Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 21:08

 

Investiture-Ikilikou3.jpgComme c’était prévu Ikililou Dhoinine a enfin ( !!! ) prêté serment ce jeudi 26 mai 2011 avec ses trois vice-présidents, Fouad Mohadji, Mohamed Ali Soilihi et Nourdine Bourhane, au palais du peuple à Moroni devant les membres de la cour constitutionnelle. Il devient le 3eme Président de l’Union des Comores mais aussi le  premier Président des Comores originaire de l’île de Mwali pour un mandat de 5 ans.

Beaucoup de comoriens et plusieurs délégations étrangères (Chine, Quatar, Tchad, Australie, Tanzanie, Cuba….) ont  participé à l’investiture. Il y a même eu le chef d'Etat malgache, Andry Rajoelina qui a fait  le déplacement.Remise-de-drapeau-26-05-11.jpg

 

Nous disons « enfin » car certains comoriens, de bonne ou mauvaise foi - Il n’y a qu’eux qui le savent - continuaient à se dire et/ou à croire que cela n’allait jamais arriver. Car le Président sortant n’avait pas l’intention de décrocher !

 

Pourtant, Ikililou est en réalité fait par le Président Ahmed Abdallah Sambi pour ne pas dire qu’il est un pur produit de Sambi. Donc il était naturel et logique de le voir devenir Président de tous les comoriens ce jour. Le doute n’était pas permis. Mais quand on connait nos politiciens, cela parait normal.

 

En 2006, Beaucoup d’entre nous ont découvert Ikililou sur l’échiquier politique comorien quand le candidat Sambi l’a présenté comme étant un de ses candidats au poste de vice-président.

 

Personne n’osera contester que si le vice Président Ikililou a été candidat aux élections présidentielles de l’année dernière c’est tout simplement grâce au Président Sambi. Certains politiciens originaires de Mwali comme Oukacha, pour n’en citer qu’un seul peuvent en témoigner. On se souvient de leur réaction lorsqu’il a été désigné « unilatéralement » candidat.

 

Enfin, tout le monde sait que si Ikililou a remporté les dernières élections, c’est en grande partie parce que son « parrain » Sambi  n’a pas ménagé ses efforts dans tous les sens pour atteindre cet objectif.

 

Donc, c’est normal qu’il prête serment aujourd’hui étant donné que c’est ce que Sambi voulait et avait toujours promis.

 

Investiture-Ikilikou2.jpgQue c’est beau de voir les choses se passer dans de bonnes conditions.  Tout le monde est gagnant.

Que le mandat du nouveau président se passe aussi dans de bonnes conditions ! Comme cela, personne ne sera perdant et le pays sera le grand gagnant.

 

Investiture-Ikilikou.jpgNous présentons nos sincères félicitations au nouveau président et à ses vices présidents. Nous espérons vivement qu’ils pourront concrétiser leurs projets favorables au développement des Comores et au bien être des comoriens.

Amen.


Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 18:50

Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)

 

Comores /

Dernier conseil de ministres :

Sambi part en annonçant « des milliards dans les caisses de l’Etat »

 

Moroni, jeudi 26 mai 2011 (HZK-Presse) - Dans son l’ultime conseil de gouvernement d’hier, Sambi se félicite de partir avec une énième déclaration des Nations Unies qui reconnait les Comores comme quatre îles. Après les adieux à ses lieutenants, le président sortant annonce avoir laissé dans les caisses de l’Etat plus de 3 milliards de nos francs.

 

L’occasion n’a pas pu attendre, elle est prise dés sa racine. Dans son dernier conseil de gouvernement, le président sortant reconnait qu’il est évidant que dans la période ou « nous étions ensemble, il m’est arrivé que parfois, j’ai mal réagi par rapport à une requête d’un parmi vous. Mais puisque j’ai estimé non conforme à l’intérêt général, j’ai refusé », pense Sambi qui quitte le pouvoir aujourd’hui, avant d’ajouter que « je présente toutes mes excuses ». Le futur ex-locataire de Beit Salam remercie tous les membres du gouvernement avec qui il a travaillé durant presque 5 ans. « Parmi vous, il y en a qui ont fait 5 ans avec moi, comme d’autres viennent de nous rejoindre », dit-il hier matin en ajoutant qu’il les remercie en son nom et « au nom du peuple comorien ».

