Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 23:06

Source : site de Beit salam (présidence de l'Union des Comores)

Traduction du discours en langue nationale, prononcé à Mwali, le vendredi 1er janvier 2010, par le Président de la République.

— - PREMIERE PARTIE

Après l’introduction d’usage, les louanges à Dieu Seul et les bénédictions sur le dernier des Prophètes, le Président de la République s’est adressé à l’assistance en langue nationale en ces termes :


Honorables Ulémas, Educateurs de la population, Mesdames et Messieurs, Chers frères et soeurs, petits et grands et Chers enfants, Honorable Assistance,


Que Dieu vous garde, vous protège, vous honore et fasse de vous ses fidèles serviteurs dans ce monde et, lorsque vous retournerez vers Lui, vous compte parmi ceux qui heriteront de son paradis, s’il plait à Dieu.


Pour commencer, je ne peux que saisir cette occasion en or, pour souhaiter une bonne année à tous les Comoriens, aussi bien ceux qui sont dans les quatre iles que ceux qui se trouvent à l’extérieur. Pour vous tous qui êtes présents, je vous remercie pour vos voeux et je vous adresse à mon tour les miens, en priant Dieu pour que l’année qui commence aujourd’hui, soit une année fructueuse et bénie, qui rapprochera de nous les bienfaits qui sont lointains et qui fera sortir de terre toutes ses richesse cachées, et pour que nous soyions épargnés du malheur, de la zizanie et de la discorde.


Je voudrais ensuite saisir cette occasion en or, comme je l’ai fait à Ngazidja et Ndzouani après les élections pour vous féliciter pour les récentes élections qui se sont déroulées aux Comores. Approuvées par la communauté internationale, ces élections ont honoré notre pays et c’est une bonne chose. Les Comoriens ont démontrés à cette occasion, le degrès de leur maturité et prouvé qu’ils ont désormais fermé la page de la prise du pouvoir par la force. Dorénavant, toute personne désirant accéder au pouvoir, comme Président de la République, Gouverneur ou représentant, passera par la voie des urnes. C’est un honneur et une distinction. C’est une fierté pour nous.

En effet, nous sommes considérés comme faisant partie des démocraties. Les Comores sont comptés parmi les meilleurs élèves de la démocratie. Dans de nombreux pays de ce monde, des citoyens souhaitent en vain, avoir la chance de choisir leur gouvernants, avoir leur droit de vote. De nombreux pays de ce monde, non démocratiques, ignorent même la représentation populaire. D’autres ont des représentants désignés par le souverain.

Nous, Dieu merci, nous avons suivi la voie de la démocratie : si je suis Président aujourd’hui c’est pace que j’ai été élu en 2006 par la majorité des comoriens. Nous avons ensuite élu nos frères, hiers Présidents des Iles et aujourd’hui Gouverneurs. Personne ne s’est imposé par la force mais par le truchement du vote. Mohamed Ali Said a été élu à Mwali par les mohéliens, pas tous mais la majorité d’entre eux. C’est la démocratie. C’est la même chose pour notre frère Mohamed Abdouloihabi à Ngazidja, élu par une majorité des électeurs de cette ile. C’est la démocratie. Après la libération d’Anjouan, notre frère Moussa Toybou a été élu hier Président et aujourd’hui Gouverneur, non par tous les anjouanais mais par la majorité d’entre eux.

Mes frères, vous m’avez chargé en ma qualité de Président, de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour proposer et choisir ce qui me semble bon pour ce pays. Ayant alors fait le constat des conflits de compétences entre le pouvoir de l’Union et celui des îles, je vous ai demandé, vous comoriens, de modifier certaines dispositions de la constitution. C’est ainsi que par voie référendaire, la majorité des comoriens a approuvé des réformes que la communauté internationale a salués.


Récement encore et puisque nous sommes en démocratie, nous ne pouvions rester sans parlement représentant les citoyens, pour légiférer en leur nom. La démocratie c’est le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple. Il s’ensuit, que tout ce qu’entreprennent les élus, doit donc aller dans le sens des intérêtes du peuple. Voilà le sens de la démocratie.


Dans d’autres pays, la souveraineté est hériditaire : encore aujourd’hui, dans des royautés, le fils succède au père. Le souverain règne et légifère en même temps car il n’y a même pas de parlement. Le Souverain décide et impose ce qu’il veut. Il fait la pluie et le beau temps, que le citoyens soient d’accord ou pas.

Chez nous, nous avons fait le choix de la démocratie pour notre pays car nous avons connu les dictatures et les coups d’état qui ont fait reculer le pays et qui l’ont sali. Il fut une période où Comores étaient synonyme de Bob DENARD. L’image des Comores était ternie par les coups d’Etat, les assassinats de chefs d’Etat car la démocratie véritable était absente. Dieu merci, nous pouvons affirmer que nous sommes devenus de bons élèves à l’école de la démocratie.


Mes chers compatriotes, la démocratie est un espoir pour ce pays. Nous ne devons donc en aucun cas accepter que des gens, sous n’importe quel pretexte, remettent un jour celà en cause, pour nous imposer des dictatures. Il fut un moment pas si lointain où ce sont les militaires qui n’étaient pas des élus, qui nous gouvernaient après avoir fomenté des coups d’Etat : AZALI qui a eu un pouvoir issu d’un coup d’Etat, Mohamed Bacar qui régnait par les armes et Abeid et le séparatisme qui décidaient pour nous, sans mandat électif.


Nous devons donc nous féliciter aujourd’hui d’être parvenu à ce stade où tout prétendant au pouvoir, tout comorien qui veut être Président des Comores, doit savoir que ce pays a sa constitution, sa loi fondamentale, ses institutions, ses lois établies qu’ils doit respecter. que celui qui souhaite devenir Gouverneur ou député demain, remplisse les conditions exigées par la Loi et sache que les Comores ont banni les pouvoirs dictatoriaux. Que celui qui brigue un mandat fasse comme moi, comme Mohamed Ali Said ou comme les députés récemment élus. Si vous obtenez la confiance des Comoriens, c’est une bonne chose.


A ce propos, je voudrais répondre à certaines affirmations, même si je n’avais pas au départ, l’intention d’aborder les questions purement politiques aujourd’hui. Mais puisque des questions politiques ont été posées, je dois apporter des réponses politiques à ce qui a été dit. Toutefois, ,je voudrais d’abord remercier tous ceux qui ont manifesté leur confiance et cru en notre politique et qui ne sont pas peu nombreux. Il y a ceux qui disent que, puisqu’à Mwali, 3 députés sur 4 sont contre la politique de SAmbi, alors les mohéliens ne veulent plus de lui. Moi je ne crois pas à celà car ce n’est point la vérité et parce que je ne vois pas le mal que j’ai fait aux mohéliens ou à leur île pour que les mohéliens me rejettent. Un jour viendra, où vous saurez que, par Allah, j’ai toujours souhaité le bien de Mwali.


Je voudrais ainsi vous dire, qu’au vu des résultats, je n’accepte pas qu’il s’agit d’un désavoeu des mohélien à mon égard. Les mohéliens veulent de moi et m’aiment. Ils savent eux-même que j’aime Mwali et que je souhaite pour cette île plus de bien que certains qui se prétendent Mohéliens mais qui veulent en réalité anéantir Mwali, pour leur intérêts propres.


Mes frères, les élections qui ont eu lieu aux Comores et particulièrement à Mwali ont prouvé que nous sommes bel et bien en démocratie. Le fait que des opposants aient gagné en majorité, que des candidats du pouvoir qui affirment avoir été victimes de fraudes aient engagé et perdu des recours, est la preuve que la démocratie règne dans ce pays et c’est ce que j’ai voulu et que je souhaite. Je ne cherche pas à savoir si leurs recours sont justifiés ou pas puisque la Cour Constitutionnelle a tranché et désigné ceux qui ont gagné et ceux qui ont perdu. Rien ne m’a donné satisfaction, plus que le fait que les candidats qui avaient comme emblème le baobab ont été battus sans que personne ne vienne barrer des routes, bruler des pneux ou bloquer la circulation. Au contraire, ils se sont soumis au verdict de la majorité qui fait la Loi.


