABDOULKARIM 04/07/91 Hantsambou Passable
3511 IBRAHIM ASMA 06/12/91 Moroni Assez Bien
3515 IBRAHIM MMADI 16/12/87 Idjinkoudzi-Dimani Passable
3583 LATUFA MOHAMED ABOUDOU 05/05/90 Moroni Assez Bien
3627 MBARIKI ABASSE 24/06/90 Batou Passable
3632 MHOUSSINE MZE SAID 27/02/90 Moroni Passable
3638 MOHAMADI XIEERRUI 15/05/91 Chengdu Bien
3639 MOHAMED ABDALLAH 04/02/88 Mutsamudu Passable
3640 MOHAMED ABDALLAH KAMIL 16/03/92 Ouan Anjouan Passable
3641 MOHAMED A. HASSANI NAFAYI 30/08/91 Moroni Passable
3650 MOHAMED ATHOUMANI 12/08/83 Bangoi-Hambou Passable
3684 MOUAAINI YOUSSOUF 26/10/90 Moroni Passable
3688 MOUHIDINE ASSINE 17/10/88 Domoni Passable
3692 MOUNIR MOUSSA 15/07/88 Ntsoudjini Itsandra Passable
3705 MOUSTAKIM M. CHANFIOU 01/02/88Gnadomboeni Passable
3710 MROUDJAE BOURHANI THANY 05/04/87 Moroni Passable
3715 NABILA HODHOAER 29/03/91 Mté de Moroni Passable
3748 NAILA SADJI 29/06/88 Moroni Passable
3778 NAWALE ABDALLAH SALEH 07/06/91 Moroni Passable
3794 NOURAINE CHEIKH SALIM 03/03/91 Moroni Assez Bien
3796 NOURDATY IBRAHIM 03/12/90 Dzoidjou Badjini Ouest Bien
3822 OUSSOUFAABDOU EL-MADJID 03/06/89 Singani Passable
3823 PATIARAYOUSSOUF 10/04/90 Chouani -Hambou Passable
3829 RADJAB MZEMBABA 14/08/89 M'vouni-Bambao Passable
3830 RADJABOU OUMMI THAMARATI 05/03/92 Moroni Passable
3833 RAFIOU HASSANI DJAE Vers 1987 Mtsangadjou D. Passable
3837 RAHAMAIBRAHIM BACAR 09/12/87 Itsinkoudi Oichili Passable
3852 ROUEIDA MOHAMED MATTOIR 25/12/91 Moroni Passable
3854 ROUKIA SAID 23/04/88 Moroni Passable
3857 ROYIDAT HASSANE 24/10/90 Moroni Passable
3865 SAANDI KAMAL 29/10/90 Vouvouni-Bamabo Passable
3870 SABRINAAHMED 28/05/87 Domoni Passable
3875 SAID AFIATI 22/01/87 Mavingouni Passable
3879 SAID A. ELKABIR IBTISSAMA 28/03/90 Moroni Assez Bien
3880 SAID ALI NIHADE 11/09/90 Moroni Assez Bien
3888 SAID H. CH. SOILIHI NIHLAT MARIAM 10/05/91 Moroni Assez Bien
3891 SAID M. CHAMOUINE SAID 09/09/85 Tsidjé Itsandra Passable
3902 SAID SALIM ABDOU 14/12/91 Chouani Passable
3912 SAKINA MOHAMED DJALIM 01/01/86 Ouellah M. Passable
3917 SALIM DJOUMOI 07/04/87 Hetsa Hambou Passable
3918 SALIM ISSAAHMED 26/06/88 Tsidjé Itsandra Passable
3929 SALWAT MOHAMED YOUSSOUF 09/10/89 Moroni Passable
3935 SANIA H. MOHAMED EL-AMINE 15/10/90 Moroni Passable
3947 SITTI ANZZA BINTABDALLAH 30/01/91 Moroni Assez Bien
3982 SONIA MAOULIDAALI MZE 07/02/91 Moroni Passable
3993 SOULTOINE ABDOU 01/06/86 Itsoundzou B/Est Passable
4012 TOUFAHAYOUSSOUFA 26/04/90 Moroni Passable
4018 WAHIDA DJALA M. HOUMADI 02/10/91 Moroni Assez Bien
4019 WALIDATAMINA BINDJAD 11/02/91 Chezani Passable
4045 YOUSSOUF WARDAT 22/01/91 Moroni Assez Bien
4071 ZAKARIA DEL-KADER 07/11/89 Moroni Passable
4121 ABDOU ABDALLAH NAZARATI 28/08/88 Moroni Passable
4131 ABDOU LATUFOU ALI MZE 05/07/90 Mdé Bambao Passable
4149 ABDOUL-ANZIZ IBRAHIM HASSANI 08/08/87 Oussivo Passable
4151 ABDOULATTUF M. MOUTU 16/03/90 Mdjoiezi Hambou Assez Bien
