Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 19:06
Bonne fête de l’ide Moubarak !
 
A l’occasion de cette grande fête de notre communauté, ide Moubarak, je vous (à vous et à votre famille) présente mes vœux de bonheur, de prospérité et de bonne santé.
 
Que Dieu nous aide à concrétiser les projets qui nous tiennent à cœur !
 
Qu’il apporte à notre cher pays et à son peuple la paix et le développement !
 
Qu’il aide surtout nos autorités politiques à prendre enfin les mesures appropriées tendant à mettre hors d’état nuire ces voyous qui ont pris la population d’Anjouan en otage dans les brefs délais !

AMEN.
 
Halidi Allaoui
Partager cet article
Repost0
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 09:01
Comores: l'UA impose des sanctions aux autorités de l'île d'Anjouan 
ADDIS ABEBA - L'Union Africaine (UA) a décidé d'imposer des sanctions - restrictions sur les déplacements et gel des avoirs financiers à l'étranger - contre les autorités de l'île d'Anjouan, a annoncé mercredi le responsable du Conseil de paix et de sécurité de l'UA, Said Djinnit.

"Le Conseil a approuvé les recommandations en faveur de sanctions individuelles contre les personnalités d'Anjouan. Elles dureront 45 jours", a déclaré M. Djinnit à la presse au terme d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) à huis clos mercredi à Addis Abeba.

"Si durant cette période, les autorités illégales d'Anjouan acceptent d'organiser de nouvelles élections, ces sanctions seront levées. Dans le cas contraire, le CPS prendra des mesures plus coercitives comme un blocus aérien et maritime", a ajouté M. Djinnit.
Réagissant à ces sanctions, Mohamed Abou Madi, ministre chargé notamment de la Coopération décentralisée et de l'Environnement au sein du gouvernement d'Anjouan, a réaffirmé que les autorités d'Anjouan n'organiseraient pas un nouveau scrutin à moins qu'il ne soit également réorganisé dans les deux autres îles de l'Union (Grande-Comore et Mohéli).

"Il n'y aura pas d'élections sauf aux conditions que nous avons indiquées: les élections ont lieu le même jour dans toutes les îles (...); soit on tient les élections dans toutes les îles , soit on organise une conférence intercomorienne", a-t-il déclaré mercredi soir à l'AFP, joint par téléphone depuis Moroni.
M. Madi a indiqué que le gouvernement d'Anjouan se réunirait jeudi pour débattre des sanctions imposées par l'UA.

"Le gouvernement de l'Union n'a jamais négocié mais il a opté depuis le début pour imposer sa volonté", a critiqué M. Madi.
"Nous pourrons ne pas attendre la fin ces 45 jours pour fermer l'île (d'Anjouan) puisque c'est ce que le président (de l'Union des Comores Ahmed Abdallah) Sambi veut", a-t-il notamment menacé.

L'homme fort d'Anjouan, le colonel Mohamed Bacar, réélu président de l'île le 10 juin à la suite d'une élection contestée à la fois par l'UA et les autorités fédérales de l'Union des Comores, rejette depuis la demande de ces dernières d'organiser de nouvelles élections sur cette île comorienne.
Réagissant à la décision de l'UA, le chef de la délégation de l'Union des Comores à Addis Abeba, le ministre des Affaires étrangères Ahmed Ben Said Jaffar, a déclaré que son gouvernement était "satisfait". "C'est ce que l'on attendait de l'UA: cette fermeté et la volonté de mettre en oeuvre ces sanctions", a-t-il déclaré à la presse à l'issue de la réunion.