Ainsi lorsque j’ai rencontré la Ministre Kassim la première fois après les élections, je lui ai dit qu’il en était ainsi bien qu’elle ait toute mon affection et que j’aurais souhaité qu’elle représente les femmes, l’ile de Mwali et la Nation toute entière. Mais qu’y faire ? La première chose que je lui ai dite c’est qu’il s’agit de la démocratie. Or en démocratie, la majorité peut devenir minoritaire. Ainsi si une personne accepte aujourd’hui la démocratie parce qu’elle a gagné et la refuse demain si elle est vaincue, c’est qu’il n’est pas démocrate. La démocratie veut qu’on se plie à la volonté de la majorité. Certes dans un pays, les gens peuvent avoir des divergences et s’opposer en tout point mais ce qui est recherché, c’est qu’après, on se résigne à la volonté de la majorité. C’est celà qui est bien pour le pays.


A ce jour, nous sommes des élèves de la démocratie. Celà ne signifie point que tout est parfait ni que toute notre Constitution est parfaite. Si celà était dans mes possibilités, j’aurais bien voulu réviser cette constitution sur beaucoup de points. Mais lors du référendum, nous n’avons réformé que ce qui nous paraissait prioritaire. Je sais que dans quelques années, les comoriens comprendront la necessité d’autres révisions. Mais ce qui est essentiel c’est d’avoir admis que toute réforme, toute révision de la constitution ou d’une loi en vigueur dans le pays, se fera par la voie du vote, suivant la règle selon laquelle c’est la majorité qui fait la Loi. Une fois ce principe admis tout se passera bien. Refuser ce principe nous ferait revenir en arrière, à l’époque où d’autres systèmes non bénéfiques dirigeaient le pays. Refuser ce principe ternirait l’image positive que renvoyons au monde aujourd’hui.


Ainsi, je félicite une fois encore les Comores pour la tenue régulières des ces élections qui se sont déroulées dans la transparence comme vous avez pu le lire dans le communiqué des observateurs internationaux qui a qualifié le scrutin, Dieu merci, de globalement positif. C’est une fierté pour nous.


Après celà et puisque je me trouve à Mwali et parce que Ba Soilih a abordé la question à mon corps défendant, je voudrais en homme d’honneur, répondre à une question politique par des réponses politiques. Nombreux sont peut-être ceux qui voudraient savoir ce que je pense de la présidence tournante dont certains ont fait aujourd’hui un emblème.


Mes frères, je vous dis qu’il y a aux Comores, ceux qui croient à la tournante et les autres. Pour ma part, ,je fais partie de ceux qui croient à la tournante. Celà ne date pas d’aujourd’hui. Vous savez que lors de l’adoption de la constitution, d’aucuns n’y croyaient pas mais la constitution a été approuvée. Je pense, moi, que tant qu’il y aura des idées séparatistes, la tournante doit demeurer. C’est une façon de désarmer les séparatistes. Je crois ainsi à la tournante et, comme j’ai pu devenir Président grace à la tournante, je souhaite transmettre à un enfant de Mwali ce pouvoir comorien pour être exercé par Mwali. C’est mon souhait. J’y crois sincèrement.


Quant à savoir quelle date, 2012, 2010, 2012 2013 ou tout autre date, la réponse à cette question n’aura pas s réponse aujourd’hui et ne ne viendra pas de moi. Ce que je peux vous dire, c’est que je suis un démocrate. C’est la constitution en vigueur qui règlera la question.

N’oubliez pas que tout ceci a commencé quand je vous ai dit qu’il n’était pas normal que nous organisions des élections tous les ans dans ce pays. J’ai été élu en 2006 ; en 2007 il y a eu des élection à Ngazidja et Mwali. Celà necessitaient des financements. En 2008 nous avons organisé les élections de Ndzouani. En 2009 nous devions organiser les élections législatives. En 2010, devraient avoir lieu les élections présidentielles, conformément à la constitution. En 2012, nous devrions recommencer le cycle avec les élection de Mwali et Ngazidja et en 2013, celles de Ndzouani. Il s’ensuit qu’il y a des élections tous les ans. Je vous ai dit, mes frères que celà n’était pas normal. Je vous ai demandé d’accepter que nous harmonisions ces élections puisque les mandats ne sont pas les mêmes et que les uns ont un madat de quatre an tandis que d’autres ont des mandats de cinq ans. Je vous ai alors fait cette proposition. Déjà, d’aucuns disaient que le Président Sambi veut prolonger son mandat d’un an ou deux pour rester au pouvoir. Mais puisque ma volonté était d’harmoniser les mandats et regrouper les élections, nous avons entamé des discussions, Mohamed Abdouloihabi, Mohamed Ali Said, Moussa Toyb et moi-même tandis que les partis politiques engageaient des pourparlers à Moroni, pour parvenir à un consensus. L’unanimité s’est vite faite autour du principe de l’harmonisation mais les divergences sont apparues sur la date, chacun ayant une durée pour son mandat. Pour ma part, j’avais un mandat de quatre ans.


Je vous demande donc un peu de patience pour que je vous explique ma position sur cette question et vous donne ma réponse. J’avais donc un mandat de quatre ans lors de mon élection. Les Présidents ou les Gouverneur avaient des mandats de cinq ans. Par conséquent mon propre mandait prenait fin en mai 2010 tandis ceux de Mohamed Ali Said et Abdouloihabi finissait en 2012 et alors que celui de Moussa Toyb n’arrivait à son terme qu’en 2013. Chacun aurait voulu accomplir le terme du mandat qui lui a été confié. Aucun accord n’est sorti des discussion, chacun défendant sa position. Je l’ai dit et celà n’était un secret pour personne. Les journaux en ont parlé.


Ainsi, je me suis rendu compte qu’aucun consensus ne se dégeait sur la date des élections. Car il ne s’agissait pas de prolonger ou d’écourter un mandat mais bel et bien de fixer une date pour regrouper les élections. Or à partir du moment où la durée des mandats n’était pas la même, il était inéluctable que les conséquences de cette harmonisation aboutisse à une prolongation ou à une réduction du délai des mandats. Voilà le fond du problème. Faute de consensus, que falllait-il faire puisque nous étions en démocratie ? J’ai alors proposé de laisser aux citoyens le soin de trancher sur cette question. Le référendum a donc eu lieu.


Ici, je voudrais donner une indication pour montrer que mon intention n’est pas de m’éterniser au pouvoir. Par Allah le Tout-puissant, Dieu sait que je suis conscient des responsabilités qui sont les miennes. Or je souhaite avoir l’agrément de Dieu avant le votre. Je prie pour que Dieu m’accorde de quitter ce pouvoir avec son agrément. Par conséquent mon désir n’est pas le pouvoir mais le bien du pays, aujourd’hui et demain.


Si vous ne l’avez pas oublié, rappelez-vous que le Petit livre vert portant loi référendaire, proposait dans sa première version, que le mandat du Président de l’Union qui passait de quatre à cinq ans s’appliquait pour le président en exercice, en l’occurence AHMED ABDALLAH MOHAMED SAMBI. Mais dès qu’il a été dit que je souhaitais ainsi prolonger mon mandat - demandez aux membres du Gouvernement et aux magistrats - j’ai immédiatement demandé que cette disposition soit retiré du projet. Or, si cette disposition étaient maintenue et adopté comme telle, j’aurais pu en toute légalité accomplir mon mandat de quatre ans plus un. Mais dans ma volonté d’appliquer les règles démocratiques, et souhaitant que toute réforme ait l’approbation de la majorité des comoriens, j’ai demandé le retrait de cette proposition.


Egalement, lorsqu’il a été proposé que l’Assemblée ait la décision sur la question de l’harmonisation, j’ai préféré que ce soit plutôt le congrès qui vienne trancher, sachant que cette décision aurait comme conséquence soit une diminution soit une prolongation de la durée d’un mandat. Je savais que les majorités sont plus difficiles à atteindre dans un congrès mais je voulais que toute réforme institutionnelle dans ce pays se fasse dans la légalité et la démocratie, selon la règle majoritaire. Je souhaitais donc que ce soit la majorité des élus qui ait le dernier mot dans le cadre d’un congrès qui inclut les conseillers des îles. Personne ne savait qui serait candidat et à fortiori qui serait élu. J’ai pourtant voulu que ce soit la majorité des comoriens par la voix de ses représentants au congrès qui vienne décider.


