Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 22:32

Agence comorienne de presse (HZK-Presse)

 

 

Moroni, lundi 17 novembre 2008 (HZK-Presse) – A la veille de l'ouverture des travaux du colloque international sur le Karthala, les préparatifs vont bon train et les délégations continuent d'arriver à Moroni. C'est ainsi que depuis ce lundi matin, la capitale comorienne vit au rythme de ce rendez-vous scientifique qui sera le premier du genre à se tenir dans notre pays.

 

De nombreux banderoles sont déployés aux quatre coins de la ville pour rappeler les enjeux de cet événement organisé conjointement par le gouvernement comorien et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), dont le double objectif est de parvenir à une meilleure connaissance du volcan d'une part et prospecter sa valorisation d'autre part.

 

Pour mieux sensibiliser l'opinion publique, l'artiste Maalesh a improvisé un mini concert Place de l'indépendance, dans une ambiance festive. Le colloque sera ouvert mercredi matin au Palais du peuple, en présence des plus hautes autorités nationales et de l’île de Ngazidja ainsi que des représentants du corps diplomatique.

 

Il doit rassembler "les grands noms de la vulcanologie du monde, ainsi que des experts et praticiens de différents horizons", indique le comité d'organisation. L'on espère ainsi sortir enfin le Karthala de son isolement dans lequel il est resté longtemps confiné, alors qu'il a la réputation d'être le volcan en activité ayant le plus grand cratère au monde.

 

Un homme aura beaucoup contribué à cet effort de décloisonnement scientifique de notre volcan, et sans lui le colloque n'aurait pas vu le jour. Il s'agit de M. Opia Mensah Kumah, le représentant résident du PNUD, qui, dès sa prise de fonction à Moroni début 2007, a initié le projet, et réussira en moins de deux ans le pari difficile de mobiliser tous les acteurs concernés.

 

Les éminents séminaristes se pencheront durant trois jours sur trois grands thèmes relatifs aux recherches scientifiques, à la prévention et la gestion des risques ainsi que la valorisation économique et énergétique.

 

Chaque groupe d'experts développera sa réflexion à travers des débats, qui seront suivis par des ateliers et des tables rondes avec le panel d'experts et des personnes ressources. Le Colloque devra aboutir concrètement à l'élaboration de projets spécifiques et des recommandations.

 

Face à la fréquence de plus en plus rapprochée des éruptions volcaniques au cours des dernières décennies, les organisateurs de ce forum scientifique prévoient la finalisation du « Plan national de contingence », visant à offrir à la population une sécurité globale renforcée en cas de catastrophe naturelle.

 

Autre résultat attendu, l'adoption d'un programme de développement économique axé sur l'exploitation du potentiel volcanique de la Grande-Comore, notamment dans les secteurs énergétique et touristique, jugés stratégiques par le gouvernement et ses partenaires au développement.

 

Le colloque international sur le Karthala placé sous le slogan « Un géant bientôt apprivoisé », verra la participation d’une quarantaine de spécialistes dont Patrick Bachelery de l’université de La Réunion, Chris Hartnady de l’université de Cap Town, Dieudoné Wafula Mifundu de l’Observatoire de Goma, etc. Plusieurs institutions et pays amis sont associés à cet événement, notamment la Banque mondiale, OCHA, ISDR, France, Etats-Unis, Suisse.

 

El-Had Said Omar

171108/eso/hzkpresse/12h00

 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 00:22

WANI

 

Sur la Dune du Pilat

Une main errante

Continue à creuser

Dans ta mémoire ondulée

Très loin là-bas

Apparaît le bassin de Basrwa

A la recherche d’un shihazi

Comme tes hôtes de Shirazi

Jusqu’où

Jusqu’à quand

Attente fastidieuse

Entente lugubre

Au profond de ce sable blanc

Mirage tenaillant

Mais euphorie noire

Le ressac métamorphose

La Tour Eiffel en Minaret

Notre Dame en Mosquée

La Seine en Rivière

Et ces gens de tous les jours

Mais point de bonjour

Malgré le beau jour

Pourquoi ?

Pourquoi !

Pourquoi…

Wani comme eux

Wani comme feuille

Wani la combattante

Où es tu

Avec ta poussière guérisseuse

Avec tes vagues berceuses

Qui mouillent mes galets

Pour que ton regard ne lâche pas la lune

Pour que mon âme entre en transe

Et Bwelamaji aussi…

 

Halidi Allaoui 17/11/2008

 

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 09:43

Agence comorienne de presse (HZK-Presse)

 

Moroni, lundi 17 novembre 2008 (HZK-Presse) – Une cérémonie de réception d’un lot de matériels et équipements hydrauliques a eu lieu vendredi 14 novembre à la société d’eau et d’électricité des Comores (Ma-Mwe). Placée sous le haut patronage du président de la république, la cérémonie a vu la présence de nombreuses personnalités de l’Union et des îles autonomes [dont les présidents de Ngazidja et de Ndzouani], des membres du corps diplomatique, ainsi que des notables et hauts fonctionnaires.

