Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 00:38
Chers compatriotes,

Comme vous le savez tout manque dans notre pays notamment à l'hôpital de Hombo et dans les autres centres de santé d'Anjouan comme dans les établissements scolaires.
Nous collectons du matériel médical et du mobilier scolaire pour l'île Comorienne d' Anjouan. Il s'agit d'une opération purement humanitaire au profit des comoriens. Elle sera chapeauté à Anjouan par les autorités locales en collaboration étroite avec des amis français  très motivés pour aider ce pays. Les autorités d'Anjouan prendront en charge les frais de transport de 40 pieds et notre association présidée par madame Etter l'ADIC paiera les frais de transport d'un deuxième conteneur de 20 pieds. Ensuite suivra fin octobre, une mission humanitaire  dont son objectif premier est novateur à savoir la formation des jeunes Comoriens dans le domaine médico-chirurgical et de l'imagerie. Notre projet phare est l'installation d'un scanner à Hombo et d'une salle de radio numérique permettant une interprétation quotidienne des images à partir de la métropole en attendant la formation par nos soins, des jeunes médecins comoriens à conditions qu'ils exercent dans leurs centres respectifs au moins pendant 5 ans. Ce projet débutera dès que le financement des appareils d'une valeur de 200 000€ y comprise la maintenance annuelle sera obtenu. Ce projet a vocation à s'étendre sur les autres îles si l'expérience anjouanaise intéresse et s'avère convaincante.
Afin de pallier aux besoins urgents vous êtes attendus fin septembre au 24 rue Gambetta à Viarme, en région Parisienne pour la préparation des colis avant leur chargement dans les conteneurs.
Pour ce travail de mise sur palettes et de chargement dans les conteneurs, il nous faut des hommes et des femmes sensibles aux souffrances de nos frères et soeurs restés au pays.
Vous  passerez le message à tous. Avant de fixer la date exacte de l'opération, il nous faut obtenir l'accord préalable d' au moins  une dizaine de volontaires, car le travail est limité à 2 jours pour la mise sur palettes et 3 heures pour le chargement dans les conteneurs.
Les interessés sont priés de communiquer leurs noms et adresses. Ensuite ils seront informés de la date exacte de l'opération au plus tard ce lundi 10/09/12.
 
Merci de m'appeler au 0760867556 ou me confirmer  votre disponibilité par mail (adamusba@yahoo.fr).
Je compte sur tous pour une large diffusion.
 
Docteur Musbahou Abdou Ada 
Chirurgien des Hôpitaux
France
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans ANNONCES
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 17:49
Comores /  
Coopération :
Riyad et Rabat octroient 450 bourses aux étudiants comoriens
 
Moroni, mardi 04 septembre 2012 (HZK-Presse) Pour la prochaine rentrée universitaire, l’Arabie Saoudite a octroyé 300 bourses aux Comores. Et ce geste est suivi par le Maroc avec 150 bourses.  
 
Tout a changé cette année. C’est la première fois depuis l’établissement des relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite que les Comores ont enregistré un nombre aussi important de bourses d’études. Ce pays frère qui accordait entre 30 et 40 bourses, a décidé cette année, d’en octroyer 300.
 
« C’est un geste sans précédent et ceci est le fruit des efforts du chef de l’Etat dans sa volonté de renforcer les liens entre les deux pays », lance Mohamed Kabir, l’ambassadeur des Comores en Arabie Saoudite. Dans ce même domaine de l’éducation, un autre pays ami apporte aussi son aide. Il s’agit du royaume du Maroc qui vient d’accorder 150 bourses d’études aux étudiants comoriens.
 
« Cette année, tout a changé. Rabat a triplé son offre passant de 50 à 150 bourses et c’est un signal fort », se réjouit Chakira Abakar Soilih, le directeur de cabinet du ministre des relations extérieures. Un point commun sur les bourses des deux pays, les études commencent du premier jusqu’au troisième cycle. « Les bourses seront conjointement gérées par le ministère de l’enseignement supérieur et celui des relations extérieures », confirme Mohamed Bakri.
 
Pour bien gérer les bourses d’études, une commission d’attribution est mise en place et elle sera composée par le gouvernement, MIREX et le ministère de l’enseignement supérieur. « Sur l’attribution des bourses, la commission privilégie les bacheliers les plus méritants, notamment ceux qui ont obtenu une mention », souligne le directeur de cabinet de Mohamed Bakri.
 