Ainsi, mes frères, je voudrais vous dire, que la tournante reste en vigueur et que nous qui détenons le pouvoir y croyons. Ainsi, la question qui se pose n’est pas de savoir s’il y aura tournante ou pas mais plutôt quand auront lieu les élections dans le cadre de l’harmonisation.

Je le dis aujourd’hui à haute voix, alors que je me trouve à Mwali que, par Allah le Tout-puissant, je me soumettrai à ce qui sera décidé par le congrès prévu par la constitution comorienne parce que c’est la démocratie. Voilà ce que je peux répondre. Que celui qui souhaite donc les élections en 2010, commence dès aujourd’hui sa campagne auprès des congressistes pour leur expliquer que les intérêts de ce pays résident dans une harmonisation en 2010. Que celui qui préfère 2011 aille le leur expliquer et fasse sa campagne non pas auprès de vous ou moi mais à ceux qui vont trancher sur la question. Que celui qui a une préférence pour une date fasse sa campagne. Moi je ne m’en mèle pas.


Lorsque je me trouvais à Anjouan avec les députés nouvellement élus, l’un d’eux m’a dit : "qu’en dites-vous, Monsieur le Président ?" Je lui ai répondu que je n’en dirai rien et que je ne donnerai aucune consigne. "C’est vous les responsables de ce pays qui devez dire où se trouvent son intérêt, aujourd’hui et demain. Voilà pourquoi vous avez été élu. Que celà ne vienne pas de moi. Vous savez parfaitement que la constitution comorienne a prévu le congrès regroupant tous les élus pour décider en dernier ressort, non pas sur la prolongation d’un mandat car d’aucun verront leur mandat écourté, si à la date fixé, leur mandat est encore en cours. Celà pourrait être ennuyeux pour eux mais il en est ainsi dans un vote comme celà a été le cas ici à Mwali dernièrement et comme il en sera lors de l’élection des maires demain. Les divergences existeront mais la majorité fait la Loi. Je m’en tiens à celà. Si un mohélien veut donc savoir mon point de vue, ma réponse est là. Je ne souhaite pas rester au pouvoir, ne serait-ce que 24 heures, sans le consentement des comoriens. Voilà pourquoi j’ai souhaité, non pas une décision du parlement seul mais la tenue du congrès qui, en plus du référendum, a le pouvoir de réviser la constitution.


Ainsi, mes frères de Mwali, ce que je peux vous dire, c’est de ne pas vous embarquer sur cette affaire au point d’en oublier le pays. Ce pays vient de loin. Nous venons de loin. Nous avons connu bien des troubles. Alors, aujourd’hui que nous sommes entrés à l’école de la démocratie, vous devez vous efforcer pour que les Mohéliens qui souhaitent le bien pour Mwali et des Mohéliens, soient toujours de la partie et évitent de se marginaliser. Vous qui avez été choisis par les Mohéliens pour rechercher ce qui est bon pour eux et pour tous les comoriens, vous ne devez pas rester à l’écart. Autrement vous pourriez perdre la chance qu’offre la volonté des comoriens de rester en démocratie.


Voilà pour ceux qui souhaitaient entendre ma réponse sur la question de la tournate abordée par Ba Soilihi. Je crois à la tournante. Quant à savoir la date, ce sont vos élus, réunis en congrès qui décideront de la durée des délais restant pour les mandats de Mohamed Ali Said, Mohamed Abdouloihabi, Moussa Toyb et Sambi. L’harmonisation des mandats et le regroupement des élections sont inéluctables. Quand ? Dieu seul le sait. les élus en décideront. Que celui qui souhaite voir triompher son point de vue entre en campagne dès aujourd’hui. C’est ce que la consititution en vigueur aux Comores a prévu, depuis le référendum auquel vous avez participé en masse. Toute révision, toute réforme institutionnelle se fera par les urnes.


Ainsi mes frères, le grand espoir de ce pays réside dans la démocratie et dans le respect des lois en vigueurs. Je comptais apporter ces réponse plus tard mais puisque la question m’a été posée à Mwali je donne la réponse à Mwali pour que vous connaissiez ma position sur la question relative à la présidence tournante. Je crois à la tournante mais ce sont vos nouveaux élus dans l’ensemble du pays qui en fixeront la date.


Nous espérons que la démocratie suivra son cours dans ce pays et que plus jamais, personne ne viendra nous imposer une dictature qui nous ferait revenir en arrière et qui remettrait en cause la confiance et la bienveillance que la communauté internationale a à notre égard. Nous sommes à l’école de la Démocratie et nous devons y rester.


Après, je voudrais, comme je l’ai dit aux élus à Ngazidja et Ndzouani, dire au député de la mouvance qui se trouve parmi nous que l’Assemblée de l’Union sortante a bloqué beaucoup de choses et freiné bien des iniatives. J’estime, qu’à partir du moment où beaucoup d’élus déclarent soutenir la politique en cours, que ces initiatives reprendront.

J’ai donné mes conseils aux députés élus à Ndzouani et Ngazidja et je le répète pour notre député ainsi qu’à tous les autres à Mwali, même s’ils sont absents, d’aider le Gouvernement, d’abord pour trouver un remède au mal qui ronge la Fonction publique...

A suivre .....


Pour voir la 2eme partie et la fin cliquez ICI
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans DISCOURS
commenter cet article
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 01:03

 

 

marche-medecins.JPGVous trouverez en cliquant ICI la copie de la lettre en date du 28 décembre 2009 adressée par la Section d'Anjouan du Conseil de l'Ordre au Président du Conseil National de l’Ordre des Médecins des Comores dont l’objet est la protestation contre l’agression d’un confrère. Il s’agit des " brutalités infligées à Docteur Abdallah Hamadi", chef du service Santé Mental de l'Hôpital de Hombo à Ndzuwani, par des militaires la semaine dernière à Sima dont nous vous avions fait part le 29 décembre dernier.

 

Dans cette lettre illustrée par des photos tristes, le Conseil régional de l’Ordre des Médecins d’Anjouan dénonce « l’agression barbare de Docteur Ahmed Abdallah », un médecin qui « n’a aucun lien ni de près ni de loin avec les événements politiques qui ont secoué  la ville de Sima. ». Celle-ci relate les conditions inhumaines et regrettables dans lesquelles « ce médecin connu par son caractère calme, poli, dévoué pour son travail et au service de la population » a été molesté avec sa femme « à coups d’injures et d’humiliations, à coups de bottes, à coups de crosses en présence de ses deux enfants de 4 ans et deux ans » et le pillage et le saccage de sa maison.

 

Le  Conseil régional de l’Ordre des Médecins d’Anjouan dénonce aussi « le comportement féroce et cruel des militaires vis-à-vis du corps médical » en précisant avec des exemples à l’appui qu’à Anjouan « les médecins sont régulièrement victimes du comportement primitif de ces militaires censés protégés les citoyens. ». C’est pourquoi, il demande au Président du Conseil de l’Ordre des Médecins de « prendre les mesures qui s’imposent pour que cette sauvagerie ne reste pas impunie » compte tenu de « la dangerosité de ces agissements dont les médecins d’anjouan sont fréquemment victimes. »   

 

marche2.JPGA noter qu’une marche a été organisée à Mutsamudu le 30 décembre 2009 (voir les photos) pour  soutenir Docteur Ahmed Abdallah (Ahamadi abdallah) et condamner « les actes barbares » des militaires.

 

 

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans SANTE
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 12:56

msirojou.jpgChers lecteurs, chères lectrices du Blog HALIDI-BLOG-COMORES

Chers proches

Chers amis

A l’occasion de la nouvelle année 2010 que nous venons d’entamer ce jour, je vous

(vous et tous ceux qui vous sont chers) souhaite mes vœux  de bonne santé et de

bonheur.  Que nos rêves deviennent réalité !