 

Pour la circonstance, une séance spéciale fut consacrée à la signature du procès-verbal de réception des matériels et équipements que la Chine a gracieusement offerts à l’Union des Comores, dans le cadre d’un vaste projet de réhabilitation du réseau d’adduction d’eau de la capitale. Le ministre de l’énergie de l’Union des Comores, représentant la partie comorienne et le Chargé d’affaires de l’ambassade de Chine ont apposé respectivement leurs seaux en échangeant les paraphes.

 

Estimé à plus de 675 millions de nos francs, ce lot de matériel qui a été acheminé de Beijing jusqu’à Moroni dans une soixantaine de conteneurs est composé de 33 km de tuyauterie, de machines pour la détection des fuites d’eau, de compteurs, de combinaisons, des casques et autres accessoires. Il servira à la réhabilitation du réseau urbain de l’agglomération de Moroni et ses environs, soit une population d’environ 60.000 habitants.

 

C’est ainsi que M. Said Ahmed Said Ali, maire de la ville de Moroni a eu le privilège d’intervenir en premier pour témoigner au nom de ses administrés leur profonde gratitude à l’endroit du gouvernement et du peuple chinois pour « ce geste qui s’inscrit dans le cadre d’une coopération sino-comorienne très fructueuse remontant aux premières heures de l’indépendance de notre pays, voici 33 ans ».

 

Dans son intervention, le maire de la capitale passera en revue les multiples réalisations de la Chine aux Comores à travers les grands projets d’infrastructures, tels que le Palais du peuple et l’Aérogare internationale qui illustrent si besoin est l’amitié entre les deux peuples frères. Le maire dira qu’il n’est point surpris par ce don de la part d’un peuple frère qui, « dès le 11 juillet 1975 fait partie des tous premiers à établir des relations diplomatiques avec le jeune Etat comorien, plaçant la Chine parmi nos principaux partenaires du développement ».

 

Intervenant à son tour, le Chargé d’affaires de l’ambassade de Chine à Moroni louera l’amitié séculaire unissant son pays et les Comores en remerciant l’hospitalité du peuple comorien. La cérémonie organisée pour la réception de ce matériel illustre « la force des liens d’amitié et de coopération entre les deux peuples », dit-il. Il s’agit, poursuit le diplomate, d’un appui que le président chinois avait promis à son homologue comorien Ahmed Abdallah Mohamed Sambi depuis 2007, pour une enveloppe de 13,5 millions de yens [675 millions de francs comoriens]. Comme dans le passé, ajoute-t-il, la Chine continuera à apporter son soutien technique, matériel et financier à ses pays amis en développement dont l’Union des Comores.

 

A son tour, le Président comorien, saisit cette occasion pour démontrer combien ses multiples voyages à l’extérieur sont fructueux. C’est au terme du sommet de Beijing de juillet dernier consacré sur le partenariat Chine-Afrique qu’il a arraché ce don de 675 millions de francs auprès de son homologue Chinois. Le président Sambi dira clairement qu’il avait la latitude de destiner ce don à son projet « Habitat », mais son choix s’est volontairement porté sur la capitale des Comores dans un domaine stratégique et vital qu’est celui de l’énergie et de l’eau.

 

« En réhabilitant le réseau d’eau de la ville vieux de plus de 30 ans, les comoriens pourront en être fiers vis-à-vis des nombreux visiteurs de passage car la capitale est la vitrine du pays », soutient le chef de l’Etat. Engagé à prendre à bras le corps le secteur de l’énergie, Sambi lancera un appel à tous les résidents de la capitale à mettre la main à la poche pour contribuer financièrement à la réussite de ce projet dont les travaux devraient bientôt démarrer. « Même les femmes peuvent faire don de leurs bijoux », lance-t-il.

 

Il n’a pas manqué de souligner par ailleurs l’étendue de l’assistance chinoise aux Comores, en citant des projets de non moindre envergure qui sont en chantier tels que la construction des bureaux de la présidence de l’Union dans les îles d’Anjouan et Mohéli, et du siège de l’Office du tourisme. « Tous ces investissements illustrent à bien des égards la profondeur et la sincérité qui caractérisent de la coopération Sino-comorienne », dit le président comorien.