 

En présence de la presse, Oustath Sambi voulait profiter de cet ultime passage en tant que chef d’Etat pour adresser un message à la population comorienne. L’histoire de ce pays fait que si on quitte le pouvoir, « on laisse les caisses de l’Etat vide comme lorsque je suis arrivé ici », croit t-il. Et « aujourd’hui, mon gouvernement et moi annonçons aux comoriens que nous ne sortons pas de la même manière. Nous avons laissé quelque chose à la trésorerie publique », se gratifie le deuxième président du Nouvel ensemble comorien.

 

« Nous avons fait une bonne gestion. Nous vous laissons premièrement un « fonds d’équipement  qui a plus d’un milliard (1 593 949 820 fc). Je le dévoile mais les enseignants ne doivent pas réclamer cet argent à Ikililou car on pourrait bien l’utiliser et on ne l’a pas fait pour une bonne gestion des fonds publics », déclare Sambi qui n’a pas dérogé à la règle en parlant d’argent dans ses discours. Le religieux politicien poursuit en indiquant que « d’autres fonds appelé IPPTE sollicité à travers un programme du FMI à hauteur de 12 362 613 francs comoriens ».

 

Il y a le fameux projet habitat qui a 200 917 323 francs comoriens. Parmi l’héritage laissé à Iki, une aide budgétaire de 533 517 442 francs. Des fonds de la citoyenneté économique, il reste 86 707 155 francs comoriens. Il y a des dépenses communes de salaire qui font 353 030 660 francs et le fonctionnement des institutions de l’Union pour 44 598 852 francs. « Je voulais faire cette annonce pour que ça soit une leçon pour l’avenir. Je sais qu’il y a d’autres ressources mais cela rentre dans le secret d’Etat », conclut-il en priant pour « la paix dans le pays »

 

Ibnou Mouhammad

260511/ima/hzkpresse/6h00

Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 21:07

Mouigni-Baraka2.jpg(Mouigni Baraka Said Soilih)

 

 

(Anissi Chamsidine)

Anissi-Chamsidine.jpg

 

 

 

(Mohamed Ali Said)

Mohamed-Ali-Said.jpgComme c’était prévu, les trois  nouveaux gouverneurs des îles élus ont prêté serment aujourd’hui devant les membres de la Cour Constitutionnelle. Il s’agit d’Anissi Chamsidine à Ndzuwani, de Mohamed Ali Said à Mwali et de Mouigni Baraka Said Soilih à Ngazidja. Les cérémonies d’investiture ont eu lieu dans chaque île en présence d’une foule immense. Nous leur  présentons nos sincères félicitations et leur souhaitons bonne chance.


Nous espérons vivement que les nouveaux élus feront preuve de bonne gouvernance et de bonne gestion des îles  à la tête desquelles ils se trouvent.  Les Comoriens de chaque île ont surtout besoin d’une politique de développement, de bien être  et d’entente cordiale.


Nous espérons vivement que les nouveaux élus prouveront aux Comoriens et à tous les étrangers qui vont les observer que les Comores ont besoin des autorités qui savent collaborer étroitement pour le bien des îles et  des Comoriens. Qu’ils s’entendent entre elles mais aussi avec le Président de l’Union et ce dans l’intérêt de tous.


Nous espérons vivement que les nouveaux élus favoriseront une vraie politique de cohésion sociale et de fraternité entre les comoriens des différentes îles.


Il est temps de mettre fin aux conflits stériles et ridicules. Car nul n’en tire profit.


Halidi Allaoui
HALIDI-BLOG-COMORES

Repost 0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 22:47

Source : HZK Presse 

Dans une conférence de presse tenue à Moroni dans l’après midi du lundi, le porte-parole de la société HSS a dévoilé les projets du groupe, notamment la construction du port de plaisance de Moroni. Les 4 ports seront accessibles d’ici la fin de l’année 2012. La cérémonie de pose de première pierre sera organisée ce vendredi 20 mai.

 

Si tout va bien, le rêve de certains comoriens qui envisagent de travailler dans une île et dormir dans une autre, sera une réalité. « Ces investissements seront faits dans les deux ans à venir, c'est-à-dire d’ici la fin de l’année 2012 », annonce Ahmed Jaroudi, membre du conseil administratif de la société  HSS holding, dans une conférence de presse tenue à Itsandra. « On espère finir tout le projet et commencer les navettes inter-îles vers la fin 2012 », ajoute cet ex-numéro deux du groupe CGH de l’homme d’affaires franco-syrien Bashar Kiwan, avant de nuancer ses propos.

 

« Peut être ça va prendre un peu plus de temps. Cela dépend des éventuels problèmes qu’on va rencontrer durant la période de construction » dit-il. A l’en croire, il s’agit « de ports de standard international, avec des normes de sécurité. C’est une flotte avec une vingtaine de navires qui a coûté de 400 millions d’Euro pour faire quelque chose d’efficace et qui puisse servir le pays ».