Halidi Allaoui
HALIDI-BLOG-COMORES

 

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans VIE DE VOTRE BLOG
commenter cet article
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 17:43

 

L'ordre national des médecins comoriens décide un arrêt de travail demain (mercredi 30 décembre 2009) en guise de protestation contre "les brutalités infligées à Docteur Abdallah Hamadi", chef du service Santé Mental de l'Hôpital de Hombo à Ndzuwani, par des militaires la semaine dernière à Sima pendant les événéments déplorables ayant suivi la proclamation officielle des résultats du deuxième tour des législatives. En effet, la population de cette localité contestant la défaite du candidat de l'opposition Mohamed Djanffar Msoili dans la 5eme circonscription s'était soulevée. Des barricades ont étés mises sur la route. Ce qui avait entrainé l'intervention brutale de la force de l'Ordre "pour rétablir l'ordre". Il y aurait même eu un mort et des maisons saccagées suite à cette intervention militaire.

Seules les urgences seront assurées.


"Des militaires sont venus m'enlever chez moi. Ils m'ont ensuite passé a tabac et m'ont relâché. J'ai trois cotes cassées" a déclaré aux médias le Dr Abdallah Hamadi hospitalisé à l'Hôpital El Maanrouf de Moroni.

ils ont saccagé ma maison et tout ce qui leur tomber sous la main avant de

s’en prendre à mon épouse et à moi”. “Ma respiration a été bloquée pendant quelques seconde et je me suis évanouie par la suite”. A t-il précisé.


selon le gynécologue à la maternité de l’El-Maarouf, le docteur Ahmed Abdou Chakour, ce que son confrêre a subi est inadmissile.

Ce que nous reprochons c’est le fait que le médecin qui avait crié son titre à ses agresseurs s’est entendu répondre : ‘on s’en fout des médecins (...) si le docteur Abdallah avait commis un quelconque acte illicite, il devrait être traduit en justice mais pas battu en présence de sa famille” a t-il raconté aux médias.

Halidi Allaoui
HALIDI-BLOG-COMORES

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans SANTE
commenter cet article
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 12:13

- Considérant la déclaration unilatérale de l’indépendance de l’Archipel des Comores composé des îles de Maoré, Ndzouani, Mwali et Ngazidja, du 6 juillet 1975 ;

- Rappelant l’admission des Comores aux Nations Unies, le 12 novembre 1975 ;

- Regrettant le déclenchement et les conséquences de la crise séparatiste dans l’île d’Anjouan ;

- Prenant en compte les accords d’Addis Abeba et d’Antananarivo sous les auspices de l’Union Africaine et en présence de toute la communauté internationale pour tenter de réconcilier les Comoriens ;

- Se conformant aux principes fondateurs de l’Union des Comores, notamment l’autonomie des Iles et la présidence tournante entre les Iles tous les quatre ans, acceptés par toutes les parties comoriennes et fixés dans l’accord de Fomboni du 17 février 2001 et dans la constitution de l’union des Comores du 23 décembre 2001 ;

- Réaffirmant que l'un des principaux objectifs du Nouvel Ensemble Comorien né du processus de Fomboni, est de promouvoir, de consolider et d'encourager l’Unité Nationale d’une part et d’autre part de préserver l’Intégrité Territoriale des Comores tout en créant les conditions nécessaires à la promotion de la démocratie et de l’état de droit aux Comores contre toute prise de pouvoir par la force et pour un développement équilibré des populations des Entités fédérées, composantes dudit Ensemble Comorien, sans distinction d’origine insulaire, de race, de sexe, de langue ou de religion ;

- Rappelant sa foi dans les droits de l'homme fondamentaux, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l'égalité de droits des hommes et des femmes aux Comores ;

- Désireuse de promouvoir le respect des principes contenus dans la législation nationale, dans l’Accord de Fomboni, dans la Constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001, dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, dans la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination, dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et dans la Déclaration sur l'élimination de toutes les formes d'intolérance et de discrimination, ainsi que dans d'autres instruments internationaux pertinents qui ont été adoptés sur le plan universel ou régional et dans ceux qui ont été conclus entre différents Etats Membres de l'Organisation des Nations Unies dont l’Union des Comores ;

- S'inspirant des dispositions de l'article 27 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques concernant les droits des personnes appartenant à des minorités ;

- Considérant que la promotion, la protection et la prise en compte des droits des personnes appartenant à des minorités nationales, contribuent à la stabilité politique et sociale des Etats dans lesquels elles vivent ;

- Soulignant que la promotion constante et la réalisation des droits des personnes appartenant à des minorités nationales, faisant partie intégrante de l'évolution de la société dans son ensemble et s'inscrivant dans un cadre démocratique fondé sur la légalité et l’équité, contribueraient au renforcement de l'amitié et de la coopération entre les populations;

- Insistant sur le fait que l’Ile Autonome de Mwali, partie intégrante de l’Etat comorien et Entité ayant joué le rôle principal et déterminant dans la résolution de toutes les crises comoriennes depuis l’accession des Comores à la souveraineté internationale et dont les conséquences auraient été la désintégration de la Nation Comorienne ou pire encore, le démembrement de la Fédération Comorienne, doit être respectée et sa dignité préservée ;

- Considérant que l'Organisation des Nations Unies ainsi que l’Union Africaine ont un rôle important à jouer en ce qui concerne la protection des minorités comme celle de la plus petite population des Comores, la population de Mwali ;

- Ayant à l'esprit tout le processus de Fomboni, les négociations difficiles, franches et directes entre les comoriens de Ndzouwani, de Ngazidja et de Mwali, mais aussi les humiliations subies depuis toujours par la population de Mwali, les provocations orchestrées contre la plus petite Entité des Comores, les frustrations vécues par tous les Mwaliens, qui résultent du dédain et du mépris à leur égard ;

- Tenant compte de l’apport capital ainsi que de l'important travail effectué par toute la communauté internationale notamment l’Union Africaine, la Ligue des Etats Arabes et l’Organisation Internationale de la Francophonie, pour soutenir et accompagner les comoriens dans toutes les phases du processus de Fomboni pour la mise en place des institutions nouvelles et des mécanismes démocratiques et équitables de gestion de l’Etat Comorien;

- Consciente de la nécessité d'œuvrer encore plus efficacement pour maintenir la concorde nationale et sauvegarder les principes fondateurs de la nouvelle Union des Comores, notamment l’Autonomie des Iles et la Présidence Tournante entre les Iles tous les quatre ans ;

- Constatant qu’en 2002 et en 2006 les Iles de Ngazidja et de Ndzouani ont organisé respectivement les primaires pour la présidence de l’Union des Comores conformément à la constitution de l’Union des Comores du 23 décembre 2001 et qu’en 2010 le tour revient équitablement à l’Ile de Mwali ;

- S’indignant de l’obsession de l’actuel Président Anjouanais de l’Union des Comores à vouloir humilier toute la population mwalienne sans défense pourtant pacifique et lui ravir son droit constitutionnel de participer d’une manière équitable à la gestion de l’Etat comorien, dans le seul objectif de s’éterniser au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel qui arrive à son terme en mai 2010;

- Se réjouissant du soutien indéfectible du Collectif Pour la Défense de la Démocratie aux Comores, diaspora comorienne en France pour le respect de l’accord de Fomboni ;

- Se félicitant des résultats des élections des conseillers de l’Ile de Mwali dont le pouvoir n’a obtenu que deux sur neuf conseillers et des députés de l’Union des Comores au niveau de Mwali dont le pouvoir n’a obtenu qu’un seul député sur quatre, qui traduisent éloquemment la détermination de la population de l’Ile de Mwali dans sa majorité, à s’unir pour défendre par tous les moyens ses droits constitutionnels au premier chef desquels la tournante en mai 2010 et l’Autonomie de l’Ile de Mwali ;

La population de Mwali demande aux élus de l’Ile Autonome de Mwali de :

1°) Ne pas prendre part au prochain processus législatif à tous les niveaux jusqu’à ce que les autorités nationales se prononcent d’une manière claire sur la tenue à Mwali en Avril 2010 des primaires pour la présidence de l’Union des Comores ;