 

Mais Sambi s’interroge « si les Comores doivent rester éternellement ce pays qui tend la main aux autres pour quémander aide et assistance » ? Et le chef de l’Etat d’appeler de tous ses vœux les députés à l’assemblée nationale à voter en faveur à la loi relative à « la citoyenneté économique », qui à en croire le locataire de Beit-Salam, « apportera au pays de gros moyens financiers ».

 

Autant dire que le président ne rate plus aucune occasion de plaider en faveur de ce texte controversé, dont une nouvelle version [ne faisant pas allusion aux « Bedouns »] serait en discussion au Palais du peuple, après le rejet d’un premier projet de loi le 24 juillet dernier. Pour quelle fin et pour quoi aussi vite ?

 

A. Nabahane                                            

171108/an/hzkpresse/6h00

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 23:33

Ci-dessous un communiqué de Monsieur Abdou Djabir, Président du parti MSADA et de la COMUNA (photo) du 15 novembre 2008 sur la situation de crise qui prévaut à Mohéli


Le Président SAMBI dérape à Mohéli

La décision du gouvernement de l’Union de faire intervenir l’armée nationale  à Mohéli est une action très dangereuse au regard de l’unité nationale que nous recherchons tous, gouvernement et opposition.

Quand le Chef exécutif de l’île autonome, Mohamed Ali Said crie au coup d’état institutionnel, certains le jugent excessif. Mais en réalité, il se conforme à la constitution qui précise que les directeurs régionaux des sociétés d’Etat sont nommés par les chefs des exécutifs insulaires. Par conséquent, les nominations des directeurs des entreprises publiques à Mohéli par le Président Sambi, en remplacement des hommes nommés le Chef exécutif de l’île est anti constitutionnel. La manière violente qui a été employée, en faisant casser les serrures des portes des bureaux par la gendarmerie, est tout aussi contestable. Je ne peux pas ne pas réagir contre cette agression caractérisée, quand le Président Sambi écrase l’autonomie de Mohéli et viole la Constitution de notre pays.

Le Président Sambi évoque l’article 8 de la Constitution qui lui donnerait le droit d’intervenir pour mettre de l’ordre, quand les choses se passent mal dans une île. C’est tout simplement un abus de pouvoir car il n’y a pas eu menace à l’ordre public. S’agissant des mesures administratives et de gestion des finances publiques qui s’imposent, le Président Sambi est dépassé par la situation. Il a échoué dans le dialogue entre l’Union et les îles autonomes, et les entreprises publiques sont tombées en faillite à cause de sa gestion désastreuse. Elles fonctionnent sans conseil d’administration et perdent de l’argent du fait de la pression financière faite par le gouvernement central. Cette situation ne justifie pas le coup de force du Président Sambi pour une soit disant « opération propre ».

En vérité, le Président. Sambi met les Mohéliens et le Chef de l’exécutif local sous pression en leur imposant un rapport de force. Il veut prolonger son mandat au détriment de la tournante de Mohéli en 2010. Les exécutifs autonomes de la Grande Comore et de Mohéli lui résistent. La Constitution le lui interdit et cela est dangereux pour l’unité nationale et l’intégrité territoriale. Il ne faudrait pas qu’il cède à la facilité en ayant recours à la violence par l’intermédiaire de l’armée nationale qui devrait rester neutre dans les questions politico-économiques.

Les Mohéliens sont désemparés. Ils avaient adopté et accueilli en masse le Président Sambi quand M. Bacar l’empêchait  d’aller prier dans son île natale. Aujourd’hui, le Président Sambi n’a pas réussi à convaincre que la révision de la constitution vise autre chose que la prolongation de son mandat qui tire vers la fin.

Le 15 novembre 2008

Abdou DJABIR

Président du parti MSADA

Président de la COMUNA (Coordination Mohélienne pour l’Unité Nationale)



Partager cet article
Repost0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 23:50

Agence comorienne de presse (HZK-Presse)

 

Comores / Politique & institutions

 

Moroni, mercredi 12 novembre 2008 (HZK-Presse) – Le rassemblement de ce mercredi Place de l’indépendance a été incontestablement le point d’orgue de la semaine de commémoration de la Journée nationale Maore. Le perron de l’ancienne Chambre des députés, lieu hautement symbolique où fut proclamé le 6 juillet 1975 l’indépendance des Comores, était trop étroit pour accueillir toutes ces personnalités politiques et de la société civile venues témoigner leur engagement au coté du Comité Maore.

