Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 21:29
Moroni, mardi 25 septembre 2007 (HZK-Presse) – Les activités du Programme de codéveloppement en Union des Comores (PCUC) financé par la coopération française entrent dans une phase active avec l'installation prochaine des Comités consultatifs des projets au niveau des îles de Ngazidja et Mwali [les activités sur Ndzouani sont momentanément gelées, compte tenu de la situation politique qui prévaut actuellement dans l'île, ndlr].

Des séminaires d'information se tiennent depuis hier lundi avec la participation des acteurs locaux intéressés, notamment les responsables d'associations communautaires ou de développement et les maires.

Le PCUC constitue un des volets importants de l'aide publique de la France en faveur des Comores, avec une enveloppe de 2 millions d'euros (984 millions francs comoriens) destinée à renforcer l'implication économique de la diaspora dans les actions de développement à caractère collectif ou individuel.

Le programme se décline en trois composantes, l'appui aux associations de migrants, la mobilisation des compétences de la diaspora et l'appui aux porteurs de projets économiques. Il s'agit de favoriser l'émergence d'un nouveau type d'associations de la diaspora, plus entreprenantes et désireuses de réaliser dans leur pays des projets de développement durable, ou à accompagner des initiatives individuelles de migrants « hautement qualifiés » installés en France et qui seraient intéressés par des missions ponctuelles à caractère universitaire, scientifique ou économique. Le programme permet aussi d'encourager l'investissement privé dans des secteurs productifs ou sociaux.

Les concepteurs de ce projet entendent par codéveloppement, « toute action d'aide au développement à laquelle participe des migrants vivant à l'extérieur de leur pays d'origine ».

Les Comores font partie des quatre pays modèles choisis par le gouvernement français pour servir de laboratoire à cette phase pilote du programme, avec le Mali (2,6 millions d'euros), le Maroc (3,8 millions) et le Sénégal (2,6 millions), compte tenu du poids économique que représente leurs diasporas respectives en France.

Au cours des débats qui ont dominé les travaux du premier séminaire tenu à Moroni le 24 septembre dernier, il a été longuement question de la pérennisation du projet au-delà de la période de 36 mois couverte par la subvention.

L'adjointe au chef de projet, Mme Bicarima Ali qui a présenté les critères d'éligibilité et le mécanisme de financement, a insisté sur le respect des procédures établies et des étapes à suivre pour éviter tout rejet de dossier.

Mme Bauer, chef du service de Coopération et d'action culturelle, a tenu à expliquer aux participants que « de la qualité du diagnostic des projets passés dépend la qualité et la pertinence des actions en cours ou à venir ». Elle a surtout appelé les porteurs de projets à privilégier les « projets fédérateurs » et le partage des expériences avec les autres localités ou partenaires.

Pour le chef de projet Daniel Joannes, « il est aussi important que les futurs bénéficiaires du programme puissent se l'approprier efficacement en maîtrisant l'ensemble du processus ».

Dans son mot de clôture, la directrice adjointe au Plan de l'île de Ngazidja a souhaité que la mise en œuvre du PCUC tienne compte des besoins prioritaires et spécifiques aux différentes régions, pour qu'elle soit réellement en conformité avec les orientations fixées dans le cadre du Plan d'action de son département.

Il a été rappelé que le PCUC s'inscrit dans le cadre global des interventions de l'ensemble des partenaires au développement des Comores, tant au niveau bilatéral que multilatéral, à travers le document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté (DSRP) présenté en décembre 2005 à la conférence de Maurice. Le programme s'intègre aussi dans le Document cadre de partenariat (DCP) signé le 27 novembre 2006 entre Paris et Moroni, pour les cinq prochaines années.
 
El-Had Said Omar 250907/eso/hzkpresse/7h00
 
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 20:24
 
Le RENAG (Réseau National des Avocats du Genre) a élu son bureau le dimanche 9 septembre dernier à l’issue de sa première Assemblée Générale organisée pendant deux jours à l’Hôtel Galawa situé à Mitsamihouli au nord de l’île de Ngazidja. Plusieurs personnes (Juristes, Enseignants, Militantes, Economistes…) venues de Ngazidja, Mwali et Ndzuani y ont pris part. Le point commun de tous les participants est qu’ils s’intéressent de près aux questions de la femme dans notre pays.
 