Ces sanctions, qui comprennent des restrictions de déplacements et le gel des avoirs à l'étranger, visent le colonel Bacar, les membres du gouvernement, le Parlement, le cabinet civil du président et l'état-major de la gendarmerie d'Anjouan, ainsi que "d'autres personnalités qui financent les autorités illégales", a précisé M. Djinnit.
"Ces sanctions prennent effet dès maintenant", a-t-il précisé.
Un mécanisme de suivi des sanctions a été mis en place. Tous les Etats membres de l'UA ont été appelés à mettre en oeuvre ces sanctions.
L'Union des Comores est secouée depuis des années par des conflits de compétence entre les trois îles, dotées chacune de leurs propres institutions, et l'Etat fédéral.
Dans le passé, Anjouan avait déclaré unilatéralement son indépendance en 1997, avant de réintégrer en 2001 le giron de l'Union.

(©AFP / 10 octobre 2007 22h52)

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 06:11
Questions à... Halidy Charif
 
«Les étudiants en situation irrégulière sont manipulés» 

L'Ambassadeur des îles Comores parle du fond du problème des étudiants comoriens à Madagascar.


• Pouvez-vous donner plus d'explications sur le problème des étudiants comoriens ?

- Je tiens à signaler que c'est un problème datant de 2001, du moins d'après les renseignements qui m'ont été fournis. Beaucoup d'étudiants se trouvant en situation irrégulière se plaignent du coût élevé du visa de séjour à Madagascar.

• Est-ce une raison pour hausser le ton ?

- Le comble dans cette affaire c'est qu'il y a manipulation. Les jeunes ressortissants comoriens en situation irrégulière qui prétendent être des étudiants amplifient la situation, dans le but de mettre la pression sur les responsables comoriens.
• Qu'entendez-vous par situation irrégulière ?

- Une poignée de ceux qui s'érigent en victimes de la mesure prise par le gouvernement malgache est non seulement concernée par le problème de visa, mais aussi par d'autres malversations. Nombre d'entre eux ont commis des délits tels que faux et usage de faux en matière de passeport et de visa, de diplômes et d'autres paperasses. Ce sont eux qui sont touchés par l'expulsion, et non pas systématiquement tous les étudiants en situation irrégulière. Ils ont profité de la situation pour monter au créneau.
• Qu'est-ce qui les pousse à broder sur la décision administrative ?

- Sachant pertinemment que leurs noms sont fichés par les universités et les grandes écoles malgaches et qu'ils seront définitivement rapatriés, ils usent de tous les moyens pour influencer l'opinion. Ils ont honte de rentrer au pays avec une image négative, donc ils n'ont d'autre recours que de monter une histoire pour tout occulter. Le plus malheureux c'est qu'ils entraînent les étudiants ayant rempli les formalités necessaires dans leur jeu.

• Malgré tout, il est de votre devoir de les protéger...

- L'intervention n'est possible que pour ceux qui le méritent. Nous ne sommes pas là pour protéger les délinquants. Nous respectons la loi aussi bien aux Comores qu'en territoire étranger comme Madagascar.

• Quelles solutions allez-vous prendre pour ceux qui sont en cours de régularisation ?

- J'ai demandé une audience auprès du ministre de l'Intérieur après la rencontre avec les autres responsables de ce département. J'attends une réponse dans le sens d'un ajournement du départ de ceux en période d'examen et décidés à régulariser leur situation.
Propos recueillis par
Stéphane Solofonandrasana
Source : L'Express de Madagascar
 
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 16:53
HALID-BLOG-COMORES
 
 
DSCI0310.JPGMadame Moinaécha Said Issilame …Madame Moinaecha Mroudjaé. (ci-contre)
Il s’agit en fait de la même personne. Mais certains l’appellent par son prénom marital et d’autres par son prénom de filiation*.
 
