Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 00:11

 

Comme il  fallait s’y attendre des conseillers constitutionnels  (ou magistrats) dont le mandat est expiré s’en vont et des nouveaux  arrivent.  En réalité il y en a deux qui sont remplacés et un qui est reconduit.


Les nouveaux conseillers sont :

-Antoy Abdou, ancien ministre et ancien Secrétaire Général  à la Présidence de l’Union nommé par le Gouverneur de l’île de Ndzuwani en remplacement de Djamal Salim.


-Ahamada Malida, ancien Conseiller pédagogique est désigné par le gouverneur de l’île de Mwali pour remplacer Elarif Hamidi

 

Le conseiller  Bousri Aly, lui, est reconduit par le Président de l’Assemblée Nationale.

 

Reste maintenant le Conseiller constitutionnel qui doit être nommé incessamment  par le Gouverneur de Ngazidja ainsi que celui  qui devrait logiquement  être désigné  par le Vice Président  de Mwali.

 

En regardant le profil de ces nouveaux conseillers, l’on déduit sans hésitation que c’est toujours la même chose. Nos gouvernants continuent à choisir tout le monde (Administrateur, Militaire, Conseiller pédagogique….). Sauf des juristes.  A l’exception d’un seul  qui était là il y a quelques années. Il s’agit d’ailleurs de l’actuel Ministre des Relations Extérieures, le diplomate Mohamed Bakri, diplômé en droit  dans une université libyenne.  On serait même tenté de croire que nos gouvernants n’auraient pas d’amis juristes expérimentés !

 

Pourtant  dans les locaux de la Cour Constitutionnelle, principalement, l’on parle du droit . On dit le droit ; on réfléchit sur le droit ;  on écrit du droit ; on interprète le droit…

 

Qu’il n’y ait pas de confusion. Nous ne mettons pas en cause la respectabilité, l’honneur  et surtout  la légitimité des actuels conseillers constitutionnels puisque celle-ci se fonde sur la constitution de l’Union des Comores. N’est ce pas elle  qui détermine le mode de composition de la Cour constitutionnelle et les conditions à remplir pour pouvoir devenir membre du Conseil constitutionnel ?

 

Mais n’ayons pas peur de dire  clairement et haut et fort les choses. Le droit, c'est du sérieux. De plus compte tenu de la fragilité de notre Etat et des attributions importantes de la Cour constitutionnelle, celle ci doit être exclusivement composée  de juristes spécialisés et expérimentés en droit  et/ou en sciences politiques et qui ont fait leur preuve en matière doctrinale surtout en droit constitutionnel. Et il y en a dans notre pays même s'ils ne sont pas nombreux. Nous pourrions même  organiser un concours pour avoir les meilleurs juristes dans cette institution qui joue un rôle considérable dans  l’existence même de l’Etat comorien.


 Être d’une «  grande moralité et probité » et  avoir « une compétence reconnue dans les domaines administratif, économique ou social et  justifier d'une expérience professionnelle minimale de quinze ans » ne doit pas suffire.  Avoir une formation juridique solide et  une compétence reconnue dans le domaine juridique  doit être une des conditions essentielles si nous voulons bien faire les choses.

 

 Bien évidemment, nous ne perdons  pas de vue qu'il y a quelques juristes au sein de cette institution qui conseillent et aident "les conseillers constitutionnels" notamment un professeur  français de droit public  qui est « conseiller en service extraordinaire à la Cour constitutionnelle de l’Union des Comores » depuis 2004 ( !!!). Mais cela n'est pas suffisant.  Le droit doit rester l’affaire des juristes.  Il faut surtout « juridiciser » la Cour Constitutionnelle et non pas la politiser.

 

Que nos gouvernants privilégient le copinage. Cela n’est pas spécifique à notre pays. Mais comme l’a, à juste titre écrit en 2004, un homme avisé de notre pays (n’en déplaise à ses détracteurs) dans un article pertinent intitulé « Comores : Une cour à booster » : « ailleurs l’amitié n’intervient qu’une fois l’exigence professionnelle satisfaite, les qualités de juriste étant déterminantes »

 

Espérons que le gouverneur de Ngazidja et le Vice président de l’Union  dérogeront à la mauvaise règle et démontreront que  le copinage et le réalisme ne sont pas incompatibles. Mais bon. Pas  trop d’optimisme et d’illusion.

 

Halidi Allaoui
(HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 20:34

Vous trouverez, en cliquant  sur l'image ci-dessous, le numéro 21 de Pangahari (fichier en PDF), le bulletin d'information d'AOFFRAC (Association Ouanienne de Floirac France Comores).

 

Bonne lecture.

 

PANGAHARI numero 21 Page 01Halidi Allaoui

(HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans CULTURE
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 20:51

Discours-programme de Son Excellence Dr IKILILOU DHOININE, Président de l’Union des Comores.


Le Chef de l’Etat, SE Dr IKILILOU DHOININE s’est adressé à la Nation mardi 1er juin 2011 pour présenter le programme de son Gouvernement.

Nous vous présentons ci-après l’intégralité du discours qu’il a prononcé à cette occasion :


Comoriennes, Comoriens, Mes chers compatriotes.


A la suite de la cérémonie de mon investiture à la Magistrature de notre pays le 26 mai dernier, j’ai souhaité m’adresser à vous ce soir, d’abord pour vous redire combien j’ai été très sensible à votre présence massive à cette cérémonie et combien l’enthousiasme, sincère et spontané, que vous avez manifesté à cette occasion, m’est allé droit au cœur.

Ce jour-là, nous avons vécu un moment historique et partagé des instants mémorables, où pour la deuxième fois depuis l’instauration de l’Union des Comores, nous procédions à une alternance paisible et exemplaire au Sommet de l’Etat, à l’issue d’élections libres, démocratiques et transparentes, saluées par nos compatriotes et l’ensemble de la communauté internationale.

Ce jour là, la Nation toute entière a, pour la seconde fois, tenu sa promesse, de donner à chaque ile, la possibilité de contribuer à l’édification du pays, en présidant à notre destinée commune, à tour de rôle, dans le cadre de la présidence tournante.

Je rends grâce à Allah Le-Tout-Puissant de m’avoir donné l’opportunité de servir mon pays en occupant des hautes fonctions par le passé et je Le prie pour qu’Il me donne aujourd’hui l’inspiration, l’énergie et le courage nécessaires pour assumer les plus hautes charges de l’Etat qui m’ont été confiées.

Je réitère ici, en votre nom à tous, les hommages de la Nation à notre Frère, le Président Ahmed Abdallah Mohamed SAMBI, pour avoir loyalement servi notre pays et pour son engagement, son implication et son soutien dans la bataille des présidentielles.