Le premier bureau du RENAG est composé de :
 
- Madame Baraka Ali Mari : présidente (professeur certifié de physique Chimie) :
 
- Monsieur Soilihi : Secrétaire général (Juriste et actuel secrétaire général de l'assemblée de Ngazidja) :
 
- Madame Moinafatima chaharane : Trésorière (directrice de la fonction publique) :
 
- Madame Chouhoura Abdallah : Conseillère en communication (Ancienne déléguée aux Droits de l’Homme) :
 
- Madame Sittou Raghadat Mohamed : Conseillère en formation (Ancienne Ministre et Députée, Enseignante à l’IFERE) :
 
Le RENAG n’est autre que cette organisation non gouvernementale et apolitique, créée il y a quelques mois, laquelle regroupe des femmes leaders et hommes ayant une connaissance confirmée dans les questions du Genre.
 
Les objectifs du RENAG sont les suivants :
 
- Sensibiliser sur la pertinence de l'intégration du Genre dans les politiques et programmes de développement du pays
 
- Initier toute action de nature à participer au respect de l'égalité entre hommes et femmes pour une société de liberté d'harmonie et de stabilité
 
- Promouvoir le leadership féminin
 
- Promouvoir le renforcement des capacités des hommes et des femmes sensibles afin de pérenniser le plaidoyer du concept Genre
 
- Créer un espace de discussions et de dialogue favorable à un changement de mentalité à l'égard des femmes
 
- Participer à toutes les actions tendant à renforcer, harmoniser, actualiser la législation portant sur le droit de la femme
etc
 
La plupart de ses membres ont suivi la formation en Genre et Développement qui s’est déroulée à Moroni en mai dernier.
 
« Genre et développement humain », expression en vogue actuellement au sein des agences du Système de Nations unies et dans notre pays, est un concept qui fait prévaloir le rôle et la place de la femme dans les processus de prise de décisions
 
Vous trouverez ci-dessous quelques photos des participants de ladite AG :

week-end-GALAWA-BEACH-09-09-2007-NEYMAT-132.jpgweek-end-GALAWA-BEACH-09-09-2007-NEYMAT-127.jpgAccolade entre la Présidente et la
                                                                             conseillère en communication

Le bureau (de g à d : Mme Chouhoura, Mme Baraka, Mme Moinafatima, Soilih, Mme Sittou)
week-end-GALAWA-BEACH-09-09-2007-NEYMAT-133.jpg   week-end-GALAWA-BEACH-09-09-2007-NEYMAT-118.jpg


week-end-GALAWA-BEACH-09-09-2007-NEYMAT-116.jpg    Maître Maandhui alias Lezamed et Mme
    Karida Dia (Ci dessus)
De g à d : Mmes Sittou, Chouhoura et Jacqueline (Ci dessous)


week-end-GALAWA-BEACH-09-09-2007-NEYMAT-122.jpgweek-end-GALAWA-BEACH-09-09-2007-NEYMAT-107.jpg
                                                                               


week-end-GALAWA-BEACH-09-09-2007-NEYMAT-065.jpg

Halidi (HALIDI-BLOG-COMORES)
 
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 09:59
  HALIDI-BLOG-COMORES
 Sambi-en-tenue-militaire.jpg
L'Armée nationale de développement (And) a procédé, jeudi 20 septembre, à des manœuvres militaires maritimes pas habituels aux yeux de la population. Il s'agissait d'exercices d'essai de quatre vedettes pneumatiques au large de la capitale. Le président Sambi, commandant suprême des forces armées - en compagnie de son épouse en gilet de sauvetage - a participé aux exercices avec le chef de l'état major de l'And, le colonel S. M. Amir.
Le directeur du cabinet de la présidence, chargé de la défense a déclaré qu'il s'agit ''juste'' d'un essai de nouveaux équipements militaires octroyé au pays par un pays ami. Un lot d'équipements qui va apporter une bouffée d'oxygène à la logistique de l'armée nationale, a-t-il précisé. Ce don d'un pays frère, disent les autorités sans autres commentaires, a été acheminé par avion en quatre vols différents.
Le public a pu apprécier, au cours de cet exercice matinal, quatre vedettes de type zodiac qui ont vogué sur les eaux maritimes de la rade de Moroni et ses périphéries. Beaucoup de personnes qui ont assisté à cet essai auraient souhaité ''que ce soit des entraînements pour un débarquement visant à rétablir l'ordre institutionnel à Ndzuwani''.
Abdallah Said
Article publié par Al watwan
 