C’est elle que le chef de l'exécutif de l’île de Ngazidja, Monsieur Abdouloihabi vient de nommer à la tête du Commissariat à la condition féminine de l'île de Ngazidja en remplacement de Madame Ainy Chanfi.
Il est incontestable que le chef de l’exécutif de Ngazidja, en jetant son dévolu sur Madame Moinaecha pour ce poste, a voulu privilégier l’expérience et la maîtrise « du concept genre »DSCI0249.JPG 
En effet, Madame Moinaecha est une de ces grandes dames qui militent depuis les années 80 pour l’émancipation de la femme dans notre pays. Elle a fait la même école que Mesdames, Harimia Kassim, Sittou Raghadat, Fatouma Elias et les autres à savoir l’Organisation des femmes Comoriennes (MAOUNATI). Ci dessus de g à d :Mesdames Moinaecha et Sittou Raghadat
Ancienne institutrice et responsable du FADC – Antenne de Ngazidja (Fonds d’aide au développement Communautaire), elle est actuellement le maire de Bandamadji ya Itsandra. Première et unique femme maire de notre pays !
Elle est connue pour sa modestie et sa gentillesse mais aussi pour son dynamisme, sa fermeté et son entêtement quand il s’agit de défendre les droits de la femme. C’est en tout cas ce que j’ai retenu d’elle suite à nos multiples conversations de juillet dernier à Moroni !
 
Je sais que vos épaules sont assez solides pour supporter  sans beaucoup d’efforts cette nouvelle mission (même si elle n’est pas facile) qui vous est confiée voire même la cumuler avec la charge du village de Bandamadji.
 
Toutes mes sincères félicitations et bon courage Madame le Commissaire - maire (pourquoi pas ?)!
 
* En France, on parle de nom marital ou de filiation. Tel n’est pas le cas dans le système juridique comorien
 
HALIDI
 
 
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 12:30
HALIDI-BLOG-COMORES
  
LU POUR VOUS : ARTICLE PUBLIE PAR L'EXPRESS DE MADAGASCAR ONLINE
 
Objectif : la coupe d'Afrique des nations. La sélection nationale comorienne de football ne lésine pas sur les moyens pour la préparation du match du 14 octobre contre les Barea de Madagascar. Dans le cadre du tour préliminaire aux éliminatoires de la coupe du monde 2010, ainsi que la Can 2010, les Coelacanthes de l'union des Comores affronteront, au stade de Mahamasina, l'équipe nationale malgache.
Le gouvernement comorien a ainsi octroyé à la fédération comorienne de football une somme d'environ 150 millions de francs Cfa (230.000 euros), pour financer la préparation de l'équipe.
Des moyens permettant à Camara, sélectionneur des Coelacanthes, de sillonner l'Europe et l'Asie pour rencontrer les joueurs comoriens qui pourraient intégrer l'équipe nationale.
Outre les talents locaux, Camara, ex-professionnel du Red star des Seychelles et entraîneur de l'équipe, est en déplacement en France depuis 15 jours pour rencontrer les joueurs comoriens évoluant dans les championnats européens. Kemal Bourhani (Lorient), Nadjim Abdou à Sedan et Hassan Hamada au Châteauroux entre autres.
«Ils sont tous prêt à intégrer l'équipe nationale», a rapporté cet entraîneur national comorien. Affiliée à la Fédération internationale de football amateurs (Fifa) en 2005, la fédération comorienne fondée en 1979 a bénéficié, par le biais du projet Goal, d'une aide de la Fifa, pour la reconstruction du stade de Mitsamiouli ou aura lieu le match retour le 17 novembre.
 
Andry Ratovo
Date : 06-10-2007
 
Partager cet article
Repost0
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 16:57
LU POUR VOUS : Article publié par Alwatwan
 
