Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 15:00

                                                              

    Vous trouverez ci-dessous un communiqué de la mission nationale d’observation à Anjouan sur l’élection présidentielle de l’île autonome d’Anjouan du 15 juin 2008 publié ce jour à Mutsamudu

Communiqué de la mission nationale d’observation à Anjouan sur l’élection présidentielle de l’île autonome d’Anjouan du 15 juin 2008

 

Sur financement de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), l’Observatoire des Elections (OE) et la Fondation Comorienne des Droits de l’Homme (FCDH) ont procédé d’une part à la sensibilisation des électeurs et d’autre part a l’observation de l’élection présidentielle de l’île autonome de N’Dzouani du 15 juin 2008.

 

A cet effet, 50 observateurs, répartis en 15 équipes ont visité 240 bureaux de vote et ont assisté au dépouillement dans 58 bureaux de vote.

 

La mission a fait les constats suivants :

-          Le matériel électoral est acheminé en temps réel dans les localités désignées officiellement.  Ce qui a permis le bon déroulement du scrutin.

-           Les membres des bureaux de vote désignés s’étaient présentés dans leurs bureaux respectifs.

-          La quasi totalité des bureaux de vote a ouvert et fermé aux heures prévues.

-          La participation était faible.

-          Toutefois les électeurs ont voté dans le calme et sérénité.

-          Dans certaines localités, des électeurs munis de leurs cartes ne figurent pas sur les listes électorales.

-          Quelques anomalies ont certes été enregistrées à des endroits comme Koni où les bureaux de vote ont ouvert avec 3 heures de retard a cause du problème d’emplacement.

-          Les opérations de dépouillement ont été effectuées correctement ;

-          La sécurisation du scrutin a été bien assurée par l’AND, l’armée Tanzanienne et soudanaise.

 

Partant de ce constat nous formulons, pour la tenue du second tour et pour les elections a venir, les recommandations suivantes :

-          L’acheminement du matériel électoral en temps réel

-          L’amélioration de la qualité des urnes et des isoloirs

 

Ainsi, les rares irrégularités signalées ne sont pas de nature à ôter la sincérité et la crédibilité du scrutin.

 

Enfin, la mission nationale d’observation se félicite de l’excellent travail réalisé et de l’accueil qui leur a été réservé tant dans les rencontres avec les autorités et les partenaires qu’à l’occasion de leurs visites dans les différents bureaux de vote.

 

Fait à Mutsamudu, le 16 juin 2008

Pour la FCDH                                                                                 Pour l’Observation

 

 

 

 

Mohamed Allaoui                                                    Abdoul-had A. MOUHOUSSOUNE

Partager cet article
Repost0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 12:55
Vous trouverez ci-dessous les résultats provisoires (scrutin du 15 juin 2008) publiés ce jour  par la CENI :
Présidentielles de l'île d'Anjouan du 15 juin 2008Résultats provisoires




MOUSSA TOYBOU

Nombre de voix : 21891

Pourcentage : 42,5%

MOHAMED DJAANFARI

Nombre de voix :21803

Pourcentage : 42,3%

SONDI ABDOU LATUF

Nombre de voix :2997

Pourcentage : .5,8%

BACAR ABDOU

Nombre de voix :2512

Pourcentage : 4,9%

BASTOINE SOULAIMANE

Nombre de voix :2361

Pourcentage : 4,6.%




Présidentielles de l'île d'Anjouan
Scrutin du 15 juin 2008
Résultats provisoires par région selon la CENI
Présidentielles de l'île d'AnjouanScrutin du 15 juin 2008Résultats provisoires par région selon la CENI




Source: Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI)
Partager cet article
Repost0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 10:08

Agence comorienne de presse (HZK-Presse)

 

Comores / Politique & institutions


Moroni, lundi 16 juin 2008 (HZK-Presse)
– A l’heure où nous mettions sous presse, la première tendance des urnes plaçait Mohamed Djaanfari (Photo ci-contreet Moussa Toybou (photo ci-dessous)en tête des suffrages exprimés hier dimanche, à l’issue du premier tour de l’élection présidentielle d’Anjouan. L’écart entre ces deux candidats les plus en vue serait très faible, selon les premiers résultats encore provisoires parvenus à la Commission électorale nationale indépendante (CECI) qui a élu domicile depuis quelques jours à l’hôtel Al-Amal de Mutsamudu.

