Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • HALIDI-BLOG-COMORES, Blog des COMORES
  • : BLOG DES COMORES GERE DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013 PAR MARIAMA HALIDI
  • Contact

A SAVOIR

QU'EST CE QUE LA LANGUE COMORIENNE ?

Pour répondre à cette question pertinente, nous vous proposons ci- dessous l'interview du grand linguiste et spécialiste de la langue comorienne, Mohamed-Ahmed Chamanga

 

 
INTERVIEW DE CHAMANGA PAR RFO EN 2004
 
 
 Le comorien est une langue composée de mots africains, de mots arabes voire parfois de mots portugais et anglais. D'où vient la langue comorienne ?

M.A.C : Le fonds lexical de la langue comorienne est essentiellement « africain » comme vous le dites, et plus précisément bantu. Les emprunts au portugais ou à l'anglais sont relativement faibles. Par contre, l'apport arabe est très important. Cela s'explique par la très forte islamisation des Comores, depuis la Grande Comore(Ngazidja) jusqu'à Mayotte (Maore) en passant par Mohéli (Mwali)et Anjouan (Ndzuwani). Malgré ces emprunts, le comorien (shikomor) reste, sur le plan de sa structure grammaticale, une langue bantu.

Qu'appelle t-on une langue bantu ?

M.A.C : Le bantu est une famille de langues, la plus importante d'Afrique. Les langues qui composent cette famille couvrent pratiquement toute la partie australe du continent noir.

Y a t-il encore aujourd'hui en Afrique ou à Madagascar des populations qui parlent une langue similaire au comorien ?

M.A.C : Bien sûr ! On trouve par exemple le swahili en Tanzanie, le lingala au Congo Démocratique, le kikongo au Congo, le zulu en Afrique du Sud, le shona au Zimbabwe-Mozambique, le tswana au Botswana, le kinyarwanda-kirundi au Rwanda-Burundi, etc. Comme ces langues appartiennent à la même famille, elles ont forcément beaucoup de points communs dans la structure des mots, leurs répartitions dans les phrases, les accords grammaticaux, etc. Elles ont aussi un minimum de vocabulaire commun.
Prenons par exemple le mot bantu ! Ce mot est attesté dans certaines langues, comme le lingala, et il signifie « hommes ». C'est le pluriel du mot muntu qui veut dire « homme » au singulier. Dans d'autres langues, ces mots se déclinent au pluriel en watu (swahili), wantru ou watru ou en encore wandru (shikomor) ; au singulier, nous avons respectivement mtu, muntru, mtru, mndru.
Prenons encore l'exemple de la phrase kinyarwanda suivante qui signifie : « Combien d'hommes ? » : Abantu bangahe ? Nous avons en comorien les équivalences suivantes :Wantru wangapvi ?Watru wangapvi ?Wandru wanga(pvi) ? et en swahili :watu wangapi ?

Ne pensez-vous pas qu'il y a beaucoup de ressemblance dans tout ça ?

M.A.C : A Madagascar, jusqu'au milieu du XXe siècle, il y avait quelques poches bantuphones sur la côte nord-ouest. Mais les langues africaines qui y étaient parlées, le swahili à Marodoka ou le makua à Maintirano, ont aujourd'hui disparu. Le malgache appartient à une autre famille de langues : les langues austronésiennes comme par exemple les langues indonésiennes.

Le comorien est souvent comparé au swahili, parfois on a même dit que le comorien en était dérivé ?

M.A.C: Selon les résultats des recherches des trois dernières décennies, il est prouvé que le comorien et le swahili sont génétiquement issus d'une même souche-mère, d'où leur très grande parenté. Mais les deux langues se seraient séparées aux environs du XIIème siècle. On peut donc dire que ce sont deux langues soeurs. Si la confusion a pu se maintenir jusqu'à une période pas très lointaine, c'était à cause de la très grande proximité des deux langues, mais aussi parce que les sultans des Comores parlaient swahili et beaucoup de correspondances et traités avec les pays voisins ou les puissances étrangères étaient rédigés en swahili qui étaient à l'époque la plus importante langue de communication et du commerce de cette région de l'océan indien occidental.
Par combien de personnes est parlée la langue comorienne?
M.A.C:On peut estimer que la langue comorienne est parlée aujourd'hui par un million de personnes environ : les 750 000 habitants de l'archipel des Comores plus la très importante diaspora comorienne, que l'on peut retrouver notamment à Madagascar, à Zanzibar ou encore en France.