2°) Ne pas participer aux travaux d’un congrès majoritaire pour les deux îles, dont l’objectif est de ravir l’Ile de Mwali son droit constitutionnel d’organiser les primaires pour la présidence de l’Union des Comores en Avril 2010 ;

Elle somme les populations des îles de Ngazidja et de Ndzouwani de :

1°) Manifester leur soutien à la population sœur de Mwali en se prononçant clairement pour le respect du contrat historique négocié et approuvé le 17 février 2001 à Fomboni, par toutes les parties comoriennes sous les auspices de l’Union Africaine et en présence de l’Organisation Internationale de la Francophonie, de la Ligue des Etats Arabes et de l’Union Européenne ;

2°) Prendre la mesure des dangers qui menacent l’unité et la concorde nationales en cas de violation des principes fondateurs de la nouvelle Union des Comores en se rappelant que si les droits des minorités nationales sont, concrètement, appliqués partout généralement sous la forme d’une décentralisation ou d’un fédéralisme, ils peuvent cependant converger vers le droit à l’auto-détermination en cas de leur violation ;

Elle conjure l’Armée Nationale de Développement ainsi que toutes les forces de sécurité de :

1°) Continuer à servir le peuple comorien dans le respect de la constitution des Comores, des principes républicains ainsi que de la législation nationale notamment des lois et règlements régissant l’Armée Nationale de Développement ;

2°) Garantir l’ordre public, les libertés individuelles et collectives ainsi que les droits des personnes et leurs biens sur toute l’étendue du territoire national ;

Elle implore la communauté internationale de :

1°) Jouer pleinement son rôle de garante de l’application de l’accord de Fomboni du 17 février 2001 dans le but de permettre à ce que le processus de Fomboni aille à son terme tel que négocié et approuvé par toutes les parties comoriennes ;

2°) S’impliquer encore davantage dans la résolution de la nouvelle crise politique, institutionnelle et inter-îles que les autorités de l’Union ont imposé aux comoriens.

Fait à Fomboni, place de la Réconciliation Nationale, le 26 décembre 2009

NB : Pour le suivi et la continuité du combat pour la dignité de Mwali, un Comité Pour la Consolidation de la Majorité (CPCM) à Mwali et dont le Bureau Exécutif est composé ainsi qu’il suit, est mis en place :

Président : M. Mohamed HASSANALY
Vice-président : M. Mohamed Saïd FAZUL
Secrétaire-Général : M. Hamada Madi BOLERO
Porte-parole : M. Saïd DHOIFIR Bounou
Secrétaire Chargé des Relations avec l’Extérieur : M. Abdoulhakim ALLAOUI
Conseillers : M.M.M. Abacar Hassane Ali, Saïd Omar, Archad Mohame
d

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans COMMUNIQUES
commenter cet article
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 00:21

Vous trouverez ci-dessous les provisoires du Second tour des Elections législatives du 20 décembre 2009 résultats rendus publics hier (mardi 22 décembre 2009)  par le Ministre de l'Économie Ahmed Hassane El Barwane Assurant l'intérim du Ministre de l'Intérieur chargé des élections:

Mwali

1ère Circonscription «Dewa»

Ahmed Daroumi (Mouvance) 53%

Ahamada alias Ali Madi Bolero (opposition) 46,15%

2e Circonscription «Msutruni»

 Abdallah Said alias Sarouma chabhane (opposition) 53%

 Mme Sitti Kassim Soufou (Mouvance) 46,70%.

 3e Circonscription «Djando»

 Abdou Djabir (opposition) 53,33%

Abdallah Madi (Mouvance) 46,67%.

4e Circonscription «Mlédjélé»

Bianrifi Tarmidi (opposition) 50,20%

Said Ali Dahalane (Mouvance) 49,80%.

Ndzuwani

5eme circonscription «Sima»

 Nourdine Fadhuila (Mouvance) 50,09%

 Mohamed Djanffari Msoili (opposition) 49,91%.

6e Circonscription «Mutsamudu 1»

 Mouhtar el-Had (Mouvance) 58%

 Abdou Sidi (Indépendant) 41,61%.

 7e Circonscription «Mutsamudi 2»

 Abdou Salami Abdou (Mouvance) 65,50%

 Ahmed Djanfar 34,50%.

 9e circonscription »cuvette«

 Mohamed Said Houmadi (Mouvance) 69,02%

Anli Attoumani 30,98%.

12e circonscription «Nioumakélé 1»,

Mohamed Attoumane (Mouvance) 63,96%

 Said Ali Mohamed à 36,04%.

13eme circonscription «Nioumakélé 2»

Nassim Ahamadi (Mouvance) 56%

Mohamed Soula  44,84%.

Ngazidja

14eme circonscription «Moroni-Nord»

Abdoulfatah Said (Indépendant) 53,58%

Ibrahim Mohamed Soulé (Mouvance) 46,49%

15eme circonscription «Moroni-Sud»

 Ahmed dit Moumini Janvier (Indépendant) 54,29%

Soilihi Mohamed Soilih (Mouvance) 45,71%.

16e Circonscription «Bambao»

 Alhadhur Ali (mouvance) 55,44%

 Mme Mariama Madi Mze (opposition) 44,56%.

17eme circonscription «Dimani, Oichili»

Djaé Ahamada (Mouvance) 62,91%

 Ali Mohamed Ali (indépendant) 32,09%.

18eme circonscription «Itsandra-» Nord

Hassane II Ali Tabibou (Indépendant) 52,40%

 Naoufal Boina (Mouvance) 47,60%.

19eme circonscription «Itsandra-Sud»

 Fahmi Saïd Ibrahim (Mouvance) 55,73%

Mohamed Said Hamadi (Indépendant) 44,27%.

20eme circonscription «Mitsamiouli-Mboudé»

 Ahmed Djaffar Mansoib (Mouvance) 53,77%

 Hamdi Mohamed dit Bongo (opposition) 46,23%.

21eme circonscription «Hambou»

Bourhane Hamidou (Mouvance) 52,42%

Ibrahim Soeuf Mdahoma (opposition) 47,50%

22eme circonscription «Hamahamet-Mboinkou»

 Mohamed Ali Soilihi (Mouvance) 55,77%

Hamidou Karihila (opposition) 44,23%.

23eme circonscription «Ouest Mbadjini-Ngouengué»

Ibrahim Ali Mzimba (opposition) 60,43%

 Ibrahim Mhoumadi Sidi (Mouvance) 39,57%.

24eme circonscription «Mbadjini-Est - Itsahidi»

Abdillah Yahya (Mouvance) 62,16%

Omar Tamou (opposition) Cloué à 37,49%.

Quelques observations:

-Ces résultats confirment Les premiers résultats que nous avions diffusés dimanche soir. - La grosse surprise est la défaite de Mohamed Djaanffar Msoili Dans la 5eme circonscription ! Toutefois, Il s'avère que des fraudes flagrantes y ont été constatées . Ce qui a entrainé un sérieux soulèvement populaire  dans la ville de Sima.  Des forces de l'ordre sont même dépêchées sur place. Compte Tenu de la popularité de ce candidat dans la région de shisiwani, il n'ya pas beaucoup de gens qui prennent au sérieux les résultats publiés concernant la 5eme circonscription .

 

- Nous venons d'apprendre que la Cour Constitutionnelle a confirmé ce jour (Mercredi 23 décembre 2009) ces résultats. Donc ils sont définitifs.


 -La Terre de Mwali ne Supporte Pas le baobab. Sur cette île, sur les quatre Candidats élus,  seul un élu est un candidat de la Mouvance. Etant donné que le Conseil de l'île est aussi acquis à l'opposition, cela veut dire qu'au Palais de Hamramba, il y aura six députés de l'opposition originaires de Mohéli. A titre de rappel, les Conseils des îles désigneront, chacun, 3 députés.

Outre, Les candidats de l'opposition élus à Mwali, Seul Maître Mzimba est issu de l'opposition. Tous les autres sont de la  mouvance présidentielle même si certains ont l'étiquette «d'indépendant».