 
Le colonel Abdourazakou Abdoulhamid, qui a été pendant de longues années commandant en chef de la Gendarmerie fédérale des Comores, a officiellement pris ses nouvelles fonctions de conseiller à la Cour constitutionnelle. Abdourazakou Abdoulhamid a été désigné par le président de l'île autonome de Ngazidja pour remplacer Abdoulmadjid Youssouf destitué par ses pairs.
La cérémonie de prestation de serment a eu lieu hier, jeudi 27 septembre au siège de la cour en présence de plusieurs hautes personnalités politiques et religieuses notamment les vice-présidents de l'Union, le président de la cour, le grand mufti et le président de l'île autonome de Ngazidja.
A cette occasion, le grand mufti Said Toihir Maoulana est revenu sur ''les lourdes responsabilités qui incombent'' aux membres de la cour. Il a souligné également ''l'importance que la morale islamique accorde au respect des engagements pris''.
Dans son intervention, le vice-président Idi Nadhoim, assurant l'intérim du chef de l'Etat, a appelé le colonel Abdourazakou Abdoulhamid à ''oublier'' l'autorité de sa nomination pour mieux accomplir, ''dans la sérénité et conformément aux termes de sa prestation de serment, les devoirs de sa charge''.
A. Said Ali
 
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 09:06

HALIDI-BLOG-COMORES

Vous trouverez ci-dessous la déclaration de certaines associations de la diaspora comorienne en date du 30 septembre 2007 Suite au retrait de la question de l’île comorienne de Mayotte de l’ordre du jour de l’AG de l’ONU



Déclaration 

Suite au retrait de la question de l’île comorienne de Mayotte de l’ordre du jour de l’AG de l’ONU

 
Après quelques jours de suspens, le gouvernement comorien a retiré « la question de l’île comorienne de Mayotte » de l’ordre du jour de la 62e session ordinaire de l’Assemblée Générale de l’ONU, un peu avant l’ouverture des travaux et quelques jours après l’annonce d’une réception du président comorien par le président français.
Qu’on ne se trompe pas, c’est la seule procédure qui pouvait montrer aux autres pays que les Comores tiennent encore à Mayotte. C’est la seule procédure qui pouvait gêner la France car elle aurait abouti, comme avant 1995, à une résolution condamnant l’occupation de l’île comorienne de Mayotte. C’est la seule procédure à laquelle les gouvernements successifs renoncent pour pouvoir obtenir l’aide de la coopération française ou la considération des présidents français. C’est cette procédure que le Président Sambi a décidé d’éliminer. Le reste n’est que paroles destinées à rassurer ses partisans.
Cette décision regrettable a profondément choqué les organisations de la société civile comorienne car elle leur rappelle le marché de dupe fait par le colonel Azali qui a retiré cette question contre une réception à l’Elysée.
Cela est d’autant plus choquant que depuis son élection, le Président Sambi promet de réintroduire « la question de l’île comorienne de Mayotte » à l’ONU. De plus, chacun se rappelle que l’année dernière le Ministre des Relations extérieures, M. Ahmed Jaffar, a justifié le retrait de cette question par le fait qu’il fallait, au gouvernement, plus de temps pour mieux plaider la cause des Comores auprès des pays amis. Il avait assuré que la question serait réintroduite dans l’ordre du jour de l’Assemblée Générale de l’ONU en 2007. Tout cela n’était donc que mensonges destinés à endormir les patriotes qui ont soutenu et voté massivement pour le président Sambi ?
Les partisans du Président se réjouissent du fait qu’il appelle à un dialogue direct avec la partie française. Nous rappelons que c’est la stratégie qui a été développée par le Ministre Soeuf El-Amine et poursuivie par M. Aboudou Soefo, et qui a abouti aux accords de coopération franco-comoriens qui reconnaissaient une frontière entre Mayotte et ses trois îles sœurs. De même, contrairement à ce qu’on entend ici et là, Sambi n’est pas le seul à avoir parlé de Mayotte à l’ONU. Les ministres du colonel Azali ont, eux aussi, évoqué cette question à la tribune de l’ONU, après l’avoir fait retirer de l’ordre du jour de l’Assemblée Générale.
On nous dit aussi que le Président Sambi a obtenu qu’une commission réfléchisse sur la circulation des hommes et des biens entre les quatre îles, mais c’est oublier que cela est déjà prévu par ce qu’on a appelé les « accords de la honte » (accords mixtes de coopération franco-comorienne d’avril 2005). Le gouvernement tente de faire croire qu’il s’agit de discuter de la suppression du visa Balladur, et en réalité, il s’agit pour l’Etat français d’obtenir que des officiels comoriens collaborent avec la police française pour empêcher que des Comoriens se rendent à Mayotte, en échange, quelques visas seraient donnés pour les hommes d’affaires et pour des visites familiales.
Il n’y a donc rien de nouveau : le gouvernement du Président Sambi marche sur les pas du colonel Azali.
Mises en garde par une déclaration du Conseiller spécial du Président Sambi et Consul de Tunisie, Ali Bourhane, pour qui, il ne fallait pas introduire cette question à l’Assemblée Générale de l’ONU de peur qu’une majorité de pays ne votent contre l’intégrité des Comores, les associations de la diaspora ont multiplié, ces derniers jours, les initiatives dans la plus grande discrétion, pour essayer de convaincre le ministre de ne pas faire ce que l’équipe de campagne du Président Sambi a reproché au gouvernement Azali, c’est-à-dire, se lancer dans des négociations secrètes avec la France sur la question de la souveraineté et des frontières des Comores. En vain.
Le président et le gouvernement agissent sans tenir compte ni de l’opinion publique ni des représentants du peuple. Sur cette question cruciale, à aucun moment, le gouvernement du Président Sambi n’a pris l’avis de l’Assemblée de l’Union. Rappelons que la décision de retirer la question de Mayotte de l’ordre du jour de l’AG de l’ONU va à l’encontre de la Constitution de l’Union qui affirme l’unité et l’intégrité des Comores et désigne le Président de la République comme le garant de la souveraineté du pays. Le Président Sambi a d’ailleurs juré sur le Coran de défendre cette souveraineté, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a oublié ce serment depuis près de deux ans.
Les associations signataires de cette déclaration demandent au Président de l’Assemblée de l’Union, aux députés, aux partis politiques et aux associations de la société civile d’exiger que le Président et le Ministre des Relations extérieures s’expliquent sur le sens du retrait de cette question et sur la réception du président Sambi par le Président français qui a annoncé un référendum à Mayotte en 2008 pour ancrer définitivement l’île dans le giron de la République française.
Il convient notamment de savoir si le Président Sambi, qui ne tarit pas d’éloges à l’égard de la France et de son président n’a pas, lui aussi, signé un accord secret liant l’Etat comorien pour les années à venir.
 