Est-elle enseignée à l'école ? Si non pourquoi ?

M.A.C: Malheureusement, elle ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que : Premièrement, la colonisation française, avec sa mission « civilisatrice », n'avait jamais reconnu au peuple dominé une quelconque culture ou civilisation et que les langues des dominées n'étaient pas des langues mais, avec un sens très péjoratif, des dialectes qui n'avaient ni vocabulaire développé ni grammaire.
Deuxièmement, le pouvoir très centralisateur de l'Etat français avait imposé le français comme la seule langue de l'administration partout. Cela était vrai dans les colonies, mais aussi en métropole. C'est ainsi qu'on a banni l'enseignement du breton en Bretagne, du basque au Pays Basque (Sud-Ouest de la France).
Troisièmement enfin, nous avons nous-mêmes fini par admettre que notre langue est pauvre et sans grammaire. Elle ne peut donc pas être enseigné. Il faut encore souligner qu'avec l'instabilité chronique des Comores indépendantes, aucune réflexion sérieuse n'a pu être menée sur la question. Pourtant, les pédagogues sont unanimes : pour permettre l'épanouissement des enfants, il est nécessaire que ces derniers puissent s'exprimer pleinement dans leur langue maternelle...

Y a t-il une ou des langues comoriennes ?

M.A.C:Nous avons la chance d'avoir une seule langue comorienne, depuis Ngazidja jusqu'à Maore. Mais comme toute langue, le comorien se décline en plusieurs dialectes qui en sont les variantes régionales : le shingazidja à la Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et le shimaore à Mayotte.

Comment expliquer l'apparition de divers dialectes sur un territoire aussi exiguë que les Comores ?

M.A.C : Ce phénomène n'est pas spécifique au comorien. Toute langue est formée de plusieurs dialectes. La dialectalisation s'accentue lorsqu'il y a peu de communications et d'échanges entre les régions. A l'inverse, le déplacement d'une population qui parle un dialecte donné vers une autre région où l'on parle un autre dialecte peut également entraîner des changements dans les deux dialectes. Pour le cas des Comores, le facteur du peuplement par vagues successives au cours de l'histoire explique aussi le phénomène.
Les différences dialectales peuvent aussi s'observer à l'intérieur de chaque île. C'est ainsi, par exemple en Grande Comore, que la manière de parler des gens de Mbéni dans la région du Hamahamet diffère du parler des gens de Fumbuni dans la région du Mbadjini. Il en est de même à Anjouan entre les gens de Mutsamudu, sur la côte nord, et ceux du Nyumakele, dans le sud-est de l'île, ou encore, à Mayotte, entre Mamoudzou et Kani Bé ou Mwana-Trindri dans le sud, etc.

Un mot sur la langue mahoraise.

M.A.C:Le shimaore appartient au même sous-groupe dialectal que le shindzuani. C'est dire qu'il faut souvent écouter attentivement pour percevoir les différences entre ces deux dialectes. Le shimaore fait ainsi partie intégrante de la langue comorienne.

Le comorien s'enrichit-il ou s'appauvrit-il (avec le phénomène de créolisation de la langue) ?

M.A.C : Parler à l'heure actuelle de créolisation de la langue comorienne est quelque peu exagéré. Certes elle ingurgite aujourd'hui beaucoup de mots d'origine française. Mais cela reste « raisonnable ». Le comorien a emprunté énormément de vocabulaire d'origine arabe, environ entre 30 et 40 % du lexique, pourtant on ne parle pas de créole arabe, et cela à juste titre. En effet, ce qui fonde une langue, ce ne sont pas seulement les mots. Ce sont surtout sa structure grammaticale et sa syntaxe. De ce point de vue, le comorien ne ressemble ni à l'arabe ni au français.
On ne peut pas dire que le comorien s'appauvrit. Essentiellement oral, il répond parfaitement à nos besoins de communication. Il est toutefois évident qu'une langue écrite possède un stock lexical beaucoup plus étendu qu'une langue orale. Ne vous inquiétez pas pour le comorien. Si un jour, on décide de l'écrire, de l'enseigner et de l'utiliser dans l'administration, il ne pourra que s'enrichir. Il s'enrichira en se forgeant des mots nouveaux ou en empruntant d'autres ailleurs, comme cela se fait dans les langues dites de « grande civilisation ».