Quant à la répartition, 50 bourses sont réservées à la discrétion du Chef de l’Etat, 30 bourses aux étudiants en place en cours de préparation du Master et du Doctorat et les 70 bourses seront reparties entre les trois iles (31 à Ngazidja, 24 à Anjouan et 15 à Mohéli). « Les 50 bourses du chef de l’Etat seront attribuées candidats qui ont eu les mentions », annonce Chakira Abakar Soilih, avant d’ajouter que « les mentions restantes seront privilégiés dans les bourses d’Arabie Saoudite ». Concernant les bourses d’Arabie Saoudite, l’ambassadeur des Comores à Riyad s’engage à intercéder auprès des autorités de ca pays, si les candidatures dépassent le nombre demandé.  
 
Mohamed Youssouf 
040912/my/hzkpresse/10h00
Repost 0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 12:06

COMORES / Littérature : Notre centre de rétention par  ALI MZE

COMORES / Littérature : Notre centre de rétention par ALIMZENotre centre de rétention*. Tel est le titre révélateur et très contemporain d'un essai écrit par un jeune auteur comorien et récemment publié chez l'Harmattan. En feuilletant rapidement cet essai, certains mots-et non les plus doux- vous reviennent et rejaillissent en flot, comme un torrent d'eau qui se déchaine et qui est en quête de son lit : contrôle d'identité, menottes, centre de rétention, expulsion, charters, ... Le tableau est ahurissant et est de ce qu'il ya de plus vraisemblable.

L'auteur peint le sort réservé aux clandestins en terre d'Europe. Bien qu'il raconte l'histoire d'une manière romancée, entre la fiction et la réalité il n'y a qu'un pas. La réalité des faits ne fait aucun doute. C'est une histoire universelle, c'est l'histoire de chacun de nous, car si on n'a pas fait soi-même l'objet d'une rétention administrative suivie d'une expulsion, on connaît un ami, un parent ou quelqu'un du village ou du quartier qui a subi ce sort. Un sort Un mauvais sort.

Dans un passage du livre les mots parlent d'eux-mêmes, comme des images, une photographie, un vrai tableau noir, nul de caricatures, point de déformation, juste la vérité, rien que la réalité : « Qu'ont-ils à nous traiter de la sorte ? Ne sommes-nous pas des êtres humains ? S'ils nous ont enfermé comme des sardines dans un premier temps, à présent, ils vont nous ligoter, avec menottes, les bras dans le dos. En fait il a toujours été ainsi. Cela fait partie des aléas des reconduites à la frontière, Il ne sert à rien de se rebeller, ou du moins le pensons- nous. Nous sommes considérés comme des êtres immondes, des quantités négligeables et dignes seulement de se faire marcher sur la greule, du pied gauche de préférence... »

La tristesse et la dureté du récit

La tristesse et la dureté du récit sont atténuées par un style limpide avec des mots simples.,. Une histoire hideuse racontée avec un beau verbe: et ça coule comme de l'eau de source. Le message passe. Comme une lettre à la poste. Car il s'agit bien d'un message, c'est " un coup de gueule " de ce jeune auteur contre l'humiliation réservée à des milliers de gens, qui ont cru échapper aux fumiers de la misère des pays du tiers monde en regagnant l'eldorado Euroland (c'est comme ça que l'auteur nomme l'Europe). Mais le rêve se brise et s'achève derrière les barbelés de ce qu'on appelle, par politesse(le politiquement correcte), centre de rétention administrative. « Le couloir de la mort » de ceux qui sont en attente d'une reconduite à la frontière.

Bien que l'histoire se déroule à cent mille lieux des Comores, elle ressemble à celle de nos concitoyens qui réussissent à échapper la mort en mer et qui atterrissent dans les geôles Mahoraises.

COMORES / Littérature : Notre centre de rétention par ALIMZE
 

 

Cet essai est le premier de ce jeune auteur, mais celui-ci avoue avoir plusieurs manuscrits dans le tiroir et se félicite d'avoir pu réaliser son rêve d'enfance: devenir écrivain. 
 

 

Ce jeune écrivain est originaire d'lconi et de Nvouni -Bambao. Arrivé en France en 1997 après son Bac littéraire, Ahmed Ali Mzé - c'est comme ça qu'il se nomme - a étudié la littérature française à l'Université Paris 8 d'où il obtient un DEA de lettres modernes.