 

Un comité qui a réussi le pari cette année d’impliquer activement à la fois le gouvernement et l’assemblée nationale autour de la question de Mayotte, devenue « une cause nationale qui transcende tous les clivages politiques », selon Idriss Mohamed, principal animateur de ce collectif qui milite depuis 2005 en faveur du retour de Mayotte dans son giron naturel.

 

On remarquera la présence de l’ancien premier ministre Abbas Djoussouf, des anciens ministres Omar Tamou, Ali Bazi Sélim, Said Mohamed Sagaf, Dr Mouhtar, des anciens présidents de l’assemblée fédérale Abdallah Halifa et Mohamed Said A. Mchangama, de l’ancien ambassadeur Ali Mlahaili, de l’actuel député Said Ali Kémal et d’autres « dinosaures » de la classe politique.

 

Toutes les institutions de l’Union et des îles autonomes étaient représentées à cette cérémonie de clôture, qui a donné lieu à des chants patriotiques qui ont revigoré la foule, et à l’issue de laquelle un mémorandum a été lu devant le public, avant d’être remis à l’ambassadeur de France, Luc Hallade.

 

Dans son intervention, Idriss Mohamed a dénoncé « l’occupation illégale » de Mayotte par une ancienne puissance colonisatrice qui « abuse de la seule loi du plus fort » pour garder cette 4ème île de l’archipel. Réfutant les arguments véhiculés ici et là pour justifier « un prétendu choix des mahorais de rester français pour être libres », le secrétaire général du Comité Maore estime au contraire que « la vie à Mayotte n’est pas enviable » car les habitants  y sont « traités comme des étrangers sur leur propre territoire par rapport aux français blancs de souche qui s’en approprient, et ont leurs quartiers résidentiels inaccessibles aux autochtones », dit-il.

 

Et Idriss d’appeler tous les comoriens à « refuser le fait accompli » imposé par la France, notamment en luttant pour stopper les expulsions de Mayotte des comoriens des trois autres îles, qui continuent à mourir dans le bras de mer séparant Anjouan et Mayotte, à cause du visa Balladur.

 

Un thème développé par une jeune femme, représentant le comité Maore à Anjouan, pour qui, « les naufrages des kwasa-kwasa sont souvent provoqués par les gendarmes français », chargés de la surveillance côtière. Cette militante anjouanaise des droits de l’homme, dénonce le « traitement inhumain infligé à des femmes et des enfants » expulsés de Mayotte dans des « conditions qui n’honorent pas un grand pays comme la France ».

 

Au nom du gouvernement de l’Union, le ministre de la justice, Mmadi Ali a tenu à saluer le patriotisme de la classe politique comorienne d’avant, pendant et après la colonisation, tout en invitant la jeunesse à « rester vigilante et attachée aux valeurs d’unité nationale et de défense de l’intégrité territoriale de notre pays », rappelant au passage que c’est le jeune Ali Toihir, qui a eu le privilège historique de hisser pour la première fois le drapeau des Comores à l’ONU le 12 novembre 1975.

 

Ce jour là, le chef de l’Etat comorien de l’époque, le prince Said Mohamed Jaffar, s’était adressé à l’assemblée générale de cette organisation internationale, en appelant la France à « respecter le principe sacré » de l’accession des pays à l’indépendance « dans les frontières héritées de la colonisation », qui s’applique au cas de l’archipel des Comores, dont l’unité a toujours été reconnue par les gouvernements français successifs jusqu’en 1975, a-t-il fait observer.

 

Le rassemblement d’hier s’est terminé par la lecture d’un mémorandum par Ibouroi Ali Tabibou, secrétaire général de la Confédération des travailleurs comoriens (CTC), suivi d’une marche pacifique placée sous le signe de la condamnation du référendum de « départementalisation » de Mayotte.

 

Le mémorandum, qui fait la synthèse des propositions de règlement du contentieux franco-comorien sur Mayotte, sera immédiatement remis à l’ambassadeur de France à Moroni, par une délégation de quatre personnes composée du président du Comité Maore Dr Mbaé Toyb, du ministre de l’Union chargé de la Fonction publique Ahmed Abdou, du président de l’assemblée de l’île de Ngazidja, Soudjay Hamadi et de l’ancien ministre des affaires étrangères, Dr Mouhtar Ahmed Charif.

 

Interrogé à la fin de la manifestation, le leader du Front démocratique Moustoifa Said Cheikh a déclaré que « l’objectif de ce mémorandum est d’exprimer à la France la vive protestation du peuple et du gouvernement comorien contre la mascarade électorale que les autorités françaises s’apprêtent à organiser sur une partie de notre territoire ». Encadrée par les forces de l’ordre, la marche s’est dispersée dans le calme et sans aucun incident.