 Djaanfari serait classé en première position avec plus de 21.000 voix, suivi de près par Toybou, avec une centaine de voix de différence. Les trois autres candidats arrivent loin, avec des scores de moins de 10%. L’on semble s’acheminer vers un second tour entre ces deux favoris, avec un enjeu de taille celle de voir le candidat soutenu par le président de l’Union perdre le second tour le 29 juin prochain, ce qui sera interprété comme un sérieux désaveu du président Sambi dans son île, deux ans après son triomphe électoral de 2006 à la tête de l’Etat.

La correspondante de HZK-Presse et La Gazette a constaté une participation relativement faible, alors qu’on s’attendait à une forte mobilisation des quelques 120.000 électeurs anjouanais, un an après le scrutin invalidé du 10 juin 2007 organisé par le colonel Bacar.

 

« La population de l’île a rarement eu à s’exprimer aussi démocratiquement et librement que lors de cette élection », nous a confié un observateur international qui est à sa quatrième mission dans notre pays.

 Quant au président de la CENI, Mohamed Ali Said, sa première déclaration à la presse a été de féliciter les anjouanais pour « leur maturité et leur civisme » dont ils peuvent en être fiers. Malgré les quelques problèmes organisationnels constatés ici et là, le scrutin d’hier s’est déroulé « dans la paix et sans incident majeur », dit-il. La CENI devrait rendre publics les résultats provisoires du premier tour ce lundi après-midi vers 16 heures.

Voir notre spécial soirée electorale en cliquant ICI 

El-Had Said Omar160608/eso/hzkpresse/6h00

Partager cet article
Repost0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 20:26

Infos Actualisées le 16 juin 2008 à 07 heures 30 (heure de Paris) :

PRESIDENTIELLES D’»ANJOUAN : SPECIALE NUIT ELECTION

 

Chers visiteurs de notre Blog,

 

Conscient de votre souci de suivre les résultats des présidentielles d’Anjouan, nous  vous promettons une nuit spéciale élection. Nous diffuserons régulièrement les informations qui seront en notre possession. Donc, vous pouvez rester avec nous jusqu’à ce que les choses soient claires et précises.


Les informations ci-dessous sont à prendre avec les précautions d'usage car jusqu'à maintenant on n'arrive pas à obtenir des informations claires :


Mohamed Djaanfar est en tête suivi de Moussa Toyibou. Certains parlent d'une  différence d’un peu plus de 1400 voix. Mais d'autres avancent le chiffre de 5000.


 
A Ouani, les 3 candidats qui sont mieux placés sont :

 1)    Bastoine : 1200 voix

2)    Mohamed Djaanffar : 800 voix

3)    Moussa toiyibou : 200 voix


 
A Sima, Mohamed Djaanffar est en tête suivi de Moussa Toyibou  avec 1000 voix de différence)


 
Dans la région de la cuvette (Bambao), Moussa Toyibou serait en tête  suivi de Mohamed Djaanffar

 

A Domoni, Soundi est en 1ere position suivi de Moussa Toiyibou. Mohamed Djanffar est en 3eme position. Il y aurait une différence de 800 voix entre Moussa Toiyibou et Mohamed Djaanffar

A Mirontsy, Mohamed Djaanffar est en tête.

A Mutsamudu, Moussa Toiyibou est en tête suivi de Mohamed Djaanffari. Bacar Abdou est en 3 eme position

Dans plusieurs villages de Gnoumakelé, Mohamed Djaanffar est en tête. A Mramani et Ongojou, Moussa Toiyibou est en tête.  il y aurait une différence  de 1500 voix entre Moussa Toyibou et Mohamed Djanffar dans ces 2 villages,

Il y aura certainement un 2eme tour entre Mohamed Djaanfar et Moussa Toyibou

Autres observations :

chaque candidat a fait un bon score dans sa région hormis Bacar Abdou qui est en 3eme position à Mutsamudu.