4169 ABDOURAHAMANE DAOUD 19/10/89 Hantsambou Passable
4199 ADAMOU ZAITOUNE ZAIDE 01/05/92 Ntsoudjini Passable
4236 AHMED IBRAHIM 10/05/88 Mdjankagnoi Assez Bien
4247 AHMED YOUSSOUF 04/05/86 Ouhozi Mitsamiouli Passable
4248 AHMED YOUSSOUF 19/09/87 Toyfa Assez Bien
4253 AICHAAHAMADA 05/11/89 Sima Itsandra Passable
4380 ANSUME MOHAMED 24/03/91 Itsandra-Mdjini Passable
4442 AZALI MOUSTOIFA 04/02/89 Mté de Moroni Passable
4451 BADRICHE ISMAEL 13/04/90 Maternité-Moroni Assez Bien
4453 BADROUDINE ABDALLAH 31/01/82 Malé Badjini EstAssez Bien
4459 BALDDINE MOUSSA 25/05/89 Moindzaza Djoumbé Passable
4524 DAIANTI MRADABI 28/05/90 Nioumamilima Assez Bien
4533 DHOIFIR SAID SALIM 02/04/89 Nioudzaha Bambao Passable
4534 DHOIFIROUDINE AHAMADA 15/04/87 Maternité-Moroni Passable
4549 DJAMALABDILLAH 22/06/90 Mutsamudu-Anjouan Passable
4613 FAHAD SAID ALI 06/02/92 Mté de Domoni Passable
4625 FAHARIA HASSANI 07/11/87 Maternité de Moroni Passable
4702 FATOUMAAHAMADA Vers 1988 Nioumadzaha Bambao Passable
4730 HACHIM MAMAR EL-KADAFI 31/12/90 Chouani -H. Passable
4733 HACHIMIAT MAOULIDA 02/06/88 Moroni Passable
4786 HAIRIA DJAOUHARI 05/10/89 Moroni Assez Bien
4848 HITAMI MOUSTOIFA 14/04/88 Koimbani Oichili Passable
4851 HOUDJATTE MOUNIR 23/03/91 'Ouzioini Passable
4869 IBRAHIM ABDILLAH 19/09/85 Maternité-Moroni Passable
4877 IBRAHIM ASSOUMANI23/10/88 Maternité de Moroni Assez Bien
4886 IBRAHIM MOUSSA 22/11/88 Bangoi Kouni Passable
4891 IBRAHIM SAANDI 03/08/86 Mohoro-Badjini Passable
4894 IBRAHIM SAMRA 02/07/90 Mdjoiezi-H. Passable
4918 ISMAEL MOHAMED TAKI 08/08/88 Maouéni Assez Bien
4997 LOUTOUFIA SAANDI HAMADI 03/09/87 Tsidje Itsandra Passable
5089 MATAAN-Y HASSANI Vers 1987 Nioumadzaha B. Passable
5131 MOHAMED AHAMADA CHANFI 17/04/83 Domoni Adjou Passable
5136 MOHAMED ALI MHOUMADI 16/06/87 Nioumadzaha B. Passable
5288 NASMAT SAID ALI 21/05/85 Gnadomboeni Passable
5315 NASSURDINE HOUSSOUNALI Vers 1983 Nioumadzaha B. Passable
5348 OMAR SAIDOU 29/10/90 Moroni Passable
5401 ROUBANI HANAFI KAAMBI 16/08/90 Moroni Passable
5422 SAADIA TABIBOU 20/09/86 Moroni Passable
5439 SAENDA S. MAJANI 13/07/90Boueladoungou-An. Passable
5447 SAID ABDOU SOILIHI 16/09/90 Bandamadji Kouboini Passable
5452 SAID ALI SAID HACHIM 26/05/90 Mitsoudjé -H. Passable
5473 SAID MOHAMED TABIBOU 20/10/90 Bangoi -H. Assez Bien
5489 SALIM MOHAMED IDAROUSSE 19/07/88 Moroni Passable
5502 SAMBAOUMA HAMIDOU RAFIOU 17/12/89 Moroni Assez Bien
5504 SAMHATI ABDOULBAR Vers 1987 Chomoni-Oichili Passable
5595 THAOUBANE MRADABI 07/05/89 Nioumamilima Badjini Passable
5606 TOILHATA SAANDI Vers 1987 Mvouni Bambao Assez Bien
5614 TOUFEILI SAIDOU 26/05/88 Moroni Passable
5624 WARTHATI HAMIDOU MMADI 26/10/88 Oussivo H. Passable
5629 YASSER AHAMADA 08/04/89 Mandza Passable
5656 ZABAH ABDOU 21/08/89 Moroni Passable
5734 ZOULAIHATA BINTI AHAMADA 24/12/90 Moroni Passable