-A Moroni, il est acquis que le baobab appartient à l'actuel directeur de la Dduane, "Kiki de La République" ou  "L'Enfant de la périphérie" Comme on le surnomme. En effet ses Candidats Ont battu les Candidats officiels de la mouvance dans les deux circonscriptions de la capitale. Un coup dur pour le Ministre Barwane et ses amis.


- Nous déplorons la defaite des deux femmes qui Participaient au 2ème tour. C'est la promotion du Genre dans NOTRE PAYS qui en patit.

 

Halidi Allaoui

Halidi-BLOG-COMORES

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans ELECTIONS
commenter cet article
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 20:41


Vous trouverez ci-dessous le communiqué de la Fondation Comorienne des Droits de l'Homme (FCDH) en date du 21 décembre 2009 sur le déroulement du second tour des éléctions législatives du 20 décembre 2009.
Sans commentaires. A vous de le faire sans modération
.
Bonne lecture

Halidi allaoui
HALIDI-BLOG-COMORES


FONDATION COMORIENNE DES DROITS DE L'HOMME (FCDH)

 

B.P. 310 Hapandré Mutsamudu Anjouan Union des Comores

fcdh_comores2008@yahoo.fr, riziki57@yahoo.fr, kaled_said@yahoo.fr, a_allaoui@yahoo.fr

Tel : 332 0829 / 334 0778 / 334 60 49

 

 

COMMUNIQUE

 

A la suite de la proclamation des résultats du 1er tour, un second tour des législatifs a eu lieu le 20 décembre 2009 dans les trois îles. Suite à cela, la Fondation Comorienne des Droits de l’Homme (FCDH) a effectué l’observation conformément au code électoral et aux termes du contrat de consultation qu’elle a signé avec le PNUD.  Comme au 1er tour, la FCDH a effectué sa mission d’observation dans les 3 îles.  


A cet effet, chaque section a réalisé l’observation dans son île respective ce 20  décembre 2009. 


Les observateurs de la FCDH ont travaillé en concertation avec leurs collègues de l’Observatoire des Elections et de la FECOSC ainsi que les observateurs internationaux dépêchés aux Comores par les partenaires bi et multilatéraux pour participer à l’observation des élections des députés de l’Union et des conseillers des îles autonomes.


A cet effet, 67 observateurs nationaux de la FCDH répartis en 30 observateurs à Ngazidja, 25 observateurs à Anjouan et 12 à Mohéli ont été déployés dans toutes les circonscriptions de l’Union des Comores. 


La mission nationale de la FCDH a observé 85% des bureaux de vote officiellement désignés dans l’ensemble du territoire. 


Ainsi, de l’ensemble des avis exprimés par les observateurs de la FCDH, depuis le déroulement du scrutin  jusqu’au dépouillement, la FCDH fait le constat suivant :

 

  1. Au niveau d’Anjouan

a)      Les préparatifs du scrutin sont effectués dans les normes à l’exception de l’acheminement tardif  de certains matériels essentiels dans quelques localités.

b)      A Dziani, à 10 h 45, le président du bureau de vote de Dziani 1 a voulu procéder  à un bourrage d’urnes mais il a été intercepté par les assesseurs. Ce qui avait entrainé une perturbation du déroulement du scrutin durant 1 heure de temps. Les opérations électorales ont repris après l’arrivée des observateurs nationaux de la FCDH. Ces derniers ont joué une médiation avec comme outil le code électoral.

c)      A Mranai I, II bis et III, certains électeurs détenaient des fausses cartes d’électeurs, souvent portant des noms d’hommes et vêtues de photos de femmes et vice versa. Ce qui avait entrainé des perturbations du déroulement du scrutin.  Bien qu’il s’agisse des cartes douteuses, le coordinateur  a autorisé l’admission de ces cartes.

d)     A Mramani III et Chiroroni I les présidents de ces deux bureaux de vote avaient délogé les assesseurs du candidat Mohamed Soula durant une heure de temps pour la simple raison qu’ils revendiquaient le rejet de toute carte douteuse.  

e)      En dépit de renforcement de la formation, un nombre important des membres des Bureaux de vote n’arrivaient pas à assumer leur mission correctement.

f)       Dans le quartier de Hamoumbou, vers 8 h 30 mn, des bulletins de vote circulaient dans des mains de particuliers ; Lesquels bulletins ont été remis au CTP de la CIE

g)      Des tentatives de corruption ont été effectuées à l’endroit de certains assesseurs. 

 

h)      Quelques actes d’intimidation ont été opérés à l’encontre des supporteurs du Candidat Ahmed Djaffar à Bandrani et de ceux de Mohamed Djaffar à Sima à la veille du scrutin du 20 décembre 2009

i)        Dans les bureaux de vote de Lingoni I, I bis, II, II bis, il n’y avait aucun assesseur de Mohamed Djaffar. Seul le Président assurait les opérations de vote. Le secrétaire était absent pendant que le primo s’était endormis.

j)        La corruption électorale des électeurs a été effectuée de manière patente sur l’ensemble de l’île d’Anjouan.

 

2. Au niveau de N’Gazidja

a)      La FCDH dénonce énergiquement l’acte du déchirement du laisser-passer et de l’humiliation pure et simple de ses observateurs par des éléments de l’AND dans la localité de Singagni et plus particulièrement au Collège de Singani.  

b)      Un nombre non négligeable de bureaux de vote n’ont pas ouvert à l’heure prévue par le code électoral, tels que Malé, Ouzioini …

c)      Certains bureaux de vote ont été installés dans des lieux non désignés officiellement tels que Mitsamiouli I bis BV n°177N bis

d)     Dans quelques bureaux de vote, les urnes n’étaient pas scellées correctement. Il s’agit de BV n°199N Djomani (Mboudé), 292N Sima I et 282N Hassendjé (Washili), n°049N Vouvouni I, n°234N Mhandani et n°247N Vanadjou (Itsandra) ;

e)      De nombreux bureaux n’ont pas bénéficié de la présence de forces de sécurité comme à Mnoungou BV n° 311N et Chezani, ainsi que tous les bureaux de vote de Mbadjini-Est. C’est à 18 heures qu’on a vu les forces de sécurité arriver. Dans le Mbadjini-Ouest les bureaux de Mlimani BV n° 103N et Makorani 110N n’ont pas également bénéficié de la présence de forces de sécurité ;

 

3. Au niveau de Mohéli  

a)      Dans la plupart des bureaux de vote, le secret de vote n’était garantie ni respecté et ceci sur instruction de la CIE. Un climat de tension prévalait dans certaines localités.  

b)      Les membres des bureaux de vote connaissent toujours des insuffisances. 

 

A cet effet, la FCDH déduit que les principes de la démocratie électorale n’ont  été appliqués  correctement. La corruption des électeurs était la méthode utilisée. Certains actes d’intimidations étaient commis à l’endroit de certains supporteurs des candidats d’opposition.

Ainsi, le scrutin du 20 décembre a connu des anomalies qui doivent être examinées minutieusement et prises en compte lors de la délibération notamment dans la circonscription de Sima et de Mramani ainsi que dans le Hambou surtout à Singani et Djoumoichongo où  nos observateurs ont constaté de graves anomalies.

Egalement la FCDH déplore l’attitude  du vice-président de la CENI qui a voulu saboter les missions nationales d’observation, sur le fait qu’il n’a pas voulu leur attribuer les laisser-passer. Après de multiples tractations, ceux-ci ont été octroyés tardivement. La FCDH a reçu les leur vers 19 heures et l’observatoire des élections vers 22 heures. Nous avons constaté que des individus non accrédités ont bénéficié de ces laisser-passer alors que les missions nationales d’observation ont été longtemps ignoré. Ce qui a perturbé leur travail. Cette attitude a été observé également à Mohéli où nos observateurs ont reçu les laisser-passer vers 22 heures également.

 

Enfin la FCDH adresse ses remerciements à tous les organes en charge des élections, et au Gouvernement comorien

Elle réitère ses remerciements à l’endroit des partenaires bi et multilatéraux non seulement pour lui avoir accordé un appui financier notable qui lui a permis de réaliser cette mission d’observation mais aussi pour avoir appuyé et accompagné ce processus électoral si important pour les Comores.