Le 30 septembre 2007
Associations signataires : Collectif Comores-MasiwaMane (CCMM), Association Comorienne des Droits de l’Homme (ACDH), Guilde des Artistes Comoriens, Groupe de Réflexion pour l’intégrité Territoriale de l’Archipel des Comores (GRITAC), SOS-Démocratie-Comores
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 21:31
 
« L’unité des Comores ne pourra jamais être mise en cause tant au niveau national qu’international »
 
«  L’obstacle majeur dans la résolution de la crise actuelle reste le non respect des textes juridiques qui régissent notre pays. »
 
« Une réelle décentralisation et un vrai nationalisme sont nécessaires aux Comores »
 
« Il faut une réconciliation de cœur et de vérité à l’initiative des Comoriens eux même pour partir sur de bonnes bases. »
 
Tels sont quelques propos tenus avec franchise par  Monsieur MOHAMED ALI DIA, ancien Ambassadeur des Comores en Egypte et Président du parti PANACO (Parti National Comorien) sur la RTA en août dernier.
 
Nous vous proposons ci-dessous l’intégralité de son interview (en langue comorienne).
 
Une interview qui a beaucoup fait jaser aux Comores en général et à Anjouan en particulier !
 
Pour les uns, l’Ambassadeur DIA, en passant à la RTA, a apporté implicitement son soutien aux « rebelles d’Anjouan ». Pour les autres, celui-ci n’a fait que donner son point de vue sur la crise actuelle.
 