Dans certains villages, les habitants ont boudé les urnes. C'est le cas de Barakani, le village de l'ancien chef de l'exécutif de l'île, Mohamed Bacar où seulement 40 personnes auraient voté. Le même problème est aussi constaté à Bazimini...

Des incidents ont été constatés dans certains bureaux lors du déroulement du vote notamment à Mramani et Ongojou.



Ci-dessous les 5 candidats :


 
(Ci contre : Mohamed Djaanffar )




     (ci-dessous  : Bastoine Soulaimane 

 

 

 








MOUSSA TOIYIBOU (ci dessous)


( ci-dessus : BACARI ABDOU)






(ci contre : SOUNDI ABDOULATUF)



HALIDI-BLOG-COMORES

Partager cet article
Repost0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 22:46

 Un contingent de 413 militaires de la MAES (Mission d’assistance électorale et militaire)  d’origine soudanaise et tanzanienne se  trouve actuellement à Anjouan, pour sécuriser le  scrutin « présidentiel » du dimanche prochain.

 

Des observateurs internationaux du scrutin sont déjà arrivés sur place. Il s’agit des représentants de l’'Union Africaine (UA), de la Ligue des Etats Arabes (LEA), de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de la Commission de l'Océan Indien (COI).

 

Les membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de l'Union des Comores et leurs homologues de la Commission insulaire électorale (CIE) de l'Ile d'Anjouan, ont menacé de suspendre leurs activités électorales dès le 20 juin, si leurs indemnités ne leur sont pas payées à cette date. Ce qui signifie qu’un éventuel 2eme  tour risque d’être perturbé.

 

Certaines sources sérieuses n’écartent pas l’hypothèse de l’élection du candidat Mohamed Djaanfari dès le 1er tour si les élections se déroulent dans de bonnes conditions. La campagne électorale  vient d’être clôturée

 

HALIDI-BLOG-COMORES

Partager cet article
Repost0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 15:22
 12 juin 2008 : Émission sur « LA FEMME COMORIENNE » sur DIAS FM , 1ere radio INTERNET francophone à Londres

DIAS FM est la première radio internet francophone à Londres : www.diasfm.com.
Tel fixe (+44) 203 004 9645

Ce jeudi 12 juin, le thème de l'émission est " LA FEMME COMORIENNE- quel rôle et à quand l’émancipation des femmes comoriennes ? " dans le cadre de l’émission ’POLITIQUEMENT VOTRE ’animée par Charifa Madi et Sylvain de Bogou

Vous pouvez suivre l'émission sur www.diasfm.com (de 21 heures 00  à 23 heures 00 (heure de Paris) et
 réagir en Direct !! (pendant la 2eme heure) au : 0 20 30 04 96 45 ou 0044 20 30 04 96 45(pour l`étranger)

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 10:55
APA-Mutsamudu (Comores)