 

El-Had Said Omar

121108/eso/hzkpresse/12h00

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 22:51

Source : alwatwan.net / 14 novembre 2008
 

Deputes Le projet de loi sur la citoyenneté économique qui doit être bientôt présenté en plénière a beaucoup plus de chance d’être voté par les parlementaires. D’autant plus que le vice-président de l’assemblée de l’Union parle d’une ‘‘nouvelle version qui diffère très largement de celui qui a été présentée aux députés en juillet dernier’’. Le texte actuellement à l’étude ‘‘ne concerne plus des familles particulières’’ mais pose un cadre général, ‘‘ouvrant la possibilité à toute personne étrangère remplissant les conditions exigées et qui le souhaite de devenir un ‘partenaire économique’ de l’Etat comorien’’.

L’étude en commission du projet de loi concernant le programme de citoyenneté économique devait prendre fin hier jeudi 13 novembre. C’est du moins le souhait du ministre de la Justice qui le défendait devant les membres de la Commission des Finances de l’assemblée de l’Union. Interrogé par Al-Watwan, un député nous a confirmé que le rapport de la commission sera fin prêt aujourd’hui pour être présenté à la prochaine séance plénière.

Ce projet, qui avait fait couler beaucoup d’encre et de salive, semble bénéficier aujourd’hui d’un avis favorable. La mission parlementaire d’informations qui s’est rendue en octobre dernier au Koweït et à Dubaï aura permis de lever les ‘‘nombreuses zones d’ombres qui entouraient le projet et la complexité de la problématique du thème de citoyenneté économique’’, comme le souligne le rapport de la mission.
Le vice-président de l’assemblé et chef de la mission parlementaire, Ibrahim Mhoumadi Sidi, parle d’une ‘‘nouvelle version qui diffère très largement de celle qui a été présentée aux députés en juillet dernier’’. Selon lui, le texte actuellement à l’étude ‘‘ne concerne plus des familles particulières’’. Il pose un cadre général, ouvrant la possibilité à toute personne étrangère remplissant les conditions exigées et qui le souhaite de devenir un ‘‘partenaire économique’’ de l’Etat comorien.
Cependant, le texte à l’étude demande des modifications pour certaines dispositions du code de la nationalité comorienne, en ‘‘introduisant la possibilité de naturalisation pour des partenaires économiques qui, au nombre des conditions posées figure celle d’être musulman, de justifier sa capacité à investir, de ne pas faire l’objet d’une condamnation pour acte qualifié de crime ou de délit contre la sûreté de l’Etat, vol, escroquerie, crime contre les personnes ou d’attentats aux mœurs et à la pudeur, etc.’’.
A l’assemblée, avec un optimisme contenu, on pense que le projet a toutes les chances d’être adopté.
C’est que les parlementaires et cadres de l’assemblée de l’Union qui ont fait le déplacement pour s’enquérir des tenants et aboutissants de ce programme sont revenus avec de meilleurs sentiments sur le dossier, même s’ils ont pris le soin de préciser qu’ils ne sont pas ‘‘des spécialistes des questions économiques, ni de projets ni d’affaires’’. Ils disent avoir, cependant, ‘‘rencontré des hommes expérimentés dans ces domaines, disposés et déterminés à venir investir dans le développement multiforme des Comores’’. Les membres de la délégation soulignent également avoir noté qu’il ‘‘existe à Kuweit City et à Dubaï des opportunités à saisir pour lancer le train de notre développement’’.
Ils restent convaincus que ‘‘les enjeux économiques et financiers du programme de citoyenneté économique sont importants et que s’il réussissait, les Comores pourraient bénéficier d’infrastructures viables et fiables qui seraient un atout pour attirer d’autres investissements pour un développement de grande envergure’’, notent-ils dans leur rapport de mission.
Pour eux, ‘‘une fois les gardes fous nécessaires contre les craintes et les appréhensions légitimes de nos concitoyens insérés dans le projet de loi, son adoption serait plutôt une opportunité historique saisie pour notre développement’’. Ils soulignent la nécessité de savoir saisir les bonnes opportunités qui se présenteraient à notre pays. La mission a recommandé que ce projet de loi ‘‘fasse l’objet d’une lecture attentive, de débats objectifs, argumentés, dépassionnés et sereins afin de ne pas faire manquer à notre pays une opportunité historique de développement’’.
La conclusion de la mission est sans équivoque : ‘‘Il nous faut un nouveau regard du monde qui transcende notre perception spatiale qui va du village à l’île en passant par la région dont on est originaire. De nouvelles approches des questions de développement qui tiennent compte de la mondialisation, des impératifs économiques et de l’aspiration de la population comorienne au mieux-être et au mieux-vivre, qui tiennent compte aussi de la spécificité de la culture, de la religion et des traditions positives des Comoriens, sont à trouver’’.