C’est à vous maintenant de forger votre opinion en cliquant : video.google.fr/videoplay

  
 
Vos commentaires nous intéressent.
 
Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)
 
Partager cet article
Repost0
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 07:10
  Entretien du Président SARKOZY avec M.Ahmed Abdallah Mohamed SAMBI,Président de l'Union des Comores 

Sambi----l---lys--e.jpgLe Président de la République a reçu son homologue comorien, M. Ahmed Abdallah Mohammed SAMBI vendredi 28 septembre 2007 au Palais de l'Elysée.

Au cours de cet entretien, le Président SARKOZY a réitéré le plein soutien de la France aux autorités de l'Union des Comores dans la crise politique que celle-ci traverse actuellement et appelé au renforcement de l'unité du pays.

La France apporte son appui, conformément aux recommandations de l'Union Africaine, à la demande du Gouvernement de l'Union des Comores préconisant des élections transparentes dans les plus brefs délais à Anjouan sous supervision de la Mission d'appui aux élections et à la sécurisation de l'UA.PRComores-et-sambi0002.jpg          PRComores-et-sambi0003.jpg

Les Présidents SAMBI et SARKOZY ont indiqué partager la conviction que le développement des Comores contribuera à apaiser le différend entre les deux pays au sujet de Mayotte. Ils ont convenu de maintenir cette question dans un cadre bilatéral et de poursuivre avec détermination le dialogue approfondi relancé entre nos deux pays, afin de permettre dès que possible le règlement de ce contentieux.

Ils ont décidé de mettre en place un groupe de travail de haut niveau pour examiner la relation Mayotte-Comores dans son ensemble, notamment pour favoriser le développement conjoint ainsi que la circulation des personnes et des biens et parvenir à la signature d'un accord bilatéral sur ces questions.PRComores-et-sambi0004.jpg

La France a confirmé son plein appui aux Comores afin d'organiser au plus tôt une table ronde des bailleurs de fonds pour l'apurement des arriérés des Comores vis-à-vis de la Banque Africaine de Développement, comme préalable nécessaire à la conclusion d'un accord avec le FMI que les deux pays souhaitent voir se concrétiser au plus tôt.

Les deux Présidents ont également exprimé la volonté de resserrer le dialogue entre les pays de l'océan Indien, en particulier dans le cadre de la Commission de l'Océan Indien.

Source: L'Elysée
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 22:03
Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)

Comores / PNUD
Lancement du rapport national sur le développement :
« Reconnaître à l’homme et à la femme, une égale capacité dans l’accès aux responsabilité
s »

Moroni, jeudi 27 septembre 2007 (HZK-Presse) – Comme tous les ans depuis près d’une décennie, les autorités comoriennes avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) viennent de lancer ce jeudi 27 septembre le Rapport national sur le développement humain (RNDH) brossant le bilan de l’évolution du pays au cours de l’année passée dans divers domaines de la vie de l’homme.

Pour l’année 2006 les auteurs du rapport ont choisi de mettre l’accent sur la problématique du genre, un thème d’actualité qui semble faire l’unanimité des décideurs et des leaders d’opinion comme l’ont prouvé les interventions qui ont marqué la cérémonie officielle organisée à l’hôtel Le Moroni.( voir l'article sur le RENAG en cliquant ICI)
De nombreuses personnalités politiques de l’Union et des îles, des représentants du corps diplomatique et des organismes de coopération ainsi que des responsables de la société civile y ont pris part.

Dans son allocution, le représentant résident du Pnud, M. Opia Mensah Kumah, s’est félicité de la pertinence du choix d’une thématique « qui est au centre des préoccupations de la communauté internationale ». Il s’agit selon lui d’un concept vivant qui prend en compte « la liberté, la dignité et le rôle des hommes dans leur développement », au-delà du simple calcul d’un revenu par habitant.