 

Le groupe HSS qui est un groupement de plusieurs sociétés internationales a commencé à s’intéresser aux Comores depuis presque un an. Et dès la première visite dans l’archipel, les responsables de ce Holding étaient fascinés par les opportunités que présente le pays. « Nous avons constaté que les Comores ont manqué d’infrastructures, surtout au niveau du transport maritime parce que ce sont des îles », explique-t-il.

 

Il ajoute que « c’est très important de faire la liaison entre ces îles et faire des échanges aussi bien commerciaux ou qu’humains. Le projet a été présenté au gouvernement comorien à plusieurs reprises et il y a eu plusieurs discussions. Finalement aujourd’hui, on est prêt. Dieu merci », laisse entendre M. Jaroudi dans cette conférence de presse qui avait pour objectif d’étaler les projets de la société Hss. L’étude est faite pendant deux mois. Et il prévoit de construire 4 ports dans les 3 îles. 

 

Partir de Moroni à Anjouan, il suffit de prendre un billet pour la modique somme de « 7.500 francs comoriens pour un adulte et demi-tarif pour l’enfant », dixit Jaroudi en affirmant que le prix est fixé de manière à permettre que tout le monde profite de ce mode de transport. Car, poursuit-il, « ce n’est pas un port de plaisance, mais plutôt un port de passager qui signifie que n’importe qui peut acheter un billet ». Cette conférence s’est tenue au lendemain de l’arrivée à Moroni d’un premier bateau rempli d’une centaine de conteneurs destinés au chantier de HSS.

 

Curieusement, c’est le même nombre de ports que CGH avait annoncés en grande pompe en septembre 2009, avec pose de première pierre et implantation de chantier en présence du chef de l’Etat dans les trois îles. La durée des travaux était de 8 mois selon Ali Kazma, un des dirigeants du groupe. La remise de ces 4 ports secondaires de CGH était la contre partie de l’octroi de la licence d’exploitation de la Téléphonie par Twamaa Telecom.   

 

I.M. Abdou  HZK Presse

Repost 0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 22:39
   

 

 

La cérémonie de Maoulid organisée à Mutsamudu en hommage au Président SAMBI et aux nouvelles autorités a été l’occasion d’un important message à la Nation du Chef de l’Etat.

 

La cérémonie de Maoulid organisée à Mutsamudu en hommage au Président SAMBI et aux nouvelles autorités a été l'occasion d'un important message à la Nation du Chef de l'Etat.
Ils étaient tous là. Sans exception. C'est rare pour le souligner : les membres du Gouvernement, les Gouverneurs élus, le Président de l'Assemblée Nationale, les parlementaires, les directeurs des Services et des Sociétés d'Etat, tous, autour du Chef de l'Etat et du Président élu.
Quant à l'assistance, composée de notables venus de toutes les iles, y compris Mayotte, de milliers de citoyens, hommes et femmes, grands et petits, elle était là, exceptionnellement nombreuse, toute ouïe.
Car le Maoulid, bien que courant dans le pays, ne pouvait pas être le seul motif de ce grand rassemblement. « Vous vous demandez sans doute pourquoi, un Barzangui, le matin de surcroit ? Ça non plus ça ne s'est jamais vu » dira le Président de la République lui-même.
« Le Président SAMBI fera certainement une importance annonce à cette occasion » disait-on à travers le pays. Ceux qui le pensaient ont eu raison. L'annonce a été faite et elle est de taille.
En effet, le Chef de l'Etat, qui a pris la parole après la lecture traditionnelle des quatre premiers chapitres du maoulid et l'hommage au Prophète, ponctuée par les chants religieux, a d'emblée prévenu : « j'ai une très bonne nouvelle qui va vous réjouir. J'ai tenu à vous l'annoncer à Mutsamudu, la ville qui m'a vu naitre et qui m'a éduqué » a-t-il dit dès le début de son discours.
Entretenant volontairement le suspens, le Chef de l'Etat a longuement fait le bilan de sa gouvernance en matière de finances publiques et les résultats qui en ont découlé : le retour des institutions financières internationale, FMI et Banque Mondiale, le bon résultats obtenus auprès de la BAD dont la dette a été effacée pour conclure sur ce chapitre en ces termes : « j'ai été, et de loin, le Chef de l'Etat comorien, qui a le plus payé les dettes contractées par les Gouvernements successifs du pays depuis l'indépendance »
L'annonce tant attendu finira par tomber : « nous avons signé, le 4 novembre dernier, avec la Fondation Fatima basée à Dubaï, une convention portant sur un don de 2 milliard d'euros, soit l'équivalant de 33 ans du budget national, destinés au financement de nos infrastructures de base, sur une période de deux ans ».
Le Chef de l'Etat a longuement expliqué que cette importante somme, « un don et non une dette » a-t-il martelé, qui représente une bouffée d'oxygène inégalée dans l'histoire du pays « va permettra de financer le développement du système éducatif, des centres hospitaliers, des transports maritimes et aérien, des routes et de l'énergie propre ».
Il y a cependant des conditions, a-t-il prévenu, plusieurs et contraignantes, notamment celle-ci : les financements seront versés aux sociétés étrangères qui réaliseront ces infrastructures, au fur et à mesure de l'avancement des travaux.
Avant de terminer son discours, le Chef de l'Etat a lancé un appel à tous, notamment les nouvelles autorités et les cadres du pays, à aider le Président élu, Dr Ikililou DHOINE, pour réussir le développement du pays « qui n'a jamais eu autant de perspectives de progrès ».
Pour conclure, il a une fois encore remercié « tous ceux qui, en 2006, ont voté pour l'homme au turban vert ». « J'ai fait de mon mieux pour mon pays. J'ai certes commis des erreurs mais certainement pas des fautes » a-t-il conclu.