Petan Mognihazi
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 10:43

Agence comorienne de presse (HZK-Presse)

 

Comores / Politique & institutions


Moroni, jeudi 13 novembre 2008 (HZK-Presse)
Le président de l’île autonome de Ngazidja vient de procéder à son deuxième remaniement de gouvernement, neuf mois après la formation de la précédente équipe, intervenue le 4 février dernier, présentée alors comme plus « technocratique » que politique. Le nouveau gouvernement dont la liste a été rendue publique ce jeudi en début de soirée, compte 9 membres contre 7 dans la précédente équipe.

 

L’on retiendra que seulement deux ministres sortants ont été reconduits, M. Youssouf Said Soilihi qui cède le portefeuille des finances et du budget à M. Kamar-Ezamane Mohamed [précédemment président du Conseil économique et social], pour occuper celui de l’Economie, Commerce, Plan, Coopération décentralisée et Diaspora, et M. Said Soilihi Said Abdillah Ahmed qui conserve son département de la Production, Industrie, Artisanat et Environnement.

 

Six autres font leur entrée pour la première fois dans un gouvernement de l’île, dont deux femmes, Mme Moinafatima Djalim à l’éducation, Formation professionnelle, Jeunesse et sports et Mme Moinaécha Said Islam promue ministre déléguée à la Promotion du genre. 

 

L’expert en développement institutionnel Assoumani Saandi, qui semblait avoir pris depuis un moment ses distances avec la politique de l’exécutif insulaire, aurait même personnellement écrit au président Mohamed Abdouloihabi en mettant en jeu sa propre démission.

 

M. Saandi qui venait de lancer avec succès un vaste chantier sur l’organisation communale de Ngazidja, a donc quitté le gouvernement, laissant son département de la Fonction publique et du développement institutionnel à deux ministres différents, Youssouf Boina et Mohamed Abdou Mhadjou.

 

Sur le plan politique, l’on remarquera l’entrée de M. Kamar-Ezamane Mohamed, du parti UNDC, deux fois candidat à l’élection présidentielle de l’île [en 2002 et 2007] et précédemment Président du Conseil économique et social de Ngazidja, après avoir été directeur général adjoint de la Société comorienne des Hydrocarbures [1996-2002].

 

Composition du gouvernement :

 

1) Ministre des Finances et du Budget, Porte parole du gouvernement :

M. Kamar Ezamane Mohamed

 

2) Ministre de la Fonction publique, de l’Emploi, de la justice et des affaires islamiques :

M. Youssouf Mohamed Boina

 

3) Ministre de l’Economie, du Commerce, Plan, Coopération décentralisée chargé de la diaspora :

M. Youssouf Said Soilihi

 

4) Ministre de l’Education, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et sports :

Mme Djalim Moinafatima

 

5) Ministre de l’Intérieur, du Développement institutionnel et de la Communication : Mohamed Abdou Mhadjou

 

6) Ministre de la Production, de l’Industrie, de l’Artisanat et de l’Environnement :

M. Said Soilihi Said Abdillah Ahmed (Bruce)

 

7) Ministre de l’Equipement, de l’Energie, des Transports et de l’Habitat :

M. Saandi Abdou

 

8) Ministre de la Santé, de la Population, de la Cohésion sociale et des Relations avec les institutions :

M. Housseine Boina Boina

 

9) Ministre Déléguée à la promotion du Genre :

Mme Moinaécha Said Islam

 

On notera par ailleurs l’entrée au cabinet de la présidence de l’île, de l’ambassadeur Ahamada Hamadi, fonctionnaire au ministère des relations extérieures, au poste de Directeur de cabinet en remplacement de M. Ahmed Said Issilam. Reconduit pour la deuxième fois, M. Said Toihir Said Ahmed conserve le poste de secrétaire général du gouvernement.

 

El-Had Said Omar

131108/eso/hzkpresse/18h00

 

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 10:23

Source : Alwatwan.net/13 novembre 2008
 

Le chef de l’Etat a procédé, le 10 novembre dernier, à la signature de deux décrets relatifs au fonctionnement de l’Université des Comores. Le premier décret porte création des cadres organiques de l’Université des Comores et l’autre, portant modification de certaines dispositions du décret du 24 janvier 2004, relatif au cadre des enseignants chercheurs de l’enseignement supérieur. Ces deux actes administratifs viennent s’ajouter au protocole d’accord entre le gouvernement de l’Union des Comores, l’Université des Comores et le Syndicat national des enseignants des l’Université des Comores, signé, le 6 novembre dernier.
Des actes qui devraient conduire à la fin de la grève des enseignants.