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 09:50
  HALIDI-BLOG-COMORES
 
 
Dans l'exécution du mandat donné par le Conseil de paix et de sécurité (Cps), la réunion a adopté la recommandation de sanctions individuelles et autres à imposer aux autorités autoproclamées de Ndzuwani, la révision du mandat de la Maes et des mécanismes pour faciliter la mise en œuvre de ces recommandations.
 
Le Comité ministériel des pays de la région sur les Comores s'est réuni au Cap, le mardi 19 septembre, pour examiner les recommandations des différentes rencontres tenues précédemment notamment celle qui a eu lieu le 4 septembre à Addis-Abeba. Les pays contributeurs de troupes à la Maes qui ne sont pas membres du comité ministériel, ont également participé à la réunion.
Le comité est constitué de ministres d'Afrique du Sud, du Kenya, de Madagascar, de Maurice, des Seychelles et de la Tanzanie. Le Sénégal et le Soudan assistent aux réunions en leur qualité de pays contributeurs de troupes à la Maes.

Le gouvernement de l'Union des Comores a été invité à présenter les récents évènements qui se sont produits au pays. Le chef des autorités de fait de l'île de Ndzuwani, le colonel Mohamed Bacar, a été appelé ''pour notification des recommandations de la réunion du 4 septembre''.

Dans l'exécution du mandat donné par le Conseil de paix et de sécurité (Cps), la réunion a adopté les recommandations des sanctions individuelles et autres à imposer aux autorités illégales de Ndzuwani, la révision du mandat de la Maes et des mécanismes pour faciliter la mise en œuvre de ces recommandations. ''Des mesures pour l'exécution, y compris l'usage de la force militaire, seront envisagées en tout dernier recours'', relève le document final de la réunion du 4 septembre à Adis Abeba.

Les autorités de fait de Ndzuwani sont frappées d'interdiction de voyager. A cet égard, l'Union africaine devrait demander à tous ses Etats membres ainsi qu'à tous les partenaires bilatéraux de prendre les mesures nécessaires pour empêcher l'entrée ou le transit dans leurs territoires de tous les membres des autorités illégales de Ndzuwani et de toutes les autres personnes qui entravent le processus de réconciliation et présentent une menace à la paix et à la sécurité aux Comores. Il y a le gel des fonds, d'autres biens financiers et de ressources économiques.
A cet égard, l'Union africaine devrait demander à tous les Etats membres et autres membres de la communauté internationale de geler immédiatement les fonds, les autres biens financiers et les ressources économiques des autorités illégales de Ndzuwani et de toutes les autres personnes qui entravent le processus de réconciliation et représentent une menace à la paix et à la sécurité aux Comores.
Ces sanctions individuelles visent les membres du gouvernement auto proclamé de Ndzuwani, ceux du cabinet civil du président auto proclamé, ceux de l'assemblée et de la commission électorale insulaire, les membres du personnel et du quartier général de commandement de la gendarmerie de Ndzuwani et les individus qui contribuent au financement des autorités illégales de l'île. Des mesures de restriction des liens aériens et maritimes avec Anjouan ont été également prises. Tous les transports aériens et maritimes à destination ou en provenance de Ndzuwani devraient être surveillés pour s'assurer qu'ils ne profitent en aucune façon aux autorités autoproclamées de l'île et à leurs partisans. On rappelle, cependant, la nécessité de limiter autant que possible l'impact de ces mesures sur la population civile.