Où en est actuellement la recherche sur la langue comorienne ?

M.A.C: La recherche sur la langue comorienne avance ; trop lentement peut-être, mais elle avance. Nous avons aujourd'hui une meilleure connaissance sur elle qu'il y a vingt ans. Malheureusement, c'est un domaine qui intéresse peu de monde, aussi bien chez les nationaux que chez les chercheurs étrangers.

Pensez-vous qu'un jour tous les Comoriens parleront la même langue ? Et sur quoi se fonderait cette sédimentation en une seule langue « nationale » ?

Mohamed Ahmed-Chamanga : Nous parlons déjà la même langue. Ce qui nous manque, c'est une langue standard, comme en Tanzanie avec le swahili, à Madagascar avec le malgache, ou en encore au Zimbabwe avec le shona, etc. Pour arriver à ce stade, il faut qu'il y ait une réelle volonté politique, une prise de conscience chez les Comoriens de vouloir mieux apprivoiser leur propre culture et que soit mise en place une équipe de chercheurs qui se pencherait sur la question et qui proposerait cette langue standard qui serait utilisée dans tout l'archipel des Comores.

Recherche

BIENVENUE SUR MON BLOG

NA MKARIBU HARI MWA YI BLOG YANGU 
Cet outil va me permettre de vous faire decouvrir mon pays natal  et partager quelques unes de mes passions.......à ma façon !!!!
 

Pour revenir à la page d'accueil  cliquez  ICI

Pour recevoir réguliérement les articles que nous diffusons, merci de vous inscrire à la newsletter (Attention : laissez les deux cases (newsletter et articles) cochées) .

Halidi Mariama (HALIDI-BLOG-COMORES)

 

 

 

MESSAGE IMPORTANT :

 

DEPUIS LE 01 DECEMBRE 2013, ALLAOUI HALIDI A CEDE LA RESPONSABILITE DE VOTRE BLOG A MADAME MARIAMA HALIDI.

 

MERCI DE VOTRE FIDELITE

 

 

CI-DESSOUS LES NEWS  RECENTES  DES COMORES

 

 

gala_final-_maquette--2-.jpg

A PROPOS DE OUANI

Ouani et ses grands hommes
 
 
L’être humain est insignifiant puisque le corbeau et beaucoup d’autres espèces d’arbres vivent plus longtemps que lui. De ce court séjour dans ce bas monde à la différence d’autres êtres vivants, l’homme peut marquer de son empreinte l’histoire.
A OUANI, ce genre d’homme malgré sa rareté, a existé et continu à exister jusqu’à nos jours. En ouvrant ce nouveau chapitre, quelques dignitaires en collaboration avec le comité de pilotage de la ville ont tenu à rendre hommage beaucoup d’hommes et de femmes qui ont fait du bien à cette ville.
En dehors de tout jugement, ils ont fait de leur mieux pour que Ouani devienne l’une des grandes villes les plus rayonnantes des Comores et Ouani l’est grâce à eux. Elle doit continuer à l’être pour nous et les générations à venir.
A titre posthume, nous tirons la révérence devant Saïd Toiha (Baco Moegné), Saïd Abdou Bacar Nomane, Saïd Abdou Sidi et Saïd Andria Zafi.
 