Je rends hommage à la classe politique comorienne, toutes tendances confondues, pour avoir su trouver le consensus nécessaire à l’édification du Nouvel ensemble Comorien.

En instaurant l’Union des Comores et en approuvant les réformes constitutionnelles de 2009, le peuple comorien a permis à notre pays, de se doter des institutions consensuelles, de consolider l’unité nationale en atténuant les antagonismes à l’intérieur et entre les iles sœurs et d’établir des normes étatiques plus respectueuses des principes universels des droits de l’homme et de l’égalité des chances.

Je salue la mémoire de tous mes prédécesseurs et je prie pour qu’Allah leur accorde sa miséricorde.


Mes Chers compatriotes,


La meilleure façon de vous manifester ma reconnaissance, c’est de tenir mes promesses ; à savoir, la consolidation de l’unité nationale, la recherche de la croissance économique et du développement social en vue de bâtir un pays prospère, dans la paix, la sécurité et la stabilité.

La meilleure façon de vous manifester ma reconnaissance, c’est de construire une société équitable et respectueuse de la démocratie et des droits de l’homme.

Pour mettre en œuvre ces aspirations, nous devons en effet respecter le programme proposé aux électeurs et aux électrices lors de la campagne électorale. Nous devons également respecter les engagements pris auprès de nos partenaires au développement.

C’est pourquoi, j’ai privilégié, dans le choix des membres du Gouvernement que je viens de nommer, outre la compétence et les capacités à défendre et à appliquer ce programme, leur ferme volonté de travailler résolument, dans la solidarité, en faveur du renforcement de l’unité Nationale, de la démocratie, de la bonne gouvernance politique et économique où seront privilégiées, la décentralisation et la transparence dans la gestion des affaires publiques.

Cette équipe gouvernementale a la responsabilité de mettre en œuvre, dans la solidarité, les orientations et la politique définie dans chaque secteur.


En matière de politique étrangère, l’Union des Comores, tout en se dotant des moyens de jouer pleinement son rôle d’Etat souverain, en tant que membre de la communauté internationale, continuera à honorer ses engagements vis-à-vis de ses partenaires de la coopération bilatérale et multilatérale.

De même, dans le cadre d’une politique étrangère rénovée et au service du Développement, ce Gouvernement a la charge de veiller à la restructuration du Ministère des Relations Extérieures et, notamment, ses représentations diplomatiques et consulaires.

C’est ainsi que notre pays pourra jouer pleinement son rôle sur la scène internationale, dans le monde arabe, en Afrique et dans l’Océan Indien.

C’est ainsi que notre pays pourra, avec plus de suivi et d’efficacité, activer la solidarité et la coopération internationale, pour poursuivre sa revendication légitime pour recouvrer son intégrité territoriale par la réintégration de l’Ile comorienne de Mayotte, dans son ensemble naturel.

J’ai déjà proposé, en plus de la nécessaire négociation avec la France, l’ancienne puissance coloniale qui administre l’ile de Mayotte, que le dialogue soit rétabli entre nous et nos frères mahorais. En effet, aucune solution à l’épineuse question de l’ile comorienne de Mayotte, n’est envisageable, sans l’implication de nos frères Mahorais.

Les voies et les moyens seront recherchés pour trouver le cadre de ce dialogue, pour que nous puissions retrouver nos liens communs avec nos frères Mahorais ; des liens tissés par le sang, l’Histoire, la langue, la religion et la culture.

Les générations futures ne nous pardonneront pas, si après plus de 36 ans d’indépendance, au cours desquels le fossé s’est élargi entre nous et nos frères Mahorais, nous ne parvenons pas à dépasser nos divergences pour le combler et assurer un commun harmonieux à nos enfants.


Mes Chers compatriotes,


Cette recherche de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale, ne doit pas nous détourner des autres axes prioritaires de notre diplomatie, notamment la mobilisation des ressources pour le développement socio-économique de notre pays.

En effet, nous devons faire de l’attachement profond de notre diaspora envers son pays d’origine, sa large participation à l’essor de nos villes et villages, un atout du développement de notre pays.

C’est pourquoi, cette frange importante de notre population sera au cœur des préoccupations de mon Gouvernement qui mettra tout en œuvre pour sa participation effective aux débats, aux choix et aux décisions importantes concernant notre pays. Ainsi sera renforcé, l’organe de représentation de la Diaspora auprès du Ministère des Relations Extérieures.

C’est pourquoi également, mon Gouvernement intégrera dans son action, la mise en place d’un cadre permanent de dialogue avec nos compatriotes à l’étranger pour les aider à trouver des solutions adaptées à leurs attentes et leurs besoins, tant dans notre pays que dans leurs pays d’accueil.

C’est pourquoi, enfin, mon Gouvernement entend tout mettre en œuvre, en partenariat avec les représentants de la diaspora, en vue de trouver les mécanismes adéquats, pour faire des transferts de devises de notre diaspora, une source de financement de notre développement

 

Mes Chers compatriotes,


L’avenir d’un pays, se mesure aussi à sa capacité à assurer la sécurité alimentaire de sa population. Ainsi, notre pays qui a des potentialités réelles en matière d’agriculture, doit parvenir à l’autosuffisance alimentaire. Les politiques agricoles menées jusqu’ici dans notre pays, n’ont pas donné les résultats escomptés. Au contraire, nous dépendons de plus en plus de l’extérieur, pour satisfaire les besoins alimentaires des Comoriens.

Lors de mon discours d’investiture, j’ai fait l’éloge de la qualité de nos produits vivriers et de rente.

Le Gouvernement a la charge de rechercher activement et systématiquement, des débouchés pour que ces produits de rente dont la mévente, cumulée depuis de nombreuses années, constitue un frein au développement de la production nationale et une cause de paupérisation des zones rurales, nous rapportent des devises.

En matière de pêche, des politiques novatrices sont nécessaires. Des actions issues de la Conférence de Doha sont d’ores et déjà engagées.

Les recettes provenant des productions halieutiques, restent bien en deçà des potentialités qu’offre notre pays en matière de pêche. Les produits de notre mer ne comptent pas dans nos recettes d’exportation.

En outre, le Gouvernement inscrira parmi ses priorités, l’introduction de la pêche industrielle en parallèle avec la pêche artisanale, la pêche traditionnelle et l’aquaculture. En effet, le secteur de l’agriculture et de la pêche industrielle offrira des possibilités de création d’emplois directs et indirects. Ainsi, le Gouvernement affinera les statistiques officielles sur ces secteurs pour adapter la politique qu’il entend mettre en œuvre.


Chers Compatriotes,


Il est reconnu que les impacts du changement climatique sont plus sensibles sur les territoires des petits États insulaires en développement dont les Comores font partie.