Ce document de référence présenté aux participants par Mme Sitti Alfeine Tadjiddine, n’est rien d’autre que le résultat d’un exercice qui a mobilisé plusieurs mois durant des cadres et techniciens nationaux, appuyés par le bureau local du PNUD, dans un processus participatif conforme au standard des rapports internationaux.

Il constitue surtout un outil de référence « pour promouvoir les débats publics autour des enjeux du développement et pour mobiliser les moyens d’action » explique M. Opia qui, à la lecture du rapport, fait observer que « de multiples discriminations basées sur le genre tendent à maintenir la femme comorienne en marge de l’activité économique et des centres de prise de décision ».

En dépit des progrès enregistrés dans les secteurs éducatif et sanitaire, les données récentes font état d’un taux d’activité de 18% chez les femmes contre 33% pour les hommes, avec 16% des femmes actives occupées qui sont salariées. L’on note aussi une présence marginale de la femme au niveau des sphères politiques avec moins de 2%.

Le représentant du Pnud s’interroge même, sur le paradoxe des « obstacles qui rendent la société comorienne réfractaire à l’évolution du statut de la femme » dans une société à dominance matriarcale et matrilinéaire, et de surcroît, matrilocale. Pour l’heure le pays semble avancer dans la bonne direction, à travers son adhésion aux différentes conventions internationales relatives à la promotion du genre et l’adoption du Code de la famille, reconnaît-il, en encourageant la société civile à poursuivre son combat contre les formes de discriminations, notamment le RENAG, la toute jeune organisation des avocats du Genre. Il a conclut en souhaitant « Inch Allah, que le troisième Objectif du millénaire pour le développement devienne une réalité aux Comores à l & #8217;horizon 2015 ».

Pour sa part, le Vice président en charge de la santé, a déclaré que le moment était venu de « reconnaître à l’homme et à la femme, une égale capacité et une égale légitimité dans l’accès aux responsabilité
s ». Se faisant l’avocat d’une implication accrue de la femme dans le développement du pays, Ikililou Dhoinine appelle à « changer le regard de la société, afin de libérer les énergies créatrices, les talents dissimulés ou étouffés » que recèle cette moitié de la population que représentent les femmes (50,4%). Plus qu’un simple respect des droits humains garantis par les conventions internationales, il faut selon lui assumer une obligation morale d’y veiller quotidiennement.

Dans un contexte politique encore marqué par la crise séparatiste, le vice-président lance un véritable plaidoyer pour le renforcement de l’unité nationale, en offrant à tous « les conditions d’équité et de justice pour une société unie et solidaire ». Partageant l’objectif d’un large dialogue sur les politiques et stratégies de développement en rapport avec le genre, amorcé au niveau mondial de Copenhague à Beijing en passant par Le Caire, le représentant du gouvernement a tenu à reconnaître que la participation de la femme dans le secteur public comme privé demeure faible et que beaucoup de chemin reste à parcourir.

L’Etat s’engage notamment à ratifier la convention contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et celle relative aux droits de l’enfant, et à élaborer une politique nationale de la promotion du genre. C’est une des conditions pour garantir la paix et le développement humain, lance-t-il, avant de conclure en réaffirmant leur volonté d’appliquer les recommandations du rapport et d’inscrire sur l’agenda politique la participation effective des femmes dans le processus de décision.

Le grand Mufti, s’exprimant en qualité de principale autorité religieuse, a rejeté les « fausses accusations portées contre l’Islam » en déclarant que la religion musulmane « n’empêche en rien l’égalité entre l’homme et la femme dans tous les domaines de la vie économique et sociale ». Un verset du Coran explique à ce sujet que « la culture et le savoir sont une obligation pour tout croyant sans distinction de sexe », dit-il. La femme n’a-t-elle pas participé à la première guerre sainte du vivant du prophète Mohamed, lance le professeur Toihir Ben Said Maoulana.

El-Had Said Omar
270907/eso/hzkpress
e/6h00


Partager cet article
Repost0

Pages