Abdou Elwahab Msabacar Juriste et enseignant à I'UDC
*Ahmed Ali Mzé, Notre centre de rétention
L 'Harmattan, 9l pages, prt': 11 euros

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans CULTURE
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 09:22

aid-mabrouk

 

Chers fidèles visiteurs du blog,

Chers proches,

Chers amis,

 

Comme vous le savez, aujourd'hui, c’est un grand jour pour beaucoup de gens dans le monde.  En effet, dans plusieurs pays notamment en France et aux Comores, l’aid al fitr est célébré. C’est une fête importante pour les musulmans laquelle marque la fin du ramadan.

 

 A cette occasion, je tiens à  vous présenter (vos familles et vous) mes vœux de bonne santé, de bonheur, d’amour et de prospérité.


Qu’Allah exauce toutes nos prières !

 

Et comme on dit dans mon pays natal, les Comores : 

 

Indi mbaraka.

 

Indi djema ya baraka na wunono na bahati.

 

Mungu a djaanliyé kila ntrongo, mtru ayitsahawo ayiparé. Ha sontsi yatru.

 

 Amine

 

 

Halidi Allaoui (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans RELIGIONS
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 19:50

Communiqué de la Grande Mosquée de Paris du 17 août 2012

 

Aïd Al-Fitr / DIMANCHE 19 AOUT 2012 / Aïd Al-Fitr

Les membres de la commission théologique de l’Institut Musulman de la Grande Mosquée de Paris, présidée par le Recteur Dalil BOUBAKEUR ; le Président de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) Ahmed JABALLAH et sa délégation représentant Dar Al-fatwa de l'UOIF dont  le renommé Cheikh Larbi El Bichri ; le Cheikh Mohammed HAMMAMI Président de Foi & Pratique et sa délégation ; avec la participation de dignitaires musulmans et de responsables associatifs de mosquées réunis à la Grande Mosquée de Paris ce vendredi 17 août 2012 (correspondant au 29ème jour du mois de « RAMADHAN» de l’année hégirienne 1433/H) pour annoncer la date du 1er jour de Aïd Al-Fitr.
Après concertation, les membres réunis constatent que les données astronomiques précises affirment que la naissance de la nouvelle lune du mois de Chawal 1433/H aura lieu le 17/08/2012 à 15h54 GMT, correspondant à 17h54 heure de Pa

ris, donc la possibilité de la vision du croissant de la nouvelle lune aura lieu le samedi 18 août 2012, et par conséquent :

LE PREMIER JOUR DU MOIS DE CHAWAL - Aïd Al-Fitr 1433/H
sera le : DIMANCHE 19 AOUT 2012

Nous implorons Allah Tout Puissant d’accepter notre jeûne
et de nous combler de Sa Clémence et de Sa Miséricorde.

AID MOUBARAK A TOUS LES MUSULMANS

A cette occasion, nous exprimons la satisfaction des musulmans de France pour le déroulement serein de ce mois de Ramadhan 1433/H qui s’achève dans la paix, et saluons tout particulièrement le Président de la République ainsi que les représentants de l’Etat pour leur contribution à ce climat d’apaisement.
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans RELIGIONS
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 14:00

 

DSCN0402.JPG

 

 

Que j'aime cette grande Dame de Ouani, Bweni Anziza Djamal (Maha Charmane), une des premières sages-femmes comoriennes de l'île de Ndzuwani (Anjouan). Beaucoup d'entre nous ont bénéficié de ses services pour venir dans ce monde. 

 

Madame Anziza Djamal est aussi très active dans le milieu associatif feminin à Ouani dépuis longtemps.Elle fait partie des fondatrices de l'association Mawatwaniya de Ouani. Créée dans les années 1980 à OUANI-ANJOUAN-COMORES, elle joue un rôle considérable dans la promotion de la culture, des danse et chants comoriens et contribue  aux différents projets communautaires.

 

Elle apporte aussi beaucoup au combat pour l'émancipation de la femme comorienne. Au début des années 80, elle faisait déjà partie de ces femmes ouaniennes  qui militaient pour la participation d'une des leurs aux éléctions législatives. En vain.

 

Elle a énormément contribué à l'éléction de la première femme député des Comores en 1992.  On la voyait partout. Une femme engagée et très determinée. En effet, elle était membre du staff politique et stratégique de la candidate Sittou Raghadat Mohamed, prenait la parole dans les meetings et participait aux différents  débâts publics (sur la place publique, à la télévison, à la radio...).