Le Gouvernement prendra alors les mesures necessaires pour en limiter les effets et pour développer le processus de mise en place du réseau national d’aires protégées.

Dans le secteur du Tourisme, qui est un facteur de développement et d’enrichissement pour notre pays et une source de devise forte et de recettes d’exportation, mon Gouvernement compte mettre en valeur et promouvoir sur marchés, des biens disponibles et reproductibles de notre pays : le soleil, nos plages, notre volcan, nos paysages et nos monuments.

Mon Gouvernement activera les partenariats établis et mobilisera les investissements acquis, notamment à Doha et auprès de l’Union Européenne, pour mettre en œuvre, sans tarder, la réhabilitation et la construction des routes, des ports et des aéroports qui permettront de relancer un secteur touristique très en retard par rapport à celui de nos voisins de l’Océan Indien. Le développement social et économique du pays est tributaire de l’approvisionnement régulier en énergie propre et à faible coût et de l’accès de tous à l’eau potable.

Ainsi, mon Gouvernement engagera une politique de production et de développement de sources d’énergie alternatives à savoir hydroélectricité, Géothermie, solaire et éolienne sur l’ensemble du territoire. Il appuiera un programme d’extension du réseau d’eau potable, dans l’ensemble de nos iles.


Comoriennes et Comoriens, Mes chers compatriotes,


L’assainissement et la maitrise de nos finances publiques constituent un impératif majeur de mon Gouvernement.

Ainsi, nous serons amenés à prendre des mesures de rigueur pour assurer la transparence dans la gestion de deniers de l’Etat, la bonne gouvernance économique et sociale et mènera une lutte implacable contre la corruption, l’évasion et les fraudes fiscales en vue de parvenir à une croissance soutenue capables de résorber les déficits de l’Etat.

Lors de mon séjour au Ministère des Finances, j’ai initié le Code des Marchés publics, le dispositif de contrôle et de suivi de ce code des Marchés Publics sera mis en œuvre dans les meilleurs délais.

L’accès aux crédits pour tous, les jeunes et les femmes en particulier, sera appuyé et soutenu. Ainsi, toutes les mesures susceptibles de le favoriser seront prises pour promouvoir les activités génératrices de revenus. Les acteurs du secteur privé auront toute l’attention requise dans le cadre d’un partenariat avec les entreprises et l’Union des Chambres de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture.

Les Etablissements Publics à caractère industriel et commercial et les régies de l’Etat seront désormais soumis à plus de rigueur dans leur gestion et leur fonctionnement.

C’est ainsi que le Gouvernement exigera de ces établissements, un manuel des procédures.

Il établira également des contrats de missions, un plan d’action assorti d’un budget et d’un plan d’investissement annuel, le tout approuvé en Conseil d’Administration et entériné en Conseil des Ministre.

Des Contrôles internes et des ateliers nationaux sur la feuille de route du Gouvernement, permettront d’évaluer périodiquement ce dispositif pour chaque établissement.

J’ai déjà parlé de la priorité de l’assainissement du fichier de la Fonction publique lors de mon discours d’investiture.

Le Gouvernement engagera alors, une lutte sans merci, contre le laxisme dans l’Administration et la pléthore d’agents, afin de rendre notre administration plus productive et plus efficace.

L’évaluation des agents sur leurs performances permettra de motiver les plus soucieux d’entre eux qui mettent leur connaissance et leur savoir au service de l’Etat.

Le renforcement des capacités des fonctionnaires donnera à chacun d’eux la possibilité d’atteindre une qualification supérieure ou de changer de métier.


Mes Chers compatriotes,


L’AND, qui, à maintes reprises a prouvé sa volonté à demeurer une armée républicaine, en plus de ses missions d’assurer la protection de l’Etat et la sécurité du pays ainsi que la défense de nos intérêts et de nos frontières, devra s’impliquer davantage dans le développement du pays.

Le Gouvernement va en outre améliorer la coordination entre la Police, la Gendarmerie et l’institution judicaire pour mieux garantir la paix et la sécurité dans le pays et mettre fin définitivement aux conflits de compétences qui, ces dernières années, avaient été à l’origine de nombreux dysfonctionnements au sein de nos forces de l’ordre.

Le Gouvernement veillera à l’indépendance de la Justice et à l’accomplissement de sa mission et de son fonctionnement. Il combattra les pratiques clientélistes et corruptives, par le renforcement des capacités des magistrats, des enquêteurs et des experts judiciaires. Des améliorations seront apportées au niveau de notre système carcéral, notamment pour une meilleure protection des jeunes et des femmes contres les abus.


Mes Chers compatriotes,


Notre pays a été bien classé lors de l’Examen Périodique Universel du Conseil de l’ONU sur les Droits humains tenu en 2009.

Mon Gouvernement compte maintenir et améliorer ce classement en restant solidaire de tous les proscrits, de tous les enfants qui souffrent, de toutes les femmes martyrisées et de tous les déshérités.

Dans ce domaine, j’ai demandé à la Première Dame, de part sa vocation professionnelle, de jouer un rôle dans la protection de la Femme, de l’Enfance, des indigents et des nécessiteux.

L’Education pour tous est une priorité de mon Gouvernement. C’est pourquoi des efforts seront déployés pour valoriser le métier d’enseignant, et permettre à ces derniers de bénéficier d’une formation complète et continue, d’exercer leur métier dans de bonnes conditions et de voir leur autorité respectée.

En ma qualité de professionnel de la santé, je sais que l’accès aux soins est inégalement assuré dans notre pays en raison de l’inégale répartition sur notre territoire, des professionnels de santé et des formations sanitaires, aussi bien publiques que privées.

Ainsi, l’action de mon Gouvernement visera à restaurer la confiance de chacun, dans notre système de santé, en renforçant les capacités des personnels et en améliorant les plateaux techniques des différents centres hospitaliers de notre pays.

En matière de presse, notre pays qui compte parmi les pays où la liberté de la presse est garantie par la Loi, mon Gouvernement entend mettre en place les organes de régulation de la presse et de l’audio-visuel et leur apporter son appui et appliquer le code de l’information, pour valoriser les nobles métiers de l’information et la préserver des pratiques condamnables qui nuisent au journalisme, dans le strict respect de la déontologie.

En ce qui concerne le mouvement associatif et la jeunesse, le Gouvernement renforcera particulièrement le rôle qu’ils jouent dans l’épanouissement des individus et de la vie sociale, aussi en milieu rural qu’en milieu urbain.

La jeunesse, dans tous pays, constitue l’avenir. Particulièrement majoritaire et nombreux dans notre pays, les jeunes bénéficieront d’une politique gouvernementale spécifique aussi bien pour renforcer leur participation à la vie nationale mais aussi pour favoriser les pratiques sportives en développant les infrastructures nécessaires à la pratique des sports.