Cinq candidats exposent leurs atouts pour succéder à Mohamed Bacar à Anjouan
 Les Anjouanais sont appelés, dimanche prochain 15 juin, à choisir le successeur de Mohamed Bacar, colonel rebelle autoproclamé Président de l'Ile comorienne, en juin 2007 et déchu le 25 mars dernier, par une opération militaire, armée nationale et forces de l'Union Africaine (UA).
Sur les cinq candidats en lice, deux se détachent sérieusement du lot, après dix jours, d'une camagne électorale démarrée le 31 mai : Moussa Toybou, ingénieur de BTP, qui bénéficie du soutien du président de l'Union des Comores, Ahmed Abdallah Sambi, et Mohamed Djanfari, armateur de son état, retraité de l'armée française et vice-président de l'Assemblée nationale.
Le premier a un discours plutôt axé sur la nécessité d'une meilleure compréhension entre l'Exécutif de l'île et les autorités de l'Union des Comores, pour « éviter les errements du passé ».
Selon Toybou, les divergences au sommet entre Anjouan et Moroni, la capitale de l'Union, n'ont pas permis à la première de mieux se consacrer à la solution des vrais problèmes de l'heure. Le candidat estime que le développement des infrastructures (routes, ports aéroports,..) est un « préalable important » du développement de l'île. Un tel programme semble épouser les orientations stratégiques du gouvernement central.
Quant à Mohamed Djanfari, l'autre candidat très en vue dans la campagne électorale, il mise sur le développement de la pêche et de l'agriculture, pour « assurer à la population anjouanaise, un bon niveau de vie ».
Ancien candidat malheureux à la présidentielle comorienne de mai 2006, il jouit d'une visibilité avérée, dans le champ politique comorien. Djnafari fait de la lutte contre la corruption, son principal cheval de bataille dans la campagne électorale..
Tandis que M. Toybou table sur l'appui du gouvernement comorien et dispose, à cet effet, de moyens colossaux, M. Djanfari dispose d'une grande popularité jusque dans les recoins de l'île d'Anjouan. Reste à voir comment les Anjouanais réagiront au ralliement de aux ex-séparatistes de Mohamed Bacar.
Trois autres candidats se bousculent derrière Moussa Toybou et Mohamed Djanfari.
Il s'agit de Bastoine Soulaimane, magistrat formé en Arabie Saoudite et ancien membre du Front national pour la justice (FNJ), un parti souvent qualifié d'obédience islamiste ; Bacar Abdou, titulaire d'un DEA de Physique-chimie de l'Université de Kiev, en Ukraine et député à l'Assemblée de l'île.
Il y'a enfin, Sondy Abdoulatuf, homme d'affaires prospère issu de la bourgeoisie de Domoni, la deuxième grande ville d'Anjouan.
MI/ib/APA 11-06-2008
Partager cet article
Repost0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 10:48

Agence comorienne de presse (HZK-Presse)

 

Comores / Société

Fonction publique :

20 mois d’arriérés de salaires engloutis dans la dette intérieure

 

Moroni, mardi 10 juin 2008 (HZK-Presse) – En alignant janvier, février, mars, avril et mai, cela totalise bien cinq des six premiers mois de salaire de l’année 2008 qui ne sont pas versés aux quelques 12.000 fonctionnaires et agents de l’Etat. En termes comptables c’est l’équivalent de 6 milliards de nos francs qui sont retirés de la circulation monétaire, un chiffre qui explique à lui seul le véritable malaise social qui gagne de larges couches de notre société.

 

La crise sociale aux Comores s’articule autour de la question cruciale des arriérés de salaires des fonctionnaires et agents de l’Etat qui comptabilisent, selon le secrétaire général du syndicat des agents de la santé, « environ 20 mois d’impayés, couvrant les années 1995 à 2008 ». Ce qui représente la bagatelle de quelques dizaines de milliards de nos francs, soit la quasi-totalité de notre budget annuel.

 

Pour résorber cette situation et favoriser l’accès du pays dans la catégorie des petits Etat insulaires à désendetter, la Banque Mondiale et le FMI auraient conseillé les autorités politiques de réduire le train de vie de l’Etat, particulièrement sa superstructure politique, en mettant l’accent sur la liquidation de la dette extérieure et intérieure aujourd’hui totalisant plus de 120 milliards de francs. Et ce, en tenant compte du budget réel de l’Etat, selon un mécanisme de régularité des salaires.

 

A cet effet, un cabinet d’audit financier avait mené une évaluation de la situation de cette fameuse dette intérieure et remis son rapport depuis trois à quatre ans, en collaboration avec le trésor public. Mais ce qui est certain, les autorités ont dû geler son mécanisme d’épuration, arguant d’autres priorités telles la mise en place d’un processus de régularité des salaires des fonctionnaires, la liquidation de la dette extérieure auprès des institutions financières internationales et autres créanciers bilatéraux des Comores.

 

Tout est tombé à l’eau, et l’on renoue avec l’accumulation de nouveaux arriérés, dont les cinq mois d’impayés de janvier à mai 2008, sur la seule année 2008 en cours. De quoi susciter amertume et interrogations chez le fonctionnaire qui ne parvient plus à joindre les deux bouts, face à la flambée des prix des denrées de première nécessité.