Source : Beit Salam

Repost 0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 20:32
   

COMORES : L’homme le plus vieux du monde pourrait être comorien

 

 

L'homme généralement considéré comme le plus âgé de la planète est, aujourd'hui, le Japonais Jiroemon Kimura qui a soufflé ses 114 bougies le 19 avril dernier. Il est monté sur la première marche du podium de la longévité après la mort de l'Américain Walter Bruening, lui aussi âgé de 114 ans. Pourtant, un vieux Comorien de Mitsamihuli connu sous le nom d'Aboudou Mtsashiwa, aurait dépassé le “supercentenaire“ du soleil levant. La preuve? Il a connu (et il se rappelle qu'il était alors encore “très“ jeune) la mère du premier président du conseil de gouvernement des Comores, feu Saïd Mohamed Cheikh, avant même que madame ne se soit mariée. “Je n'ai pas comme habitude de compter les années qui passent et de scruter les âges des autres, mais je sais que je suis de loin plus âgé que Saïd Mohamed Cheikh“. Une chose parfaitement sure : s'il était vivant, feu le président Saïd Mohamed Cheikh aurait aujourd'hui 107 ans, ce qui signifie que Aboudou Mtsashiwa en a plus.

Mais combien? Les Mitsamihuliens qui le connaissent parient sur les 120 ans. Mais continuons dans les preuves. “Quand j'avais douze ans, se souvient Mtsashiwa, j'étais atteint de la rougeole (belembe) et j'étais avec la grande sœur de Saïd Mohamed Cheikh, Moinahadidja Cheikh et nous étions transférés dans le village de fassi“. Mtsashiwa se souvient que l'on brulait jusqu'aux cases des personnes atteintes par cette maladie hautement contagieuse et que “le traitement était à base de noix de coco et d'aleovera (konyode)“.

Aboudou Mtsashiwa a consacré sa vie à la pêche et dit avoir vécu toute sa vie dans la ville balnéaire du nord. “C'est après mon hadj que j'ai cessé de travailler“, a-t-il confié. Actuellement, il passe l'essentiel de son temps entre la mosquée et la mythique place publique dite du “Mveridjuwu” de la ville. Ali Saïd instituteur de Mitsamihuli s'étonne qu'à son âge, l'homme “conserve encore intact ses sens et participe en toute conscience aux palabres“. Aboudou Mtsashiwa se rappelle du temps où la marée montait jusqu'à l'actuelle place publique et la poste, et soutient qu'elle aurait reculé au fil des années.

Pour l'instant son principal souci c'est d'avoir perdu ses dents ; même s'il trouve cela parfaitement normal : “Quand on est vieux, dit-t-il à ce propos, toutes les parties de votre corps vous font mal“. Aboudou Mtsashiwa n'a pas eu d'enfants et vit avec sa fille adoptive Fatima Aboudou. Il est connu pour sa méfiance de l'hôpital et des médicaments “moderne”. Le docteur Djabir Ibrahim explique cette vie exceptionnellement longue par l'alimentation à base de poisson et les vertus antimicrobiennes de la mer. “Une hygiène de vie saine, une bonne alimentation plus l'exercice physique sont reconnues comme le facteur commun aux hommes à expérience de vie élevée“.