 

 

Fait à Mutsamudu, le 21 décembre 2009

Pour le Bureau National Exécutif

Le Secrétaire Général

 

 

 

 

KALED Saîd

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans COMMUNIQUES
commenter cet article
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 23:46

Selon le journal Al balad, dans son édition du 21 décembre 2009, la compagnie Yemenia Airways devrait reprendre ses vols Paris – Moroni - Paris (via Sanaa) dès le mois prochain. Celle-ci était contrainte de suspendre ses vols  à destination de Moroni Suite à la pression et au boycott de certaines associations de la diaspora comorienne en France après l’accident de son appareil A 310 du 30 juin 2009  ayant fait 152 morts. A noter que jusqu’à ce jour, nous ignorons la (ou les) cause (s) de l’accident.

Halidi Allaoui

HALIDi-BLOG-COMORES

Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 23:00

A propos des Comores, de tout et de rien

et pour un 2010 de tous les possibles sous le volcan

 

Avis à ceux qui n’étaient pas au courant ! On réhabilite Humblot et Pobéguin dans nos îles avec la complicité des hommes de science. A force, la colonisation devient une affaire positive. Nos cadres se ruent à Mamoudzou, sur le lagon, en quête d’un boulot, prétextant le manque de considération, ailleurs, en France ou aux Comores indépendantes. A Moroni, on crée des associations d’indigènes, du type France-Comores Echange, pour protéger les intérêts français. On salue même la générosité de Monsieur l’Ambassadeur, sollicitée sur la Place de France, pour des projets sans réelle portée dans l’économie nationale. Sans doute pour contrer l’offensive arabe que le président Sambi est seul à prétendre contrôler. Des « arabes » qui paient avec une monnaie de singe, le sieur Bachar Kiwan n’étant en réalité qu’un rabatteur pour des investissements en eaux profondes, un rabatteur sachant cependant compter sur ses rétro-commissions pour tenir bien droit sur ses pattes. Raison pour laquelle on multiplie les promesses du lendemain. Car il va sans dire que demain nous serons mieux qu’aujourd’hui…

Cela n’a l’air de rien, mais le constat est là, bien là. Nous vivons dans une bulle, à l’intérieur de laquelle nous feignons de pouvoir gommer, par un simple jeu d’évitement, la complexité d’un monde qui se refuse à notre droit à l’existence. Nous fermons les yeux sur la réalité rampante, et à chaque mauvais coup reçu, de petits malins s’en ébaubissent comme au premier jour de leur vie, oubliant qu’ils sont complices d’une opération de déstructuration d’archipel à grande échelle. Que la France continue à déconstruire le pays en profondeur, à le miner de l’intérieur, bien qu’elle n’affiche plus son gros appétit, nous le savions. Nous le savions d’autant plus qu’ils sont encore nombreux parmi nous à lui tendre la main dans l’indignité et le déni. Une suite à l’inconvenable situation fabriquée en ces îles par la patrie de Humblot depuis plus d’un siècle. Situation due aux multiples renoncements de l’élite comorienne. Un ramassis d’hommes de mains  de seconde zone, à double discours, et pour qui mentir aux compatriotes, et agir contre leurs intérêts, est synonyme de fortune personnelle. A se demander, parfois, si ces hommes, choisis ou autoproclamés parmi les meilleurs d’entre nous, se rendent bien compte de ce qu’ils sont devenus, des fossoyeurs ambulants.

Certes, Dieu lui-même ne nous dégringole pas encore sur le paletot, mais cela ne saurait tarder. Ce qui ne nous interdit nullement de parler de ces autres fronts sur lequel l’élite comorienne brille par son absence, sauf lorsqu’il s’agit de brosser le poil d’un nouveau maître sur nos terres. En short-list, au bout de la ligne d’horizon, il y aurait ces richesses minières, récemment annoncées par le président Sambi. Il y aurait les hôtels en développement, du groupe Gulf Holding, et le contrôle des marchés portuaires, validé par l’Etat de l’Union. Il y aurait cette emprise financière, sur les médias et les esprits, qui se concrétise chaque jour, un peu plus. Il y aurait le blanchiment d’argent que l’on supputerait, dans les coulisses de la coopération entretenue avec nos cousins d’Orient. Il y aurait cette affaire de citoyenneté, revendue à plus offrant, au Koweït, à on ne sait qui. Il y aurait ensuite la revente d’une partie des télécoms nationales pour trois fois six sous, avec plus value pour un homme du sérail présidentiel, ou encore ces négociations en cours pour le contrôle des dessertes aériennes pour le compte du vice-président. Se renier n’est pas chose simple, mais nos derniers gestes en politique, contraires au destin d’un peuple aspirant à sa liberté, n’auraient pas que Mayotte française comme instrument de mesure, désormais. Il y aurait aussi le facteur dit « arabe ».

L’ennemi, et ses visages multiples, ne manquera pas, en nous écoutant, d’affirmer que nous sommes d’éternels mauvais esprits. Car nous sommes parmi ces rares comoriens qui s’oppose, au progrès, promis par des représentants de fonds d’investissement dont nous ne maîtrisons pas les courbes ascendantes. Comme nous avons toujours été retors à la générosité d’un pays ami, déconstruisant l’archipel depuis plus de 150 ans, sans la moindre concession. Dans nos délires, nous rejetons jusqu’à cette idée, nettement répandue dans l’opinion, d’une communauté d’étrangers, qui nous aimeraient plus que nous-mêmes. C’est vous dire ce qui choque dans nos attitudes au grand jour. Nous ne savons guère apprécier la valeur d’une main tendue, surtout lorsqu’elle se pique de perversité au quotidien. Ce qui n’échappe pas à notre ministre des affaires étrangères, qui aurait insisté récemment sur le mauvais esprit de ses concitoyens. Des concitoyens qui ne savent pas dire merci, y compris à Sambi, qui a tellement fait pour protéger la souveraineté menacée de son pays depuis sa prise de Beït-Salam. A en croire ce bienheureux ministre, nous passerions notre temps à lister nos petits malheurs, en rejetant la faute aux autres, à la France, à Bachar et à sa clique, en n’oubliant d’interroger la nôtre, de responsabilité. Qu’avons-nous fait qui nous autorise à dispenser telle ou telle autre leçon à ceux qui trahissent l’intérêt général dans ce pays ? Il n’a pas tort, Monsieur Djaffar. Nous n’avons absolument rien fait. Mais promis, Monsieur le ministre, une fois n’étant pas coutume, nous allons nous livrer séance tenante à un rituel d’auto-flagellation dans les règles. Encore faut-il savoir ce que cache ce « nous » à visée fantasmatique. Qui est ce « nous » possiblement affabulateur ? Une difficile question, à laquelle nous répondrons traîtreusement, en nous camouflant derrière une bannière unique. Une bannière qui, grâce à nos tours de passe-passe honnêtes, n’exposera le nom d’aucune personnalité en particulier. Une bannière qui, néanmoins, concernera tous ceux en qui le peuple espère ou espérait pour sa survie. Nous parlons là de cette fameuse élite comorienne en panne de projets depuis le temps de feu Mbae Trambwe.