Au sujet de la révision du mandat de la Mission d’assistance électorale et sécuritaire (Maes), pour faciliter la mise en œuvre de ces mesures, et conformément à la décision du Cps, il a été recommandé que ''le mandat de cette force soit déployée à Ndzuwani pour faciliter l'organisation à Anjouan du premier tour de l'élection du président de l'île à une date qui sera acceptable pour les parties prenantes conformément à la constitution et à la législation électorale pertinente''; et assurer la sécurité nécessaire pour l'organisation d'élections libres et transparentes, superviser le cantonnement des éléments de la gendarmerie (qui ne seront en aucun cas impliqués dans la supervision du processus électoral), superviser le désarmement des éléments de la gendarmerie anjouanaise ainsi que leur intégration dans l'armée nationale comorienne, aider à la mise en place à Ndzuwani d'une force de sécurité interne conformément à la constitution de l'Union et sous la supervision de l'Union Africaine, faciliter le rétablissement de l'autorité de l'Union à Ndzuwani et aider à la création des conditions nécessaires.

La composition de la Maes serait alors ajustée et sa composante civile considérablement renforcée pour lui permettre de remplir sa mission conformément au mandat révisé. L'appui logistique et l'équipement de la Maes seront également accrus.
Une campagne de sensibilisation sera menée auprès de la population de l'île pour lui expliquer que ces mesures visent exclusivement les autorités illégales de l'île, que l'objectif escompté est de rétablir la normalité à Ndzuwani, pour permettre ainsi les Comores à s'engager dans la voie du développement socioéconomique. Un mécanisme de suivi des mesures est prévu et devrait se réunir régulièrement et soumettre des rapports au Cps. Ces mesures devraient être appliquées pour une période initiale de quarante cinq jours comme prévu.
M. Soilihi Ahmed
Article publié par Al watwan
 
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 20:12
Moroni, jeudi 20 septembre 2007 (HZK-Presse) Le colonel Mohamed Bacar a regagné Anjouan mercredi après midi après avoir passé 24 heures en Afrique du Sud où il avait rejoint une délégation partie trois jours avant, conduite par son ministre de la coopération décentralisée Mohamed Abdou Madi pour une ultime tentative de dénouement de la crise née de sa réélection à la présidence de l'île en juin dernier à l'issue d'un scrutin qui a été reporté par l'autorité centrale, a constaté HZK-Presse.

« Seul un dialogue comoro-comorien peut nous permettre de sortir de cette crise et non une guerre, j'espère que d'autres pourparlers devront suivre dans les jours à venir afin de parvenir à cette fin », a-t-il déclaré sur radio télé Anjouan (RTA) la radio officielle des autorités de l'île.

Dans l'interview qu'il a accordée à RTA, le colonel Mohamed Bacar a appelé la population à « rester calme, à vaquer à ses occupations et à ne pas céder à la psychose » car selon lui, « il est clair qu'il n'y aura pas de débarquement militaire à Anjouan. »

Prés de trois cents personnes composées essentiellement des membres de son gouvernement, des élus locaux, des responsables de l'administration et des femmes avaient répondu positivement à l'appel du service du protocole de Daru-Nnajah largement diffusée dans la journée sur les ondes de RTA invitant la population à se rendre massivement à l'aéroport pour accueillir la délégation, a-t-on observé.

Tous les membres de la délégation anjouanaise sont arrivés en même temps que Mohamed Bacar mais aucun d'eux n'a souhaité répondre à nos questions.

Le départ du colonel Bacar le mardi dernier à bord d'un jet dépêché par les autorités sud africaines était diversement commenté par la population, certains y voyaient même « un départ sans retour. »

Répondant à une question d'un journaliste de RTA sur ce sujet, il s'est dit « satisfait du voyage et beaucoup plus en forme qu'il ne l'était avant son départ et demande à ses opposants d'être sincères envers eux-mêmes et envers les Comoriens. »

Ce voyage du président Mohamed Bacar en Afrique du Sud est sa première sortie en dehors du territoire de l'île depuis qu'il a organisé le 10 juin dernier des élections présidentielles dans l'île en dépit du report d'une semaine du scrutin par le président de l'Union des Comores.

Le président de l'Union et la communauté internationale au premier rang de laquelle l'Union africaine (UA) ont rejeté les résultats de ce scrutin.