Le premier pour avoir créé la première école privée de la ville dans l’objectif de ne plus avoir un enfant de six à sept ans non scolarisé, le second qui a été le premier à être ministre et dont les louanges dépassent les frontières de la ville, le troisième a accompagné plusieurs années la jeunesse et le dernier a beaucoup contribué au niveau de l’enseignement primaire par son dévouement et son engagement à instruire ceux qui l’ont fait pour nous. Cette liste vient de s’ouvrir et n’est pas prête de se fermer ; beaucoup d’autres personnes disparues ou vivant tels que les enseignants apparaîtront à la prochaine édition.
Ansaly Soiffa Abdourrahamane
 
Article paru en 2003 dans le n° 0 de Jouwa, bulletin d’information de OUANI
 
 
 
 
LES ENFANTS DE LA VILLE DE OUANI
ET L’HISTOIRE   DES COMORES
 
 Beaucoup d’enfants de la ville de OUANI ont marqué et marqueront toujours l’histoire de leur pays : les îles Comores.
 
 En voici quelques uns dans différents domaines.
 La liste n’est pas exhaustive
 
 I) LITTERATURE
 
LITTERATURE ORALE
 
ABDEREMANE ABDALLAH dit BAHA PALA
 
Grand connaisseur du passé comorien décédé brusquement en 1988.
Actuellement, un projet de publication de sa biographie est en étude.
On trouve beaucoup de ses témoignages sur l’histoire des Comores dans le tome 2 de l’excellente thèse de SIDI Ainouddine sur la crise foncière à Anjouan soutenue à l’INALCO en 1994 
 
LITTERATURE ECRITE
 
Mohamed Ahmed-CHAMANGA
 
Grand linguiste des Comores
 
 Né à Ouani (Anjouan) en 1952, Mohamed Ahmed-Chamanga, diplômé de swahili et d'arabe, a fait des recherches linguistiques sur sa langue maternelle. Il enseigne la langue et la littérature comorienne à l'Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco). Il est l'auteur d'une thèse, de plusieurs articles, ainsi que d'un recueil de contes de l'île d'Anjouan : Roi, femmes et djinns (CLIF, 1998). Président de l'Association Fraternité Anjouanaise, Mohamed Ahmed-Chamanga a fondé, en 1997, le journal Masiwa.
 Il enseigne actuellement la langue et la littérature comoriennes à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris (INALCO).
 
AINOUDINE SIDI
 
 Historien & grand spécialiste de l’histoire foncière des Comores 
 
 Né à OUANI, en 1956. Il a fait des études d’histoire à l’université de DAKAR (SENEGAL) et a préparé un doctorat d’études africaines à l’INALCO (PARIS)  Il est actuellement chercheur et Directeur du CNDRS (Centre National de Documentation et de Recherches Scientifiques) à MORONI.
 
 II) MUSIQUES & CHANTS
 
DHOIFFIR ABDEREMANE
 
Un des fondateurs de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Avec ses chansons axées sur la contestation sociale. Il fait partie des premiers artistes qui ont introduit aux années 60 une nouvelle forme de musique aux COMORES.
 
C’est un homme très discret mais plein de talents. On se souviendra toujours de ses productions à la salle AL CAMAR de MORONI.
 
FOUDHOYLA CHAFFI
 
 Une des premières femmes comoriennes à avoir fait partie d’un orchestre musical.
 Il s’agit là d’un engagement incontestable de la part d’une femme comorienne.
 Elle a commencé à jouer un rôle important dans la chanson à partir de 1975 comme chanteuse principale de l’orchestre JOUJOU des Comores.
Sa voix d’or résonne toujours dans le cœur de tous ceux qui ont vécu dans notre pays de 1975 à 1978. On ne passait pas en effet, une seule journée sans entendre une de ses chansons sur l’égalité des sexes, l’unité des Comores, le changement des mentalités… à la radio nationale.
 
 III) POLITIQUE
 
Le sultan ABDALLAH III
 
 De mère ouanienne, il est l’un des grands sultans qui ont régné dans l’archipel des Comores au 18eme siècle et plus précisément sur l’île d’Anjouan.
 