Mes Chers compatriotes,


Comme vous pouvez le constater, les défis qui attendent ce Gouvernement sont nombreux et nous n’avons d’autres choix que celui d’y faire face avec courage et détermination.

En effet c’est par le développement socio-économique de notre pays, qui sera la priorité de l’action de l’Etat, que nous consoliderons les acquis de le réconciliation nationale et rendrons également irréversible le processus démocratique engagé, dans le cadre de la promotion de l’Etat de droit, de la bonne gouvernance politique et économique, des droits humains et du bien-être du peuple comorien. Je suis convaincu, qu’ensemble nous y parviendrons.

Rendons grâce à Allah Le Tout-Puissant et redoublons nos prières, pour qu’Il nous guide sur le bon chemin, celui de la paix, de la cohésion nationale, de la concorde et du développement.


Vive l’Union des Comores !

Vive la solidarité internationale !

Je vous remercie.

 

Source : site de la présidence de l'Union des Comores

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans DISCOURS
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 20:35

Abdelaid-Mze-Mbaba.jpgL’équipe nationale des Comores, pour son quatrième match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2012 a fait match nul (1-1) avec la Lybie cet après midi au stade international de Mitsamiouli. Le but des cœlacanthes est marqué par Abdeilad Mze Mbaba  (Photo) à la 83eminute de la partie. La Lybie menait 1-0 dès la 45eme minute grâce à un but de Ihab Al Busefi

Abdelaid Mze Mbaba dont la famille est de Vanamboini ya Itsandra sur l’île de Ngazidja, est né il y a  20 ans à Nanterre près de Paris en France. Ce jeune attaquant est un vrai dribbleur et technicien.  « Il faut le vivre pour le croire. Pas de différence entre Cristiano Ronaldo et Abdoulaid Mzembaba quand il drible. Il drible aussi rapidement et peu importe l'espace qu'il a devant lui. Un vrai technicien. Il peut effacer deux joueurs en deux temps sur un mètre carré d'espace. Il m'a épaté quand je l'ai vu à deux reprises faires ses spectacles. Incroyable en balle au pied. Techniquement au point et dribleur de qualité. Un vrai ''Pro'' » avait écrit hier mon ami Elie Djouma, journaliste à Alwatwan sur son blog (http://eliedjouma.centerblog.net/)

Sociétaire de l’équipe française, AS Saint Etienne, Abdelaid Mze Mbaba  évolue en CFA. Aujourd’hui, il est le sauveur de l’équipe nationale des Comores après sa deuxième sélection.

Même si ce résultat ne change pas le destin de l’équipe nationale des Comores puisqu’elle reste dernière du groupe C avec 1 point, les supporteurs ont bien raison de se réjouir du résultat. En effet, non seulement l’équipe évite une défaite face à une des meilleures équipes du groupe mais elle vient de marquer (enfin !) le premier but depuis le début des éliminatoires. De plus au match-aller, la Lybie avait gagné par un score sévère de 3-0.

L'entraineur Mohamed Chamité doit être bien soulagé ce soir compte tenu de la forte préssion dont il faisait l'objet ces derniers jours.

Après cette quatrième journée des éliminatoires la Zambie en battant le Mozambique par un score de 3-0 reste en tête du Groupe avec 9 points. La Lybie est deuxième avec 8 points. La troisième place est occupée par la Mozambique avec 3 points.

Ci-dessous la liste des joueurs qui ont été convoqués par l’entraineur Mohamed Chamité pour le match :

Mohamed Hassane (Elan club)

Djabir El Djabir (Volcan club)

Ali Rassoul (Apaches)

Mahamoud Ali Mchangama (Apaches)

David Humblot (Coin Nord)

Mounir Abdérémane (Volcan club)

Damime Abdoulanou (Belle Lumière)

Soilihi Bourhani (Ajs Mutsamudu)

Djamal Msaidié (Coin Nord)

Athoumani Ben Ahmed (Aubervilliers - France)

Salim Mramboini (Consolat-France)

Nadjim Abdo (Millwall-Angleterre)

Saïd Anfane Boura (Fomboni Fc)

Mohaed Youssouf (Créteil – France)

Youssouf Mchangama (Troyes)

Yacine Saandi (Of Agdn)

Bourhani Kemal (Sans club)

Abdelaid Mzé Mbaba (As Saint-Etienne - France)

Ali Mmadi (Evian –France)

 

Halidi Allaoui

(HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans SPORT
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 14:47
Un de mes amis, Ansaly Soiffa Abdourrahamane a été récemment  victime  d'une agression, gratuite, lâche, barbare et inacceptable à Moroni, la capitale des Comores, mon pays natal. Pour que cela ne se réproduise plus il a décidé à juste titre de rélater et publier les faits et de donner son sentiment. Plus jamais ça. Comme il le dit fortement.

Toutes les personnes éprises de paix et qui se soucient de la cohésion des comoriens ne peuvent  ni se réjouir  d'une telle barbarie indigne, ne serait qu'en silence, ni rester insensibles à de tels agissements honteux.

Il est surtout inadmissible de constater que les autorités et les médias comoriens gardent le silence sur des telles agréssions lâches et ternissant l'image de notre pays  lesquelles se multiplient depuis quelques temps dans la capitale des Comores.
Il est temps que tout le monde prenne ses responsabilités et ce dans l'interêt de tous.
Que la justice et la gendarmerie fassent honorablement leur travail !
Nous vous proposons ci-dessous le temoignage de notre ami Ansaly Soiffa. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement et bon courage. Qu'il sache que nous pensons fortement à lui.

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)


Voici le recit de l'agression et mon sentiment
 
Ansaly agressé par un groupe de jeunes adultes natifs de la Grande-comore
 
En quittant le travail avant 15h00 et ayant été alerté des altercations qui opposaient les militaires et des jeunes, je me suis dit qu’il faudra que je fasse attention sur la route qui me mène à la maison. Pour arriver chez moi à Hamramba, il fallait traverser le centre de Moroni.
Tout au long du trajet, la route était presque déserte, très peu de voitures croisées en chemin et moins de gens rencontrés. Arrivé non loin du quartier Djomani, des jeunes jouaient au chat et à la souris, je suppose avec peut être des militaires. Tout était calme jusqu’au moment où je quittais le quartier qu’une bande de quatre ou cinq jeunes hommes de plus de vingt ans m’accostèrent tout doucement et me demandèrent de m’arrêter. Jusque là, rien d’anormal
quand l’un d’eux donna un coup violent sur le capot pendant que les trois autres se ruèrent  sur moi en criant « c’est un anjouanais, oui il est anjouanais » et ils commencèrent à me rouer de coups de poing.
 