Source : Hamid Ahmed - 200907/ha/hzkpresse/7h00
 
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 09:06
Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)
 
Moroni, lundi 17 septembre 2007 (HZK-Presse) – Deux semaines après la réunion au niveau des experts tenue à Addis-Abeba, l’Union africaine organise à Cap Town, sous la présidence de la République sud-africaine, une session ministérielle des pays de la région sur la crise comorienne. Le gouvernement de l’Union sera représenté par le ministre des relations extérieures et de la coopération, Ahmed Ben Said Djaffar,
accompagné de l’ambassadeur des Comores à Pretoria, Ahmed Thabit.
 
Le chef du bureau de liaison de l’Union africaine à Moroni se trouve également sur place. Selon plusieurs sources concordantes, la réunion ministérielle de ce mardi devrait entériner les recommandations de la rencontre technique du mois dernier, sur l’évolution de la situation à Anjouan et les perspectives de règlement de cette crise.
 
Les ministres des pays de la région devraient signifier à la délégation anjouanaise la position de la communauté internationale qui exige la tenue dans les meilleurs délais d’une nouvelle élection présidentielle libre et démocratique à Anjouan, sous la supervision de l’Union africaine. L’option de saisir le conseil de sécurité des Nations unies initialement suggérée par l’Afrique du sud n’aurait pas été retenue compte tenu de la durée que cela pourrait prendre.

El-Had Said Omar
170907/eso/hzkpress
e/7h30
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 19:12

Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)
  
  Comores / Economie
  Tourisme :
  Signature d’un accord pour un projet hôtelier d’un montant de 70 millions de dollars 
  
  Moroni, jeudi 13 septembre 2007 (HZK-Presse) – Moins de 15 jours après le vote par le parlement d’une loi autorisant le gouvernement à vendre la propriété de Galawa et Maloudja à un opérateur privé arabe (Dubaï World Holding Ltd) pour 5 millions de dollars (Cliquez ICI,) le Vice Président de l’Union des Comores, Idi Nadhoim et le vice-Président de Istithmar, M. Khaled Al Kamda, représentant ledit groupe appartenant au gouvernement de Dubaï, viennent de procéder, le 10 septembre dernier aux Emirats Arabes Unies, à la signature d’un accord portant sur le développement d’un projet hôtelier de luxe (5 étoiles) sur les sites de Galawa et Maloudja, en Grande-Comore, avec un budget prévisionnel estimé à 70 millions de dollars américains.
  
  C’est ce qui ressort d’un communiqué de presse émanant de la Vice-présidence en charge des transports, des postes et télécommunication et du Tourisme, accompagnant l’intégralité du document signé en version anglaise.
  
  Il s’agit de la concrétisation des démarches et entretiens initiés depuis juillet 2007 entre le ministère comorien du tourisme et le Groupe Dubaï World (DW), indique les auteurs du communiqué, en l’intégrant dans le programme de développement global des Comores présenté en décembre 2005 à la conférence de Maurice, à travers le document de stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté (DSCRP).
  
  Cet important contrat d’investissement est le quatrième du genre à être conclu en douze mois par le nouveau régime du président Ahmed Abdallah Sambi, après la concession des services de manutention portuaires aux groupes Al Marwan et Gulftainer de Sharjah, suivie par la création de la holding Comoro Gulf, l’installation en cours de la Banque Fédérale des Comores appartenant à un groupe d’investisseurs Koweïtien dirigé par le Prince héritier Jaber Al Ahmad Al Sabah (10 millions d’Euros de capital) et l’ambitieux projet de village touristique d’un montant de 150 millions d’Euros.
  
  Le même communiqué rappelle que d’autres projets d’envergure ont déjà abouti à des contrats avec d’autres partenaires étrangers, notamment dans les secteurs stratégiques de la prospection pétrolière (avec la société américaine GX Technologie), du transport aérien, des ports maritimes, qui sont en cours de négociation ou de finalisation.
  
  Pour le gouvernement comorien, toutes ces initiatives traduisent sa volonté politique d’ouverture de l’économie nationale « aux investissements étrangers en général, et à ceux des pays frères arabes en particulier ».
  