SITTOU RAGHADAT MOHAMED
 
La première femme ministre et élue député des COMORES
 
Né le 06 juillet 1952 à OUANI. Elle a enseigné pendant plusieurs années le français et l’histoire géographie dans différents collèges du pays avant d’être nommée secrétaire d’Etat à la condition féminine et à la population en 1991.
De 1991 à 1996 elle a assumé de hautes responsabilités politiques : Haut commissaire à la condition féminine, Ministres des affaires sociales, conseiller spécial du président de la république, secrétaire général adjoint du gouvernement, élue députée ….
Actuellement, elle est enseignante à l’IFERE et Présidente du FAWECOM.
 
Article publié sur le site de l'AOFFRAC (www.aoffrac.com)
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 23:17

Source : Alwatwan.net / 06 avril 2009

Mahamoud Said, “Il faut un observatoire du foncier”

Mahamoud-Said Mahamoud Said est l’auteur de “Foncier et société aux Comores, le temps des refondations”. Il propose de bâtir “une politique de sécurisation foncière à partir des innovations locales” qui se rapprocherait, selon lui, de “la gestion patrimoniale”. Mahamoud conclut que “les pratiques de résolutions des conflits locaux offrent une palette de solutions riches, dont la propriété privée, en rapprochant le légitime et le légal”. Il met en évidence “une intensification du lien socio-foncier” considérée comme “premier facteur de cohésion sociale aux Comores” et se penche sur “l’amélioration de la capacité de l’Etat à protéger la propriété privée”. Une thèse qui tombe à point nommé, avec la résurgence des conflits fonciers qui ont éclaté en une semaine à Maluzini en Grande-comore, Barakani à Anjouan et Hoani à Mohéli.

Entre Ikoni et Moroni à Ngazidja, Barakani et Wani à Anjouan, Hoani à Mohéli, des litiges fonciers entre deux personnes se généralisent et se transforment en affrontements villageois. Pourquoi ce lien si fort entre propriété privée et communauté villageoise?

Divers modes d’appropriation du foncier coexistent chez nous malgré la prétention de l’Etat de faire de la domanialité et de la propriété privée des régimes “souverains”. Il s’agit de modes d’appropriation domaniale, communautaire (uso wayezi et réserves), familiale (manyahuli et waqf), et individuelle (milk et propriété privée).
La propriété privée, pose problèmes aux Comores. La population récuse le droit de disposer, d’aliéner (l’un des attributs de la propriété privée).
Un propriétaire foncier peut jouir de plusieurs droits : d’accès à la terre, d’extraction des ressources, d’exploitation, d’exclusion. Mais, il n’a pas le droit d’aliéner la terre. Celle-ci est toujours rattachée à la communauté (familiale, villageoise ou régionale). Dans les sociétés communautaristes (comme c’est le cas des Comores), la distinction entre le privé et le public n’est jamais nette. En plus du privé et du public, la population distingue l’interne (ce qui est commun à une communauté), l’externe (commun à plusieurs communautés) et l’interne-externe (commun à deux communautés). Ce qui peut apparaître comme relevant de l’appropriation domaniale ou du privé est souvent perçu par la population comme un bien interne ou interne-externe. Tout cela explique le lien entre propriété privée et communauté villageoise.

Peut-on connaître la genèse des conflits fonciers latents qui opposent les villes ou villages?

Il y a des causes profondes. Elles sont liées à la complexité de la notion de foncier qui est mal appréhendée par les autorités étatiques. Ces dernières appréhendent souvent le foncier en termes d’espace fini, oubliant les ressources. Elles ont une vision réduite de l’espace (représentation géographique avec des limites précises), à un moment où les Comoriens ont, en plus de cette représentation géographique, deux autres visions : topocentrique (espace avec des contours plus ou moins flous) et odologique (espace perçu en termes d’itinéraire, de cheminement, de piste ou de route). Les autorités parlent de “vente de terre” oubliant que le refus du droit d’aliéner constitue une contrainte majeure à toute marchandisation de la terre.
La vision partielle que les autorités ont du foncier a biaisé la politique de redistribution des terres de l’époque coloniale et donné l’illusion à l’Etat qu’il était possible de faire disparaître le système foncier traditionnel et de généraliser des nouveaux supposés être plus “modernes”. Les procédures utilisées pour la redistribution des terres ont engendré des mécontentements dans les villages et des inégalités foncières criantes à l’intérieur des îles. Cela a provoqué des mouvements migratoires des villages lésés vers des régions de l’archipel supposées offrir de meilleures possibilités d’accès à la terre. Avec la croissance démographique, les migrants sont perçus comme une menace dans les régions d’accueil. Ces effets pervers de la redistribution des terres alimentent les tensions foncières actuelles d’où la fréquence des conflits entre les villages ou villes.