 

La  seule alternative pour sortir le pays de l’étau du surendettement insupportable pour les finances publiques, reste l’effacement de la dette extérieure, dont le processus semble bien engagé auprès de la Banque africaine de développement, un impératif pour soigner l’image du pays à l’extérieur selon le leitmotiv du Président de l’Union.

 

Pour sa part, la Confédération des Travailleurs Comoriens (CTC) a, dans un une lettre ouverte adressée au président Sambi, et publiée à Moroni le 26 mai dernier, accusé les autorités nationales d’entretenir une série de crises : « le pays est contraint d’adopter des politiques et mesures restrictives montées de toutes pièces par le FMI et la Banque Mondiale dans le cadre multilatéral et certains pays au niveau bilatéral ».

 

La CTC réclame non seulement d’être considéré comme premier partenaire de l’Etat auprès des institutions internationales, mais elle propose aussi au chef de l’Etat de passer à l’action par de véritables reformes dans l’objectif de faire émerger « des institutions judiciaires opérationnelles, des services sociaux à la portée de tout comorien et juguler la cherté de la vie », et garantir l’équité envers des superstructures à la hauteur des moyens de l’Etat. »

 

La Ctc défend à travers son plaidoyer que l’on ne prenne pas les victimes des systèmes politiques que sont les fonctionnaires pour responsable de « l’incapacité des gouvernements d’apporter des solutions aux différents problèmes qui gangrènent le pays ». Les leaders syndicaux espèrent ainsi désamorcer une « bombe à retardement » qui couve, nous a confié le secrétaire général du Synas. Ils appellent les autorités de l’Union et des îles à s’attendre sur les questions d’intérêt général telle que la relance du mécanisme de paiement et de régularité des salaires.

 

Pour Chabane Mohamed, secrétaire général du Snpc (syndicat des professeurs au niveau de Ngazidja) a dans un communiqué daté du 22 mai dernier averti l’opinion, en affirmant « qu’il ne suffit pas de faire des diagnostics », et qu’il importe à ses yeux de trouver vite « des remèdes » à cette grave crise sociale accentuée par la détérioration du pouvoir d’achat, dans un contexte économique marqué par une série de pénuries alimentaires et des hydrocarbures.

 

Autant dire que la colère des leaders syndicaux est loin de s’apaiser, malgré le succès enregistré le 1er mai dernier par l’amorce d’un nouveau dialogue social avec les pouvoirs publics et le patronat comorien.

 

A. Nabahane

100608/an/hzkpresse/12h00

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 09:29

 

Comores / Société

Présidentielle d’Anjouan :Tout peut se jouer dès le soir du 15 juin

 

Moroni, mardi 10 juin 2008 (HZK-Presse) – La campagne bat son plein à Anjouan où les cinq candidats en lice multiplient leurs sorties aux quatre coins de l’île, pour convaincre les électeurs, surtout ceux encore nombreux qui n’ont pas encore décidé en faveur de qui ils iront voter le dimanche 15 juin prochain. L’absence de sondage d’opinion n’empêche pas de constater une certaine frilosité de l’électorat anjouanais, encore marqué par les stigmates d’une longue période de privation des libertés collectives et individuelles, sous le règne sans partage du colonel Mohamed Bacar [2002-2008] et même avant lui, à l’avènement du séparatisme en 1997.

 

Mise à part la courte parenthèse de l’élection présidentielle de l’Union de 2006 qui a vu le triomphe électoral d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, l’île autonome d’Anjouan n’a pas connu d’élections véritablement démocratiques et transparentes.

 

Préoccupés par leurs conditions de vie de plus en plus difficiles, les anjouanais se mobilisent moins dans cette campagne et les quartiers généraux des candidats peinent à attirer des foules pour leurs meeting.

 

Un grand opérateur économique de la place nous confiait ce mardi matin à Mutsamudu son « désarroi » face à ce qu’il appelle le « désintéressement de la population à la chose politique », un recul rapport aux années 1990 qui ont consacré le multipartisme.