  Un tel accord avec le groupe DW constitue un gage de crédibilité du pays, prouvant l’existence de conditions très attractives et favorables aux investissements directs étrangers, conclut le communiqué.
  
  El-Had Said Omar
  130907/eso/hzkpresse/6h00
  

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 19:06
Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)
  
  Comores / Société
  Université des Comores :
  Sambi pose de la première pierre d’un nouveau bâtiment

  
  Moroni, jeudi 13 septembre 2007 (HZK-Presse) – C’est devant une assistance nombreuse que le chef de l’Etat a procédé ce jeudi matin à la pose de la première pierre d’un nouveau bâtiment qui abritera quatre salles de classe et deux laboratoires destinées à la faculté des sciences et à l’école de médecine.
  
  Une infrastructure entièrement financée à titre de don, sur des fonds de l’Association mondiale pour l’appel islamique, une ONG libyenne qui intervient dans des actions de bienfaisance. Dans son allocution, l’ambassadeur de la Grande Jamahiriya arabe a exprimé sa « profonde satisfaction » de voir ainsi aboutir un grand projet qui lui tenait particulièrement à cœur, « en tant qu’ancien professeur et pédagogue de formation ».
  
  Pour M. Musbah Sfasfar, cette réalisation sera facteur de toute action de développement, car elle doit contribuer au renforcement des capacités des cadres nationaux, et limiter l’expatriation des cerveaux. Ce projet d’un coût total estimé à 168 millions de francs comoriens. Le contrat des travaux vient d’être signé entre Mantur Mohamed, qui est le président de l’association donatrice, et l’entrepreneur comorien Youssouf Ali qui a obtenu le marché.
  
  Le ministre de l’éducation nationale et de la recherche, a pour sa part présenté ses remerciements aux autorités libyennes pour leur précieuse contribution au développement de l’Université des Comores, qui « témoigne de la qualité des liens de coopération unissant nos deux pays depuis notre accession à l’indépendance ». Et M. Abdourahim Said Bakar de rappeler notamment la formation de nombreux cadres supérieurs et la construction d’une bibliothèque universitaire, un ouvrage qui vient de s’achever pour un montant de 115 millions fc.
  
  Le nouveau bâtiment de trois étages qui s’érigera à l’intérieur du site de l’actuelle école de médecine, devra améliorer la capacité d’accueil de l’université et offrir un « outil indispensable à la formation de la jeunesse comorienne, tout en participant à la lutte contre le chômage et la pauvreté, gage de développement durable », conclut-il.
  
  En procédant à la pose de la première pierre, le président de l’Union a rendu hommage l’action du guide de la révolution libyenne en faveur de la coopération bilatérale, « dont ce projet en est le fruit et constitue un bel exemple de la fraternité arabo-africaine », tout en déclarant sa détermination à concrétiser encore d’autres idées.
  
  Le président de l’université des Comores, Mohamed Rachadi, n’a pas manqué d’exprimer la gratitude de l’ensemble de la communauté universitaire de « voir un rêve devenir aujourd’hui réalité ». Les travaux devraient durer environ 18 mois selon le planning prévisionnel du chantier.
  
  El-Had Said Omar
  130907/eso/hzkpresse/11h30
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 19:39
Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)
 
Moroni, lundi 10 septembre 2007 (HZK-Presse) Comme de tradition, l’ambassade de la Jamahiriya Arabe Libyenne a célébré la fête de la révolution du 1er septembre, qui a porté au pouvoir en 1969 Mouammar Kadhafi. Avec une semaine de décalage, la cérémonie officielle s’est déroulée samedi dernier dans les jardins de l’hôtel Le Moroni, en présence de nombreuses personnalités politiques, militaires et religieuses.
 
On a noté la présence du vice président Ikililou Dhoinine, assurant l’intérim du chef de l’Etat, le président de la Cour Constitutionnelle, le président de l’île autonome de Ngazidja, l’ancien président Azali Assoumani, des ministres et parlementaires, aux cotés des représentants du corps diplomatique et des organismes internationaux en poste à Moroni.
 