Comment se présente la question foncière aux Comores et ses particularités premières?

Le foncier occupe une place centrale dans nos systèmes de production et est source de différenciation sociologique aux enjeux multiples, locaux, nationaux et internationaux. Il cristallise de multiples contradictions : pluralité de droits (traditionnel, musulman, moderne) et de représentations de l’espace, diversité d’acteurs sur les mêmes espaces, etc. Les textes officiels actuels datent, pour la plupart, de l’époque coloniale. En décalage avec les réalités vécues, ces textes ne contribuent guère à la sécurisation foncière. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les personnes détenant d’un titre de propriété privée sensé garantir durablement leurs droits sont les plus insécurisées.
Les services compétents en matière foncière vivotent, faute de moyens. Une bonne partie de la documentation relative aux titres de propriété n’existe plus pour avoir été brûlée sous Ali Swalihi. La procédure légale pour immatriculer un terrain (publicité large, délai minimum) n’est pas toujours respectée ce qui donne à certains demandeurs une opportunité pour accroître abusivement l’étendue de leurs terres. Une part importante des terres immatriculées sous la colonisation a été revendue ou rétrocédée aux paysans sans que les cessions se soient accompagnées d’un transfert de titres de propriété. A ce jour encore, de nombreuses ventes de terres en propriété privée ne sont pas connues des services compétents.
Du fait de la complexité de la question foncière, l’Etat a toujours reporté la question de la réforme foncière, pourtant « exigée » par les institutions de Breton Wood dans le cadre des programmes de relance de l’économie et de gestion viable des terres.

Qu’en est-il de la gestion patrimoniale (Gp) et des conflits qui naissent au sein même des familles…

La démarche de Gp vise à articuler les objectifs de différents acteurs d’un même milieu naturel grâce à une action de médiation. Les accords sont déclinés en scénarios de gestion de l’espace et des ressources ou de schémas d’aménagement avant d’être formalisés dans un cadre de contrat durablement garanti par des structures foncières locales et supra-locales. Le médiateur met les acteurs à égalité afin de favoriser la négociation des accords et des scénarios de gestion. La Gp permet, à travers la mise en place de structures foncières au niveau local, de mieux contrôler les transactions foncières ainsi que les héritages de terres. Elle est ainsi à même de résoudre tant de conflits socio-fonciers dont ceux qui naissent au sein même des familles (héritages ou vente de terres contestés par les parents notamment).

Il y a aussi la question de la délimitation des villages et communes qui est, souvent, source de conflits graves et parfois de drames…

… Ces conflits font partie de la vie quotidienne même s’ils restent latents et ne ressurgissent que par moments. Ils se manifestent de diverses manières : vols et destruction de biens, violences physique et verbale se manifestant parfois sur des espaces inattendus (terrain de foot, écoles…). La destruction par abattage d’arbres d’autrui est très courante ce qui constitue une limite à la gestion durable des terres. En se référant au droit musulman, le Comorien considère qu’abattre un ou des arbre(s) est synonyme de mettre fin à un droit de “propriété”.
Pour aller au-delà de la question, je dois dire que le problème de délimitation des villages et communes est si complexe que les autorités politiques actuellement impliquées dans le processus de communalisation ont, volontairement, laissé de côté la question du découpage territorial au risque de mettre en place des autorités sans territoire. Ce n’est que depuis 2008 qu’à Ngazidja, la question du découpage territorial est prise au sérieux par le gouvernement soutenu par l’Union Européenne à travers le Programme de coopération décentralisée. Ce programme et le gouvernement de Ngazidja ont co-financé des études sur la question du territoire en relation avec les communes. L’une de leurs conclusions porte sur la nécessité de faire un découpage territorial englobant plusieurs villages. Cette option en phase avec la coexistence des conceptions toponymique, odologique et géographique de l’espace, a l’avantage d’atténuer les conflits intervillageois.