Surpris de cette violence gratuite, je me protégeais tant que je pouvais ; j’ai cru mon heure arrivée, j’ai pensé à Allah et  j’ai prononcé les mots qu’il faut intérieurement «  la Chahada ». Puis j’ai pensé à mes enfants à ma femme, à ma famille et à ceux qui m’aimaient.
Tout s’est passé en quelques secondes. Un coup à l’œil, un coup de pierre sur la tête, un coup de pied venu d’une personne qui a réussi à ouvrir la portière de la voiture coté opposé au chauffeur, aussi une femme qui a tenté de se servir. C’est alors que je vois un jeune avec
une grosse pierre et l’envoya sur le pare-brise, un autre agresseur avec une autre pierre se dirigea vers moi alors que deux ou trois continuaient à s’acharner sur moi. N’ayant pas suffisamment de place pour venir m’achever, l’homme à la pierre la jeta sur la vitre de la
portière arrière de la voiture.
A ce moment là, je me suis dit que je ne dois pas mourir sans essayer d’échapper à mes agresseurs et j’ouvris brusquement la portière repoussant ces derniers et j’ai pris la fuite. Pendant qu’ils me poursuivaient, je me demandais où j’allais me refugier ? Il fallait réfléchir très vite et prendre une décision, ce que je fis en allant me précipiter dans le salon de Cheikh Abdou Soimadou qui a assuré ma protection jusqu’à l’arrivée des miens en l’occurrence Docteur Issulahi et sa femme ma belle sœur. Entre temps,
un homme habitant le quartier me proposa d’essuyer mon visage ensanglanté ; Qu’Allah lui prête longue  vie.

Mon sentiment.
Plus jamais ça et je vais m’y investir. L’agression dont je suis la victime est un problème entre mes agresseurs et moi-même. Aucun comorien d’une ile que ce soit ne devrait pas être violenté pour cause « il est anjouanais, mahorais, mohélien ou grand-comorien ». Même si
beaucoup de comoriens natifs d’Anjouan ont déjà payé un lourd tribut ces dix dernières années.
J’invite celles et ceux qui veulent des Comores apaisées, solidaires et unies à se joindre avec moi pour mener des actions concrètes contre ce genre de barbarie.
Merci à celles ou ceux qui liront et comprendront ce message
 
Sincèrement
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans LETTRES
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 20:25

Vous trouverez ci-dessous la liste des Commissaires de l'île de Ngazidja rendu publique hier soir par le gouverneur de l'île, Mouigni Baraka :

 

Commissaire aux Finances, au Budget, à l’Économie, au Commerce

intérieur, à l’Industrie, au Plan, chargé de la promotion des investissements,

porte parole de l’exécutif : Mohamed Soule Issilam

 

Commissaire à la Fonction Publique, à l’Administration des collectivités

Territoriales décentralisées, à la Reforme Administrative, chargé de

l’Information et de la Communication : Mohamed Said Mohamed

 

Commissaire à la Production, aux Transports, au Tourisme et au développement

des infrastructures: Mohamed M’madi Ahamada

 

Commissaire à l’Environnement, à l’Urbanisme, au Développement

Durable et à l’Energie ; Chadhouliati Abdou Chakour

 

Commissaire au Genre, de la Santé, de la Petite Enfance, chargée de la

Jeunesse et des Sports ; Saïd Ibrahim Mansoib

 

Commissaire à l’Éducation, à la Formation Professionnelle et

Technique, à la Culture, à l’Artisanat et chargé des Affaires

Islamiques : Salami Mohamed

 

Halidi Allaoui

(HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 20:14

Le nouveau  gouverneur de l’île de Ndzuwani, Anissi Chamsidine,  a rendu publique  dimanche dernier (29 mai 2011) la liste de ses  six commissaires. Voir ci-dessous :


-Madame Assiati Abdallah, Commissaire chargée de la santé de base, de la solidarité, promotion du Genre, des droits de l’Homme, Porte parole du gouvernorat


-Sidi Maskati, Commissaire chargé de la sécurité de l’île, de la coopération décentralisée, de la diaspora, de l’Administration communale, de la Fonction publique, du Travail et de l’emploi, des relations  avec les institutions de l’Union et de l’île


-Saidali Mohamed, Commissaire chargé de l’enseignement de base, de l’apprentissage, la Formation professionnelle de base, la culture, la jeunesse et les sports


-Mahmoud Mohamed Elarif, Commissaire chargé des finances, budget, Economie, Commerce et investissement


-Djamal Kazouine, Commissaire chargé de l’artisanat, l’écotourisme et la relation avec les ONG de developpement


Djanfar Ahmed Said, Commissaire chargé de l’administration térritoriale, des infrastructures, du transport, de l’information, des télécommunications, de l’urbanisme et de l’Habitat


Halidi Allaoui
(HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans ANJOUAN - NDZUWANI
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 19:32

Le nouveau Président de l’Union des Comores Ikililou Dhoinine vient de nommer ce soir (Lundi 30 mai 2011) son premier gouvernement  composé de 10 Ministres dont les 3 vice Présidents et de 4 délégués.

 

Parmi eux, il y a deux femmes ministres dont une qui est aussi le porte parole du nouveau gouvernement et une femme nommée délégué. Bravo et merci Monsieur le Président ! Vous n'avez pas été Vice Président chargé de la promotion du Genre pour rien. Voilà un bon exemple pour commencer à changer les mentalités dans notre pays. Que ça continue ! Quand on est un défenseur de la promotion du Genre, de l'équité et de la justice aux Comores, on ne peut que se réjouir.

 

Ci dessous la liste des membres du gouvernement :


Vices présidents Ministres


-Dr Fouad Mohadji : Vice-Président, chargé du Ministère de la Production, de l'Environnement, de l'Energie, de l'Industrie et de l'Artisanat


-Mohamed Ali Soilih  Vice-Président chargé du Ministère des Finances, de l'Economie, du Budget de l'Investissement et du Commerce Extérieur chargé des privatisations


-Nourdine Bourhane : Vice-Président chargé du Ministère de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme et de l'Habitat

 

Les Ministres


-Mohamed Bakri Ben Abdoulfatah Charif Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération chargé de la Diaspora, de la Francophonie et du Monde Arabe


-Rastami Mouhidine : Ministre des Postes et Télécommunications, de la Promotion des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communications chargé des Transports et du Tourisme


-Dr Aliane Ahmed : Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de la Fonction Publique, des Reformes administratives, des Droits de l'Homme et des affaires Islamiques


-Mohamed Ismaila : Ministre de l'Education Nationale, de la Recherche, de la Culture des Arts, chargé de la Jeunesse et des Sports


-Dr Moinafouraha Ahmed  Ministre de la Santé, de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Promotion du Genre