Dans son discours, l’ambassadeur Musbah Sfasfar a brossé un tableau de la coopération bilatérale entre Moroni et Tripoli, marquée par un renforcement des liens de fraternité et de solidarité unissant les deux pays et les deux peuples. Selon le diplomate, ces relations ont enregistré des progrès significatifs au cours de l’année dernière, dont le point d’orgue fut la récente visite du président Sambi qui a permis de faire avancer un certain nombre de dossiers de la coopération bilatérale.
 
L’on retiendra notamment le parachèvement du projet de construction de la bibliothèque de l’université des Comores financé par la Libye à hauteur de 115 millions fc, qui sera prochainement suivi par celui d’un immeuble de 3 étages abritant des salles de classe et laboratoires, pour un coût estimé à 500.000 dollars US.
 
C’est avec un ouf de soulagement que l’assistance a accueilli l’annonce de l’arrivée prochaine à Moroni de la première cargaison de bitume (4670 tonnes) d’un montant de 2,6 millions dollars US, au titre d’un don promis par le gouvernement libyen depuis 2005, à la demande des autorités comoriennes en vue de réhabiliter le réseau routier national qui a atteint un niveau de dégradation sans précédent.
 
Le représentant de la Grande Jamahiriya n’a pas manqué d’aborder l’actualité politique comorienne toujours dominée par la crise anjouanaise, en déclarant que son pays restait solidaire à l’Union des Comores, dans le cadre des efforts de la communauté internationale et de l’Union africaine visant à consolider son unité et son intégrité territoriale, gage de stabilité politique.
 
« Nous condamnons énergiquement les séparatistes qui ne sont que des criminels tenus de répondre de leurs actes devant la justice », dit-il. Mais pour sortir de ce cercle vicieux institutionnel qui dure depuis six ans, le diplomate libyen suggère une révision des principes fondamentaux du nouvel ensemble comorien. « Il n’y a pas dans ce monde un pays où des élections sont organisées consécutivement chaque année, même dans ceux qui se prétendent démocratiques et croient conduire le monde libre » explique M. Sfasfar.
 
Et ce dernier de conclure sur un ton plus optimiste, en estimant que l’archipel des Comores peut se placer dans « une position meilleure » sur la base de « son propre potentiel multisectoriel, notamment dans les domaines du tourisme, de la pêche et de l’agriculture », capable de restaurer la stabilité politique et promouvoir la prospérité économique.
 
Dans son allocution, le représentant de Tripoli a tenu à « saluer les positions positives du gouvernement comorien et du peuple comorien visant à renforcer la solidarité et la coordination  durable avec la Libye », en citant le soutien politique apporté à ce dernier sur plusieurs questions au sein des instances régionales et internationale. 
 
El-Had Said Omar
100907/eso/hzkpresse/6h00

HALIDI-BLOG-COMORES
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 10:03
Partage des compétences : Le bout du tunnel
 
C'est désormais chose faite. Le chef de l'Etat vient de procéder formellement au transfert des compétences vers les îles autonomes. Pour le moment, ce transfert ne concerne que les sociétés d'Etat, mais il témoigne, en tout cas, de cette volonté du président Sambi de dépassionner les relations entre l'Union et les îles autonomes. Le décret présidentiel, signé le lundi 3 septembre, porte sur les modalités de gestion des sociétés à capitaux publics et des établissements à caractère industriel et commercial.