Quelles sont les solutions que vous préconisez pour prévenir et stopper ces conflits?

Les conflits fonciers existeront toujours. Les solutions devront plutôt atténuer et réduire les conflits. Comment faire? Une solution nous est proposée par les Comoriens eux-mêmes. Comme j’ai pu le montrer, les conflits fonciers existent aux Comores depuis plusieurs siècles. Et pourtant, on ne peut pas parler de situation foncière chaotique dans notre pays. Parce qu’à juste titre, les Comoriens mettent en œuvre des mécanismes de régulation qui fonctionnent plus ou moins bien. A nous de les étudier et de les valoriser.
Les conflits fonciers aux Comores, c’est comme notre volcan : le Karthala. Il est là depuis très longtemps. Les risques de l’éruption sont permanents. Il se montre quelquefois menaçant et il rentre parfois en éruption. Afin de prévenir les risques et de sécuriser la population, il faut un observatoire du Karthala. De la même façon, pour prévenir la transformation des conflits fonciers en situation de guerre civile généralisée, mais aussi pour promouvoir le développement économique, il faut un observatoire du foncier. Celui-ci permettra de connaître les pratiques et comportements des acteurs, de capitaliser les connaissances acquises et de les valoriser au cours de la formulation des solutions.

Les observations faites et les études réalisées ne peuvent-elles pas aider à trouver des solutions?

Des observations, il y en a eu à travers des études régulièrement menées par divers chercheurs avec souvent l’appui des bailleurs de fonds. A la lecture de leurs travaux, je comprends que le traitement de la question foncière aux Comores peut passer par l’institutionnalisation de la Gp. Cette dernière a le mérite de prendre en compte la diversité des situations, y compris la propriété privée et la domanialité. Cela implique de refonder le droit foncier aux Comores.
C’est plutôt facile à dire qu’à faire, je le reconnais. Il n’empêche que maintenant que nous avons une université nationale, on peut espérer que les enseignants chercheurs et étudiants inscrits en master sauront se montrer imaginatifs et relever progressivement le défi en proposant aux autorités de nouveaux outils pour la formulation d’une politique foncière qui soit à la hauteur des enjeux actuels et à venir.
Pour ma part, je propose les solutions qui suivent et dont la mise en œuvre implique des préalables politiques (restauration de l’autorité de l’Etat, mobilisation effective des équipes gouvernementales, apurement de certaines situations confuses : cas des grandes propriétés privées ou domaines de l’Etat actuellement squattés).

Pouvez-vous être plus précis?

… Il s’agirait de valider la pertinence de la Gp, à travers des ateliers et campagnes de sensibilisation, auprès des acteurs, services domaines, communautés villageoises, grands propriétaires terriens, cultivateurs, éleveurs, métayers, associations environnementales etc. Il s’agit d’améliorer le cadre institutionnel par la mise en place d’une commission interministérielle chargée des questions foncières, d’un Observatoire du foncier dans le cadre du Cndrs et de l’Université, d’une haute autorité foncière au niveau des îles, commissions villageoises et/ou communales chargées de la gestion du foncier au niveau local. Il faut également améliorer le cadre juridique. Plusieurs textes sont nécessaires pour donner une base légale à cette Gp. Ils devraient être élaborés à partir des études antérieurement réalisées et validées au cours des débats. Les plus importants des ces textes viseraient à l’apurement des situations foncières actuellement confuses, la révision de la procédure de délivrance de titres fonciers, l’organisation de la circulation de l’information et des documents fonciers entre les différentes structures de l’État et celles du nouveau dispositif, la reconnaissance du dispositif institutionnel proposé, la délimitation des territoires villageois et/ou communaux. Il faut surtout renforcer les capacités techniques des structures impliquées dans la gestion du foncier par la formation du personnel, et le déploiement des moyens techniques.

Propos recueillis par AAA

Partager cet article

Repost 0
Mariama HALIDI Alwatwan - dans INTERVIEWS
commenter cet article

commentaires

Pages