Mais Le secret de la longévité record est dû selon des gérontologues à des prédispositions génétiques qui développeraient une immunité de fer, particulièrement résistante à la mort cellulaire. Aboudou Mtsashiwa n'est peut-être pas le détenteur du trône de la longévité chez tous les Comoriens que Dieu a fait, et il n'est éventuellement pas trop tard pour sauvegarder les connaissances de toute nature chez par ces personnes âgées qui s'en vont sans crier gare. Ainsi pourront nous démentir Ahamadou Hampatéba qui disait : “En Afrique, un vieillard ui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle“.

Toyb Ahmed

Repost 0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 11:07

Mbiou-2.jpg

DSCI2791.JPG

DSCI2792.JPG

Discussion.jpg

Mdadra-2.jpg

Tari-3.jpg

mziniyo.jpg

Danseurs.jpg

Halidi.jpg

Drapeau.jpg

Mdadra.jpg

visiteurs-de-l-expo.jpg

Toirab.jpg

DJ-Loukman-avril-2011.jpg

wadaha-2.jpg

Tarimans.jpg

Discours.jpg

Chamanga--Abdallah--Ainou--Halidi--Sabasse.jpgChigoma.jpgDSCI2776.JPGChamanga--invite-de-la-journee.jpgMbiou.jpgKandza.jpgcomediens.jpgcomediens-copie-2.jpgDSCI2797.JPGAbacar-et-Charabine-copie-1.jpg

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans PHOTOS
commenter cet article
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 10:28


Littérature. Le premier roman en shikomori a vu le jour à Mutsamudu

Un évènement culturel de taille s'est déroulé à Mutsamudu, à la Bouquinerie dans le quartier de Habomo le samedi 30 avril dernier. Il s'agit de la présentation dans le cadre de l'émission “Livres à palabre“ produit par l'Ortc, du premier roman publié en langue comorienne et écrit par Mohamed Nabhane, un agrégé d'Arabe, enseignant à Mayotte. Ce livre a bénéficié de la précieuse collaboration de Ahmed Chamanga, enseignant chercheur à l'Institut des Langues Orientales à Paris et éditeur (Komedit) qui fait un travail remarquable pour la promotion de la langue comorienne au niveau de la grammaire et de la graphie du comorien, en caractères latins.

Une première dans l'émission “Livres à palabre“, celle-ci s'est tenue en langue comorienne devant un parterre de Mutsamudiens et de Mutsamudienne, des proches ainsi que d'autres amoureux de la culture venus de Wani, Mirontsi, de Moya et d'autres coins de l'île. Mohamed Nabhane, l'auteur a répondu aux questions de l'animateur de l'émission. Il a expliqué qu'il a choisi d'écrire ce premier roman en langue comorienne non seulement parce que c'est sa langue affective qui a porté son histoire dans ses tripes pendant si longtemps mais aussi pour réhabiliter la langue du colonisé par rapport à celle du colonisateur. La langue du colonisé du fait même de la logique de domination et d'étouffement inscrite dans toute colonisation a toujours été considérée comme inapte à véhiculer quoi que ce soit : la beauté d'une image poétique et encore moins les concepts d'une pensée philosophique.

Dans le droit fil des positions de Ngugi Wationgo, cet écrivain Kenyan qui en réaction à la négritude et la francophonie continuatrice de la domination de la langue française, écrit désormais en kikuyu seulement, Mohamed Nabhane vient de se lancer dans la bataille linguistique contre l'hégémonie du français et sa position réputée inattaquable.

L'auteur de Mtsamdu Kashkazi Kusi Misri, vient de donner ainsi un exemple de possibilité d'expression et de création littéraires pour les multiples talents qui existent en langue comorienne mais qui n'osaient pas s'extérioriser à cause d' un complexe d'infériorisation de leur langue savamment, distillé par le système colonial et reprise par les systèmes néocoloniaux dominants en Afrique lesquels font croire qu'en dehors de la langue française, point de salut. Mtsamdu Kashkazi kusi Misri est un roman autobiographique qui raconte les péripéties d'un voyage aventureux, de Mutsamudu au Caire en passant par la Tanzanie, le Kenya, l'Uganda, et le Soudan. L'auteur y était accompagné de son père, son frère et son cousin. Vues à travers les yeux d'un petit garçon de 11 ans et raconté par lui, ce voyage extraordinaire nous plonge dans l'univers de l'enfance avec son émerveillement et le grossissement des détails qui échappent souvent aux adultes.