Série C

5738 ABDALLAH ISMAEL SAID 12/01/88 Moroni Assez Bien
5740 ABDOULHALIM ALI S. ASOUMANI 10/09/90 Moroni Bien
5751 BEN DJA-BIR MBAE HAMIDOU 29/09/89 Mbéni Assez Bien
5754 DJAMAL MOHAMED 07/08/91 Tsinimoichongo Passable
5756 ELHAD MOHAMED SOILIHI 18/04/91 Nkomioni H. Bien
5758 FAKRI MZE HAMADI 05/02/86 Maternité de Mbeni Passable
5759 HACHRAANDHUME 10/09/91 Tsembehou Anjouan Assez Bien
5760 HADADI SOILIHI 12/12/91 Ouellah Mitsamiouli Passable
5761 HADJI ABDOU SOILIHI 21/07/89 Mdjoiezi H. Assez Bien
5765 ISLAM AHAMADA 19/09/89 Batsa Mitsamiouli Assez Bien
5769 MAALOUMI SAID IBRAHIM 12/08/90 Seleani Passable
5771 MOHAMED A. DJAE 03/10/90 Ouella Mitsamiouli Bien
5774 MOHAMED HASSANE 06/10/88 Djongoé Mboudé Assez Bien
5775 MOHAMED MMADI ABDOU 06/07/88 Mbeni Passable
5779 MOURCHIDI AHAMADA 10/10/86 Nkourani Sima Passable
5781 NADJIBE ABDOULKARIM 01/09/87 Mohoro Passable
5782 NASSER KAMARDINE 05/05/92 Moroni Bien
5786 RASMIAT BINTI MAAROUF 24/11/89 Moroni Passable
5788 SAANDI MAOULIDA 30/06/89 Nioumadzaha Bambao Assez Bien
5789 SAID ALI SAMIR 25/08/91 Moroni Bien
5792 SOILIHI HALIDI Vers 1992 Bimbini Anj Passable
5793 THAEMBATI A. TOILIBOU 12/01/89 Bimbini Anjouan Passable
5796 YOUMNAMOHAMED ABDOU 07/08/90 Dembeni Passable
5802 ABDOURAHIM SOILIHI 26/06/90 Mbéni Passable
5803 ABDOUROIHAMANE ELMAALOUME 04/10/90 Mdjoiezi H. Passable
5804 ABDULLATIF CHAKIRA 06/04/89 Mbeni Passable
5806 ADHOUHOURI AHMED 28/12/90 Ouellah M. Passable
5807 ADINANE YOUSSOUF 23/04/91 Mohoro Badjini Est Passable
5811 ALFAKIHI AHMED SAID ISMAIL 25/01/92 Mbéni Assez Bien
5812 ALI FAISSOIL 14/06/90 Moroni Assez Bien
5813 ALLAOUIA SAID MOHAMED 10/10/90 Tsidjé Itsandra Passable
5816 ANFANE ABDOU 14/03/89 Koua Mboudé Assez Bien
5817 ANFIFOU ATHOUMANE 29/01/87 Itsinkoudi Assez Bien
5824 DJOUNAIDI TOYBOU HAMADI 08/04/87 Tsidjé Itsandra Assez Bien
5825 FAISSOIL IBRAHIM AHMED 28/03/89 Nairobi Passable
5828 HACHIM SAID HAMADI 05/03/92 Mbambani-H. Assez Bien
5830 IBRAHIM ABDILLAH ALI Vers 1988 Bouni H. Passable
5831 IBRAHIM ALI SOILIHI 06/09/89 Moroni Passable
5835 KASSIM HAMADI 12/07/87 Nioumadzaha M. Passable
5838 MADI SOILIHI MOHAMED ZAWAL 15/04/91 Mitsoudjé Assez Bien
5840 M'MADI ABDOU ALI 07/07/88 Milevani Passable
5843 MOHAMED CHANFIOU MZAOUIANI 04/04/90 Mbeni Assez Bien
5845 MOHAMED EL-DJAWAD BEN SAID 12/11/90 Ouzia Assez Bien
5847 MOHAMED MOUNAIM AMIRI 08/05/89 Mitsoudjé Passable
5849 MOHAMED MZE MBABA 22/04/90 Salimani H. Passable
5850 MOINAHADIDJAAMINI MBECHEZI 24/03/90 Mbeni Passable
5852 MZE M. A. FAASSOURAHAMANE 03/08/91 Chouani H Passable
5854 NASSABIA OMAR HAMADI 11/11/89 Mbéni Passable
5855 NASSERDINE M. MMADI DAOUD 18/12/88 Ntsaoueni Assez Bien
5856 NASSUHOUDINE YOUSSOUF 15/09/88 Mbeni Passable
5857 NASSURDINE AHMED BEN ALI 01/08/90 Itsandzeni Passable
5859 RAHAMATA MOUSSA 11/10/88 Gnadombeni Passable
5860 RIDJALI MOHAMED 09/12/89 Chamlé Mboudé Passable
5864 SAID ANTOISSI SAID IBRAHIM 03/09/91 Mitsoudjé Assez Bien
5865 SAID AZALI AHAMADA 23/03/91 Ntsoralé Passable
5868 SERNA ISMAILAHAYA Vers 1989 Moindzaza Mboini Assez Bien
5871 SOILAHOU DINE YOUNOUSSA 22/11/90 Iconi Bambao Passable
5872 SOILAHOUDINE SOIDIKI 09/01/90 Moroni Passable
5873 SOULAIMANE AHMED 15/06/89 Dzoidjou Badjini Passable
5878 YOUSSOUF AHAMADA 15/10/89 Pidjani Domba Passable