Madame Anziza Djamal était tout simplement une de ces braves femmes qui avaient provisoirement sacrifié et délaissé leurs époux et enfants durant toute la campagne électorale pour la députation, afin de mener ensemble avec madame Sittou Raghadat Mohamed un combat rude qu’elles avaient baptisé « le djihad de la femme comorienne ». Il fallait la voir après la proclamation des résultats ! C'était sa victoire.

 

Tous mes respect Bweni Mtukufu ! Eh oui, vous êtes vraiment une femme honorable.

 

Halidi Allaoui

HALIDI-BLOG-COMORES

Repost 0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 12:23
Sortie comorienne en littéraure.

Sous label Washko Ink., Bilk & Soul publie le second texte du plus secret des poètes comoriens actuels, Saïndoune Ben Ali. Après l’immense succès des Testaments de transhumance, paru aux éditions Komedit à Moroni, repris au théâtre par Soeuf Elbadawi, Saïndoune Ben Ali signe ici un bel opus porté par des temps d’incertitude en archipel.

Dans Feuilles de feux de brousse, il est dit notamment que la lucidité est une frontière, quiconque la franchit n’en revient jamais. Il y est dit aussi que ce texte participe de « ces quêtes d’un langage pour dire d’où les morsures et les moisissures constitutives de l’imaginaire prennent toute leur forme ». Saindoune Ben Ali est présent au programme des auteurs invités à la 29ème édition du Festival des francophonies en Limousin en septembre et octobre 2012.

Aux Comores, le livre est disponible à Moroni au Muzdalifa House (Ngazidja), à la Bouquinerie d’Anjouan à Mutsamudu (Ndzuani) et à la Bouquinerie de Passamainti (Maore) pour l’instant, chez d’autres libraires de la place prochainement. Il peut être commandé via le web à cette adresse : bilkandsoul@yahoo.fr


 
washkonet


Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans CULTURE
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 12:58
 
Les résultats du BAC, session 2012 de l'île de Ndzuwani, sont proclamés hier soir (dimanche 5 août 2012) dans les environs de 22 heures (heure des Comores) après une longue attente. Ils étaient attendus à 20 heures.
 
Selon les informations qui sont en notre posséssion, cette année, les résultats sont encore très catastrophiques même si on enrégistre une petite amélioration par rapport à l'année dernière. On est en effet passé d'un taux de réussite de 4% à 6%.
 
Enseignement général
 
 En série A1, 60 candidats sont admis sur 662 inscrits soit 9,06% ; 230 candidats sont autorisés à passer les épreuves du 2ème groupe (34,74%) et 372 candidats sont éliminés.
 
 En série A4, 71 candidats sur 3.318 sont admis soit 2,15%, 583 candidats sont autorisés (17,66%) à passer les épreuves du 2ème groupe et 2648 candidats sont récalés.
 
En série C, il y a eu 18 admis sur 28 soit 64,29%, 6 autorisés à passer les épreuves du 2eme groupe (21,43%) et 4 éliminés.
 
En série D, 88 candidats sont admis sur 361 soit 24,44%, 85 candidats sont autorisés à subir les épreuves du 2ème groupe soit 23,61% et 187 candidat sont éliminés.
   
Enseignement technique
 
En Sciences et Techniques de Construction (STC), 25 sont admis sur 34.  3 doivent passer les épreuves du 2ème groupe soit 8,82% et 6 sont éliminés.
 
En Sciences et Techniques Industrielles (STI) sur 25 inscrits on a 6 admis, 14 autorisés à aller au oraux du 2ème groupe soit 56,00% et 5 sont éliminés.
 
Je présente mes sincères félicitations à mon neveu Azmir Nassurdine qui fait partie des 18 lauréats de la série C et souhaite bonne chance et bon courage à  ma cousine Aicha Oirdi qui doit passer les épreuves du 2ème groupe (série A4).
 
Halidi Allaoui
HALIDI-BLOG-COMORES
Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans EDUCATION
commenter cet article
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 15:03

Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)

 

Comores /

Affaire Salimou :

La décision de la Cour suprême est attendue le 4 Juillet

        

 

Moroni, jeudi 28 Juin 2012 (HZK-Presse) – Après plusieurs mois d’attente, la Cour suprême vient de tenir sa première audience, hier mercredi. Et elle va avoir à statuer sur la recevabilité du pourvoi en cassation déposé par les avocats du général Salimou.