Pour nous convaincre voici un passage du livre qui décrit la découverte de la faune du continent : “wakati ibisi yalawa, randrisa hulawa umuji wa Darsalama hungia mpaharoni, randrisa hona uzuri wa libara la Tanzani. Randrisa huvira mbeli vwa zinyama karaparozona maeshani hatru pia, nahika tsi de sinema. Vuka nyombe ndirbwavu amba ta karaparozona, na buzi za shinamna wala tsi buzi, na pundra tsi pundra, farasi tsi farasi zilio na mirari midu na mewu, be hasswa izo zaidi zika de zijirafu. Maumio yazo ika mindra ta basi tu,tsena zamoendra, zakoka mauri zisitria sifa , zisidjona, mauri zina kiburi, na hutowa udjamali amba kausi vwangina dunia-mafiha“.

Pour ceux qui peuvent lire et comprendre le shindzuwani, il est clair que ce passage est plein de beauté littéraire. La reprise d'expressions tirées des contes et légendes comoriens notamment lorsqu'un évènement extraordinaire se produit qui entraine le déchainement des éléments de la nature : “vua tsi vua, jua tsi jua, pevo tsi pevo“ donne un cachet d'authenticité culturelle à la langue littéraire de l'auteur, pour qui le spectacle qui se déroule devant ses yeux d'enfants relève du monde fantastique des contes et légendes du pays. Mtsamdu, Kashkazi, Kusi Misri est à lire absolument pour décoloniser nos esprits et retrouver un usage de notre langue différent de la simple communication interpersonnelle.

Aboubacar Ben Said Salim
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans CULTURE
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 13:38
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans ANNONCES
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 22:42
La BIC.jpg

La réponse de la direction générale de la Bic

 

Tout d’abord, nous nous étonnons que monsieur Pierre Abdalah Itibar, auteur de propos très orientés, négatifs et mensongers à l’encontre de la BIC recueillis par le journaliste Kamardine Soulé, ne soit pas venu nous voir pour nous interroger sur nos pratiques bancaires, car nous n’avons jamais refusé de recevoir quiconque et l’attaque est facile sans contradicteur.


Nous rappelons que la BIC est filiale du groupe Bnp Paribas qui bénéficie des meilleures notations internationales quant à la qualité de sa gestion, au respect des ratios prudentiels et des principes déontologiques. Notre personnel est formé aux standards du Groupe Bnpp et nous appliquons au quotidien les méthodes de travail de notre Groupe d’appartenance, reconnues et saluées par l’ensemble de la profession bancaire et les régulateurs, notamment dans la distribution du crédit et les règles d’orthodoxie financières y afférentes. Tous les ans nos comptes sont audités et certifiés par un cabinet d’expertise comptable indépendant affilié au réseau international Mazars qui n’a jamais mentionné de réserve sur la gestion de la banque.

Nous publions ensuite un rapport annuel, disponible pour tous, qui relate les faits marquants de l’exercice et les résultats obtenus, tout ceci dans la plus grande transparence.

 

Contrairement à l’article de presse, nous ne faisons aucune affirmation gratuite mais développons nos propos à partir de faits réels et vérifiés. D’autre part, notre organisme de tutelle, la Banque centrale des Comores, n’a jamais relevé aucun manquement dans notre gestion, carnous sommes soucieux de répondre à la loi bancaire en vigueur dans le Pays et respectons scrupuleusement les textes réglementaires. C’est donc faire injure à cette institution que de prétendre le contraire dans l’article de presse et ceci est inadmissible de la part d’un soi disant “expert“ dont nous ignorons tout des compétences et du parcours professionnel. Il est présenté dans l’article comme “un consultant mandaté par des ] entreprises locales en litige avec leurs banques“, c’est dire si ce monsieur ne peut que développer des arguments tendancieux et partiaux, allant dans le sens de ses mandants, en se faisant au passage une publicité gratuite servant ses intérêts personnels.