Série D

5887 ABDEREMANE YAHAYA 20/03/90 Moroni Passable
5892 ABDOULHAKIME ALI AHAMADA 31/12/91 Ouellah M. Passable
5894 ABDOURAHMANE ABI ELBARAKATI 18/04/91Hasseindjé Passable
5896 ABOUDOU SOEFO NADJMA 27/06/92 Moroni Assez Bien
5903 AHMED A. SAAND YOUSSOUF 21/04/91 Moroni Passable
5907 AKINE ABDALLAH 25/07/91 Moroni Passable
5928 ANISSE IKBAL 03/09/91 Moroni Passable
5930 ANLIYAT YOUSSOUF 02/08/87 Tsidjé Itsandra Passable
5943 BAIDANE YOUSSOUF 04/04/89 Ifoundihé Chamboini Assez Bien
5945 BEN YACKOUTT BEN YOUSSOUF 10/06/90 Sima Passable
5946 BIADILLAH ABDOU 30/05/91 Nioumachoi Passable
5948 CHAFIKAABDOU ISSA 09/03/91 Moroni Bien
5953 DAOUDAA. ABDOURAHIM 14/12/88 Domoni Badjini Passable
5961 DJASSIM IBN MAAROUF 25/01/91 Hombo Passable
5962 EL-KATIB MOHAMED ABDOU 07/03/91 Moroni Assez Bien
5969 FAKIHI MOHAMED Vers 1985 Boeni Bambao Passable
5972 FAOUZAANDJIBOU ALI 01/02/91 Moroni Assez Bien
5973 FARHIA SAID MOINDJIE 04/06/90 Itsinkoudi Oi. Passable
5989 HADIDJAAHAMADAMMADI 28/12/90 Moroni Passable
5998 HASSANI DJOUMOI 31/03/87 Moroni Assez Bien
6001 HIKMAAHMED 23/08/92 Moroni Assez Bien
6010 INZLAT MOHADJI ISSA 10/03/92 Moroni Bien
6011 IRCHAD AHMED 03/01/91 Moroni Passable
6013 JEANNOT HASSANE ALI TOILHAT 25/07/89 Vouvouni-B. Passable
6019 KELDI MELINDA 24/04/92 Ouani Anjouan Passable
6045 MOHAMED ANSUMOUDINE 01/04/91 Domoni Badjini Passable
6056 MOHAMED MOUDHUIR ALI 07/08/87 Koua (Mboudé) Assez Bien
6057 MOHAME OUBEID MOUTHANA 13/03/90 Moroni Passable
6068 MOUHTAR IDAROUSSE 10/11/92 Ntsoudjini Assez Bien
6069 MOUHTARE ABDOU 16/06/88 Moroni Assez Bien
6077 MOUSTAFA MOUNTAZ 27/05/91 Moroni Passable
6081 MUNGIMUR MUABI LAURETTE 21/02/92 Moroni Passable
6082 MZE HAMADI NAÏMA'L-NOUR 16/11/92 Moroni Assez Bien
6088 NAÏMANE MOHAMED ABDALLAH 12/10/91 Moroni Passable
6103 RAHAMATA SAANDI 08/10/89 Moroni Passable
6117 SAID HALIFA MBAE 18/02/90 Ouroveni Badjini Est Passable
6123 SAID OUMOURI 10/01/92 Miringoni Moheli Passable
6131 SANYA MADI AHAMADA 11/10/91 Djoiezi Moheli Passable
6132 SIHAME B. SAID ABDALLAH 04/10/91 Moroni Passable
6137 SOILIHI ABDOULKARIM 03/01/92 Oussivo Passable
6138 SOILIHI ALI ACHICALI M'MAZA 10/12/90 Ouzioini Passable
6139 SOILIHI DJAWAD 07/01/92 Ouzioini Passable
6148 TOUROUKI ALI 03/04/90 Mandzissani Passable