En se référant à l’article 3 du protocole d’accord, la rentrée universitaire a, théoriquement, eu lieu avant-hier, mardi 11 novembre. Puisque une clause du protocole stipule en effet que le syndicat national des enseignants de l’université des Comores s’engage à réaliser la reprise des cours le lendemain de la signature du décret portant cadres organiques.
‘‘La régularisation de la situation des enseignants contractuels qui enseignent à l’Université des Comores depuis des années sans statut juridique reconnu, le paiement des arriérés de salaire, la revalorisation salariale par des avancements, la considération et le respect des enseignants de la part des autorités politiques et universitaires, la mise en place d’un plan de formation en faveur des enseignants pour garantir un enseignement universitaire de qualité, etc., entre autres, constituent quelques uns des six points de la plate forme des revendications des enseignants.

Pour Attoumane Abdou, secrétaire général, ‘‘quatre de ces revendications ont été satisfaites’’. Mais le problème se posait surtout en ce qui concerne les deux premiers points, notamment, la régularisation de la situation des enseignants contractuels et le paiement des arriérés de salaire.

Le gouvernement de l’Union et l’administration centrale de l’Université se sont engagés, dans un délai qui ne dépassera pas une semaine, à répondre favorablement à la demande d’amélioration des conditions de travail. Il s’agit ‘‘de la régularisation d’au moins deux mois d’arriérés de salaire et le décret portant revalorisation de la grille indiciaire des enseignants chercheurs’’.

Même si des efforts sont déployés ici et là pour permettre l’ouverture des portes de l’Université des Comores, il nous est encore trop tôt d’affirmer que les enseignants sont satisfaits. Le secrétaire général du Sneuc, joint au téléphone hier, cherchait à se concerter avec son adjoint avant de se prononcer.

Pour rappel, l’Université des Comores comptabilisait en 2004, sept cent étudiants, mille sept cent, en 2006. Il va devoir accueillir, pour cette rentrée, un effectif de trois mille cinq cent étudiants.

M. Y. Kaiva et Mariata Moussa
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 10:10

Source : Alwatwan.net /13 novembre 2008

Le président Sambi : ‘‘le droit finit toujours par triompher’’

Sambi A l’occasion de la célébration de la Journée nationale Maoré, le président de la République s’est adressé à la Nation, mardi 11 novembre, pour rappeler un devoir qui incombe à chaque Comorien : celui de défendre l’appartenance de l’île de Maore à la nation comorienne. Le chef de l’Etat a réitéré la détermination de son gouvernement à s’opposer, par ‘‘tous les moyens autorisés’’, au référendum que la France envisage d’organiser l’année prochaine à Maore dans la perspective d’ériger cette île comorienne en département français.
‘‘Nous connaissons d’avance les résultats de ce genre de consultations, et nous demandons à la France d’y renoncer’’, a déclaré le chef de l’Etat en rappelant que les Comores sont admises à l’Organisation des Nations unies en tant que nation composée de quatre îles. Pour lui, la France en tant que pays membre permanent du Conseil de sécurité de l’Onu se doit de ‘‘donner l’exemple en respectant le droit international’’.

Le président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi a lancé un appel pour le renforcement de l’enseignement de l’histoire des Comores surtout à ceux qui sont nés après 1975 qui, comme nous tous, doivent intégrer dans leur conviction profonde que ‘‘Mayotte est comorienne et le restera à jamais’’ et que son ‘‘occupation actuelle par la France constitue, précise-t-il, une péripétie de l’histoire’’. Dans le combat pour la réintégration de Maore dans son ensemble naturel, ‘‘il faut se garder, a-t-il dit, de perdre l’espoir, car nous avons le droit avec nous, et le droit finit toujours par triompher’’.

[b]“Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise”[/b]

Dans ce ‘‘combat légitime’’, le chef de l’Etat préconise uniquement ‘‘des moyens pacifiques, des négociations comme cela se doit entre Nations civilisées’’.
Il a demandé aux Comoriens et aux Comoriennes de se comporter de manière responsable pour, déclare-t-il, ‘‘montrer au monde notre maturité de peuple civilisé’’. Il lance un avertissement à ceux qui seraient tentés d’user de la violence : ‘‘Aucun citoyen français ne doit être maltraité ou brutalisé, la France reste un partenaire privilégié, en dépit de ce différend’’ qui oppose les deux pays.