-Sitti Kassim : Ministre de l'Emploi, du Travail, de la Formation Professionnelle et de l'Entreprenariat Féminin, Porte-parole du Gouvernement


-Hamada Abdallah : Ministre de l'Intérieur, de l'Information, de la Décentralisation, chargé des Relations avec les Institutions

 

Les délégués auprès des Vices Présidents et Ministres

 

-Youssouf Soidik, Délégué chargé de l'Urbanisme et de l'Habitat auprès de la Vice-Présidence en charge du Ministère de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme et de l'Habitat


-Mohamed Halifa : Délégué chargé de l'Agriculture et de la Pêche auprès de la Vice-Présidence en charge du Ministère de la Production, de l'Environnement, de l'Energie, de l'Industrie et de l'Artisanat


-Abdou Nassur Mmadi : Délégué chargé de l'Economie et des Privatisations auprès de la Vice-Présidence en charge du Ministère des Finances, de l'Economie, du Budget de l'Investissement et du Commerce Extérieur chargé des Privatisations


-Kalathoumi Mahamoud : Délégué chargée des Transports et du Tourisme auprès du Ministère des Postes et Télécommunications, de la Promotion des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication, chargé des Transports et du Tourisme,


A noter aussi que le Directeur de Cabinet à la Présidence chargé de la défense est Mmadi Ali, ancien Garde de sceaux et Ministre de la justice.

 

Le Secrétaire Général du Gouvernement est Said Mohamed Ali Said

 

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

Repost 0
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 13:29

Source : HZK Presse du 30 mai 2011

 

 

Azali: ''Un don de 2 milliards? C'est prendre les gens pour des c...''

 

 

 
La tournante est arrivée enfin à Mohéli. Cette étape marque la fin d’un cycle d’une présidence à tour de rôle, après Ngazidja (2002) et Ndzouani (2006), dans l’hypothèse où l’île de Mayotte n’aurait pas rejoint l’Union des Comores en 2015. Une tournante qui est instituée en 2001 sous le régime Azali, pour résoudre la double crise séparatiste et institutionnelle qui a éclaté à Ndzouani en 197. L’ancien président est donc un témoin privilégié de cette histoire récente du pays, en tant que protagoniste et signataire de l’accord de réconciliation nationale signé à Fomboni le 17 février 2001.

 
Le colonel Azali a assisté le 26 mai dernier à l’investiture du Dr Ikililou, en volant la vedette à son successeur de 2006 dont la cérémonie marquait la fin de règne, par les honneurs d’un public qui l’a longuement ovationné. Dans une interview exclusive qu’il a accordée à La Gazette / HZK-Presse, cet ancien chef d’état-major de l’armée arrivé au pouvoir le 30 avril 1999 par un coup d’état, avant de se faire élire en mai 2002, comme premier président de l’Union, a accepté de porter un regard sur le régime Sambi et surtout nous parler de l’avenir.



COMMENT AVEZ VOUS VECU L'INVESTITURE DU PRÉSIDENT IKILILOU?

Azali Assoumani : Pour moi c’était un moment très intense et très émouvant puisque c’est la continuité d’un système qu’on a mis en ensemble en 2002 à la suite d’une crise profonde du pays. Je me suis dit tant mieux qu’on soit arrivé jusqu’ici, malgré les hauts et les bas. Mais in fine, c’est quand même un bon résultat d’arriver à une alternance qui s’est passé comme tout le monde l’aurait souhaité. Je parle au conditionnel car on aurait voulu que ça se passe mieux. Mais au moins l’investiture a eu lieu. Le nouveau président est investi conformément à la loi. Tout ce qu’on peut espérer pour lui et pour le pays, est qu’il puisse s’atteler au devoir qui l’attend et prie pour qu’il réussisse parce que sa réussite est la réussite de tout un peuple.


CE JOUR LA, VOUS AVEZ ÉTÉ BEAUCOUP APPLAUDI. QUAND ON SE SOUVIENT QU'UNE DATE PAREILLE VOUS AVEZ ÉTÉ HUE, QU'EST-CE QUE ÇA VOUS FAIT ?

Azali Assoumani :  En tant qu’homme, il faut rester modeste et savoir qu’il y a un prédestiné fait pour chaque Homme qui arrive qu’on le veille ou pas, surtout quand on est musulman. Donc ce qui est arrivé en 2006, c’est un événement. J’en ai connu beaucoup. Je ne dirais pas pire car je n’étais pas chef d’Etat, mais durant ma vie j’en ai connu des moments intenses. Mais il faut remarquer qu’en 2006, il y a des gens qui ont comploté et qui ont payé les gens pour venir faire cela. Nous, on l’a su en amont mais on a laissé passer. Et ce qui s’est passé dernièrement, je ne peux dire que merci. Nous pensons que c’est avec sincérité que les gens ont applaudi très fort. En tout cas, ça ne peut pas être autrement et je souhaite autant pour le Dr Ikililou.

  

ET ÇA VOUS FAIT QUOI DE VOIR VOTRE BÉBÉ, LA TRANSITION, TOURNER ?

Azali Assoumani :La tournante tourne, c’est bien car c’est pour cela qu’elle est faite. Mais le débat que tout le monde ne veut pas faire, c’est moi qui ai voulu qu’elle tourne comme ça. Mais la constitution elle-même avait préconisé une autre façon de tourner. J’ai voulu que ça tourne comme cela parce que pour moi c’est une transition qui continue. Pour moi, 12 ans de transition, c’est largement suffisant pour faire un bilan et voir l’avenir. Malheureusement, le pouvoir actuel l’a biaisé parce qu’il a voulu changer la constitution pour des motifs qui ne sont pas évoqués. Il prétexte que 4 ans c’est moins et que 5 ans c’est mieux. Mais quel est la différence en 4 et 5 ans en matière de gestion ? C’était seulement une façon de torpiller le jeu sans dire ce mot. C’est pourquoi nous sommes arrivés que Dr Ikililou aille faire 5 ans. Tant mieux pour lui. Mais j’avais pensé laisser ces 12 ans de transition et s’asseoir à l’échelle nationale pour dire ce qui a marché et ce qui n’a pas marché. Moi j’ai fait 4 ans, Sambi devait faire 4 aussi, mais il a ajouté un an d’illégalité. La cour constitutionnelle, sans pour autant dire que Sambi va faire 5 ans conformément à la nouvelle constitution, lui a permis de faire ces 5 ans. En tout cas, ça n’a rien avoir avec la révision constitutionnelle que le président en a fait voter et voulait le ramener jusqu’à novembre 2011. Heureusement que la cour constitutionnelle ne l’a pas reconnu comme une loi constitutionnelle. Et vous le permettez de m’étonner que le président Sambi a prétendu qu’il est le seul à vouloir les élections ce jour-là et que les autres n’ont pas voulu. Pourtant, c’est lui qui a introduit la loi pour rester au pouvoir jusqu’en novembre 2011. Et que la lutte qui a été menée par tout le monde y compris la presse à qui je dis bravo, car vous avez fait du bon travail, les mohéliens et nous tous, les partis politiques, c’était pour dire au président Sambi qu’il n’a pas intérêt à jouer ce jeu dangereux. Finalement, c’est par la contrainte qu’il a accepté et maintenant, il se donne les mérites. Qu’il a ôté les chaussures pour prier Dieu pour qu’il puisse en arriver ici, on ne peut pas dire non mais ce que tout le monde sait, ce n’est pas aujourd’hui qu’il voulait partir. Il voulait partir au mieux en octobre 2011 selon la loi qu’il a fait voter [par le Congrès ndlr]. En tout cas, ce qu’on peut capitaliser dans ce départ, il y a une alternance politique qui se fait. Il n’y a pas de chef d’Etat qui part directement au cimetière ou qu’on envoie à la Réunion.