Centre de Moroni
Série D


6157 YOUSSOUF SAID ABDOU 08/04/92 Hetsa Hambou Passable
6167 ZAKI SAID ALI MAURICE 29/06/87 Dzahani II Assez Bien
6180 ABDOU RAHIM IBRAHIM 15/09/85 Moroni Passable
6188 ABDOULLATUF MAOULIDA 05/04/91 Dembeni Assez Bien
6209 ALI SAID 01/06/89 Mté Elmarouf Passable
6228 ANCHOURA MOUIGNJ HAZI 15/04/90 Moroni Passable
6267 CHAÏMA IMAMOU NOURDINE 26/04/90 Moroni Passable
6281 ELMIHDHOIR IDAROUSSE 01/07/90 Moroni Passable
6293 FARAY ABOUDOU 23/08/91 Moroni Passable
6308 FAZALI DJOUMOI 11/08/88 Dembeni B/oust Assez Bien
6309 HABABI MISTOIHI 04/05/90 Moindzaza Mboini Passable
6331 HASSANI SOULE 03/04/88 M'vouni-Bambao Passable
6332 HATUBOU FATAH TOIHIR ALI 1 7/11/86 Mohoro Assez Bien
6347 IBRAHIM HAMADA Vers1987 Mkazi Bambao Passable
6354 IBRAHIMA MLIVA 15/09/89 Panda Badjini Ouest Passable
6363 KOURACHIA SAID H. MAOULANA 15/10/90 Moroni Passable
6380 MARIAMA MHADJI M. SAID 08/08/91 Hantsindzi Passable
6391 MHOUMADI SAÏFI 14/06/93 Mdé Bambao Passable
6411 MOHAMED DJAE 30/04/89 Nioumailima -Mboinkou Passable
6412 MOHAMED FAOIZE M. ABDOULBAK 12/04/89 Mbeni Passable
6424 MOHAMED MOUSTAFID M. 17/11/92 Ouani-Anjouan Passable
6443 MOUZNAT ISSOUF SAID Vers 1991 Séléa -B. Passable
6444 MURTADHA ISMAEL 05/08/90 Moroni Assez Bien
6458 NASSUR IBRAHIM 28/05/86 Mbangani Passable
6459 NASSURIA ALI SAID 21/01/88 Vanadjou Passable
6464 OUFFRANE SAID ALI 29/07/92 Mitsamiouli Passable
6479 SAID ABDOU 01/01/88 Mkazi-Bambao Passable
6482 SAID ALI ABCHIR 17/01/92 Moroni Passable
6508 SOILAHOUDINE ALLAOUI 02/09/90 Moroni Assez Bien
6510 SOULAIMANAALI 06/06/89 Mavingouni Bambao Passable
6512 SOUMAIYAALLAOUI 02/09/90 Moroni Passable
6516 TADJIDINE CHANRANI 30/10/88 Moroni Passable
6536 ZAKARIA MISTOIHI 06/03/92 Moindzaza Mboini Passable
6540 ZENOULABIDINE BEN AHAMADA 28/11/89 Moroni Passable