 

Il est regrettable, que suite à des litiges commerciaux entre une banque et ses clients, des affaires en cours d’instruction soient divulguées dans la presse en mentionnant le nom des parties en présence, ce qui est une faute professionnelle au regard du devoir de réserve que chacun doit observer. C’est pour cette raison que nous n’avons pas répondu immédiatement à l’article de 28 février, ne voulant pas entretenir la polémique et voulant respecter ce devoir de réserve entre la Banque et ses clients, mais trop c’est trop, surtout face à des faits totalement inexacts, voire diffamatoires lorsque l’auteur se permet d’affirmer, nous citons “la banque n’informe ni ne conseille son client, au contraire, elle met en place un stratagème pour détruire non seulement son client, mais sa famille et toute sa génération….“

De telles assertions ne sont pas dignes d’un professionnel objectif dans sa démarche, et c’est faire outrance à l’ensemble de la profession bancaire des Comores que de les tenir. De plus, ce monsieur, non content de critiquer la profession bancaire et les différentes institutions qui s’y rapportent, se permet d’être un donneur de leçons vis-à-vis du gouvernement et des autorités monétaires, il s’agit là d’une attitude irresponsable et totalement irrévérencieuse. Que des litiges commerciaux puissent naître au cours de la relation de partenariat entre la banque et certains de ses clients, il s’agit là des aléas d’une conjoncture économique qui peut s’avérer parfois défavorable, mais à chaque fois que cela a pu se produire, nous avons toujours favorisé le dialogue pour la recherche d’une solution amiable et constructive, permettant de dénouer la situation au meilleur des intérêts des deux parties, et nul ne peut se permettre d’affirmer le contraire.

 

De plus nous ne sommes pas comptables des erreurs de gestion constatées dans certains dossiers et chacun doit assumer ses responsabilités en toute connaissance de cause, car il est trop facile de toujours rejeter la faute sur autrui, en faisant endosser ses propres manquements ou ceux des autres, aux banques. La BIC, mais aussi ses confrères, ont toujours répondu présents pour le financement de l’économie et nous accompagnons nos clients dans leurs projets avec le plus grand professionnalisme, avec toujours la volonté de nouer une relation de partenariat équitable, contrairement aux allégations de monsieur Itibar, qui lui développe des thèses partisanes, car mandaté pour défendre certains opérateurs avec lesquels nous sommes en procédure judiciaire de recouvrement de créances. Mais laissons à nos avocats et à la Justice faire leurs métiers en toute liberté d’appréciation et de jugement des dossiers en cours d’instruction.

 

Sur la problématique des taux d’intérêt, nous appliquons la fourchette de taux autorisée par la directive Ministérielle et les taux consentis sont fonction de la prime de risque du dossier étudié. Il ne sert à rien de jeter de l’huile sur le feu, il s’agit d’une attitude que nous laissons à nos détracteurs car critiquer est à la portée de tous, mais construire est chose plus difficile et, quant à nous, c’est cette dernière posture que nous voulons privilégier. Concernant l’article 22 avril 2011 Nous ne ferons aucune observation sur cet article signé par A.A.A, tellement il est tendancieux en reprenant les arguments développés dans l’article du 28 février et en commentant les propos de son auteur, propos déjà erronés et diffamatoires. Il s’agit là d’un tissu d’inexactitudes qui ne mérite pas que l’on s’y attarde et le mieux est d’en ignorer le contenu.

Dans les deux articles de presse ci-dessus mentionnés et notamment dans le deuxième, les affirmations faites seraient issues d’un rapport restreint destiné aux opérateurs locaux, mais en guise de rapport, il s’agit surtout de désinformation orientée car nous n’avons jamais eu connaissance qu’un organisme officiel ait été saisi pour la rédaction d’un tel document, présenter les choses ainsi c’est tromper de façon intentionnelle l’opinion à son profit. Nous regrettons ces agissements et au travers de ce droit de réponse, voulons rétablir la vérité sur les pratiques réelles des banques aux Comores.

Source Al-watwan N° 1743 du jeudi 28 avril 2011

 


 

La Bic épinglée par un rapport restreint

 

La Bic est encore une fois sur la sellette. Cette fois, elle est gravement épinglée par un rapport restreint destiné aux opérateurs locaux, établi par un expert en matière. “Il est incontestablement justifié que ces écarts et ces comportements délictuels du système bancaire sont prémédités“, y lit-on. Une conclusion qui porte des accusations sans détours.

Ce rapport doit interpeller la conscience et la responsabilité des dirigeants de la société et leur devoir d’explication face à une clientèle sur le tapis. L’auteur évoque, en termes de droit des obligations et de droit des contrats, des concepts nouveaux aux Comores, mais vieux de trente ans en Europe : vices du consentement, violence économique... Dans ce rapport retreint sur la situation bancaire aux Comores, l’auteur s’est basé sur l’examen de deux dossiers contentieux, Dini Charif et Bazi pour se rendre compte de la gravité de la situation bancaire dans notre pays. Selon lui, l’aide proportionnelle octroyée par la Bic aux premiers opérateurs économiques pour les motiver et pour pouvoir en attirer d’autres, en accordant notamment des facilités de caisses, une prise en charge de la gestion des comptes, une mise en place des crédits documentaires, etc., fait partie des usages entretenus par la banque pour sa forte rentabilité. Ils sont, pourtant, à l’origine des déboires des opérateurs.