ET MAINTENANT QUEL REGARD PORTEZ VOUS SUR LE RÉGIME DE VOTRE EX-SUCCESSEUR ?

Azali Assoumani :  Avant-hier, Sambi a dit qu’il ne dit pas ce qu’il fait mais il dit ce qu’il n’a pas fait. C’est une façon curieuse de faire un bilan (rire…), car normalement on dit ce qu’on a fait. Je ne vais pas m’étaler mais tout le monde sait que Sambi s’est engagé pour trois choses : un logement décent pour tout le monde, une justice juste et la lutte contre la corruption et création d’emploi. Je pense qu’on n’a pas besoin de sortir d’une grande école et des microscopes pour voir que les logements, on n’en parle pas. Ce qui est curieux, il a lui-même avoué qu’il a touché des milliards pour ce projet. Et que jusqu’alors, à part les trois qui ont été faits en guise d’expérience dans les trois îles, on n’en sait rien. Donc c’est quand même sérieux qu’il s’engage et qu’il annonce avoir les fonds, et il ose dire qu’il n’a rien à dire alors qu’on ne voit pas les logements. Deuxièmement, c’est la justice. Quand on voit l’affaire du général Salimou avec l’assassinat du colonel Combo et l’histoire de l’ancien préfet assassiné sauvagement à Sima, on a intérêt à se poser des questions de savoir quelle justice Sambi a fait pendant les 5 ans. Et là, nous, citoyens lambda, partout où nous nous trouvons, nous sommes très inquiets de savoir si quelque chose de bien ou de mauvais à quelqu’un de façon active ou passive, est-ce qu’il y a une justice capable de rendre la justice, quand on voit le chaos où sombre l’affaire général Salimou. Maintenant pour la corruption, ce n’est pas la peine. Il a avoué que les gens qui se trouvent à ses cotés sont corrompus, qu’ils sont malhonnêtes mais qu’a-t-il fait ? Il a porté plainte devant Dieu. Alors pour parler de justice, les anciens de l’ancien régime, il les a mis en prison. On les a mis en prison mais les siens il porte plainte devant Dieu. Et même ceux qui sont mis en prison, il y a deux catégories : ceux qui ont rejoint le régime et qui sont lavés. Il suffit donc de rejoindre son régime et là on n’est pas coupable. Donc pour ces trois dossiers, c’est le chaos. Je mets au défi n’importe qui, qui viendra dire le contraire. Et d’ailleurs, ça me fait très mal quant je vois des gens très respectables dire dans la presse que oui Sambi a ouvert le pays dans le monde arabe. Allez dans le monde arabe, tout y allait. Mais les arabes, quels ont les résultats qu’ils ont apportés ? Les panneaux à la corniche ? Ou les nouveaux panneaux érigés près du foyer des femmes de Moroni ? Ou bien l’Hôtel Galawa, ou Janat Alkamar du Lac salé ? Au moins, s’il avait construit des hôtels, ces gens viendraient se promener et permettre de lutter contre le chômage, permettre aux commerçants de vendre. Mais ces gens viennent sans rien faire et ils repartent. Et la prouesse, on a constaté par ceux qui arrivent n’ont rien fait que récupérer ce que le pauvre Assim a fait. Assim a réalisé trois investissements importants dans ce pays : Al Amal à Anjouan, Hôtel Itsandra et le Moroni. Et ces gens sont venus récupérer illégalement. Cela n’importe qui peut le faire. Des arabes ou des chinois ce serait la même chose. Donc, il faut rester serein mais qu’on ne prenne pas les gens pour des cons car c’est le chao. Et au lieu de faire son bilan, il annonce le programme de son successeur. Donc tout ce qu’il a dit il ne l’a pas fait mais il est entrain d’hypothéquer la présidence d’Ikililou en annonçant d’autres choses. C’est un peu dommage. J’espère que le président Ikililou saura prendre ses responsabilités en main.

  

MALGRÉ CE BILAN QUE VOUS JUGEZ NÉGATIF, SAMBI EST RESTE POPULAIRE; PEUT ÊTRE QU'IL Y A QUELQUE CHOSE DE NEGATIF ?

Azali Assoumani :  (Hésitation…). Il faut définir ce qu’on appelle populaire. Si populaire, c’est gagner des élections en les achetant. J’ai pensé donner l’exemple mais il n’était pas suivi. J’avais le pouvoir, j’avais les armes, j’ai fait un coup d’Etat, les élections que les instances avaient validées, j’ai accepté. Celles que les instances avaient déclaré perdues, j’ai accepté. Mais lorsqu’un régime ose dire qu’il n’est jamais battu en élection, avec tout ce qu’on a vécu ici, on ne peut pas parler de popularité. C’est un coup de force. Souvenez-vous que même la communauté internationale avait dit qu’à Anjouan, il n’y a pas eu d’élection. Moi, je n’ai pas cette popularité. La popularité que j’aime, c’est si le peuple s’exprime de façon transparente. Et s’il faut le forcer pour se prononcer pour dire après qu’on est populaire, je n’en veux pas.

  

AU CAS OU DR IKILILOU VOUS RECEVAIT EN AUDIENCE QU'ALLEZ-VOUS LUI DONNER COMME CONSEIL ?