Le président s’est adressé ainsi aux Mahorais : ‘‘A vous frères et sœurs mahorais, je ne vous souhaite que du bien, et je vous exhorte à la réflexion, ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise’’. Les Comoriens de Maore, de Mwali, de Ngazidja et de Ndzuwani, ‘‘nous sommes unis par le sang, la même religion, la même langue, les mêmes coutumes’’, a souligné le chef de l’Etat qui a lancé un appel à tous les Comoriens des quatre îles pour qu’ils dépassent les clivages politiques, à l’origine de ‘‘divisions stériles’’.
Il a précisé que beaucoup de Comoriens des trois autres îles ont la double nationalité, comorienne et française, mais, ajoute-t-il, ‘‘nous n’accepterons, à aucun prix, de céder Maore ou une autre île de l’archipel à la France’’. ‘‘Nous ne sommes pas contre le développement de Maore’’, mais nous avons un conflit avec la France ‘‘que nous entendons régler par la voie du dialogue’’.
Il a indiqué que malgré les difficultés économiques actuelles, ‘‘nous avons la fierté d’être un peuple libre et souverain’’.

Par ailleurs, le président de la République a saisi l’occasion pour démentir ce qu’il a appelé ‘‘les allégations de certains de mes détracteurs’’ selon lesquelles son gouvernement aurait retiré la question de Maore de l’ordre du jour à l’Onu. ‘‘En tant que garant de l’intégrité territoriale des Comores, il est de mon devoir, dit-il, de lutter pour le retour de Maore sous administration comorienne’’. J’ai demandé l’inscription de ce dossier à l’ordre du jour définitif de l’Onu, ‘‘mais c’est une question qui concerne deux parties et la partie française s’y oppose’’.

[b]“Pour assurer l’unité de la Nation comorienne”[/b]

Demandant plus d’engagements et de persévérance à chaque Comorien, le chef de l’Etat se veut aussi réaliste en précisant : ‘‘nous n’allons pas instaurer l’autorité de l’Etat à Maore comme nous l’avons fait dernièrement à Anjouan’’. Faisant ainsi allusion à l’intervention militaire pour déloger les rebelles qui avaient pris cette dernière en otage.

Le président Sambi est revenu sur les missions du Groupe de travail de haut niveau, notamment celle de trouver une issue pour la suppression du ‘‘visa Balladur’’ à l’origine des pertes humaines enregistrées régulièrement au niveau du bras de mer qui sépare Anjouan et Maore.

Pour terminer, le chef de l’Etat a demandé plus d’engagement au travail pour réussir le développement économique et social, lequel constitue le meilleur argument pour convaincre les Mahorais de la nécessité de vivre ensemble ‘‘pour ainsi assurer l’unité de la Nation comorienne’’.

Compte rendu Petan Mognihazi
Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 14:31

Vendredi de l'Arc-en-ciel Conférence-débat le vendredi 14 novembre 2008, à 18h, Bât C, salle CO22 à l'Université de Saint Denis Paris 8Thématique : « Quels risques fait courir le gouvernement à l'unité nationale comorienne?

Vendredi de l’Arc-en-ciel Conférence-débat le vendredi 14 novembre 2008, à 18h, Bât C, salle CO22 à l’Université de Saint Denis Paris 8Thématique : « Quels risques fait courir le gouvernement à l’unité nationale comorienne?
« Quelles sont les solutions que propose Djabir pour sortir de l'impasse ? »

Conférencier: Abdou Djabir, docteur en Coopération internationale et européenne, enseignant à l'Université des Comores et Président du parti MUSADA.


Abdou Djabir vous invite à une causerie sur les institutions nationales afin de connaître davantage les difficultés actuelles liées à l'esprit des institutions et les difficultés liées à la mauvaise foi de ceux qui sont chargés de mettre en œuvre la constitution. Abdou Djabir vous invite à une causerie sur les institutions nationales afin de connaître davantage les difficultés actuelles liées à l'esprit des institutions et les difficultés liées à la mauvaise foi de ceux qui sont chargés de mettre en œuvre la constitution.

Cette conférence sera animée par Ismael (journaliste) Ibrahim Barwane (doctorant en anthropologie et comédien)
Association des étudiants comoriens de paris8.
2 rue de la Liberté - 93526 St Denis cedex
Tel : 01-48-27-17-51
mail : Ibarwane@gmail.com
M° : Saint-Denis Université (ligne 13)
Partager cet article
Repost0

Pages