 

Mais il suffit d’effectuer un tour des principales grandes villes pour s’apercevoir que seulement deux ou trois candidats parviennent à imposer leur présence, au moyen des banderoles et autres affiches de propagande, notamment Mohamed Djaanfari, qui a placé sa campagne sous le signe de la lutte contre la corruption et pour la promotion d’une justice équitable.

 

Il se positionne comme l’adversaire « le plus redouté » du candidat Moussa Toybou, soutenu par le pouvoir de l’Union à l’instigation du président Sambi. Ce dernier vient de s’y impliquer personnellement, en recevant au cours de ces derniers jours plus d’une quarantaine de délégations villageoises à qui il aurait donné la consigne d’un « vote utile » en faveur de son poulain, qui avait du mal à décoller.

 

Ses détracteurs accusent déjà les proches du président Sambi de ne pas respecter le code électoral, en utilisant les moyens de l’administration pour faire gagner le candidat Toybou. Un haut responsable du régime nous affirmait pourtant hier à Mutsamudu « qu’il n’y aurait probablement pas de deuxième tour à Anjouan », car tout va se jouer le soir du 15 juin.

 

Une hypothèse considérée comme « crédible », y compris dans le camp du candidat Djaanfari, qui n’exclut pas une victoire haut la main dès le 1er tour, « même avec un score serré » soutenait un observateur politique de l’île.

 

« En criant si tôt à la fraude, nos adversaires savent que notre candidat est en position de l’emporter », renchérit Hadji Mohamed, qui fait partie du premier carré de Sambi, oubliant sans doute que le choix porté sur Toybou est loin de faire l’unanimité au sein de la mouvance présidentielle de l’Union. A l’exemple du vice-président Idi Nadhoim qui est de ceux qui ont misé sur le candidat de Sima, Mohamed Djaanfari.

 

En troisième position, Bacar Abdou tente difficilement de se frayer un chemin, tout comme Bastoine Soulaimane et Sondy Abdoulatuf. Sans moyens ni soutiens forts, ces trois outsiders auront du mal à franchir la barre des 5% des suffrages, entend-on dire dans les rues d’Anjouan. L’incertitude reste en revanche le vote des anciens séparatistes et leurs bases électorales, qui peuvent faire pencher la balance dans un camp ou dans l’autre, comme le craint une large opinion, déplorant cette « dangereuse chasse aux voix de l’ex-mouvement populaire anjouanais » et sa nébuleuse extrémiste restée en retrait au lendemain de la chute du colonel Mohamed Bacar.

 

El-Had Said Omar

100608/eso/hzkpresse/15h00

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 22:47
Moroni, Comores – Les Comores entrent dans l’ère du passeport biométrique, a indiqué mardi à la PANA à Moroni, Abou Achirafi, le directeur national de la Sûreté du territoire. C’est le président Ahmed Abdallah Sambi et les membres du gouvernement qui ont été les premiers à se faire délivrer ce nouveau type de document de passeport, a fait savoir M. Achirafi, soulignant la réduction des délais d’attente et la rapidité de délivrance.

"Le demandeur aura à attendre peu de temps avant de recevoir son passeport et sa carte d’identité, biométrique également. Dès que l’identité du demandeur est vérifiée, le tour sera joué en 10, 20 minutes maximum", a ajouté le directeur de la Sûreté du territoire.

Pour lui, l’usage du passeport et de la carte d’identité biométriques servira à limiter largement la fraude d’identité et constitue, à ses yeux, une contribution à la lutte contre le terrorisme".

Les détenteurs du passeport traditionnel en cours pourront s’en servir jusqu’au mois de mai 2009, a indiqué M. Achirafi qui a précisé que le montant du passeport est revu à la hausse, passant de 51 à 61 euros, celui de la carte nationale d’identité étant de 8 euros au lieu de 2,2 euros perçus jusqu’ici.

La durée de validité du passeport et de la carte nationale d’identité reste inchangée: 5 ans pour le premier et 10 ans pour la seconde.

Moroni - 10/06/2008 Pana
Partager cet article
Repost0

Pages