 

Appât


La Bic accorde une facilité de caissesans trop de difficultés. Le client appâté, qui devient opérateur de fait, se sent redevable des largesses accordées. Cette pratique viole déjà, selon l’auteur, les lois bancaires, bien qu’elle soit présentée comme une participation de la banque au développement du pays et un soutien constant à la croissance. En adoptant cette pratique, la responsabilité de la banque, dans son obligation de mise en garde, de conseil et d’information, se trouve entièrement engagée. Parce, dès que la machine s’enclenche, les agios s’accumulent, précise-t-il, “le piège à rat s’auto-active“. La banque demande la mise en place de garanties et monte encore plus haut le découvert consenti.

 

L’opérateur, en quasi cessation de paiement, va poiroter pendant une période de vingt mois, assistant impuissant à l’augmentation exponentielle des agios. La banque propose la création de différents comptes (sans contrats, sans accord de l’opérateur) pour éclater le découvert sur plusieurs comptes faisant miroiter un compte bénéficiaire.


Violence économique


Selon lui, la banque commet l’immixtion de gestion de fait. Dès lors, la banque est coupable de faute délictuelle. Si la victime bénéficie d’une justice compétente en la matière et formée dans les droits cambiaires, elle peut réclamer le vice-de consentement qui annule le contrat. Il peut par la suite engager la responsabilité civile de la banque et une demande légitime de réparation en dommages et intérêts. Parce qu’en raison de la conception volontariste du contrat, la loi rattache l’abus de dépendance économique au concept à la violence. Ainsi, on parle de violence économique. La jurisprudence admet que le consentement de l’un des cocontractants peut être vicié de violence dès lors que l’autre partie au contrat a exploité abusivement de la situation de dépendance de la première afin de tirer profit de la crainte d’un mal menaçant directement les intérêts légitimes de cette personne.

La Cour de cassation en France a affirmé que “ l’exploitation abusive d’une situation de dépendance économique, faite pour tirer profit de la crainte d’un mal menaçant directement les intérêts légitimes de la personne, peut vicier de violence son consentement “ (Cass.civ. 1, 3 avril 2002).

 

Dès lors, la violence économique est sanctionnée par divers textes de droit de la consommation et de droit de la concurrence qui vont affecter la validité des contrats. Des termes nouveaux feront leur apparition tels que “l‘abus de position dominante“, “l’abus de dépendance“ et “l’abus dans la fixation des prix“, qui entrainent la nullité des conventions (v. Cass.com. 14 décembre 1999). La situation de faiblesse s’apprécie d’après l’ensemble des circonstances en tenant compte, notamment, de la vulnérabilité de la partie qui la subit, de l’existence de relations antérieures entre les parties ou de leur inégalité économique. Aux Comores, ces pratiques coutumières considérées “illégales“, du fait qu’un système est mis en place pour gagner par le biais de découvert et une seconde fois par la réalisation des sûretés. La banque accorde un prêt en bonne et due forme, avec des cautions, des garanties, des nantissements, des hypothèques, la victime parviendra à résister quelques mois pour payer avant de sombrer. Et puis vient l’assignation en justice qui se résume à payer la dette et à réaliser des sûretés sans que la justice ne demande l’origine et la composition de cette dette. Selon l’auteur du rapport, dans la plupart des cas, la banque est rentrée dans ses sous, mais les agios accumulés et les manoeuvres mises en placediluent les vérités.


La Bic rentre dans ses sous


L’auteur n’y va pas par quatre chemins et demande ni plus ni moins l’audit du système informatique de gestion de la Bic, estimant que plusieurs paramètres sont désactivés et ne fonctionnent qu’au forfait. Il estime qu’il est impératif d’expertiser les méthodes de gestion d’agios, mettre en place des prêts adaptés à chaque type d’investissement, initier les contrats dans lesquels sont décrits les obligations de chacun et les taux appliqués, transformer les découverts qui dépassent les six mois en un prêt à court terme de plus de vingt huit mois, estimant au passage que les garanties ne doivent pas excéder plus de 90% du montant sollicité.

AAA

Al-watwan N° 1740 du vendredi 22 avril 2011

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans BANQUES
commenter cet article

Pages