Azali Assoumani :  Un conseil simple. Je dirais au président Ikililou qu’il ne doit compter que sur ses propres forces. Ils étaient 10 à Mohéli, trois au niveau national et il a été le seul à être choisi avec ses trois vice-présidents. Cela veut dire que c’est lui qu’on a choisi et c’est à lui d’assumer ses propres responsabilités. Cela ne signifie pas négliger des conseils, ou ne pas avoir des experts mais de savoir qu’il est le seul à être jugé à partir du choix qu’ont fait les comoriens. C’est un peu théorique mais je le dis car on a vécu un scandale pendant 5 ans dans ce pays. Les gens ont compris qu’on peut rester sans rien faire et que les qataris et les arabes viendront tout faire à notre place, en lieu et place de nos autorités. Ils l’avaient compris et le disaient. Quand on entend que le gouvernement a préparé les états de salaire mais attend que l’argent arrive, c’est scandaleux. Donc je dirais à Ikililou qu’on doit compter sur nous mêmes d’abord. On n’est jamais mieux gratté que par soi-même. C’est vrai, il aura des conseils, il aura des aides et on l’espère, mais ils ne sauront jamais se substituer aux efforts qu’on doit faire. Le peuple comorien a choisi d’être libre à partir du 6 juillet 1975 et cela a un sens. S’il fallait être libre et continuer à attendre des aides extérieures pourquoi avoir demandé l’indépendance ? Effectivement, les aides extérieures sont normales et complémentaires, mais ce dont on va réfléchir, concevoir est la façon dont nous allons nous y mettre. Je le dis parce que ce que j’ai entendu, et même le président Ikililou l’a répété par rapport à l’argent censé provenir des ONG, l’argent du Qatar, de la Fondation Fatuma, tout ça c’est nécessaire mais jamais suffisant. En 2005, on a fait une conférence de Maurice avec 200 millions de dollars, et personne n’en parle maintenant. Aujourd’hui, on parle de 600 millions sur la conférence du Qatar. Mais si cette conférence va être gérée de la même manière que Maurice, les résultats, il ne faut rien attendre. La curiosité est que la conférence du Qatar et celle de Maurice qui ont rassemblé toutes les institutions financières internationales et les pays amis, on a eu 200 millions à Maurice et 600 millions au Qatar et qu’on prétend nous dire qu’une ONG va débourser 2 milliards d’euros, c’est prendre les gens pour des c…. Que ce soit ceux qu’ils l’ont ou ceux qui étaient là pour se présenter pour faire croire que c’est de la vérité, ce n’est pas vrai. Ni en amont, ni en aval, ce n’est pas vrai il n’y a pas une Ong qui est capable de donner deux milliards d’euros à un pays et même si c’est le cas, on n’a même pas les moyens d’absorber cette manne en deux ans. C’est du n’importe quoi. J’espère que le clan Ikililou le prend au premier degré mais après il se donne les moyens de vérifier.

 

EST IL POSSIBLE POUR LUI DE SE DÉTACHER ALORS QUE C EST ALORS QUE C EST LA MÊME ÉQUIPE; L'ON PARLE MÊME DE CHANGEMENT DANS LA CONTINUITÉ ?

Azali Assoumani :  (Pensif…). La continuité n’est quand même pas péjorative ! On a toujours dit que l’Etat appartient à tout le monde. La continuité de l’Etat est une donne que tout le monde doit intégrer. C’est d’ailleurs ce qui fait la force des pays développés. Ces pays jouent la continuité de l’Etat que malgré deux régimes qui se tournent le dos, celui qui arrive discerne ce qui est bien pour l’intérêt de l’Etat et il continue parce qu’il y a des lois qui l’ont institué. Ce qui n’est pas bon pour le pays, on l’écarte mais en passant par les voies légales. Prenez l’exemple des Etats-Unis. Vous croyez qu’un pays comme les Etats-Unis se développe en 4 ans ou 8 ans. Ce n’est pas possible. Ils ont intégré la notion de continuité de l’Etat. Ce qui n’est pas malheureusement le cas ici. On a constaté que tout ce qu’on a fait de 2002 à 2006 est considéré comme négatif. On a même eu le culot de dire que rien n’est fait dans ce pays depuis l’indépendance et que c’est maintenant qu’on commence tout faire. C’est comme ça qu’on construit un pays. Maintenant, Ikililou a été élu. Cela veut dire que la continuité de l’Etat ce sont les projets. Il vérifie les projets fiables, il continue et ceux qui ne sont pas fiables, on ne va pas faire la continuité de l’Etat pour faire n’importe quoi. Donc, j’espère que Dr Ikililou va continuer ce qui est bien, encore qu’il y a moins. Mais s’il va continuer sur le mensonge, je crois que c’est dommage. Mais on lui fait confiance sans pour autant trahir l’amitié des gens qui l’ont amené jusqu’à là, mais au moins qu’il leur dise que c’est moi seul le comptable vis-à-vis du peuple comorien et vis-à-vis de Dieu, car c’est lui seul qui a prêté serment avec les trois vice-présidents.

A PARTIR DE 2015, SI LA COMPÉTITION N'EST PAS CHANGEE CE SERA LE TOUR DE NGAZIDJA DE REPRENDRE LA TOURNANTE. COLONEL AZALI, POURRAIT IL ÊTRE CANDIDAT ?

Azali Assoumani :Vous n’allez pas me poser une question qui est au conditionnel ! (Grand rire…). C’est vrai nous arrivons au terme du système de la tournante. Maintenant, il appartient au Président Ikililou et à l’assemblée d’appeler le peuple comorien à réfléchir. C’est à partir de là que les uns et autres vont se prononcer. Mais je crois que ce serait maladroit et même dépasser les ambitions de se décider dès maintenant, que quelque soit les cas de figure je vais être candidat. Donc, je ne peux pas me prononcer alors que je ne sais pas comment l’évolution des institutions va se dessiner. On ne se prononce pas par hypothèse. Il va falloir regarder où on va pour ne pas faire un saut dans l’inconnu. Mais lorsqu’on verra où l’on pose le pied, j’y réfléchirai avant de dire que je peux ou je ne peux pas. C’est là que la question va se poser et certainement, il y aura une réponse. Maintenant, c’est prématuré.


PROPOS RECUEILLIS PAR A.A. MGUENI

Moroni, 30 mai 2011 (HZK-Presse)

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans INTERVIEWS
commenter cet article
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 10:38
                    Nous sommes le 29 mai 2011. Je te dédie le poème ci-dessous :

 

MAMAN

   

 

Sourire mêlé à des larmes

Inlassable après une guerre rude

Toi qui m’as intimement abrité dans ton corps

Toi dont les seins ont accepté ma salive

Où serais- je sans ton ventre et ta patience

Un jour un beau jour un grand jour

Joufflu et noir j’envahis ce monde

Avec un cordon ombilical me reliant à toi

Femme noire femme comorienne

Femme cœlacanthe femme jasmin

Au large de cet océan houleux

Rien ne saura nous délier

 

Extrait de "Cris d'ici et d'ailleurs", Halidi Allaoui, 2008 Komédit

 


Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans POESIE
commenter cet article

Pages