 

La Cour suprême était envahie ce mercredi par une foule nombreuse à l’occasion de sa première audience sur l’affaire du général Salimou Mohamed Amiri, accusé de complicité de meurtre dans l’affaire de l’assassinat du lieutenant-colonel Combo Ayouba. Pour la première fois, la haute juridiction va devoir statuer sur la recevabilité du pourvoi en cassation, et avant d’aller au fond du dossier.

 

Dans un premier temps, l’avocat général représentant le ministère public a déclaré dans son réquisitoire « irrecevable » le pourvoi, en se référant à certaines dispositions procédurales, comme le non-respect de la date du dépôt des mémoires. Face à cette situation, les avocats du général Salimou répliquent en soulignant la nécessité d’une signification ou une notification pour aller devant la Cour d’assises.

 

« Est-ce qu’il est nécessaire aux Comores de signifier ou de notifier un arrêt de renvoi devant la cour d’assises à l’accusé ? Voilà le problème sur lequel la Cour doit trancher », lance Me Hugo Levy, un des avocats du général Salimou. « La signification est obligatoire car elle seule, permet à l’accusé de faire valoir ses droits constitutionnels à être défendu. Et la première fonction d’une Cour suprême est de protéger et garantir les droits des citoyens face aux autorités exécutives et gouvernementales », poursuit-il.

 

Dans cette audience, les hauts magistrats devront soit rejeter le pourvoi et elle dit qu’il est irrecevable ou elle considère qu’il est recevable. « Si elle considère que cet ultime recours est irrecevable, elle portera une atteinte indéniable à un des droits fondamentaux de la défense, connaitre précisément les faits et la qualification juridique des faits qui vous sont reprochés. Et si elle dit qu’il est recevable elle hissera les institutions comoriennes sur la voie du procès équitable », avance français Me Hugo Levy.

 

Dans cette première audience de la cour suprême, d’autres questions étaient soulevées de part et d’autre concernant le droit. « Nous et le ministère public avons soulevé de questions de droit très importantes que certainement la cour va examiner et vérifier les textes que nous avons invoqué », affirme à son tour Me Harmia Ahmed, l’autre avocat de l’ancien chef d’Etat-major de l’armée comorienne.

 

Au cours de cette première audience, le bâtonnier du barreau de Moroni a tenu à démontrer qu’on ne peut pas oublier ce qui est passé avant. « On va faire fi de la jurisprudence universelle sur les droits de l’homme sur les principes généraux qui gouvernent la procédure. Notamment la procédure doit être contradictoire et équilibrée. Ce qu’on appelle l’égalité des armes entre les parties», ajoute-t-elle, avant de marteler que « aujourd’hui le procureur général voulait jouer au chat et à la souris. Nous cacher la procédure, nous cacher les réquisitoires jusqu’à l’avant-veille. Nous avons tenu à le dire car ce n’est pas du tout un respect des droits de la défense. C’est une violation grave des droits de la défense ».

 

L’affaire est mise en délibéré au 4 Juillet prochain et la première décision de la cours suprême est attendue avec impatience aussi bien par les avocats que par l’opinion publique.

 

Mohamed Youssouf

280612/my/hzkpresse/09h00

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans JUSTICE ET DROIT
commenter cet article
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 12:55

Agence comorienne de Presse (HZK-Presse)

 

Comores /

Interview/ Idriss Mohamed, animateur du comité Maoré :

« Le gouvernement n’a rien entrepris de visible contre la rupéisation de Mayotte »

        

 

Moroni, mardi 26 Juin 2012 (HZK-Presse) La participation de Mayotte aux Jeux des jeunes, la rupéisation de Mayotte, deux questions d’actualité qui alimentent le débat national, surtout les milieux politiques et la société civile. Le gouvernement français a déjà entamé le processus visant à faire de Mayotte une « région ultrapériphérique de l’Union européenne » en demandant que la question soit discutée lors de la réunion du Conseil de l’Europe du 28 juin prochain. Pour éclairer l’opinion, un journaliste de La Gazette des Comores / HZK-Presse s’est entretenu avec Idriss Mohamed, animateur principal du Comité Maoré. Interview.

 

Question : que pensez-vous de la participation de Mayotte dans les Jeux des jeunes de l’Océan Indien qui auront lieu dans deux semaines ?