L
e conflit des compétences entre l'Union et les îles a vécu. En signant, peu avant son départ à l'étranger, le décret fixant les modalités de gestion et d'administration des sociétés d'Etat et autres établissements publics, le président Sambi vient de désamorcer cette crise qui a longtemps empoisonné les relations entre l'Etat central et les entités autonomes. ''Désormais, rien ne sera plus comme avant'', assure un fonctionnaire de la présidence de l'île de Ngazidja. ''C'est l'aboutissement d'un long combat'', a dit le notable Ismaël Abdou qui a rendu hommage aux efforts de l'ancien président, El-bak, dans sa quête inlassable des compétences de l'île. ''Aujourd'hui est un grand jour qui restera sans doute dans l'histoire'', a renchéri le président Abdouloihabi.
Le décret du président Sambi prévoit des conseils d'administration dans toutes les sociétés à capitaux publics et établissements à caractère industriel et commercial. Ces conseils comprendront, entre autres, des représentants aussi bien de l'Union que des îles. Les succursales de ces sociétés seront placées sous la tutelle d'un directeur régional, nommé par le président de l'île et dont la mission est d'assurer ''l'exécution du budget de fonctionnement affecté à sa direction, la gestion des ouvrages meubles et immeubles de la succursale et la tenue de la comptabilité''. Les décisions de recrutement et de licenciement du personnel, elles, reviennent à la direction générale qui devra, dans le premier cas, se conformer aux résultats d'une évaluation ou d'un concours. Il appartiendra cependant au directeur régional d'évaluer ses propres besoins en matière de personnel avant de les soumettre à l'Union pour approbation dans le cadre du budget annuel.
Aboutissement d’un long combat
Le décret stipule, en outre, que ''pour chaque société, il sera crée un compte commun auquel seront versées toutes les recettes et dont la gestion est assurée par la direction générale et des comptes de fonctionnement au niveau des directions régionales''.
Hier, jeudi 6 septembre au Foyer des femmes à Moroni, l'entourage du président de l'île de Ngazidja se frottait les mains : ''C'est maintenant que vous pouvez juger notre action. Avant, c'était juste une coquille vide'', déclare Ali Said, le drapeau de l'île noué autour de la tête.
Les députés de Ngazidja se montrent moins enthousiastes et dénoncent, pour leur part, une violation du principe de l'autonomie des îles consacrée par la constitution. Selon le conseiller juridique à l'assemblée de l'île, Mohamed Attoumane, il s'agit tout simplement d'un retour à l'Etat centralisé, ''autrement dit à la constitution de 1978''. ''Au lieu d'une décentralisation, l'on assiste à une déconcentration'', précise-t-il.
Pour le député Ali Hassani, le décret du président de la République n'est pas conforme à la loi qui ''prévoit, au niveau des îles, non des directeurs régionaux, mais des directeurs généraux. Ensuite, ces directeurs, dans le cas présent, ne disposent d'aucun pouvoir. Ils ne peuvent ni recruter ni révoquer un agent. Quelle autonomie?'', déclare-t-il avant de poursuivre : ''La loi prévoit que les directeurs seront nommés par les présidents des îles sur proposition des conseils d'administration. Ce qui n'est pas le cas dans le décret présidentiel. C'est l'arbre qui cache la forêt''.
L'autre grief des députés de Ngazidja porte sur le mode de gestion des sociétés d'Etat. Selon eux, l'autonomie financière des établissements publics relevant de l'autorité de l'île n'est pas garantie. ''Les directeurs régionaux ne font que récolter les recettes, mais la gestion proprement dite du compte commun revient au seul directeur général'', affirme Ali Hassani.
A ceux qui disent que les directeurs régionaux ne seront que des simples exécutants sans pouvoir réel, le conseiller à la présidence de l'Union, Abdou Issa, répond que ''ces sociétés ont des textes qui déterminent clairement le champ d'intervention et les prérogatives de chaque directeur. Il n'y a donc pas de quoi jaser''.
Une avancée considérable
Le ministre du Tourisme et des Transports de Ngazidja, Said Mzé Dafiné, lui, parle ''d'une avancée considérable'' : ''Nous ne sommes pas de ceux qui disent "tout ou rien". Aucune île ne peut se suffire à elle-même. Nous avons tous besoin de l'Union'', dit-il. S'il reconnaît que des zones d'ombre existent quelque part, notamment en matière budgétaire, il s'en remet à l'arbitrage des conseils d'administration qui ''sont là justement pour dénouer les crises éventuelles''.
Rappelons que le partage des compétences avait jusqu'ici constitué la principale pomme de discorde entre l'Union et les îles. L'on se souvient de l'acharnement avec lequel l'ancien président Mzé Soulé Elbak a réclamé les ''hutwamu za Ngazidja''. La marche sur Beit-salam, qui a failli tourner au bain de sang en 2004, restera comme l'une des manifestations de cette bataille entre Elbak et Azali autour du transfert des compétences. Alors, le bout du tunnel ?
Mohamed Inoussa

Article publié sur le site :www.alwatwan.net
Partager cet article
Repost0

Pages