Etat des lieux consternant, c’est le moins qu’on puisse dire, nos faiblesses, nos incapacités, nos manquements, remplissent plusieurs pages d’écriture dans l’histoire de la renonciation. Renonciation à la dignité, s’entend ! Rappelons-nous de la période la plus récente. Celle qui se situe avant le 6 juillet 1975. L’élite, cette élite, à laquelle nous nous devons d’appartenir pour la circonstance, ne travaillait alors que pour celui qui l’avait formé, nourri au fouet et au mépris, c’est-à-dire pour le colon. On ne pouvait rien n’attendre d’elle, ce qu’on peut aisément comprendre en notre époque néolibérale. Nous faisions alors amis-amis avec l’ennemi, et ne fabriquions pas de cachoteries. Après le 6 juillet 1975, examen de conscience aidant, nous dûmes par moments jouer aux patriotes intermittents, avant de montrer assez vite que nous pouvions œuvrer contre nous-mêmes. Si l’on excepte la période soilihiste, un accident de l’histoire avec un grand « A », le tableau reste noir de monde. La faute à nos présidents qui se sont fourvoyés, avec l’ennemi sans prendre la moindre précaution d’usage. A nos intellectuels, qui ont cessé de penser, en croyant réussir une ascension sociale au royaume des traîtres. A nos cadres, qui ont déserté l’intérêt général, en voulant se transformer en winner à cercle restreint. La faute à « nous » ! L’élite ! Car nous avons failli à tous les étages. Mais aurions-nous eu envie de lutter contre le désastre engendré dans ce paysage insulaire que l’on nous aurait déjà tous abattu. Nous ne ferons d’ailleurs la leçon à personne, pas même au ministre Djaffar des Affaires Etranges, qui, fidèle à la tradition, fléchit sans compter son opinion sur l’intégrité physique de l’archipel dans cette guerre sans nom, et à la suite de laquelle le peuple comorien se morfond dans une cage. En deux mots, notre destin privatisé, au nom d’intérêts qui échappent à l’entendement du peuple, pose clairement la question de la responsabilité, non pas collective, mais de l’élite.

A quoi auront servi en effet les années de privations de nos vieux parents, si nous, nous continuons à insulter l’avenir ? Ils nous avaient envoyé sur les bancs d’école, en espérant nourrir des lendemains meilleurs. Mais des années de rouerie politique, en faveur du plus fort, nous ont appris à nous assoir sur leur destin. La loi de la jungle, qui est la seule qui donne tort au plus faible, sans discuter, a permis d’établir une oppression sans fin, qui a aliéné jusqu’aux lignes de défense de nos cerveaux. Notre fragilité au combat est manifeste. L’élite comorienne dans son ensemble s’est désengagée de sa réalité depuis le 19ème siècle, parce qu’elle a eu peur de la complexité d’une guerre, menée d’abord à coup de ruses, ensuite avec des armes d’une rare efficacité, allant du kalash de chien de guerre au visa de Consul pour Marseille. Au passage, l’économie du plus fort nous aura brisé jusqu’à l’échine, non pas parce que nos adversaires, au visage terriblement changeant, savaient battre leurs cartes mieux que personne, mais plutôt (et surtout) parce que nous leur avons servi de petites mains. Comment appelle-t-on un homme politique qui se met au service d’intérêts contraires à son peuple ? Il est facile de parler de Bachar ou de pointer du doigt sur Humblot & Cie, qui ne sont que des vilains protagonistes d’une histoire autrement plus complexe, dans laquelle notre pays est programmé pour servir de paille à des puissances d’argent constituées dans l’ombre. Mais si nous retournions, ne serait-ce qu’une fois, le miroir dans l’autre sens, nous verrions bien que nous héritons d’une place de choix dans l’échelle des responsabilités. Nous y avons largement contribué, aux rêves de défaite finale.

Dans le rapport de force, de fait institué, ne s’en sortent que ceux, parmi nous, qui ont compris que la main qui étreint, mieux vaut la baiser, pour ne pas succomber, au front. Le président Abdallah, en se coltinant les chiens de la France sous les tropiques, s’est ramassé sous un tombeau. Avant lui, le sultan Said Ali, jouant au marathon avec l’ennemi, contre le sultan M’safumu notamment, s’est mordu les doigts sous la terre de Tamatave. Ayant pris conscience de la complexité de cette bataille, la majorité des membres de notre élite nationale a su raison garder depuis, en se mettant d’office (et toujours) au service du plus fort, et en faisant sienne les efforts de l’usurpateur Andriantsouli. Voulant paraître plus docile aux yeux de l’ennemi, ce dernier, qui s’est retrouvé à Mayotte par hasard, a cédé la quatrième île contre une rente de 1.000 piastres. Ton bonheur immédiat, même s’il est usurpé, contre celui de tout un peuple. Plus tard, nous verrons que pour construire l’alternative, Ali Soilihi choisira de miser sur le petit peuple, plutôt que sur l’élite. Il était, conscient, lui, du fait que cette élite n’était instruite que pour servir de petits intérêts, avec la bénédiction de ceux qui tirent la grosse ficelle du pouvoir dans nos îles. C’est devenu une vérité scellée dans le marbre : ceux qui devraient nous montrer le chemin vers l’espérance, sont ceux qui traficotent avec l’ennemi aux multiples visages ou qui l’ont soutenu dans son entreprise. « C’est l’habitude qu’à le peuple de la servitude qui explique que la domination du maître perdure » écrivait La Boétie. Nous, nous reprenons sa phrase, mais en mettant le mot « élite » à la place de « peuple ». Car toute notre intelligentsia est passée maitre en compromissions de toutes sortes, au contact d’intérêts extérieurs au pays. Elle manque surtout de se projeter dans une destinée commune, à l’inverse du mongozi, qui avait le culot de dire « non » à l’écrasement, en prenant l’histoire, la grande, à témoin.

Il y a comme qui dirait un malaise. L’élite corrompue, oublieuse de l’intérêt général, incapable de formuler un projet de société complexe, est prête à brader les bijoux de famille, tant qu’elle arrive à s’en sortir, au détriment du grand nombre. Il arrive que ça dégénère, bien sûr. Les plus ingénieux paniquent et quittent le pays, à la manière des rats sur le navire. Ils affirment alors, et contre toute attente, que la situation économique est insoutenable, avouant préférer un destin de migrant fragilisé aux misères faites à ce peuple, leur peuple. Les moins ingénieux, eux, restent sur place, et construisent des villas de carton pâte. Tapant le basmati du grand-mariage, sur des 4x4 rutilantes neuves, ils deviennent pour la plupart consultants, soit pour des ONG au cahier de charge improbable, soit pour des bailleurs de fond sans scrupules. Si vous en connaissez quelques-uns qui n’entrent pas dans ce schéma, nous serions ravis et honorés de les connaître. Vous n’oublierez pas, s’il vous plaît, de nous passer leurs coordonnées. Car tout le monde nous donne l’impression à présent de baisser les bras. Nous, comme les autres. Nous trouvons qu’il est plus facile de pactiser avec l’inacceptable que de vouloir imaginer un projet de société complexe, hors domination, et au travers duquel les Comoriens dans leur ensemble pourraient et voudraient se projeter. Est-ce parce que nous manquons d’adresse au combat, d’audace ou d’intelligence ? La mise sous contrôle permanent du peuple comorien est un fait qui ne se raconte plus sans détails affligeants. Nous, hommes politiques, cadres et intellectuels ne nous amusons plus qu’à détruire toute espérance en ces îles, jusqu’à la bouffonnerie. Cependant, il est une légende qui circule ! Lorsqu’un peuple abdique, il importe que l’acte de décès soit diffusé aux frontières, placardé sur les murs, et n’ayant pas encore vu le nôtre, de publié, nous nous inquiétons sérieusement. Comme si ce peuple, pour lequel nous nous interrogeons ici, se donnerait encore les moyens d’être de ce monde, d’être vivant. Une bonne nouvelle pour une décennie qui s’achève difficilement, nous direz-vous. Mais peut-être que 2010 n’est pas cette année de tous les possibles que vous essayez d’imaginer, en nous souriant. Qui sait ?

Collectif Komornet

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans OPINIONS DES AUTRES
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 22:25

 

 

 

Suite des résultats de la soirée. Il est 22 heures 15 (heure de paris) et 00 heures 15 (heure des Comores)

 

A Ngazidja :
Dans le Mbadjini
Ouest, Maître Mzimba serait élu

A Itsandra Nord, c’est Hassan 2 qui aurait battu Naoufal

Dans le Oichili, pas de surprise : le Ministre Djaé serait élu

Dans le Mitsamihouli, l’opposant Bongo Hamdi serait battu

Dans l’autre Mbadjini, l’ancien Ministre Omar Tamou serait battu.


On parle aussi d’une défaite de Mohamed Djanffar, candidat de l’opposition  dans la région de shissiwani à Ndzuwani. Si cette information se confirme, ce serait une des grandes surprises de la soirée.

 

A suivre.

 

                   

Halidi allaoui

HALIDI-BLOG-COMORES

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans ELECTIONS
commenter cet article

Pages