 

Idriss Mohamed : on a caricaturé notre position. Le Comité Maoré ne s’oppose pas du tout à ce que la jeunesse mahoraise participe aux Jeux. Nous sommes prêts à la concession qui fait que nous sommes d’accord pour que les jeunes de Mayotte prennent part alors que ceux des trois îles n’y vont pas. C’est une concession importante à admettre. Mais nous pensons qu’il y a le côté symbolique fort. La jeunesse mahoraise va défiler en brandissant un panneau où est écrit Mayotte, même s’ils n’ont pas de drapeau français ou d’hymne national français, c’est pareil. C’est quand même une entité Mayotte. C’est le 101ème département français qui est là et qui défile. Il s’agit d’une acceptation du fait accompli. Et c’est ce que nous rejetons. Nous savons que les Comores ont émergé en tant que nation par un processus historique fondé sur les liens entre les échanges. Nous sommes d’accord pour ces échanges.

 

Question : quelle position devait adopter le gouvernement ?

 

I.M : nous avons discuté avec la commission d’organisation des Jeux. Elle nous a dit que ces jeux sont organisés par les gouvernements et non pas les structures olympiques. Ce qui fait que l’Etat comorien pouvait demander que le panneau des jeunes mahorais soit marqué jeunesse de Mayotte. Nous n’avons pas pu faire la proposition aux gouvernants puisqu’ils n’ont pas voulu nous rencontrer. Le Comité Maoré a cherché à rencontrer le Président, mais il ne l’a pas souhaité.

 

Question : pour le Comité Maoré, quelle forme devait revêtir la présence des jeunes mahorais pour ne pas les marginaliser ?

 

I.M : il n’y a pas de marginalisation. Peut-être on pourrait parler de la manière de saisir l’opportunité pour avoir les échanges avec eux. Mais il faut voir que ces jeunes viendront avec un encadrement qui milite pour que Mayotte soit française. Chaque fois qu’il y a des jeux, les mahorais font tout pour se distinguer et montrer qu’ils ne sont pas comoriens. Et ils vont le faire encore plus ici.

 

Question : la question de la rupéisation de Mayotte sera discutée bientôt par la Commission européenne. Que faut-il faire ?

 

I.M : nous devons constater que depuis que cette question est posée, le gouvernement comorien n’a rien entrepris de visible. C’est scandaleux. Les autorités disent qu’ils ont écrit, mais la lettre n’a pas été rendue publique. Le Président de la république a dit au Conseil des sages qu’il pouvait accéder à cette lettre au ministère des relations extérieures. Le conseil n’a pas pu mettre la main sur ledit courrier. On peut douter de son existence. En tout cas le MIREX mène une politique soit disant de discrétion complète. Comme si la diplomatie est uniquement secrète. Je ne sais pas comment la question sera examinée. Je pense qu’elle sera étudiée sans que notre pays ait une influence quelconque. L’attitude du gouvernement est inacceptable.

 

Question : n’est-il pas trop tard pour empêcher ce processus déjà engagé par la France ?

 

I.M : il ne sera jamais trop tard tant que Mayotte ne sera pas intégrée dans l’Etat comorien. Le combat continuera. Même si la France fait de Mayotte un département ou une région ultrapériphérique de l’Europe. En compliquant le combat pour la libération de Mayotte, la France engage le devenir de nos deux peuples. Les français veulent faire croire que nous sommes en conflit territorial avec eux. C’est entre le monde et la France qu’il y a conflit. Cette dernière piétine les lois appliquées dans le monde sur la décolonisation. Celle-ci est incomplète pour les Comores. Il apparait de plus en plus que, les vrais intérêts sur cette question de Mayotte se trouvent dans le canal de Mozambique, qui regorgerait d’un potentiel énergétique considérable notamment du Gaz. Le voile se lève.

 

Question : quelle solution le Comité Maoré suggère aux autorités ?

 

I.M : les autorités ont capitulé. Nous n’avons pas de solution à proposer. Les comoriens doivent comprendre qu’il faut faire pression à l’Etat pour qu’il défende les intérêts de notre pays. La question n’est plus posée à l’ONU. On laisse Mayotte en tant qu’entité, participer aux Jeux. Rien n’a été fait sur la rupéisation. Nous sommes dans une situation où nous ne préservons pas nos intérêts. Il y a une nouvelle théorie qui est née. Le  gouvernement actuel dit que la question de Mayotte est là depuis longtemps.

 

Propos recueillis par Natidja Hamidou

260612/nh/hzkpresse/12h00

Repost 0
Mariama HALIDI HALIDI - dans INTERVIEWS
commenter cet article

Pages