Série G

6555 ANOUOIR ABDOULWAHAB 02/12/87 Mdé-Bambao Passable
Sous centre de Ntsaoueni

Série A4

1860 ASSOUMANI IDRISSE 14/01/90 Douniani Mboudé Passable
1863 ATURIA ALI MDOIHOMA 30/12/86 Douniani Mboudé Passable
1878 DJESSE BEN ABDOU 13/11/89 Ntsaoueni Passable
1879 FAKRIDINE BEN M. MOINDJIE 14/04/88 Chamlé Passable
1915 MOHAMED OMAR ABDOU 26/12/90 Ntsaoueni Passable
1943 TACHIRIFA MSAIDIE 16/12/90 Ntsaoueni Passable
1945 TASSOUANT DAROUECHE 22/06/90 Djomani M. Passable
1962 ABDILLLAH AHAMADA 06/03/89 Ntsaoueni Passable
1978 AHAMADA MAALOUMI 12/11/89 Djomani M. Passable
1983 AÎCHA SABOUKI 10/11/86 Ntsaoueni Passable
1992 ALI MMADI BACAR 14/04/84 Irohe Oichili Passable
2029 ATHIMAR MOHAMED 06/12/89 Mitsamiouli Passable
2058 DJOHAR MZE AHMED 13/03/90 Moroni Passable
2067 FAHIMA IBRAHIME 13/05/90 Ntsaoueni Passable
2113 HANNAALI MOUDAHOMA 27/08/91 Moroni Passable
2114 HASSAN KAOU 16/03/89 Djomani Mboudé Passable
2232 NASSOR IBNOU AHAMADA DJAE 03/01/92 Djomani M. Passable
2290 SOILIHI ALI MANSOURI 20/12/89 Domoni Amboini Passable

Série D

2358 ABDILLAH AHAMADA 07/05/87 Koua Mboudé Passable
2360 AHMED MOHAMED MZE 12/07/91 Djomani Mboudé Passable
2363 ALI MOUIGNI AHAMADA 17/01/88 Chamlé Mboudé Passable
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans EDUCATION
commenter cet article
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 18:38
Nous venons d'apprendre que le Ministre de la Justice, de l'Administration pénitentiaire et des affaires islamiques, Miftah Ali Bamba, a rémis sa démission au Président de l'Union des Comores, Ahmed Abdallah Sambi. Cette démission intervient 36 jours après  sa prémière nomination à un poste de Ministre.

Selon des sources, il y avait une incompatibilité d'humeur entre Miftah Ali Bamba et certains membres du gouvernement qui n'arrêtaient pas de le critiquer. On lui réprochait entre autres d'avoir refusé de serrer la main de l’ambassadrice française, Christine Robichon, fraîchement nommée pour accompagner les familles des victimes du crash de l’A-310 de Yemenia airways, lors de son récent passage aux Comores.

Suite à cette démission, il y a maintenant deux postes vacants. Car le Ministre qui était chargé des télécommunications, Ahmed abdou fait partie des victimes du crash.

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)
Repost 0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 08:53

 

La question de Mayotte qui préoccupe beaucoup les comoriens figure bien à l'ordre du jour provisoire de la 64 eme séssion ordinaire de l'Assemblée Générale des Nations Unies qui s'ouvrira le mardi 15 septembre 2009 au siège de l'ONU contrairement à ce qui a été écrit ici ou là. On la trouve en fait sur la liste des questions rélatives au maintien de la paix et de la sécurité internationales sous la référence A/64/143.

Voilà une bonne nouvelle qui nous fait chaud au coeur. Nous imaginons déjà les préssions que le gouvernement Comorien doit subir en ce moment à l'extérieur et à Moroni.

Mais, nous osons espérer que cette fois-ci, le Président Sambi restera determiné jusqu'au bout sur le maintien de cette question à l'ordre du jour  comme il l'a été pour l'intervention militaire d'Anjouan ou la tenue du référendum constitutionnel. Comme quoi quand il veut il peut. Car le plus souvent, c'est à la dernière minute que la question disparait discrétement de la liste. 

Il est temps que les actes suivent les paroles. N'est ce pas, le Président Sambi lui même qui avait déclaré il y a quelques mois à l'issue du pseudo reférendum sur la départementalisation française de Mayotte qu'il fallait tout faire pour que la question de Mayotte revienne à l'ONU ? Des discussions bilatérales hypochrites entre le "nadzi" - le coco - et le "bwé" - la pierre aboutiront à rien pour les Comores et les comoriens. Il parait que "nadzi ka shindrana na bwé" - entendez par là - "le coco ne peut pas affronter la pièrre. Surtout quand celui ci veut le faire en catimini.

Si nos vieux sages étaient encore là pour nous apprendre d'autres vérités !

Trompe l'oeil, quand tu nous tiens, ne nous fais pas trop mal aux yeux.


Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)




Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans MAYOTTE
commenter cet article
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 10:31

 

Ambassade de
L'Union des Comores
En France

20, Rue Marbeau
75116 Paris
Fax : 01 45 02 17 40

Paris, le 25 juillet 2009
Communiqué 4 /AMB-UCF

De retour des Comores où il avait accompagné les proches des disparus du Crash du vol IY626 qui sont allés se recueillir auprès de leurs familles, l'Ambassadeur de l'Union des Comores à Paris s'est entretenu le jeudi 23 juillet dans son bureau de la Rue Marbeau, avec Christine Robichon, Ambassadrice française chargée des relations avec les familles des victimes. Suite à ces discussions qui ont portées essentiellement sur le volet juridique de l'accident, les deux diplomates ont convenu d'informer chacun de son côté, les proches des victimes sur ce qui suit:

1) Une information judiciaire pour homicide involontaire et complicité est ouverte aux Comores et une autre information judiciaire est en cours parallèlement en France. Les familles qui veulent se porter partie civile doivent se renseigner auprès de l'Ambassade des Comores à Paris, au ministère des Relations extérieures à Moroni ou selon les cas à la Cellule de crise du ministère français des Affaires étrangères.
2) Par ailleurs, les familles résidentes en France qui n'ont pas les moyens de faire appel à un avocat peuvent solliciter l'accès à une aide judiciaire en se rapprochant des services compétents.
3) En attendant la fin des opérations de recherches des corps et leur identification, le gouvernement comorien a chargé son Ambassadeur à Paris d'entrer en relation avec les responsables de la Compagnie Yémenia pour faciliter l'établissement d'attestations nominatives de présence à bord. Document indispensable au stade actuel pour les démarches auprès des administrations et de toutes autres institutions (financières ou sociales) que comptent mener les familles au nom des disparus.
4) Le gouvernement comorien a par ailleurs donné son accord pour l'envoi d'experts en Tanzanie afin de participer à l'identification des restes mortels repêchés dans les eaux territoriales de ce pays voisin.
24 dossiers sont pour l'instant ouverts et pourraient donner lieu à l'établissement d'actes de décès par les autorités tanzaniennes une fois l'identification attestée.
Pour les autres cas, un jugement déclaratif de décès sera fourni par :
le tribunal de grande instance de Bobigny pour les disparus de nationalité française ou de nationalité comorienne résidant en France (la procédure vaut pour toutes les personnes de nationalité comorienne qui avaient leur résidence en France : que leur situation au regard du droit au séjour ait été régulière ou non). Pour ces deux catégories, les familles doivent prendre contact avec la Cellule de crise du ministère français des Affaires étrangères.
Les proches des disparus de nationalité comorienne sans résidence en France doivent se renseigner auprès des services de l'Ambassade des Comores à Paris.
5) L'Ambassade des Comores à Paris informe les proches des disparus qu'un bureau d'accueil sera à leur disposition à partir de la semaine prochaine à la rue Marbeau pour les aider dans leurs démarches.
6) L'Ambassadeur Abdallah Mirghane sera ce lundi à Marseille pour une nouvelle rencontre avec les familles des disparus. La rencontre est prévue à 18 heures au Consulat.
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans COMMUNIQUES
commenter cet article

Pages